• Accueil
  • > GOUVERNANCE
  • > Verdict différé dans le procès des membres de l’UDPS/ Mbuji-Mayi : le président du tribunal porté disparu !

Verdict différé dans le procès des membres de l’UDPS/ Mbuji-Mayi : le président du tribunal porté disparu !

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 22 août 2008

Le verdict tant attendu ce mercredi 13 août dans le procès opposant le gouverneur Ngoyi Kasanji à des membres de l’UDPS/Mbuji-Mayi n’a pas eu lieu. Et pour cause, la radio onusienne OKAPI signale que les membres du tribunal qui siège en chambre foraine à la prison centrale du chef lieu du Kasaï-Oriental n’ont pas fait signe de vie.

Quand bien même la police était déployée et que des membres de l’UDPS s’étaient déplacés en nombre pour connaître le verdict, aucune information de source officielle n’a été communiquée pour expliquer l’absence des membres du tribunal dont le président est par ailleurs resté injoignable.

Pourquoi donc après que le ministère public ait requis la peine capitale contre dix membres de l’UDPS les membres du tribunal choisissent de se réfugier dans la clandestinité au lieu de dire purement et simplement le droit en acquittant ces prisonniers d’opinion étant donné que les faits dont ils sont accusés relèvent du monde des idées ?

L’arbre qui cache la forêt, signale notre correspondant dans la capitale mondiale du diamant, est que les bonzes locaux du kabilisme dont notre « Kabila provincial » estiment que la libération par acquittement pur et simple des membres de l’UDPS serait un mauvais signal envoyé à tous les « radicaux » de la ville de Mbuji-Mayi au moment où Joseph Kabila se prépare à tenir le prochain conseil des ministres en province au chef lieu de l’ex-Sud-Kasaï.

Aussi, en vue de tenir en respect une population dont l’hostilité au kabilisme est un secret de polichinelle, l’AMP locale qui redoute en plus d’avoir sous les bras des prisonniers d’opinion souhaite que le verdict ne soit rendu qu’après le séjour de Kabila Kabange à Mbuji-Mayi. C’est décidément une situation embêtante pour le PPRD local qui n’est pas sans savoir que ses instances nationales courtisent de manière soutenue l’UDPS pour l’amener à participer aux prochaines et virtuelles élections communales et locales sous prétexte que ce serait la manière idéale pour le parti de Tshisekedi de contrôler le pouvoir par la base. Si cette perspective n’est pas pour faire rire les vaches, alors il faut en pleurer car on ne voit sérieusement pas par quel miracle le prétendu contrôle du pouvoir par la base peut influer sur la marche de l’Etat alors que la prédation est la règle d’or au niveau national.

Il nous revient que les éclaireurs de Kabila Kabange à Mbuji-Mayi auraient trouvé bien inspirée la « décision » de l’AMP locale et de Kabila provincial de différer, via des manœuvres dilatoires, le verdict d’acquittement des prisonniers d’opinion de l’UDPS.

Si cette stratégie funeste est mise en relief, d’aucuns redoutent que les zélés du kabilisme à Mbuji-Mayi n’optent finalement pour la méthode forte et contraignent les juges à prononcer le jugement dans le sens des réquisitions du ministère public. Nul doute que la mort dans l’âme, le président du tribunal serait ainsi obligé de sortir de sa cachette pour dire le droit du plus fort

En tout état de cause, le régime des Kabila n’a qu’à bien se tenir. Car, en poussant l’UDPS dans ses derniers retranchements, il ouvrira un front de plus qu’il ne saura dompter comme ceux du Kivu et de l’Ituri où la paix s’éloigne davantage. A quelque chose malheur et bon dit-on. A condition que tous les déçus du kabilisme aient à l’esprit cette litote du célèbre chanteur sénégalais Ismaëlo : « ce qui tu n’as pas gagné par les armes, tu ne peux le gagner par les larmes » !
CongoOne, Mise en ligne le 14-08-08

Laisser un commentaire

 

LE CMV |
LES ANCIENS DU CHAMPS DE CL... |
Bienvenue chez moi ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | consensus
| presseecrite
| lesjournalistes