• Accueil
  • > SANTE
  • > Les laboratoires européens plus enclins à aider les pauvres

Les laboratoires européens plus enclins à aider les pauvres

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 20 juin 2008

SANTE-DEVELOPPEMENT: Les laboratoires européens plus enclins à aider les pauvres
Mattias Creffier – EN BREF
BRUXELLES, 18 juin (IPS) – Les laboratoires pharmaceutiques européens ont tendance à vouloir aider davantage les pays pauvres que leurs concurrents américains, révèle une étude publiée cette semaine par la fondation néerlandaise « Access to Medecine » (Accès aux médicaments).
Le britannique GlaxoSmithKline (GSK), deuxième fabricant mondial de médicaments, arrive ainsi en tête des géants de l’industrie pharmaceutique qui s’engagent pour faciliter l’accès aux médicaments dans les pays en développement. Il est suivi de près par le laboratoire danois Novo Nordisk, un spécialiste des traitements contre le diabète.

Un laboratoire américain, la firme Merck, apparaît dans le trio de tête dressé par la fondation néerlandaise, mais il est bien seul et isolé face aux suisses Novartis ou Roche, au français Sanofi-Aventis ou au britannique Astra Zeneca, qui le talonnent. En termes d’engagement en faveur des pays pauvres, le numéro 1 mondial du secteur pharmaceutique, l’américain Pfizer, n’apparaît en effet qu’à la 17ème position.

Pour réaliser ce classement, la fondation néerlandaise a travaillé de concert avec l’institut d’études américain Innovest. Ensemble, ils ont établi une liste de huit critères permettant de déterminer l’engagement du secteur vis-à-vis des pays pauvres et en faveur de l’accès aux médicaments.

Il s’agissait, par exemple, de déterminer les sommes qui ont été investies par ces laboratoires pharmaceutiques en faveur de la recherche sur des maladies tropicales (comme la dengue ou la malaria) ; de comparer les prix qu’ils appliquent dans les pays en voie de développement ou encore d’analyser leur politique en matière de brevet pour les génériques. Les firmes ont également été notées sur la transparence de leur campagnes ou de leur lobbying vis-à-vis des régions pauvres.

L’étude a notamment été financée par douze institutions financières et sociétés d’investissement (comme les groupes Schroders, Morley ou la Bank Sarasin), qui ont indiqué qu’elles tiendraient compte de cet index dans l’établissement de la cotation à long terme de ces entreprises pharmaceutiques.

Le secteur pharmaceutique traîne derrière lui une piètre image de son action dans le pays pauvres, notamment à la suite du procès intenté par plus d’une trentaine de laboratoire contre l’Afrique du Sud en 2001, et ce, à cause d’une loi sud-africaine qu’ils voulaient faire interdire car elle favorisait la production de génériques contre le VIH/sida.

« Cet indice Acces to Medecine ne décrit plus l’industrie pharmaceutique comme un ensemble opaque », a déclaré Wim Leereveld lors de sa présentation lundi à Haarlem (nord-est des Pays-Bas). « Il met en avant les efforts réalisés par certains laboratoires afin qu’ils puissent inspirer les autres. Et les autorités, les chercheurs ou les ONG qui ont besoin d’information dans ce domaine pourront aussi mieux décider avec quel laboratoire ils ou elles souhaitent travailler à l’avenir », a-t-il ajouté. (FIN/IPS/2008) MDG8

Laisser un commentaire

 

LE CMV |
LES ANCIENS DU CHAMPS DE CL... |
Bienvenue chez moi ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | consensus
| presseecrite
| lesjournalistes