• Accueil
  • > Archives pour février 2009

PROVERBES

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 20 février 2009

  • Aussi haut que vole un oiseau, il finit par se poser
  • C’est avec l’eau du corps qu’on tire celle du puits
  • Ce que le vieux voit assis, le jeune ne le voit pas debout
  • Chaque rivière à sa propre source
  • La pierre lancée avec bonté ne siffle pas
  • La religion d’un homme est dans son coeur
  • La rivière a beau être à sec, elle garde son nom
  • Le chameau ne voit pas sa bosse
  • Les oreilles ne depassent jamais la tête.
  • Les vaches se lèchent parce qu’elles se connaissent
  • Même la nuit, le lait est blanc
  • Quand le chat n’a pas faim, il dit que le derrière de la souris pue !
  • Qui s’instruit sans agir laboure sans semer
  • Tous les blancs ont une montre, mais ils n’ont jamais le temps
  • Un grain de maïs a toujours tort devant une poule
  • Un seul homme peut declencher une guerre mais il faut être deux pour faire la paix
  • Une main toute seule ne peut pas applaudir

   

 

Afrique du sud

Assieds toi au pied d’un arbre et avec le temps tu verras l’Univers défiler devant toi

C’est en essayant encore et encore que le singe apprend à grandir

Chaque rivière à sa propre source

Le fou est l’échelle du sage

Le putois ne sait pas qu’il pue

Les défauts sont semblables à une colline vous escaladez la votre et vous ne voyez que ceux des autres

Si ton lit bouge et fait une bosse, c’est qu’il y a un singe dedans

Algérie

A chaque époque ses hommes

Beaucoup de paroles, c’est du vent

Ce qui est écrit sur le front, la main ne peut l’effacer

De la main de l’ami, la pierre est une pomme

L’abeille ne tire pas son miel d’une seule plante

L’amitié est la plus étroite des parentés

L’homme est le seul médecin de son âme

La bouche est active, mais le bras est inerte

La cruche ne verse que ce qu’elle contient

La falaise s’écroule et l’ombre est ensevelie

La honte court comme le feu

La vengeance tardive s’exerce au moyen d’un gros bâton

Le monde va sa ronde, a chacun son heure

Les souçis enlaidissent, c’est la joie qui fait fleurir

On ne fait pas ses ablutions avec de l’eau sale

Quant les chats se mettent à prédir, les souris se mettent à rire

Ton ignorance te porte plus de tort que ta pauvreté

Une main toute seule ne peut pas applaudir 

Angola

Nul ne renonce à ce qu’il a mangé
Brésil

Le mensonge a les jambes courtes 

Bénin

Celui qui a honte de son origine est un corps sans esprit

La science est le tronc d’un baobab qu’une personne seule ne peut embrasser

Qui a des oeufs dans son panier doit éviter de courir

Un grain de maïs a toujours tort devant une poule

Burkina Faso

C’est la graine d’arachide qui tue l ‘arachide

Celui qui parle ignore que celui qui écoute est malin

Depuis quand le soleil est-il tombé pour que ceux d’un même village ne se reconnaissent pas

Grace aux haricots le cailloux sera bien huilé

L’oeil du curieux est creux

La tige a beau séjourné dans l’eau , elle ne deviendra jamais caîman

Le beurre se repose, mais il n’est pas mort

Ne te laisse pas lècher par qui peux t’avaler

Pour arriver à la source, il faut nager contre le courant.

Une parole vient avec d’autres paroles 

Burundi

Avant la tombée de la nuit, le chien ne manque pas de foyer

Ce que désire ardemment le coeur met les jambes en route tôt le matin

La beugleuse engendre la mugissante

La mode et la lune passe en même temps

La parole contrarie la colère

Le riche ne danse pas mal

Les vaches se lèchent parce qu’elles se connaissent

Qui n’a pas de clôture à sa passerelle, n’a pas d’ennemi

Qui possède ne manque pas de bienfaiteurs

Qui t’aime te donne des semences

Vieillir n’est pas grandir

Cameroun

C’est en voyageant qu’on trouve la sagesse

Deux seins ont suffi pour nourrir tout un homme

La rivière qui gronde n’emporte pas les gens

La souffrance est une école de sagesse

La terre est à celui qui vit longtemps

La vérité existe au-delà des montagnes, pour la connaître il faut voyager

Le tuteur vaut mieux que l’héritage

Le vent aide les gens sans hache à chercher du bois

Les traces de l’éléphant effacent celles de l’antilope

L’eau que vous avez seulement quémandée n’étanche pas votre soif

Manger plus vite que Ntyam peut donner le gros ventre

Mieux vaut peu que très peu

Nul ne hait un autre, il le comprend mal

Quand l’oeil a vu, la bouche demande

Quand le coeur en est plein, la bouche ne raconte que ça

Quand on se noie, on s’accroche à tout, même au serpent

Qui va de l’avant ignore ce qui se passe à l’arrière

Si la terre tourne, tu tournes avec elle

Si tu n’as pas étudié, voyage

Un chien ne garde jamais la viande

Un seul homme peut declencher une guerre mais il faut être deux pour faire la paix

Canada

Dans une bouche fermée, une mouche ne peut entrer

Centrafrique

Si tu sors de la forêt en même temps que le buffle, sache monter à l’arbre

Congo

Demain je m’appelerais Afrique, hier j’étais riche dans une rivière

Il n’y a pas de cachette à la surface de l’eau

La force du Baobab est dans ses racines

Le feu qui flambe vite s’éteint

Même si le gnou mange l’herbe, elle continue de pousser

On jette des pierres dans l’arbre s’il porte des fruits

On ne chasse pas la mouche en faisant du bruitl

Quand tu marches, le pagne dure. Quand tu es assis, le pagne s’use

Toi dans la forêt, moi dans la forêt et tu me demandes où est le soleil

Côte d’Ivoire

Dans le ventre, c’est loin

La famille est une forêt qu’on ne peut tailler

La maison du fou n’a pas de coin

La poule qui ne craint personne a la témérité dans ses ailes

La tique bavarde sèche avec la peau

La vérité rougit les yeux mais ne les casse pas

Le bélier qui va foncer commence par reculer

Le gourmand n’a pas de force

Le mensonge donne des fleurs mais pas de fruits

Le vantard chasse la perdrix avec un bouclier

On ne tresse pas une corde en présence d’une liane

Quand la mort t’invite, tu ne passes pas la nuit

Qui veut tuer un grand taureau le caresse d’abord

Si une femme ne t’aime, elle dit que tu es son frère

Suis le caïman et tu boiras de l’eau claire

Un lion, même mort, effraie encore plus qu’une brebis

Egypte

Aussi haut que vole un oiseau, il finit par se poser

Celui qui vit, que de choses il voit !

Comme le serpent, il mord et ne bouge plus

Il a creusé le puits avec une aiguille

Le lèche-cul ne récolte que des pets

Ethiopie

Impossible de nettoyer l’eau sale

L’âne porte le vin et boit de l’eau

Les dents sont toutes amies entre elles

Qui va où on l’aime marche en riant

Un seul morceau de bois donne de la fumée mais pas de feu 

Gabon

Demain n’est pas à nous

Il faut courir pour rejoindre les aînés, et non pour les dépasser

L’oeuf de poule avait conseille sa mere un jour

L’ouverture c’est comprendre la divegence des points de vue

Le fleuve fait des détours car personne ne lui a montré le chemin

Le rat ne tire pas la moustache du tigre

Si tu aimes le chien, tu aimes aussi ses puces

Ghana

C’est par ses paroles qu’on entre dans les pensées d’un autre

La rivière a beau être à sec, elle garde son nom 

Golfe arabo-persique

Là où l’homme se trouve bien, là est sa patrie

La perte des amis est un exil

Remue le destin, le destin remuera

Guinée

La rosée ne vous mouille pas si vous marchez derrière un éléphant 

Haiti

Ceux qui ne réalisent rien dans leur vie sont beaucoup plus prompts à critiquer ceux qui font beaucoup d’efforts pour réaliser quelque chose

Kenya

C’est parce qu’il a dormi trop longtemps que le serpent a perdu ses pattes

Impossible d’effacer les taches du léopard

La gourmandise provoque l’oubli

Si le babouin pouvait voir son derrière, lui aussi rirait 

Lesotho

La mort est toujours une chose nouvelle

Un homme tombe avec son ombre

Une source éloignée fait mourir de soif 

Liberia

Abondance de parole ne signifie pas puissance

Le soleil n’oublie pas un visage parce qu’il est petit

Madagascar

Aucune terre à travailler ne résiste à une bêche affutée!

La paresse va si lentement que bientôt la misère l’a atteinte

Le chagrin est comme un nuage, quand il est assez lourd, il tombe

Le roi hérite du royaume, le peuple de la corvée

Un grain de riz semé, cent récoltés

Un sac vide ne peut se tenir debout 

Malawi

Les jours cuisent un éléphant dans un petit pot

Mali

A beau mentir celui qui vient de loin.

Ce que le vieux voit assis, le jeune ne le voit pas debout

Ce que les jours soulèvent ne pèse pas lourd

L’arbuste auquel tu n’as aucun égard, souviens – toi qu’il peut servir de corde

Le cadeau n’a pas de coté

Le sel vient du nord, l’or vient du sud et l’argent du pays de l’homme blanc mais les trésors de sagesse ne peuvent se trouver qu’à Tombouctou

Les oreilles grandissent, mais jamais plus haut que la tête

On ne ramasse pas un cailloux avec un doigt

Partir le matin de bonne heure se décide le soir

Quel que soit la durée d’un tronc d’arbre dans l’eau il ne se transformera jamais en caiman

Répéter cent fois une vérité vaut mieux que mentir une fois

Tout a une fin, sauf la banane qui en a deux

Toute mère est un fleuve

Un seul âne a mangé de la farine et tous en ont le museau blanchi

Maroc

C’est à l’arrivée qu’on connaît le vainqueur

L’homme pressé souvent trébuche

Pour mieux comprendre il faut ecouter

Que vaut un sang noble quand l’âme est vile

Si les étoiles semblent petites, c’est la faute des yeux, non des étoiles

Tant que l’œil n’a rien vu, au cœur paix absolue

Un chien qui bouge vaut mieux qu’un lion immobile

Mauritanie

C’est ce qu’on arrache de l’arbre qui repousse

Dire ce qu’on sait, faire ce qu’on peut, on dort tranquille

La mort est un plat que tout le monde goûtera

Rien ne guérit ce que la langue blesse 

Niger

Ce n’est pas à toute oreille percée que l’on met des anneaux d’or

L’hypocrisie est comme pisser sur un endroit dur, l'auteur recoit toujours des eclaboussures

La faute humaine est une colline. Chacun grimpe sur la sienne pour observer celle de l’autre

La lune ne craint pas l'attaque de la termite

Le vieux se chauffe avec le bois récolté dans sa jeunesse

Les fesses ne sont jamais lourdes pour celui qui les porte, même fatigué il peut les amener a la maison.

Nigeria

Amer et doux se promènent ensemble

C’est avec l’eau du corps qu’on tire celle du puits

La pluie ne tombe pas seulement sur un seul toit

La seule protection contre le feu, c’est d’avoir deux maison

N’oublie jamais l’objet de ton voyage

Quand la souris nargue le chat, c’est que son trou n’est pas loin

Qui aime deux choses en est victime 

Ouganda

La pierre lancée avec bonté ne siffle pas 

R.D.C.

A force de voyager, on trouve un compagnon

Amour et haine sont les enfants du vin

Celui qui a la diarrhée n’a pas peur de l’obscurité

Dernier au champ, premier à la marmite

L’intelligence est un fruit qui se ramasse chez son voisin

La grenouille menace, mais elle ne va pas au combat

Les cruches qui étaient pleines, on s’en sert pour puiser

Les oreilles ne depassent jamais la tête.

On honore le chasseur, pas la flèche

On ne caresse pas deux fois la queue du gorille

Qui cultive loin vous fait mourir de faim

Qui ne connaît aucun proverbe ne connaît rien du tout

Une poule qui fouille ne dort pas affamée 

Rwanda

Ce que tu aimes vaut mieux que ce que tu possèdes

Celui qui est loin se rend compte de son chagrin au sommet de la colline

L’aîné et son père sont du même âge

L’arbre tombe toujours du coté ou il penche

La sottise chatouille son propriétaire et il rit

La vache qui va brouter commence près de l’enclos

Où la barbe apparaît, l’enfance disparaît

Quand on est en paix, la serpette sert de rasoir

Ton proche, tu t’en laves sans en devenir propre

Sénégal

Alors que ta jambe brûle, tu te demandes d’où vient l’odeur

Avant de médire, tourne-toi pour regarder derrière toi

Celui qui n’a jamais lutté est fort à la lutte

La religion d’un homme est dans son coeur

Le lion en chasse ne rugit pas

Le puissant ne se hâte pas

Le savon ne se lave pas lui même

Ne regarde pas l’endroit ou tu es tombé, regarde plutôt l’endroit ou tu t’es cogné

Nous ne sommes que deux et tu veux courir au milieu

Quand le chat n’a pas faim, il dit que le derrière de la souris pue !

Si quelqu’un t’a mordu, il t’a rappelé que tu as des dents

Si tu incendies et la brousse et la plaine, où iras tu habiter

Si tu ne changes pas de place, tu ne peux pas savoir quel endroit est agréable

Tous les blancs ont une montre, mais ils n’ont jamais le temps

Une visite fait toujours plaisir. Si ce n’est à l’arrivée, c’est au départ !

Vache qui court se nourrit peu 

Somalie

Chaque dromadaire suit les pattes de celui qui le précède 

Tanzanie

Assis ou debout, le crapaud est toujours le même

Ce n’est pas la main mais le coeur qui donne

L’homme seul ne pourra mettre le bateau à la mer

Le fer ne conseille pas le marteau

Un bois sec fait brûler du bois vert 

Tchad

Allah partagea hier ce que tu reçois aujourd’hui

Celui qui peut mettre un oeuf dans une bouteille peut aussi l’en retirer

La proie que Dieu a destiné au crapaud ne peut plus s'envoler

Le fleuve n’est jamais assez plein

Même la nuit, le lait est blanc

On ne part pas chercher le baton pour se faire battre soi-meme

Togo

Grand trône n’est pas grand roi

Grandis avant de mordre

L’homme est plein de sang rouge et sa salive est blanche

La volonté du patron l’emporte sur l’avis des spécialistes

Le sort de deux doigts c’est de vivre ensemble

Si les pierres se querellent, ce n’est pas à l’oeuf de les séparer

Si tu es riche et que tu n’es pas généreux, c’est comme si tu n’avais rien

Un sentier dans la foret aboutit toujours à une case 

Tunisie

Il est entré sans fesse dans le Souk des péteux

L’encre du savant est aussi précieuse que le sang du martyr

L’espoir et le rêve sont frères

L’homme sans ami est un soldat sans armes

La rose pousse sur les ordures

Le chameau ne voit pas sa bosse

Le grain de blé tourne, tourne, tourne, et toujours revient au coeur du moulin

Les vents se sont disputés, le voyageur supporte le fardeau

Qui s’instruit sans agir laboure sans semer 

Zimbabwe

Les jours sont nombreux mais ils sont contrariés par un seul

 

Publié dans CULTURE, DEVELOPPEMENT, EDUCATION, SOCIAL, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Bientôt un chargeur universel pour tous les téléphones mobiles

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 18 février 2009

Sous la pression de Bruxelles, les industriels de la téléphonie mobile se sont engagés à produire un chargeur compatible avec la plupart des portables du marché d’ici à 2012.

L’industrie de la téléphonie a profité du salon Mobile World Congress de Barcelone pour annoncer par la voix de l’association GSM qu’elle avait décidé d’adopter un standard de chargeur universel permettant de recharger n’importe quel mobile d’ici à trois ans.

Dix-sept acteurs majeurs de la téléphonie mobile (1) ont d’ores et déjà annoncé qu’ils participaient à la création de ce standard baptisé UCS pour Universal Charging Solution.

La solution retenue est celle d’un chargeur se branchant au téléphone par un connecteur de type micro-USB. Déjà utilisé par certains fabricants comme Nokia, Blackberry et Samsung, ce dernier permet de délivrer une tension de 5 volts et une puissance atteignant les 2,5 watts.

« C’est un dispositif qui équipe aujourd’hui nos téléphones de haut et de milieu de gamme que nous allons progressivement généraliser à tous nos modèles. Le Player HD et le Blue Earth que nous présentons actuellement à Barcelone et qui seront commercialisés en mars et en avril dans l’Hexagone en sont équipés », explique une porte-parole de Samsung.

Outre la généralisation de ce connecteur micro-USB sur leurs mobiles, les industriels vont aussi travailler à la mise au point d’un standard de chargeur compatible qui permettra de réduire de 50 % sa consommation électrique quand il a terminé de recharger le portable. Après la charge, un appareil peu efficace continue en effet de consommer jusqu’à plus de 0,5 watt tant qu’il est branché, tandis qu’un modèle bien conçu plafonne à 0,03 watt.

Une bonne nouvelle pour les utilisateurs et pour l’environnement

L’avènement de cette solution universelle devrait rendre la vie des utilisateurs beaucoup plus facile. Ainsi, les personnes qui possèdent un Nokia pourront par exemple utiliser le chargeur du téléphone Samsung d’un ami et inversement.

La standardisation devrait aussi se traduire par une baisse des prix. « Aujourd’hui, les chargeurs sont chers car produits en petits volumes sans véritable concurrence. Il existe certes des chargeurs génériques bon marché pour les modèles les plus vendus, mais tous les mobiles ne sont pas concernés. La standardisation fera forcément baisser les prix des chargeurs et des accessoires associés (chargeur sur allume-cigare par exemple) », explique Edouard Barreiro, spécialiste des technologies de l’information à l’association de consommateurs UFC-Que Choisir.

L’avènement d’une solution universelle est aussi une très bonne nouvelle pour l’environnement. Des millions de chargeurs sont jetés chaque année parce que le mobile associé est devenu obsolète et à l’inverse, certains consommateurs sont parfois obligés de changer de mobile parce qu’ils ont perdu leur chargeur et ne retrouvent pas de modèle compatible.

Les industriels ont plié sous la pression de Bruxelles

Les défenseurs de l’environnement réclamaient en vain la création d’un standard depuis plusieurs années. La situation a finalement changé sous la pression de la Commission européenne. Vendredi 13 février 2009, Günter Verheugen, le commissaire européen à l’Industrie, avait expliqué dans un entretien à la radio Deutsche Welle que « sa patience était à bout » au sujet de la standardisation des chargeurs et qu’il espérait une initiative rapide de la part des industriels.

« Bruxelles a mis les fabricants sous pression et ils ont pris les devants pour éviter la mise en place d’une législation trop contraignante comme cela c’était passé avec l’itinérance  », commente Edouard Barreiro.

Selon Michael O’Hara, directeur marketing de l’association GSMA, la plupart des mobiles commercialisés en 2012 devraient être compatibles avec le chargeur universel. « Nous nous sommes engagés à ce que les deux tiers des mobiles que nous proposerons à nos clients en 2012 soient fournis avec ce chargeur universel » explique un porte-parole d’Orange.

Reste maintenant à savoir si cette initiative inspirera d’autres projets de standardisation dans le monde de la high-tech. Les baladeurs MP3, les consoles de jeux et autres équipements mobiles à faible consommation pourraient théoriquement en profiter.

Pour les PC portables, la puissance maximale délivrée par le port micro-USB (2,5 watts) n’est en revanche pas suffisante, et il faudrait que les industriels s’entendent sur une autre technologie comme le Power Over Ethernet par exemple.

 

(1) Nokia, Motorola, LG, Sony Ericsson et Samsung, soit cinq des plus gros fabricants de mobiles de la planète, vont l’intégrer dans leurs futures gammes de portables. Qualcomm qui conçoit des composants pour les mobiles et onze opérateurs (Orange, T-Mobile, Vodafone, Telefonica, Telecom Italia, Telenor, Telstra, AT&T, 3 Group, KTF et Mobilkom

Publié dans SCIENCE, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

L’ICANN dévoile son plan d’action jusqu’en 2012

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 18 février 2009

L’ICANN dévoile son plan d’action jusqu’en 2012   dans INTERNET pdf L’ICANN dévoile son plan d’action jusqu’en 2012: 9 actions clefs vont être engagées par l’ICANN de 2009 à 2012

La mise en place des nouvelles extensions gTLDs, des IDNs, de la norme IPv6 et la sécurité de l’Internet font partie des priorités. Le comité de direction de l’ICANN vient de rendre public son plan d’action 2009-2012.

Il se divise en 9 actions clefs :

-Implémenter les IDNs et les nouvelles extensions gTLDs courant 2009 ;

-Améliorer la sécurité et la stabilité de l’allocation des identifiants uniques (DNS et adresses IP) sur l’Internet ;

-Gérer la transition de la norme IPv4 vers la norme IPv6 ;

-Renforcer le climat de confiance sur le marché des gTLDs en s’assurant notamment du respect des règles ICANN par les registrars et de la protection des données des titulaires de noms ;

-Poursuivre le travail global de pleine coopération entre les acteurs de l’Internet ;

-Consolider les règles et normes régissant l’Internet ;

-Consolider le modèle multipartite de l’ICANN pour s’adapter aux demandes et évolutions. Il est ici surtout question de renforcer les mécanismes de gouvernance ;

-Globaliser les opérations de l’ICANN en rendant l’organisation et son fonctionnement accessibles dans d’autres langues ;

-Assurer la stabilité financière et administrative de l’ICANN et son engagement.

Publié dans INTERNET, SCIENCE, TECHNOLOGIE, TIC | Pas de Commentaire »

Master en Banque et Finance du CESAG: façonner une expertise africaine

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 18 février 2009

Le premier Salon de la Banque et de Finance s’est ouvert ce mardi au Centre d’Etudes Supérieures en Gestion (CESAG). Cette entrevue initiée par le programme Master en Banque et Finance (Mbf) a pour objectif de doter les banques et les structures financières de professionnels de haut niveau pour faire face aux enjeux de la globalisation des marchés financiers . Le Directeur général du CESAG Mady Koranda a, par ailleurs, souligné que cette initiative va contribuer à une meilleure compréhension des sujets d’actualité tels que «la crise financière, la finance islamique, le développement du marché financier régional (…).


Centre d’Etudes Supérieures en Gestion (CESAG) (photo: ameecod.com)

Centre d’Etudes Supérieures en Gestion (CESAG) (photo: ameecod.com)

Le premier Salon de la Banque et de Finance organisé par le programme Master en Banque et Finance (Mbf) du Centre d’études supérieures en gestion (CESAG) a été une occasion pour le Directeur général du CESAG de jeter un regard sur l’ avenir de l’ Afrique face à la crise financière qui secoue actuellement le monde entier. Mady Koranda a indiqué que «cette crise met à nu la nécessaire maîtrise des instruments financiers par des spécialités africains rompus aux techniques les plus modernes pour mieux comprendre, anticiper et conseiller les dirigeants d’ entreprise et des Etats». Ce qui lui fait dire d’ailleurs que le Master en Banque et Finance du CESAG « fruit de la coopération entre la Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique, la Banque Centrale des Etats l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et du Centre et la Banque de France , a été crée pour répondre à ce besoin».

Selon lui, cette initiative va contribuer à une meilleure compréhension des sujets d’actualité tels que «la crise financière, la finance islamique, le développement du marché financier régional entre autres ». Ainsi, elle va, à son avis, doter les banques et les structures financières de professionnels de haut niveau pour faire face aux enjeux de la globalisation des marchés financiers. Pour s’en convaincre, le directeur a soutenu que cette formation est unique en son genre en Afrique par la qualité et la diversité de la provenance des intervenants, par l’approche pédagogique. «C’est à juste titre que l’ Hebdomadaire international indépendant « Jeune Afrique dans sa parution hors série n° 19 finance de l’année 2008 classe le MBF en tête des formations en Afrique dans le métier de la Banque et de la Finance», s’est-il enorgueilli.

Il faut noter que ce programme MBF a été crée en 2001. Une occasion pour le représentant du directeur de la BCEAO Jean-Baptiste Compaoré, vice-gouverneur de la BCEAO d’expliquer que «ce programme va (leur) permettre de réduire la dépendance du secteur bancaire et financier régional vis-à-vis de l’expertise internationale en matière de formation de haut niveau». Très satisfait de la réussite de cette formation, Jean- Baptiste Compaoré a souligné : «la BCEAO demeure persuadée que l’on ne peut faire l’impasse sur la formation des cadres de nos administrateurs publics et privés et espérer gagner le combat du développement économique et social dans nos pays».


Publié dans ECONOMIE | Pas de Commentaire »

PRÉCEPTE CHINOIS

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 16 février 2009

Voici un gentil petit poème sur l’argent
 
L’ARGENT
 
Il peut acheter une maison
Mais pas un foyer

Il peut acheter un lit
 Mais pas le sommeil
 
Il peut acheter une horloge
  Mais pas le temps
  
Il peut acheter un livre

Mais pas la connaissance

Il peut acheter une position
 Mais pas le respect
 
Il peut payer le médecin
 Mais pas la santé.
 
Il peut acheter du sang
Mais pas la vie

 Il peut acheter du sexe
 Mais pas de l’amour

Publié dans INFORMATION, INSOLITE, SOCIAL, SOCIETE | Pas de Commentaire »

INFO ECONOMIQUES

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 16 février 2009

La Bidc apporte un financement de 5 milliards de francs Cfa à la Côte d’Ivoire

Le projet de zone franche de la biotechnologie, des technologies de l’information et de la communication (Zbtic) de Grand-Bassam entre réellement dans sa phase d’exécution avec le démarrage, d’ici à fin mars prochain, des travaux. C’est Kragbé Gadou Vincent, président du Village des technologies de l’information et de la communication de Grand-Bassam (Vitib), qui a fait cette révélation, hier, à la presse. Et ce, à l’occasion de la cérémonie de signature, par le ministre ivoirien de l’Economie et des Finances, Charles Koffi Diby, et le président de la Banque d’investissement et de développement de la Cedeao (Bidc), Christian Adovelande, d’un accord de prêt d’un montant de 5 milliards de francs Cfa (7,2 millions d’unités de compte) pour le financement partiel du projet sus indiqué.

Pour Christian Adovelande, la Bidc entend, par ce prêt, contribuer à la concrétisation de l’initiative ivoirienne dont l’objectif majeur est d’aider la sous-région à réduire la « fracture numérique » qui est préjudiciable au développement des pays africains. «Le développement des Tic, depuis quelques décennies, offre aux pays africains d’immenses opportunités de développement dans tous les domaines.

Cependant, force est de reconnaître qu’à l’ère du numérique, le retard de ce continent en termes d’accès technologique et de production des biens et services est toujours au grand », a-t-il indiqué En favorisant les conditions du transfert de technologie et la délocalisation d’unités de production de biens et services de pointe, la zone franche s’offre comme une chance pour la Côte d’Ivoire et partant pour toute l’Afrique de l’Ouest.

Ce d’autant qu’elle va, en plus, être génératrice d’emplois, promotrice de la formation et de la recherche, et catalyseuse d’une base industrielle renforcée au sein de la Cedeao. Cet engagement de la Bidc auprès de la Côte d’Ivoire a été salué par le ministre Diby, par ailleurs administrateur de la Bidc pour la Côte d’Ivoire. Lequel apprécie également que les financements de cet important projet d’avenir aient commencé à se mettre en place dès que son département et les responsables de la gestion dudit projet ont commencé à travailler ensemble sur le dossier.

Il n’a pas manqué de souligner avec force conviction la viabilité d’une telle zone franche, apporteuse de plus-value en Côte d’Ivoire et dans la sous-région. Concernant le prêt de 5 milliards de francs Cfa, l’argentier du gouvernement ivoirien a assuré le responsable de la Bidc de son utilisation optimale pour atteindre les objectifs à lui assignés.

Il convient de noter que la première phase de la Zbtic dont le démarrage à la fin de ce premier trimestre 2009 va coûter plus de 31,8 milliards de Fcfa et consister en la réalisation sur 120 ha des Vrd, du siège, du premier hôtel d’entreprise, des installations téléphoniques, de fibres optiques et en la rénovation du Vitib.

Les financements seront assurés à hauteur de 9 milliards par l’Inde (convention de prêt déjà signée en juillet 2008), 5 milliards par la Bidc, 13 milliards par une banque de développement sous-régionale et le reste (5 milliards) par l’Etat de Côte d’Ivoire. Ce dernier a déjà procédé à des décaissements en vue de purger les droits coutumiers.
(Source: Fraternité Matin)
* Le marché des SSII en Tunisie

«La Tunisie a fait des Technologies de l’information (TI), et plus particulièrement de l’industrie du logiciel, des services et du multimédia, l’un des principaux axes de sa stratégie de développement. Elle met les bouchées doubles pour pousser ses entreprises high-tech à se développer à l’export, notamment en Europe.

Notre pays n’est pas disposé à rater le train de l’off-shore high-tech, comme cela a été le cas pour l’industrie manufacturière depuis très longtemps déjà. D’autant plus que notre pays offre des ingénieurs hautement qualifiés et des prestations à des coûts plus bas qu’en Europe occidentale.

Le pays offre également une proximité géographique et sa deuxième langue, l’anglais, attire de nouveaux clients. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si la Tunisie commence à se distinguer en matière de prestations de développement et d’ingénierie informatiques. Le pays formerait près d’un millier d’ingénieurs de différentes disciplines par an, avec une douzaine d’instituts supérieurs d’études technologiques», soutient M . Moez Souabni, président de l’Association tunisienne d’Internet, et professionnel.

Les SSII essaient de trouver de nouveaux segments de marchés pour se développer, compte tenu de la petite taille du marché tunisien. M.Souabni assure que le marché se limite au développement des applications au profit des banques, des assurances , un savoir-faire que la Tunisie développe pour exporter vers les pays d’Europe. Il ajoute, d’autre part, que des SSII étrangères opèrent également sur le marché tunisien, et font également travailler une main-d’oeuvre tunisienne.

M.Souabni met, par ailleurs, en évidence les efforts de l’Etat pour appuyer ce tissu et développer davantage l’exportation du savoir-faire tunisien et aussi le partenariat public et privé (PPP). Il assure que l’enseignement supérieur suit parfaitement le mouvement et fait ressortir chaque année un bon nombre d’ingénieurs qualifiés.

Il ajoute qu’il serait important, dans un prochain avenir, de développer des consortiums entre les différents intervenants des secteurs afin, entre autres, de faire face à la crise mondiale, «car il est vrai que ce secteur est fragile».

Il est à noter que les technologies de l’information et de la communication se développent d’une manière régulière et sûre. En effet, la part des technologies de l’information dans le PIB est passée de 0,27% en 2002 à 1,5% en 2006.

Pour ce faire, une attention particulière a été portée sur l’environnement, l’infrastructure et le cadre législatif. Un ensemble d’incitations et d’encouragements des plus attractifs a été mis en place.

Selon les dernières données disponibles qui nous ont été fournies par M. Souabni, les exportations tunisiennes en logiciels et services informatiques ont doublé entre 1999 et 2000, profitant d’une demande internationale pressante en services informatiques pour assurer la passage à l’an 2000.

L’activité à l’export est naissante (1997) et se caractérise par une forte valeur ajoutée technologique ne se limitant pas à la simple sous-traitance qui ne représente que 18,5% des exportations, alors que la part des logiciels et services bundles est de 72,5% . Les plus grands clients de la Tunisie en Europe sont la France, la Grande-Bretagne, l’Espagne, l’Italie… En Afrique, nous comptons l’Algérie, le Maroc, la Libye, la Mauritanie, le Mali, le Rwanda, le Cameroun, l’Afrique du Sud, et au Moyen-Orient les Emirats Arabes Unis, Oman…
(Source: La Presse)

Publié dans DEVELOPPEMENT, ECONOMIE, SCIENCE, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

Tunisie: Commission technique pour la formation accréditée – Renforcer la formation certifiée en ingénierie

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 16 février 2009

Une filière hautement sollicitée par les entreprises des TIC. M. Lazhar Bououni, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Technologie, a présidé hier à Tunis, en présence de M. El Hadj Gley, ministre des Technologies de la communication, la réunion du conseil des universités composé de directeurs d’établissements universitaires et de recherche.

La réunion a focalisé ses travaux sur la formation certifiée en ingénierie. Cette filière scientifique est hautement sollicitée par les entreprises des technologies de la communication et de l’information. L’accent a été mis, également, sur l’importance de renforcer la formation certifiée des ingénieurs en langues et contenus informatiques, entretien du réseau, logiciels téléchargés et sécurité informatique.

Les deux ministres se sont prononcés en faveur de l’impulsion de la coopération entre les deux départements, pour tirer le meilleur profit des opportunités disponibles et assurer une formation certifiée aux étudiants des écoles d’ingénieurs. Ils ont, également, évoqué la formation des formateurs pour mieux répondre aux besoins des entreprises nationales et internationales employant les ingénieurs.

Ils ont rappelé l’importance que le Président de la République attache au développement de la formation des ingénieurs, conformément aux normes internationales. Les deux ministres ont mis l’accent sur le souci d’assurer l’emploi des jeunes compétences tunisiennes dans les marchés internationaux du travail. Ils ont évoqué le programme ambitieux, ordonné par le Chef de l’Etat, et qui consiste à former chaque année 7.000 ingénieurs, jusqu’à 2011-2012.

Ils ont convenu de former une commission technique entre les deux départements, en charge de concevoir de nouvelles idées pour la concrétisation de la stratégie relative à la formation certifiée en Tunisie.

Le programme de la formation certifiée a déjà démarré dans quelques établissements universitaires spécialisés dans la formation des ingénieurs en informatique et télécommunications, avec le concours des institutions internationales spécialisées.
(Source : La Presse)

Publié dans SCIENCE, SOCIAL, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

Microsoft courtise le Cameroun

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 16 février 2009

Son président Afrique signe une série d’accords avec des administrations nationales.

La seule présence au Cameroun de Chick Modibo Diarra la semaine dernière a suscité un certain intérêt. Jadis en service à la Nasa (service aéronautique américain) avec laquelle il a participé au projet Pathfinder pour la conquête de l’univers, l’astrophysicien malien est aujourd’hui le président de Microsoft Afrique. C’est dans ce cadre qu’il a signé une série d’accords avec des administrations publiques et des organisations non gouvernementales (Ong) pendant son séjour, au cours duquel il a rencontré quelques décideurs.

Ainsi, mardi 3 février, Cheick Modibo Diarra a passé un accord avec l’Ong Synergies africaines dont la première dame, Chantal Biya est la promotrice.
Ledit accord prévoit le renforcement des capacités institutionnelles de cette Ong, les échanges d’informations sur les applications innovantes des technologies de l’information et de la communication (Tic) et leur intégration dans les stratégies de prévention et de prise en charge du Vih/Sida et des principales maladies endémiques en Afrique ainsi que l’amélioration de l’accessibilité des communautés aux solutions informatiques adaptés à leurs besoins. Le président de Microsoft Afrique a promis aux responsables de Synergies africaines de mettre leur disposition les logiciels les plus récents.

En ce qui concerne le ministère de l’Education de base, les deux parties comptent réfléchir pour réussir l’intégration de l’informatique à l’école primaire. Un projet qui entre en droite ligne du rêve de Cheick Modibo Diarra de pouvoir, former 45.000.000 d’Africains aux Tic. Les autres hôtes du président de Microsoft Afrique ont été le ministre d’Etat en charge des Postes et Télécommunication Maïgari Bello Bouba et l’agence nationale des Tic (Antic) avec lequel il a également signé un accord.  » La mission de Microsoft, à travers le monde, est de permettre aux hommes et au business d’atteindre leur plein potentiel, en mettant la technologie au service du développement. Nous croyons que notre mission, bien qu’ambitieuse, est réalisable; mais nous savons aussi que nous ne pouvons pas la faire seul « , a expliqué Cheick Modibo Diarra pour qui cette visite vient encore confirmer l’implication de Microsoft dans la vie des communautés où elle exerce et  » montrer son souci permanent de maintenir des relations étroites avec les partenaires, les clients et les gouvernements d’Afrique et particulièrement du Cameroun « . Le Cameroun qui est le point focal de Microsoft en Afrique central.

Si Microsoft offre gracieusement des ordinateurs et autre matériel informatique, il attend que les consommateurs paient les droits d’utilisation de ses logiciels. Lors d’une séance de travail avec la société civile des droits d’auteur de la littérature et des arts dramatiques (Sociladra), le Malien s’est montré courroucé de savoir que les logiciels de Microsoft sont très piratés.  » Imaginez une nation qui un jour, constate que toutes ses données bancaires, de l’état civil ou de la nation sont saisies ou détruites, simplement parce que les gens piratent « , fait remarquer Cheick Modibo Diarra pour qui  » 90% des gouvernements africains utilisent des logiciels piratés « .

Pour résoudre ce problème, le responsable de Microsoft dit avoir, à la marge des prix pratiqués, arrêté un tarif D pour l’Afrique, afin que  » les gens puissent avoir accès à la clé « . Selon Cheick Modibo Diarra, la clé mieux, le compact disque, coûterait un quart du dollar. Soit 100 Fcfa.
(Source: Mutations)

Publié dans SCIENCE, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Commentaires fermés

Estimations des superficies agricoles – L’informatique impulse la modernisation du secteur au Sénégal

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 16 février 2009

Une étude, réalisée par Manobi et ses partenaires sur l’analyse d’estimations des superficies agricoles et leurs impacts pour le secteur, présentée hier, au cours d’une conférence de presse, a révélé que les agriculteurs surestiment la taille de leur exploitation agricole en moyenne de plus de la moitié d’un hectare.

L’absence de statistiques fiables sur les superficies agricoles constitue-t-elle un obstacle à la prévision de récoltes pour toute campagne agricole ? C’est en tout cas l’avis de Manobi, dont le directeur général, Daniel Annerose, précise : « cette surestimation, qui concerne près de 65% des agriculteurs se trouve principalement chez les petits agriculteurs exploitant 2 ha ou moins. De manière générale, l’erreur ainsi commise sur l’ensemble de la production des agriculteurs est de l’ordre de 40% supérieure à la superficie globale mesurée ».

Or, cette surestimation a un impact sur l’endettement excessif du producteur, sur le coût exagéré de la production dû à la surestimation des besoins en intrants, sur le faible niveau des rendements, sur la santé avec des produits sur-dosés en intrants et en produits phytosanitaires, sur l’environnement avec les excès d’intrants utilisés dans ces conditions. Par ailleurs, Manobi a décidé d’apporter son expertise aux petits agriculteurs et exportateurs désireux de moderniser leurs pratiques afin de maîtriser leurs espaces à travers son passeport Fft.

« Ce service informatique innovant vient compéter l’offre déjà riche de Manobi pour le secteur dont l’élément le plus connu est son système d’information sur les marchés qui permet aux agriculteurs de recevoir les prix des marchés agricoles sur leur téléphone mobile « , a fait savoir M. Annerose.

Et ajoute-t-il,  » en deux mois de test, près de 500 producteurs sont déjà enregistrés dans le passeport Fft et le développement du partenariat de Manobi avec les opérateurs, les associations d’agriculteurs, les partenaires de l’aide au développement et des organismes de financement permet d’envisager une évolution rapide de la maîtrise des superficies agricoles par l’agriculteur lui-même « .
(Source: Le Soleil)

Publié dans AGRICULTURE, DEVELOPPEMENT, SOCIETE, TECHNOLOGIE, TIC | Pas de Commentaire »

Déclaration des impôts sur Internet à Madagascar

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 16 février 2009

Désormais, les entreprises doivent faire toutes leurs déclarations d’impôts directement sur Internet. Le système commence à être assimilé par les usagers. La nouvelle technologie au service de la fiscalité. La déclaration d’impôts sur internet ou télédéclarationse généralise depuis ce début d’année. Toutes les sociétés sous la supervision de la Direction des grandes entreprises (DGE) auprès de la direction générale des impôts (DGI) doivent désormais utiliser ce système.

Sont concernés : la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA), l’Impôt sur le bénéfice des sociétés (IBS) et l’Impôt sur le revenu des salariés et assimilés (Irsa). Ce dernier a déjà fait l’objet d’un premier essai vers la fin de l’exercice 2008. « Nous commençons à assimiler l’utilisation de ce système. Ne serait-ce que pour éviter les longues files d’attente auprès de la DGE, la télé déclaration constitue une avancée majeure en matière de réforme fiscale », déclare Lanto, assistant financier au sein d ‘une entreprise à Ankorondrano.

La télédéclaration entre dans le cadre de la simplification de la procédure fiscale à Madagascar. L’entreprise n’a donc plus à se déplacer auprès des bureaux du fisc, par contre, elle doit respecter le délai imparti, c’est-à-dire avant le 15 de chaque mois. Une pénalité de 200 000 ariary est automatiquement appliquée en cas de manquement à cette date. Cette pénalité peut aller jusqu’à 1 % par mois en fonction du retard .

« L’équipe de la DGE peut ensuite faire une vérification à posteriori sur place. Mais l’entreprise peut aussi faire un redressement volontaire si une erreur est constatée », précise Sitrake, comptable dans une société de distribution de carte prépayée. Techniquement,la télé-déclaration consiste à entrer les fichiers électroniques de toutes les déclarations d’impôts dans un logiciel disponible sur le web de la direction générale des impôts.

La correction se fait ensuite automatiquement et un moyen pour confirmer l’ordre de paiement par virement du montant dû est déjà prévu. Le seul inconvénient réside dans le manque de performance du réseau Internet à Madagascar et parmi les 630 entreprises sous la responsabilité de la DGE, quelques-unes ne disposent pas encore de connexion.
(Source: L’Express de Madagascar)

Publié dans SCIENCE, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

123
 

LE CMV |
LES ANCIENS DU CHAMPS DE CL... |
Bienvenue chez moi ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | consensus
| presseecrite
| lesjournalistes