Is Web 2.0 Business Ready?

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 30 août 2008

ChannelWeb logo By Edward F. Moltzen, ChannelWeb

One idea of Web 2.0 is that anyone can use new and emerging Internet technologies to reach out to an entire world that includes both everyone in your life and a universe of people you haven’t met yet. You can use these technologies to communicate in better, more efficient and rewarding ways.

Facebook, for example, has grabbed the world’s attention by combining photos, video, graphics, games and groups with people and their personal information. The result: a cutting-edge mashup that brings new meaning to the theory of six degrees of separation.

Microblogging sites like Twitter.com have joined millions of people into a mashup of realtime personal experiences and observations that have turned it into a modern news ticker of life, culture and, well, news.

While some businesses have created storefronts or virtual billboards on popular networking sites, the rollout of commercial technologies to let business leverage Web 2.0 has been noticeably absent—until recently. Some of the biggest names in technology have begun building bridges between the potential of the social Web and the needs of real business.

The Test Center set out to examine the offerings of several of these technology companies to see how close they are to converting on that potential. Google Inc., for example, provides the beta version of a mashup authoring tool that we tried. IBM (NYSE:IBM) Corp. provides the IBM Mashup Center—the sandbox version of an upcoming, commercial application for building mashups for business. Adobe Systems Inc. and Laguna Hills, Calif.-based Magic Software Enterprises Inc. both provide commercial software applications that work toward linking back-end data with Web 2.0 front ends—software that we examined for this report.

This technology is clearly in its earliest stages for business. Some of it is ready for commercial deployment today, some of it shows promise and some provides cause for concern. Mostly, we liked what we saw—technology that holds tremendous possibilities for technologists, solution providers and their customers.

Google (NSDQ:GOOG) Mashup Editor Beta
Mountain View, Calif.-based Google is famous for keeping its products in beta for several years, but the Google Mashup Editor Beta isn’t even yet available for general testing. Luck prevailed, though: we applied for access to the beta program and Google let us in within a couple of days. For a beta, GME shows promise; Google has structured this mashup editor with a set of commands that sit as a layer on top of HTML or CSS, for example, and convert combinations of RSS feeds, maps or data sets into JavaScript-based widgets. Starting with a set of tags, GME is designed to be a breeze for programmers of varying degrees of experience. There are drawbacks, though. For example, the Google Mashup Editor tags aren’t all encompassing; including Atom feeds in a mashup requires reverting to JavaScript manually. Since Atom is common, that’s a drawback Google might want to address. In addition, Google has open-sourced GME—meaning any proprietary solution would likely be a non-starter on this platform, at least for now. In short: Google shows strongly that it wants to become a platform choice and get deeper into the Web 2.0 game, but there’s no mistaking GME for anything other than a clunky beta at this point. (Tech Stars: 3, Channel Stars: 3)

BM (NYSE:IBM) Mashup Center
IBM’s top developers and creative minds have been highlighting the Armonk, N.Y.-based company’s approach to mashups and Web 2.0 for more than a year. IBM and its Lotus group hang their approach on two major hooks: OpenAjax and its WebSphere server technology. Earlier this summer, the company released the IBM Mashup Center and IBM Lotus Greenhouse as a sandbox for its technology. IBM Mashup Center provides an easy-to-use, GUI-based method to combining maps, RSS feeds, and corporate data like customer lists into browser-based widgets. Creating a mashup here is as simple as dragging and dropping RSS feeds, mapping information, CSV files or other data sets onto a work board; connecting those files to other data files or filters; and then collecting the results in list, map or other graphical format. In the sandbox, IBM is targeting non-technologists—this is both less code-intensive and more business-friendly than Google Mashup Editor. For solution providers with basic knowledge of WebSphere deployment, this provides an easy-to-rollout, server-based approach. A relatively small deployment—with a 20-user license—is priced at about $2,600; larger enterprises which seek a broader deployment can choose a per-CPU option and IBM provides its mashup offering through both software partners as well as selling it direct. (Tech Stars: 5, Channel Stars: 4)

Adobe (NSDQ:ADBE) LiveCycle
Adobe, San Jose, Calif., is clearly banking on investments it has already made in Flex and Flash to build its technological presence as a platform for commercial Web 2.0. With its Adobe LiveCycle Enterprise Suite, which began shipping its most recent update on July 17, Adobe includes two, new components to the suite: LiveCycle Component Services ES and LiveCycle PDF Generator 3D ES. It has also enhanced it with Adobe Air, Reader 9 and Flex 3 integration. Reviewing this application in a sandbox environment, the Test Center could see particularly compelling advances by Adobe in PDF integration. What makes LiveCycle hum, though, is the LiveCycle Workbench; this application feature allows for icon-based widgets that allow data types such as credit information and geographic information to be « mashed » together to provide compelling output.

On the back end, Adobe LiveCycle ES can install in a turnkey deployment, which includes JBoss or Weblogic databases; it can also install with more customized deployment, which requires manual installation. While pricing varies depending on the implementation, Adobe ballparks out the license pricing at about $25,000 per CPU. (Tech Stars: 4, Channel Stars: 4)

Magic Software uniPaaS
This application is billed as database agnostic, and has been architected to work with databases ranging from MySQL to SQL Server to DB2 to Oracle (NSDQ:ORCL). It is based on the .NET framework and ships without database tools; the application and a runtime environment are installed on the back end, while user consoles are client-side. Once installed, the application provides a drop-down box for an administrator to choose from where to import data, such as a DB2 database residing on an AS/400 server.

Much of what uniPaaS offers isn’t new to the industry, but for Web 2.0 purposes, uniPaaS provides nifty business capabilities that can add measurable value and efficiency. As a Rich Internet Application (RIA) development tool, uniPaaS provides VARs not sold onAdobe (NSDQ: ADBE) or IBM (NYSE:IBM) with a solid alternative for integrating Web 2.0 data with corporate data. For uniPaaS, pricing for development is on a per seat basis at $6,000 per seat; full client deployment for 100 seats is $275 per seat and full server for RIA deployment for 100 users and 10 threads is $286 per user. Price per unit will drop as the number of seats goes up. (Tech Stars: 4, Channel Stars: 4)

Yahoo (NSDQ:YHOO) Pipes
Yahoo Pipes is an Ajax-based, browser-based online mashup application that anyone with a Yahoo account can use for free. For non-commercial purposes, it’s also the most fun—but commerce is about a lot more than fun. Yahoo Pipes, which the Santa Clara, Calif.-based company describes as a composition tool, is also one of the older mashup tools available, having been introduced more than 18 months ago. The Pipes site closely resembles the IBM Lotus offering—but Yahoo hosts the service for its subscribers. Yahoo does provide enough functionality so that mashups can be exported into badges or widgets. The online search pioneer continues to refine Pipes as well, recently adding the option to render mashups in PHP in addition to JSON, RSS or KML. For quick, easy deployment, Yahoo Pipes is worth a look. (Tech Stars: 5, Channel Stars: 2)

Bottom Line
As Web integration for business begins to adapt to a Web 2.0 world, look for these offerings to become more robust and provide more opportunities for VARs. These three, proprietary commercial offerings all get a recommendation from the Test Center because they can all meet a variety of business needs for solution providers of different skill sets. The IBM Mashup Center provides a slightly more attractive alternative because of the platform’s flexibility and easy-to-deploy approach. It’s clear, though, that with much of this technology at the earliest of stages it may well be worth revisiting this segment within a couple of quarters.
Next: IBM Mashup Center

Publié dans COOPERATION INTERNATIONALE, SCIENCE, TECHNOLOGIE, TIC | Pas de Commentaire »

Le Gold : un peu moins près des étoiles !

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 30 août 2008

Marc Dagher

Depuis le 14 juillet dernier, les cours du métal jaune sont en chute libre, puisqu’ils ont perdu plus de 20% de leur valeur. Ce très net retournement m’a donc naturellement semblé devoir faire l’objet d’une analyse un peu plus poussée, que je m’en vais vous faire dans cet Edito.

Un avenir immédiat peu brillant
Avant d’entrer dans le vif du sujet, je rappelle à toutes fins utiles que ce renversement corrobore logiquement mon hypothèse de rebond majeur sur les indices. L’or étant en effet devenu une « valeur refuge » très appréciée des investisseurs dans les périodes de crise.

Or (et sans mauvais jeu de mots) avec les tensions multiples actuelles, la corrélation des cours du métal précieux avec ceux de l’EUR/USD et le vif coup de frein des matières premières en général, tout porte à croire que la prudence est de mise pour encore quelques bonnes semaines au moins.

Les barrières de soutien s’effondrent une à une…
Depuis mi-juillet, le graphique des cours de l’or est venu enfoncer tour à tour chacun de ses supports techniques :

- Tout d’abord, le seuil des 900 $ l’once : ce niveau correspondait à la fois au retracement classique de Fibonacci de 61,8% de la dernière jambe de hausse en cours, à un palier psychologique (nombre rond ou round number en version originale) et au niveau de la moyenne mobile à 20 semaines (en bleu sur le graphique).

- Ensuite, la zone des 850/860 $ l’once : celle-ci correspondait à la fois au retracement traditionnel de 38,2% de toute la phase de hausse précédente (qui avait pris place entre octobre 2006 et mars 2008), au palier de soutien important qui avait contenu les pressions vendeuses entre fin avril et début juin et au niveau de la moyenne mobile à 50 semaines (en rouge sur le graphique). Il me paraît ici bienvenu de noter que cette moyenne mobile soutenait très bien les cours depuis mai 2001 avant d’être, pour la première fois, nettement enfoncée.

- Enfin, le palier des 800 $ l’once : qui était à la fois le prochain seuil psychologique et le retracement de 50% de toute la phase de hausse précitée.

Quelles perspectives désormais ?
Avec ce que je viens de vous dire, il me semble naturel de rester extrêmement prudent dans l’immédiat. En effet, seul un nouveau et net franchissement des 860 $ pourrait aujourd’hui signifier un retour – et encore – de la tendance haussière. Ce niveau fait désormais office d’overlap (ancien support devenu résistance).

Aussi, et tant que ce niveau contiendra les éventuelles pressions acheteuses, il faut s’attendre dans un premier temps à un test du support clef situé sur les 730 $. Ce niveau est lui aussi à la fois un fort niveau d’overlap (même si c’est ici une ancienne résistance qui devient donc support) qui date de mai 2006 et le niveau de retracement de Fibonacci de 61,8% de la même phase de hausse.

Le passage sous ce niveau conduirait alors au prochain support théorique situé autour des 675 $, mais je reste plus circonspect sur cette seconde partie du scénario (d’où les pointillés sur mon graphique).
cours de l’or en dollar

Que faire en termes d’investissement ?
- Si vous êtes long sur le métal jaune, je vous conseillerais de vous alléger, quitte à vous renforcer plus tard, au moins vers les 730 $.

- Si vous êtes short, soyez heureux, et conservez encore en visant, justement, les 730 $. Là, je vous suggèrerai alors vivement de vous alléger totalement, ou partiellement (si vous voulez jouer une nouvelle vague de baisse).

- Si vous n’êtes pas positionné sur l’or, attendez encore quelques semaines de baisse avant d’entrer à l’achat autour des 730 $. Il sera alors temps de refaire le point, et vous pourrez compter sur moi pour ne pas y manquer.

BRANCHEZ VOTRE PORTEFEUILLE SUR LA CROISSANCE DES BRIC !

Les Trente Glorieuses chinoises, indiennes, russes et brésiliennes réunies : une opportunité d’enrichissement historique — à ne pas laisser passer…

Une personne peut vous aider à en profiter ; son portefeuille est déjà rempli de valeurs parfaitement positionnées pour profiter de la croissance de ces pays. Et vous pouvez encore les acquérir à très bon compte : n’attendez pas pour en savoir plus…

Venez nous rendre visite sur le site Internet de l’Edito Matières Premières en cliquant sur www.edito-matieres-premieres.fr

Si vous ne souhaitez plus recevoir l’Edito Matières Premières, rendez-vous sur notre page de désinscription.

Copyright © 2008 Publications Agora France, 2002-2008
Nota bene : reproduction partielle ou totale du présent email STRICTEMENT INTERDITE sans accord écrit de la société éditrice.

L’Edito Matières Premières est une lettre électronique gratuite distribuée par les services financiers des Publications Agora. Si vous désirez appliquer les conseils évoqués dans cet e-mail, n’hésitez pas à vous abonner à l’une de nos lettres.

Pour plus d’informations :
www.publications-agora.fr
www.la-chronique-agora.com

Publié dans COMMERCE ET DEVELOPPEMENT, COOPERATION INTERNATIONALE, DEMOCRATIE ET ETAT DE DROIT, DEVELOPPEMENT, DROITS DE L'HOMME, ECONOMIE, FINANCE, FORMATION, GOUVERNANCE, INTERNET, SCIENCE, TECHNOLOGIE, TIC | Pas de Commentaire »

Le cycle haussier des matières va se poursuivre

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 30 août 2008

Isabelle Mouilleseaux

Avez-vous vécu les Trente Glorieuses ?
Je n’ai pas connu cette période. En revanche, mon grand père, un entrepreneur allemand, m’a beaucoup parlé de ces années fastes qui relevaient du miracle économique. La France aussi n’oubliera jamais ces décennies de croissance folle, ces années d’exubérance économique.

Tant d’infrastructures détruites, tant de villes quasiment rayées de la carte, tant d’énergie et d’espoir collectifs jetés dans la reconstruction et le dépassement…
Dépassement collectif… A ces mots, je ne peux m’empêcher de penser à toutes ces médailles d’or chinoises aux J.O.

Parlons-en de la Chine !
Quand j’essaie d’imaginer ce qu’ont pu être les Trente Glorieuses, je ne peux m’empêcher de tirer des parallèles avec la situation chinoise, et avec les BRIC en général. L’histoire m’a toujours passionnée. Et d’une certaine façon, souvent, elle se reproduit, de façon cyclique. N’était-ce pas l’Allemand Schopenhauer qui disait que les choses se répètent ?

Les Trente Glorieuses ont été des années de croissance intense en Allemagne et en France. Et l’une des caractéristiques principales de cette période était l’incroyable consommation de matières premières. Acier, béton, cuivre, fer, zinc, aluminium, étain, nickel, charbon… jamais on aura autant englouti de matières premières et de métaux industriels.

A la base des Trente Glorieuses : les matières premières
Non seulement il fallait reconstruire les routes, les voies ferrées, les maisons et les villes, mais en plus le plein emploi qui en a découlé a considérablement enrichi la population qui a pu ainsi accéder à un niveau de vie totalement nouveau : lave-linge, lave-vaisselle, téléviseur, automobile, téléphone, électroménager… tout devenait soudainement accessible. Ce miracle économique avait un pilier : les matières premières.

C’est aujourd’hui au tour de l’Inde, de la Chine, du Brésil et de tant d’autres pays d’entrer dans cette extraordinaire période faste, où industrialisation, urbanisation et niveau de vie explosent. A la base de ce boom : toujours les matières, notamment les matières industrielles et les énergies.

Pour vous donner une idée, alors qu’il y a 700 automobiles pour 1 000 habitants aux Etats-Unis, il y en a 24 pour 1 000 en Chine. Ce taux devrait atteindre 40 dès 2010. Imaginez le potentiel de rattrapage. Et n’oubliez pas l’Inde.

Autre exemple concret : le taux d’urbanisation en Inde est inférieur à 30%, celui de la Chine doit avoisiner les 40%. Les Etats-Unis sont à plus de 80%. La marge de progression est énorme. Sans compter que dans les années 50-60, nous devions être quelques 40 millions de consommateurs en France. Chinois et Indiens sont plus de deux milliards. Les Trente Glorieuses à la puissance dix !

Des taux moyens de croissance époustouflants sur la durée
Selon une étude du cabinet Price Waterhouse Coopers, la croissance chinoise devrait se situer en moyenne à 6,8% par an jusqu’en… 2050 ! Celle de l’Inde autour de 8,5% sur la même durée.

Or le moteur de la hausse des matières est en grande partie chinois. Un seul chiffre : entre 2002 et 2005, la Chine a été à l’origine de 48% de la hausse de la demande pour des matières premières.

Alors quand je lis le rapport de la Deutsche Bank qui annonce la fin du marché haussier des matières premières et la chute du baril à 60 $, je suis vraiment très sceptique. Pour ne pas dire perplexe.

La consolidation est temporaire, mais probablement pas finie
Nous assistons à une correction dans un marché haussier. Mais en aucun cas à la fin du cycle haussier sur les matières premières. Ce cycle haussier peut encore durer une décennie et plus. C’est mon analyse la situation.

Je suis également convaincue que cette consolidation temporaire des marchés des matières n’est pas encore finie. Pourquoi ? Parce que, de mon point de vue, la crise n’est pas derrière nous et que la théorie du découplage sera en partie mise à mal. Le rebond de ces derniers jours n’est probablement qu’un simple rebond technique.

La tentation est forte…
Etant donnée la chute des matières, nul doute qu’il est tentant de vouloir saisir les occasions. Laissez-moi vous donner un avis. Comme nous entrons dans une zone de turbulences, je vous recommande d’intervenir sur les marchés des matières dans une optique à relativement court terme, pour ne pas dire en trading. Cet avis vaut aussi pour les marchés actions.

D’une façon générale, je pense qu’il est trop tôt pour se positionner à l’achat sur le long terme, à quelques exceptions près (j’y reviendrai).
Comme disent les experts des matières en ce moment : les soldes vont bientôt commencer…

Publié dans COMMERCE ET DEVELOPPEMENT, COOPERATION INTERNATIONALE, DEVELOPPEMENT, ECONOMIE | Pas de Commentaire »

Dans le domaine des TIC,Qu’est-ce que l’usurpation d’identité ?

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 30 août 2008

L’usurpation d’identité est une forme d’activité criminelle. Des usurpateurs d’identité tentent d’obtenir frauduleusement des informations personnelles, telles que vos mots de passe, vos détails de comptes bancaires ou les numéros de vos cartes de crédit, en se faisant passer, via un message apparemment officiel, pour les représentants d’une société.
spy icon
Usurpation d’identité par message électronique
est une activité en ligne criminelle menée par des cybercriminels ;
est une tentative visant à vous forcer à révéler des informations personnelles telles que vos mots de passe ou vos numéros de comptes ;
peut conduire à l’usurpation de votre identité ;
peut provoquer la disparition du contenu de vos comptes bancaires ;
peut mener à une utilisation frauduleuse de vos cartes de crédit ;
peut être à l’origine de la vente de vos informations personnelles à un autre criminel, qui pillera vos comptes avant que vous ne vous rendiez compte du problème.
Comment l’usurpation d’identité par message électronique fonctionne-t-elle ?
Les criminels tentent de pousser les consommateurs à révéler leurs mots de passe et leurs numéros de compte en leur envoyant des messages avec des liens vers des faux sites Web qui ressemblent à s’y méprendre au site d’une compagnie connue. Les banques en sont les premières victimes.
Comment éviter d’en devenir la victime ?
Achetez un logiciel de sécurité qui vous protège contre l’usurpation d’identité.
Achetez un logiciel de sécurité avec un contrôle de la sécurité des sites Web.
Ne répondez jamais à un message que vous n’avez pas sollicité et qui vous invite à « vérifier » ou à « confirmer » des informations sur votre compte.
Méfiez-vous des messages qui vous demandent de fournir vos numéros de comptes bancaires ou de cartes de crédit.

Publié dans COOPERATION INTERNATIONALE, CULTURE, DEMOCRATIE ET ETAT DE DROIT, DROITS DE L'HOMME, ECONOMIE, EDUCATION, FORMATION, GOUVERNANCE, INFORMATION, INTERNET, POLITIQUE, SCIENCE, TECHNOLOGIE, TIC | Pas de Commentaire »

De l’air pour les compagnies aériennes ?

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 30 août 2008

Ingrid Labuzan

Avec la hausse du prix du pétrole, le secteur aérien a connu l’une des plus graves crises de son histoire, pire encore qu’après le 11 septembre. Licenciements, suppressions de lignes, surcharges carburant et même faillites ont rythmé le début de l’année.

Les petites compagnies et les low cost ont pris de plein fouet la hausse du carburant et la diminution du nombre de voyageurs à mesure que les prix des billets augmentaient. Les grandes compagnies n’ont pas non plus été épargnées. Ainsi, British Airways a vu ses bénéfices plonger de 90% au premier trimestre 2008, alors que le prix du carburant augmentait de 49%. Cette année, la compagnie anglaise ne table que sur un maigre 3% de croissance de son chiffre d’affaires. Son président, Willie Walsh, s’inquiète de ce « pire environnement que l’industrie ait jamais connu ».

Avec la baisse des prix du pétrole, le cours des actions des compagnies aériennes remonte. Est-ce suffisant pour se laisser tenter ?

Vous appréciez La Quotidienne de MoneyWeek…
… DECOUVREZ MONEYWEEK, LE MAGAZINE !

Toutes les semaines, retrouvez ce qui est sans doute la source la plus complète et la plus pratique de conseils financiers, de stratégies d’investissement et de nombreuses autres informations ultra-profitables.

Il suffit de cliquer ici et de vous laisser guider…

Le coin des optimistes
Mi-juillet, les contrats à terme sur le pétrole atteignaient 150 $. Une calamité pour les compagnies aériennes, dont beaucoup avaient fonctionné cette année avec du pétrole négocié parfois à 60 $. Un mois plus tard, ces mêmes contrats se négociaient autour de 112 $. Il n’en fallait pas plus pour faire remonter le cours des actions des compagnies aériennes. L’United States Airlines Index réagit désormais à l’inverse des cours du pétrole. Quand ce dernier perd 12%, l’indice des compagnies aériennes américaines grimpe de 13%.

Pour certains, la récente chute du prix du carburant marque un nouveau tournant dans le secteur aérien. La fin des soucis. Parmi les optimistes se trouve la banque américaine Morgan Stanley. Elle estime que le secteur aérien pourrait à nouveau engranger des bénéfices dès 2009. Un miracle rendu possible grâce à la baisse du pétrole et à la combinaison des efforts fournis par les compagnies : se débarrasser de leurs vieux avions, augmenter le prix des billets, faire payer des services jusqu’alors gratuits, limiter le poids des bagages… Autant d’astuces plus ou moins efficaces pour limiter les coûts.

La bande des pessimistes
La baisse du coût du carburant est réelle. Cependant son prix reste à un niveau nettement supérieur à celui auquel les compagnies aériennes étaient habituées. En effet, elles achètent leur fuel grâce à des contrats à terme. C’est-à-dire qu’elles se sont engagées à acheter à l’avance et à prix fixe une importante quantité de carburant. Ces contrats ont été établis, pour certains, à une époque à laquelle le baril coûtait entre 75 et 85 $. Nous sommes bien en-dessous des 112 $ qui réjouissent aujourd’hui les actionnaires des compagnies aériennes.

Pour certaines compagnies, ces contrats sont aujourd’hui parvenus à terme. En revanche, d’autres compagnies en bénéficient encore et pourraient voir leurs dépenses exploser quand ils seront révolus.

IATA, l’Association internationale du secteur aérien, estime que 40% des compagnies aériennes bénéficient encore de contrats à terme avantageux. Autant de sociétés dont il faudra à l’avenir se méfier. IATA considère d’ailleurs que vingt nouvelles compagnies, en plus de celles ayant fait faillite depuis le début de l’année, présentent un risque financier élevé.

Plus gros, plus fort
Dans le secteur aérien, la tendance est au regroupement, suivant la maxime qui affirme qu’à plusieurs, on est plus fort. Trois compagnies aériennes majeures tentent de mettre en place une alliance : American Airlines (AA), British Airways (BA) et Iberia. Dernière barrière à leur ambition, les lois antitrust américaines. Avec une telle alliance, AA et BA auraient enfin accès au marché d’Amérique latine, où ils ne sont, pour l’instant, que des acteurs mineurs.

D’autres compagnies ont déjà scellé des accords, comme Delta et Air France-KLM. L’association entre AA, BA et Iberia inquiète cependant ses concurrents. Virgin craint l’émergence d’un « méga-pouvoir » qui monopoliserait toutes les routes aériennes au dessus de l’Atlantique au départ de deux pays européens majeurs.

Avec la hausse des prix du carburant, l’émergence de « mégas compagnies aériennes » pourrait devenir une réalité. Rien ne saurait remplacer le fuel pour faire voler nos avions dans les vingt ans à venir.

A côté des gros A380 pourrait naître une tendance inverse : à l’avenir, les avions pourraient perdre en taille. Plus petits, plus légers, ils consommeraient moins de carburant.

Les investisseurs les plus aventuriers peuvent miser sur les actions des compagnies aériennes afin de réaliser des profits sur du court terme. Sur du long terme en revanche, ce secteur sera sans doute à nouveau chahuté et devra réfléchir à son modèle de développement.

Publié dans COMMERCE ET DEVELOPPEMENT, COOPERATION INTERNATIONALE, ECONOMIE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Où est passé « l’euro fort » ?

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 30 août 2008

Simone Wapler

◊ La hausse des matières premières se poursuivra
◊ Le rebond du dollar est anecdotique
◊ Détecter les vrais enjeux de demain pour investir

Ceux-là mêmes qui pensaient et écrivaient que l’euro était fort avant l’été, soulignent maintenant sa faiblesse. Qu’est-ce qui fait qu’une monnaie est « forte » ou « faible » ? Une simple question de perspective.

A l’éclatement de la crise financière, il y a un an, la parité eurodollar était de 1,36. »Au niveau de 1,45″, avaient, à l’époque, commenté les experts, « nous entrerons dans une grave crise financière ». La parité eurodollar a touché 1,60 fin avril. Nous en sommes maintenant à 1,47. Bien entendu, nous savons que l’euro n’a jamais été fort. Nous savons seulement que le dollar a eu une crise de faiblesse historique.

Nous vivons dans une marée de liquidités décrétée par les banques centrales selon les directives de leurs gouvernements. La marée la plus importante est évidemment celle du dollar. Toutes les monnaies dépendent plus ou moins de l’abondance de billets verts. Ces liquidités se sont portées vers les actions, l’immobilier et les investissements industriels au gré des pays et des secteurs d’activité. Pourtant, quelle monnaie achète aujourd’hui plus de matières premières qu’il y a un an ? AUCUNE. Soyons plus spécifiques : quelle monnaie achète plus de pétrole qu’il y a un an ? AUCUNE.

Investissez plus profitablement…
Epargnez plus efficacement…
Dépensez plus astucieusement…
… et faites de votre patrimoine ce que vous voulez qu’il soit !

Toutes les semaines dans MoneyWeek, découvrez des conseils, des stratégies et des informations ultra-profitables qui vous aideront à prendre le contrôle de vos finances.

Vous verrez : vos investissements ne pourront plus s’en passer !

Il y a un an, le pétrole était à 75 $ le baril. Il est maintenant à 112 $ le baril. Ni le dollar, ni l’euro n’achètent davantage de pétrole.

Sur la même durée, ni le dollar, ni l’euro n’achètent non plus davantage d’aluminium, d’argent, de blé, de cacao, de café, de coton, de cuivre, de bétail, de maïs, d’or, de platine, de soja ou de sucre.

Ces deux monnaies ont baissé, puisqu’elles ont moins de pouvoir d’achat. Elles ne sont donc pas fortes. Certaines évidences méritent ainsi d’être rappelées.

La hausse des matières premières se poursuivra
Nous ne sommes pas du genre à dire « Achetez, puisque cela monte », argument favori de conseillers financiers peu scrupuleux qui poussent en avant la dernière patate chaude que leurs établissements leur demandent de faire passer pour qu’elle brûle les mains de quelqu’un d’autre.

Nous vous disons « Achetez, car la hausse n’est pas finie ».

Côté demande, celle des pays émergents va continuer à progresser. Soyons sérieux, même si la récession des pays riches leur fait perdre quelques points de croissance, il y a un mot à retenir : « croissance ». Plus de 5%, c’est déjà l’euphorie pour nos économies matures. Il est extrêmement improbable que la Chine, l’Inde, le Brésil et la Russie descendent sous ce chiffre. La croissance mondiale reste positive, le poids démographique fait le reste.

Du côté de l’offre, ça se rétrécit. Les terres cultivables ne sont pas extensibles. Pis : les accidents climatiques abaissent la productivité. Le réchauffement planétaire, avec la montée résultante des eaux, va diminuer les surfaces.

Pour le pétrole, les pays producteurs nationalisent leurs réserves et en rendent l’exploitation difficile car ils ne possèdent pas toujours la technologie permettant d’aller découvrir et aspirer les nappes qui se cachent dans les profondeurs maritimes.

Pour les métaux, le sous-investissement minier qui date de l’euphorie des nouvelles technologies mettra encore quelques temps à se rattraper. L’assèchement du crédit ne va pas faciliter l’éclosion de nouveaux projets.

Le rebond du dollar est anecdotique
Avec neuf banques déjà en faillite, des ménages qui consomment à crédit, des organismes de financement en grande difficulté, une guerre extraterritoriale coûteuse, il est illusoire de penser que les Etats-Unis peuvent avoir une monnaie forte.

Le FMI estime que la baisse du dollar n’a pesé que pour 25 dollars dans l’emballement des prix du pétrole. Tôt ou tard, ce choc pétrolier va se traduire par encore plus d’inflation. Même en laissant de côté l’influence du pétrole seul, et en ne prenant en compte que l’augmentation des prix des matières agricoles, l’impact est considérable. Les produits agricoles ont doublé en un an et ceux-ci rentrent pour 30% dans le prix des produits finaux des pays émergents. Nul besoin de posséder un doctorat d’économie pour comprendre que :
- l’ouvrier chinois a besoin de se nourrir ;
- le prix de sa nourriture augmente ;
- son salaire est réajusté ;
- le produit final devient plus cher.

Et voilà pourquoi, il ne faut pas s’attendre à voir le prix de nos produits finis baisser.

Donc, si vous m’avez suivie jusque-là, l’important est de détecter les grandes tendances de demain pour pouvoir investir profitablement et conserver notre pouvoir d’achat.

Détecter les vrais enjeux de demain
Nous nous efforçons d’investir en précurseurs, de discerner les grands enjeux de demain afin de prendre les bons paris. C’est un métier difficile qui nécessite de rester à l’affût et de ne pas se laisser influencer par les tendances. Entre tendance et enjeu, la nuance est de taille, vous en conviendrez.

Bolloré a-t-il lu MoneyWeek ? Le 31 juillet, nous faisions paraître un dossier sur la voiture écologique. Notre grande conclusion était que, pour profiter du secteur, il fallait investir sous le capot, dans le domaine de la batterie plutôt que chez les constructeurs.

Nous avons donc recommandé les actions d’une mine de lithium qui produit au Chili.

Aujourd’hui, l’Agence France Presse nous apprend que Bolloré lutte avec Mitsubishi pour obtenir l’exploitation de lithium du site bolivien Salar de Uyuni. « L’enjeu » explique La Tribune, « ce sont bien sûr les batteries électriques. »

Nous restons modestes. Nous n’avons pas la prétention de penser que Mitsubishi lit MoneyWeek en français. Mais nous allons nous renforcer en lithium.

Publié dans COMMERCE ET DEVELOPPEMENT, COOPERATION INTERNATIONALE, ECONOMIE | Pas de Commentaire »

Je rêve mon Congo

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 22 août 2008

Par Thierry Nlandu, professeur à la Faculté des Lettres à l’Unikin

Mon rêve, je le veux porteur de potentialités libératrices de l’être que nous sommes à l’heure où notre société donne l’impression de sombrer dans le fin fonds des nombreux « mabuulu ya mazengele » qui vont reprendre vie dès la saison de pluie imminente qui s’annonce agressive. Mon rêve n’a pas l’intention de culpabiliser les miens, mais plutôt d’interpeller ma conscience, ta conscience, notre conscience, grâce à notre enseignement fondé sur I’ Evangile, pour les uns, devenus chrétiens si pas crétins par la force des avantages sociaux liés à leur christianisme et des autres devenus libéraux si pas bourreaux de leurs propres frères et si sœurs par la magie d’une Constitution fondatrice d’une démocratie de façade.Mon rêve est un regard critique qui refuse de croire que tout est négatif dans notre société. Il vise, au contraire, à améliorer ma société en endiguant les effets négatifs et nocifs du système qui la gouverne. Mon rêve est ce testament, prélude des mémoires que les jeunes attendent humblement de tous ceux qui, depuis 1960 jusqu’à nos jours, ont eu une parcelle d’autorité. Ces mémoires feront prendre conscience à la jeunesse des injustices structurelles, des blocages et des impasses à cause desquelles notre société piétine encore.

Mon rêve est, en définitive, cette utopie, œuvre d’anticipation de cet écrivain qui ne dit son vrai dernier mot que lorsque toute sa société semble l’ignorer. Je rêve d’une société où l’enfant recevra, dès le plus bas âge, une éducation précoce et exigeante, une société où ma fille et mon fils ne goûteront plus au lait de la magouille métaphoriquement nommée « copa copa » et de la facilité pour être formés à l’abnégation, au travail en groupe et à l’endurance. Je rêve d’un Congo où mon enfant ne sera plus éduqué au rythme du « liduusu», du « ngondo », « nkila monkroso » ou autre « salle des morts » pour être initié, dans la dignité humaine, à la maîtrise de son caractère et au goût du travail bien fait. Mon rêve est celui d’une nation où mes filles et mes fils cesseront d’être livrés à la rue pour redécouvrir la chaleur des bras d’une mère garante non seulement des traditions mais surtout des valeurs. Blottis contre sa poitrine, ils redécouvriront l’ordre, la discipline et la sécurité. Dans ses yeux, ma fille lira la volonté de réussir sa vie sans se vendre sur la place publique. Sur ses lèvres, mon fils y trouvera le mot objectivité inscrit en lettres d’or. Mon rêve est celui de voir tous les fils et toutes les filles de ce pays circulant sur nos routes, nos fleuves, à la découverte de la grandeur, de la beauté et de la richesse de nos terres, de nos vallées, de nos plaines et de nos différentes cultures. Je rêve de ce moment où ces enfants, fils et filles de Bandundu iront, dès le bas âge, à la rencontre de ceux et celles de la Province Orientale ; ceux et celles du Kasaï à la rencontre de ceux et celles du Kivu ; ceux et celles du Kivu à la découverte de ceux et celles du Bas Congo ; ceux et celles du Maniema à la découverte de ceux et de celles Kinshasa ; ceux et celles de Kinshasa à la rencontre de ceux du Katanga ; ceux et celles de l’Equateur à la découverte de ceux et celles du Kasaï, etc. dans le cadre d’un vaste programme d’intégration nationale consciemment voulu en vue de la construction d’une nation nouvelle où toutes nos ethnies seront intégrées par les mariages interethniques qui donneront naissance à des Congolais et et Congolaises, et non plus à des Bayakas, des Regas, des Balubas, des Tshokwe, des Lundas, des Babembas, des Mongos, des Tetelas, des Batandus, des Ngombes, des Banyamulenges, des Bashi, des Lokele, des Ngbandi, des Mbuza, des Bayansi, des Bambala, des Bateke, des Basuku, des Bakuba, des… Mon rêve est celui d’un Etat où les adultes ne baisseront plus leurs bras chaque fois qu’on leur parlera de leurs enfants sous prétexte d’avoir épuisé leurs énergies dans la lutte pour l’indépendance. Dans mon monde, ces bras adultes qui, après l’indépendance, ne se lassent pas de se servir se regarderont avec courage pour ne plus recevoir mais pour donner. Je rêve, oui je rêve d’une société où le père sera père et non l’homme que sa fille vient chercher chez son amante parce qu’ayant déserté le toit familial; une société où la mère sera mère et non la femme légère, inconstante, sans personnalité, pour qui ne comptent que bijoux en or et voyages en Europe, à Dubaï et en Chine. Je rêve d’une famille qui sera symbole d’unité dans la diversité et non plus cette toilette où le père, la mère, le fils et la fille ne s’aperçoivent qu’au sortir des uns et à l’entrée des autres. Mon rêve est celui d’un service public où ni la chèvre, ni les pièces sonnantes, ni ma sœur, ni mon appartenance ethnique ne garantiront ni mon engagement, ni ma promotion, mais bien ma qualification et mon ardeur au travail. Mon service public sera celui des incorruptibles pionniers qui auront appris non seulement à cueillir les fruits, mais surtout à planter les arbres fruitiers; des incorruptibles qui auront compris qu’un pot de vin de 1 $ ne représente rien par rapport au 9 $ que l’égoïsme individuel fait perdre à la nation tout entière. Mon rêve est celui d’un service hospitalier où la gentillesse du personnel sera annonciatrice des guérisons futures. Mon hôpital cessera d’être le cimetière où j’enterrerai mes sœurs, mes frères et mes enfants parce que j’aurai vendu les médicaments leur destinés ou encore parce que je ne leur aurai dispensé des soins qu’à la mesure de leurs poches. Mon hôpital sera celui où les médecins n’assisteront plus impuissants à la mort de leurs patients parce que ne disposant pas des plus élémentaires des matériels. Je rêve d’une église où le prêtre ne sera plus le complice de nombreuses injustices au nom d’un réalisme assassin. Mon église sera celle où les bienfaiteurs ne seront plus ceux qui auront détourné les deniers publics. Mon église sera la lumière portée par des hommes et les femmes qui cesseront de justifier notre indigne comportement par notre nature d’homme. Eglise des hommes et des femmes, elle sera un diamant dont l’éclat sera la voix des sans voix. Mon église sera l’église des pauvres, une église service. Je rêve d’une armée et des services de sécurité, animés par des fils et filles de ce pays, sélectionnés parmi les meilleurs de nos maisons et provinces pour former une armée républicaine qui sera une chance pour la sécurité des biens et des personnes à travers tout le pays. Enfin, mon rêve est celui d’une communauté d’universitaires et de cadres créateurs qui ne seront plus les ouvriers qualifiés dont la rentabilité n’est maximale que lorsque placés dans des conditions de travail que nous ne sommes pas encore en mesure de leur offrir. L’agronome ne sera plus cet ouvrier à même de soigner toutes les maladies du café et du thé, mais bien ce créateur qui s’acharnera à améliorer la qualité de notre manioc; ce créateur qui nous livrera le secret de la culture du « fumbwa », de la domestication des bêtes de nos forêts et savanes, et du repeuplement de nos rivières. Le pharmacien sera cet humble chercheur à l’écoute de nos praticiens traditionnels qui lui apprendront les vertus de nos plantes, les mystères de notre nature et la force de la parole. Avec le médecin, la main dans la main, ils apprendront à guérir non seulement la maladie, mais aussi le malade. L’ingénieur sera celui qui, avec les moyens de bord, trouvera une solution aux érosions qui ravagent son village, à l’approvisionnement en eau potable de ses parents condamnés à parcourir des kilomètres pour atteindre la source; à l’amélioration du réseau routier de sa région, avec l’assistance d’une population qui n’attend rien d’autre que son mieux-être. Le muséologue cessera de crier à qui veut l’entendre que l’art congolais n’est pas à sa place dans les musées pour le faire vivre dans la société. Belle sera notre ville dont les carrefours auront retrouvé la vie grâce à nos œuvres d’art. Original sera le sentier qui mène à la source lorsque des statues nous y guideront. Et que dire de ces camions qui sur la route de Bandundu ont réanimé les multiples statuettes de chez nous? Constamment arrosées par nos pluies, livrées à la pollution de nos centres urbains noircies par les rayons solaires, rongées par divers insectes, ces œuvres d’art mériteront alors le cimetière qui n’est autre que le musée. Elles seront remplacées par d’autres œuvres assoiffées de vie et initiatrices d’emplois nouveaux et d’imaginations nouvelles pour nos artistes. Le spécialiste de la poterie, gradué de l’Académie des Beaux Arts, ne fera pas seulement preuve de son talent en nous fabriquant des pots de fleurs en terre cuite, mais en améliorant la qualité des terres cuites utilisées dans la fabrication de divers ustensiles de ménages de chez nous. Il cherchera à augmenter la performance et l’aspect extérieur de nos marmites en terre cuite. Lui aussi réussira à créer l’illusion de leur nature «incassable». L’artiste, écrivain, musicien, acteur, cinéaste sera cet amoureux non seulement du ludique, du récréatif, mais aussi du vrai. L’artiste de ma société produira une œuvre belle parce que porteuse de vérité. Il ne craindra ni ses amis, ni ses ennemis dans l’exercice de sa noble mission de prophète de sa société. Il fera une œuvre originale qui non seulement parlera de son peuple, mais surtout sera destinée à son peuple. A ce dernier, il fera redécouvrir l’importance des rêveurs, du rêve et de l’utopie pour une nation en devenir. Tel est mon rêve, une utopie qui est convaincue que la construction d’un Congo nouveau, et l’amélioration de nos conditions de vie, ne pourront pas venir d’une simple décision d’en haut, mais bien d’une meilleure organisation de nos divers services, et surtout d’un esprit de pionnier et de bâtisseur. Dieu aidant, le rêve, notre rêve deviendra alors réalité.
CongoOne, Mise en ligne le 17-08-08

Publié dans DEVELOPPEMENT, DROITS DE L'HOMME, EDUCATION, SOCIAL, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Verdict différé dans le procès des membres de l’UDPS/ Mbuji-Mayi : le président du tribunal porté disparu !

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 22 août 2008

Le verdict tant attendu ce mercredi 13 août dans le procès opposant le gouverneur Ngoyi Kasanji à des membres de l’UDPS/Mbuji-Mayi n’a pas eu lieu. Et pour cause, la radio onusienne OKAPI signale que les membres du tribunal qui siège en chambre foraine à la prison centrale du chef lieu du Kasaï-Oriental n’ont pas fait signe de vie.

Quand bien même la police était déployée et que des membres de l’UDPS s’étaient déplacés en nombre pour connaître le verdict, aucune information de source officielle n’a été communiquée pour expliquer l’absence des membres du tribunal dont le président est par ailleurs resté injoignable.

Pourquoi donc après que le ministère public ait requis la peine capitale contre dix membres de l’UDPS les membres du tribunal choisissent de se réfugier dans la clandestinité au lieu de dire purement et simplement le droit en acquittant ces prisonniers d’opinion étant donné que les faits dont ils sont accusés relèvent du monde des idées ?

L’arbre qui cache la forêt, signale notre correspondant dans la capitale mondiale du diamant, est que les bonzes locaux du kabilisme dont notre « Kabila provincial » estiment que la libération par acquittement pur et simple des membres de l’UDPS serait un mauvais signal envoyé à tous les « radicaux » de la ville de Mbuji-Mayi au moment où Joseph Kabila se prépare à tenir le prochain conseil des ministres en province au chef lieu de l’ex-Sud-Kasaï.

Aussi, en vue de tenir en respect une population dont l’hostilité au kabilisme est un secret de polichinelle, l’AMP locale qui redoute en plus d’avoir sous les bras des prisonniers d’opinion souhaite que le verdict ne soit rendu qu’après le séjour de Kabila Kabange à Mbuji-Mayi. C’est décidément une situation embêtante pour le PPRD local qui n’est pas sans savoir que ses instances nationales courtisent de manière soutenue l’UDPS pour l’amener à participer aux prochaines et virtuelles élections communales et locales sous prétexte que ce serait la manière idéale pour le parti de Tshisekedi de contrôler le pouvoir par la base. Si cette perspective n’est pas pour faire rire les vaches, alors il faut en pleurer car on ne voit sérieusement pas par quel miracle le prétendu contrôle du pouvoir par la base peut influer sur la marche de l’Etat alors que la prédation est la règle d’or au niveau national.

Il nous revient que les éclaireurs de Kabila Kabange à Mbuji-Mayi auraient trouvé bien inspirée la « décision » de l’AMP locale et de Kabila provincial de différer, via des manœuvres dilatoires, le verdict d’acquittement des prisonniers d’opinion de l’UDPS.

Si cette stratégie funeste est mise en relief, d’aucuns redoutent que les zélés du kabilisme à Mbuji-Mayi n’optent finalement pour la méthode forte et contraignent les juges à prononcer le jugement dans le sens des réquisitions du ministère public. Nul doute que la mort dans l’âme, le président du tribunal serait ainsi obligé de sortir de sa cachette pour dire le droit du plus fort

En tout état de cause, le régime des Kabila n’a qu’à bien se tenir. Car, en poussant l’UDPS dans ses derniers retranchements, il ouvrira un front de plus qu’il ne saura dompter comme ceux du Kivu et de l’Ituri où la paix s’éloigne davantage. A quelque chose malheur et bon dit-on. A condition que tous les déçus du kabilisme aient à l’esprit cette litote du célèbre chanteur sénégalais Ismaëlo : « ce qui tu n’as pas gagné par les armes, tu ne peux le gagner par les larmes » !
CongoOne, Mise en ligne le 14-08-08

Publié dans GOUVERNANCE | Pas de Commentaire »

La grève des médecins du secteur public en RDC est bien suivie

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 22 août 2008

La grève des médecins pour des augmentations salariales était bien suivie mardi dans les hôpitaux publics de la République démocratique du Congo (RDC), des malades étant priés de quitter les lieux.

Le Syndicat national des médecins (Synamed), qui a lancé lundi ce mouvement, exige une amélioration des conditions salariales des médecins conformément aux engagements pris en janvier 2008 par le gouvernement et qui ont permis de mettre fin à une grève « sèche » (sans service minimum) dans les hôpitaux publics du pays.

« A Kinshasa, tous les médecins des hôpitaux publics ont suivi notre mot d’ordre », a affirmé mardi à l’AFP le secrétaire exécutif du Synamed, Mankoy Badjoky.

Dans cette mégalopole de quelque huit millions d’habitants et qui compte une dizaine d’hôpitaux publics, des malades ont dû quitter l’Hôpital Général, le plus important du pays avec ses 2.000 lits, pour aller poursuivre leurs soins dans des centres privés.

Les nouveaux malades ne sont pas admis dans cet établissement, situé au centre-ville.

Seuls les cas très graves n’ont pas été priés d’évacuer les lieux, a indiqué à l’AFP le médecin-directeur de l’Hôpital Général, le Dr Dieudonné Diabeno.

« Un service minimum a été mis en place dans chaque département et service pour s’occuper des cas d’extrême urgence », a-t-il affirmé.

Le Synamed affirme avoir demandé aux responsables des hôpitaux publics d’ « organiser des services minimums ».

La même situation a été observée à l’Hôpital Roi Baudouin de Masina, un grand quartier populaire de l’est de la capitale congolaise.

Dans les provinces du Bas-Congo et du Bandundu (ouest) ainsi que dans la Province orientale et celle du Nord-Kivu (est) la grève est également bien suivie, selon des sources médicales locales contactées par l’AFP.

Dans deux autres provinces, le Katanga (sud) et le Sud-Kivu (est), le mouvement n’avait pas encore commencé mardi.

Les médecins exigent un « salaire décent », de l’ordre de 320.000 francs congolais (580 USD), le paiement d’une prime « de risque », l’apurement d’arriérés et la régularisation du statut de médecins vacataires.

Actuellement, un médecin congolais touche un salaire mensuel de 119.000 francs congolais (216 USD), prime de risque comprise.

Au cours des négociations de janvier, le gouvernement s’était engagé à chercher un « crédit supplémentaire » de 2 milliards de francs congolais (3,6 millions de dollars) pour augmenter les salaires des médecins « à partir de juillet ». Ce qui avait permis de mettre fin à un mouvement de grève déclenché en 2007.

Dans un message diffusé mardi dans les médias, le ministre de la Santé Victor Makwenge a rappelé « les conséquences regrettables » du mouvement de 2007 et appelé les grévistes à « poursuivre avec patience, abnégation et dans la sérénité le dialogue avec le gouvernement pour que des solutions durables soient trouvées ».

Selon M. Makwenge, cette nouvelle grève ne se justifie pas car « beaucoup de questions ont été résolues par le gouvernement entre janvier et août 2008″ notamment le paiement des arriérés des primes des médecins à Kinshasa ainsi qu’en province.

Il a évoqué les « temps difficiles » que traverse l’économie du pays jugeant « hâtif » l’argument du Synamed qui accuse le gouvernement de non respect des engagements.

Mardi, le Synamed a réaffirmé sa détermination de poursuivre la grève si le gouvernement ne répond pas aux revendications salariales des médecins.
CongoOne, Mise en ligne le 19-08-08

Publié dans DEMOCRATIE ET ETAT DE DROIT, DEVELOPPEMENT, DROITS DE L'HOMME, ECONOMIE, EDUCATION, GOUVERNANCE, POLITIQUE, SANTE | Pas de Commentaire »

MULTISTAKEHOLDER ADVISORY GROUP RENEWED TO PREPARE INTERNET GOVERNANCE FORUM MEETING IN HYDERABAD, INDIA

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 22 août 2008

22 August 2008

The membership of the Multistakeholder Advisory Group, which is entrusted with assisting in the preparations for the annual meeting of the Internet Governance Forum, has been renewed.

A total of 50 members, 17 among them new, have been appointed. This represents a renewal of one third of its membership. The members of the Multistakeholder Advisory Group are from all stakeholder groups representing Governments, private sector and civil society, including the academic and technical communities, representing all regions.

The Special Adviser for Internet Governance to the Secretary-General, Nitin Desai, has been asked to continue as the Chairman of the Advisory Group. The Chairman may select special advisers to assist him. Representatives of relevant intergovernmental organizations and the European Commission are also invited to attend the meetings of the Multistakeholder Advisory Group.

All members serve in their personal capacity, but are expected to have extensive linkages with their respective stakeholder groups. The main task of the Advisory Group is to provide advice on the preparations of the next meeting of the Internet Governance Forum, which is to be held in Hyderabad, India from 3 to 6 December 2008.

The renewed composition of the Multistakeholder Advisory Group is the result of broad-based consultations. It reflects a widely held view that the group should represent a better balance in terms of geographical diversity and gender. The group now includes 16 women among its 50 members, compared to nine in its previous composition.

As part of its mandate, the Multistakeholder Advisory Group has been asked to continue efforts to enhance the transparency of the preparatory process by ensuring a continuous flow of information between its members and the various interested groups.

The assistance of the Advisory Group in planning the annual meeting of the Internet Governance Forum is appreciated and the outgoing members of the group are thanked for their work and support.

The Internet Governance Forum is an outcome of the Tunis phase of the World Summit on the Information Society, which took place in 2005. In the Tunis Agenda for the Information Society, Governments asked the Secretary-General to convene a “new forum for policy dialogue” to discuss issues related to key elements of Internet governance and set out the Forum’s mandate.

The Forum’s first two meetings took place in Athens in November 2006 and in Rio de Janeiro in November 2008.

For further information, please visit http://www.intgovforum.org or contact Markus Kummer, Executive Coordinator, Secretariat of the Internet Governance Forum, tel.: +41 0 22 917 54 88, e-mail: mkummer@unog.ch.

Internet Governance Forum Advisory Group – List of Members

Chairman:

Mr. Desai, Nitin
Delhi/Mumbai – Special Adviser to the Secretary-General for Internet Governance

Members:

Mr. Akplogan, Adiel
Port Louis – CEO, Regional Internet Registry (RIR) for Africa – AfriNIC

Mr. Al Shatti, Qusai
Kuwait City – Deputy Chairman of Kuwait Information Technology Society

Ms. Arida, Christine
Cairo – Director of Telecom Planning and Services, National Telecom Regulatory Authority, Egypt

Mr. Bayramov, Ayaz
Baku – Head of Department for International Relations and Cooperation with NGOs, Ministry
of Communications and Information Technologies, Azerbaijan

Ms. Betancourt, Valeria
Quito – Coordinator of the Communication and Information Policy Programme in Latin America,
Association for Progressive Communications (APC)

Ms. Cavalli, Olga del Carmen
Buenos Aires – Adviser for Technology, Ministry of Foreign Affairs Argentina

Mr. Clarke, Trevor
Geneva – Permanent Representative of Barbados to the United Nations Office at Geneva

Mr. Daftardar, Abdullah
Riyadh – Senior Executive, Communications and Information Technology Commission, Saudi Arabia

Mr. Dardailler, Daniel
Nice – Associate Chair for Europe, World Wide Web Consortium (W3C)

Mr. de la Chapelle Bertrand
Paris – Special Envoy for the Information Society, Ministry of Foreign Affairs, France

Ms. Diop Diagne
Dakar – Director of Information and Communication Technology (ICT), Ndeye Maimouna Ministry of Posts, Telecommunications and ICT, Senegal

Mr. Disspain, Chris
Carlton, Australia – Chief Executive Officer, .AU Registry; Chair, Council of Country-Code Names
Supporting Organization (ccNSO)

Ms. Dryden, Heather
Ottawa – Senior Advisor, International Telecommunications Policy and Coordination,
Telecommunications Policy Branch Industry, Canada

Mr. Echeberría, Raúl
Montevideo – Executive Director/CEO, Latin America and Caribbean Internet Addresses Registry
(LACNIC)

Mr. Fältström, Patrik
Stockholm – Consulting Engineer, Cisco Systems; Member, Board of Internet Society; Member,
Swedish Government IT Advisory Group

Mr. Graham, Bill
Ottawa – Global Strategic Engagement, Internet Society (ISOC)

Ms. Gross, Robin D.
San Francisco, CA – Executive Director, IP Justice

Mr. Hansen, José Vitor
Brasilia – Deputy Head, Division of Science and Technology, Ministry of External Relations, Brazil

Ms. Hassan, Ayesha
Paris – Senior Policy Manager, E-Business, IT, and Telecoms, Executive in charge of Information and
Communication Technologies (ICT) Policy, International Chamber of Commerce (ICC)

Mr. Hilali, Aziz
Rabat – Professor, Institut Supérieur des Télécommunications de Rabat ; President, Internet Society
Morocco

Ms. Hofmann, Jeanette
London – Senior Researcher, London School of Economics and Political Science (LSE) / Social Science
Research Center Berlin

Mr. Jamil, Zahid U.
Karachi – Senior Partner and Barrister-at-Law, Jamil and Jamil, Chairman Domain Name Dispute
Resolution Center

Mr. Kârkliòð, Jânis
Paris – Ambassador of Latvia to France and Permanent Representative to UNESCO

Mr. Katoh Masanobu
Tokyo – Corporate Vice President; President of the Law and Intellectual Property Unit and Security
Export Control Headquarters, Fujitsu Limited

Mr. Katundu, Michael
Nairobi – Assistant Director, Information Technology Communications Commission, Kenya

Mr. Lau, Stephen K.M.
Hong Kong – Chairman, Electronic Data System (EDS)

Mr. Lohento, Gemma
Dakar – Panos Institute West Africa, Coordinator, Center for International
Brice (Ken) ICT Policies for Central and West Africa (CIPACO)

Mr. Matulis, Aurimas
Vilnius – Director of the Information Society Development Committee, Lithuania

Mr. Moedjiono
Jakarta – Senior Adviser to the Minister of Communication and
Sardjoeni Information Technology of the Republic of Indonesia for International Relations and Digital
Divide, Indonesia

Mr. Oliver, Colin
Canberra – Assistant Secretary, International Branch, Department of Broadband, Communications and
the Digital Economy, Canberra, Australia

Mr. Ondrej, Filip
Prague – Chief Executive Officer of the NIC, Czech Republic

Mr. Papadatos, George
Geneva – Minister-Counsellor, Permanent Mission of Greece to the United Nations Office at Geneva

Ms. Park, Y J
Delft – PhD Candidate at Syracuse University – Fellow TU Delft
Ms. Piñeiro, Lorena
Santiago – Head of International Affairs Department, Undersecretariate of Telecommunications, Chile

Mr. Pisanty, Alejandro
Mexico City – Director of Computing Academic Services, Universidad Autónoma de México; Director
ISOC Mexico

Ms. Primo, Natasha
Johannesburg – Chair, Executive Board – Association for Progressive Communications (APC)

Mr. Quaynor, Nii
Accra – Chairman and Chief Executive Officer, Network Computer Systems; President, Internet
Society of Ghana

Mr. Riehl, Frédéric
Bienne – Deputy Director, Head of International Relations Service at the Federal Office of
Communications, Switzerland

Ms. Rionge, Njeri
Nairobi – Chief Executive Officer; Ignite Consulting Limited

Mr. Sambrook, Richard
London – Director, Global News Division, British Broadcasting Corporation (BBC); Vice President,
European Broadcasting Union (EBU)

Mr. Seadat, Peiman
Tehran – Deputy Director for International Specialized Agencies, Ministry of Foreign Affairs, Islamic
Republic of Iran

Ms. Selaimen, Graciela
Rio de Janeiro – Executive Coordinator, Núcleo de Pesquisas, Estudos e Formação (NUPEF)

Mr. Sha’ban, Charles
Amman – Executive Director, Regional Office, Abu-Ghazaleh Intellectual Property

Mr. Shanker, N. Ravi
New Delhi – Joint Secretary, Government of India, Ministry of Communications and Information
technology, Department of Information Technology

Ms. Swinehart,
Theresa Marina del Rey, CA – Vice President, Global and Strategic Partnerships, Internet Corporation
for Assigned Names and Numbers (ICANN)

Mr. Tang, Zicai
Beijing – Deputy Director, Department of Foreign Affairs, Ministry of Information Industry, China

Ms. Taylor, Emily
Oxford – Nominet.UK, Director of Legal and Policy

Mr. Vasiliev, Vladimir
Moscow – Deputy Director, Department of Information Society Strategy, Ministry for Information
Technologies and Communications, Russian Federation

Ms. Warren, Jennifer A.
Alexandria, VA – Vice President, Technology Policy & Regulation,Lockheed Martin Corporation

Mr. Yahaya, Issah
Accra – Head of Policy Planning, Monitoring & Evaluation/Telecoms, Ministry of Communications,
Ghana

Publié dans COOPERATION INTERNATIONALE, INTERNET, TECHNOLOGIE, TIC | Pas de Commentaire »

1234
 

LE CMV |
LES ANCIENS DU CHAMPS DE CL... |
Bienvenue chez moi ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | consensus
| presseecrite
| lesjournalistes