Vast Spy System Loots Computers in 103 Countries

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 31 mars 2009

 

By JOHN MARKOFF

 

Published: March 28, 2009

TORONTO — A vast electronic spying operation has infiltrated computers and has stolen documents from hundreds of government and private offices around the world, including those of the Dalai Lama, Canadian researchers have concluded.

 

The Toronto academic researchers who are reporting on the spying operation dubbed GhostNet include, from left, Ronald J. Deibert, Greg Walton, Nart Villeneuve and Rafal A. Rohozinski.

Readers’ Comments

Readers shared their thoughts on this article.

if (acm.rc) acm.rc.write(); In a report to be issued this weekend, the researchers said that the system was being controlled from computers based almost exclusively in China, but that they could not say conclusively that the Chinese government was involved.

The researchers, who are based at the Munk Center for International Studies at the University of Toronto, had been asked by the office of the Dalai Lama, the exiled Tibetan leader whom China regularly denounces, to examine its computers for signs of malicious software, or malware.

Their sleuthing opened a window into a broader operation that, in less than two years, has infiltrated at least 1,295 computers in 103 countries, including many belonging to embassies, foreign ministries and other government offices, as well as the Dalai Lama’s Tibetan exile centers in India, Brussels, London and New York.

The researchers, who have a record of detecting computer espionage, said they believed that in addition to the spying on the Dalai Lama, the system, which they called GhostNet, was focused on the governments of South Asian and Southeast Asian countries.

Intelligence analysts say many governments, including those of China, Russia and the United States, and other parties use sophisticated computer programs to covertly gather information.

The newly reported spying operation is by far the largest to come to light in terms of countries affected.

This is also believed to be the first time researchers have been able to expose the workings of a computer system used in an intrusion of this magnitude.

Still going strong, the operation continues to invade and monitor more than a dozen new computers a week, the researchers said in their report, “Tracking ‘GhostNet’: Investigating a Cyber Espionage Network.” They said they had found no evidence that United States government offices had been infiltrated, although a NATO computer was monitored by the spies for half a day and computers of the Indian Embassy in Washington were infiltrated.

The malware is remarkable both for its sweep — in computer jargon, it has not been merely “phishing” for random consumers’ information, but “whaling” for particular important targets — and for its Big Brother-style capacities. It can, for example, turn on the camera and audio-recording functions of an infected computer, enabling monitors to see and hear what goes on in a room. The investigators say they do not know if this facet has been employed.

The researchers were able to monitor the commands given to infected computers and to see the names of documents retrieved by the spies, but in most cases the contents of the stolen files have not been determined. Working with the Tibetans, however, the researchers found that specific correspondence had been stolen and that the intruders had gained control of the electronic mail server computers of the Dalai Lama’s organization.

The electronic spy game has had at least some real-world impact, they said. For example, they said, after an e-mail invitation was sent by the Dalai Lama’s office to a foreign diplomat, the Chinese government made a call to the diplomat discouraging a visit. And a woman working for a group making Internet contacts between Tibetan exiles and Chinese citizens was stopped by Chinese intelligence officers on her way back to Tibet, shown transcripts of her online conversations and warned to stop her political activities.

The Toronto researchers said they had notified international law enforcement agencies of the spying operation, which in their view exposed basic shortcomings in the legal structure of cyberspace. The F.B.I. declined to comment on the operation.

Although the Canadian researchers said that most of the computers behind the spying were in China, they cautioned against concluding that China’s government was involved. The spying could be a nonstate, for-profit operation, for example, or one run by private citizens in China known as “patriotic hackers.”

“We’re a bit more careful about it, knowing the nuance of what happens in the subterranean realms,” said Ronald J. Deibert, a member of the research group and an associate professor of political science at Munk. “This could well be the C.I.A. or the Russians. It’s a murky realm that we’re lifting the lid on.”

A spokesman for the Chinese Consulate in New York dismissed the idea that China was involved. “These are old stories and they are nonsense,” the spokesman, Wenqi Gao, said. “The Chinese government is opposed to and strictly forbids any cybercrime.”

The Toronto researchers, who allowed a reporter for The New York Times to review the spies’ digital tracks, are publishing their findings in Information Warfare Monitor, an online publication associated with the Munk Center.

At the same time, two computer researchers at Cambridge University in Britain who worked on the part of the investigation related to the Tibetans, are releasing an independent report. They do fault China, and they warned that other hackers could adopt the tactics used in the malware operation.

Publié dans INTERNET | Pas de Commentaire »

L’ICANN mobilise les registres contre le ver Conficker.C

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 31 mars 2009

L’ICANN mobilise les registres contre le ver Conficker.C dans INTERNET p
p dans INTERNET Plus de 40.000 noms répartis sur 150 extensions, dont de nombreux ccTLDs, sont concernés par cette nouvelle variante du ver Conficker.
Les registres, informés par l’ICANN via un groupe de travail créé spécialement à cet effet, se sont rapidement saisis du problème. Après avoir relayé l’information auprès des bureaux d’enregistrement, certains, dont le registre belge (DNS.BE), ont également décidé d’agir préventivement en bloquant les noms figurant sur la liste noire pour empêcher la propagation du ver.

Un ver utilisant une technique complexe et inédite

La dernière version du ver Conficker utilise les noms de domaine pour se mettre à jour et s’activer.

Les ordinateurs infectés pourront alors servir de réseau « zombie » et permettre le lancement d’attaques par déni de service ou de vagues de spamming.

Apparu sur internet en octobre 2008 et exploitant une vulnérabilité des systèmes d’exploitation Microsoft (XP, Vista, Windows Server 2003…), l’éradication de ce ver a posé de nombreux problèmes aux administrateurs réseaux.

Publié dans INTERNET | Pas de Commentaire »

Internet : l’accès reste difficile en Afrique

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 31 mars 2009

Des experts ont réfléchi sur la question cette semaine à Dakar

Internet tarde à se développer en Afrique. Le continent ne représente qu’une infime part du marché mondial des contenus internet. De vrais problèmes d’accessibilité existent encore dans nombre de pays. Du 13 au 16 octobre à Dakar, des spécialistes ont plaidé pour le développement des noms de domaine sur le continent.

En terme de gestion générale d’Internet et de son accès, l’Afrique tient encore la queue du peloton mondial. Seuls 4,99% de sa population a accès à internet, quand en Europe et aux Etats-Unis ce taux est de 41,18%, selon l’Observatoire sur les systèmes d’Information, les Réseaux et les Inforoutes du Sénégal (Osiris). Le contenu internet africain représente à peine 3% du marché mondial. Sur près de 180 millions de noms de domaine recensés dans le monde, le continent se classe loin derrière d’autres régions du globe. L’Afrique de l’Ouest, par exemple, ne compte que 10 000 noms de domaine.

window.google_render_ad(); Comment expliquer ce retard du continent ? Plusieurs raisons sont souvent citées. Dans une interview accordée aux Afriques Mouhamet Diop, fondateur de Kheweul.com, un registrar [1] africain, estime que le « premier facteur explicatif est relatif à la gestion des noms de domaines ». La gestion universitaire et associative sont plus developpées que la gestion marketing, explique-t-il.

Très peu d’entreprises tirent profit d’internet

En outre, alors que tout le monde s’accorde à dire qu’internet est d’une grande utilité de nos jours, « très peu d’entreprises africaines tirent profit de ses potentialités », indique Mouhamet Diop. Lequel évoque aussi, en troisième lieu, le manque de maturité du marché africain de production de contenu.

Cette semaine, des experts venus de plusieurs pays de la sous-région ouest africaine, se sont penchés sur la question à Dakar. Ils ont réfléchi dans le cadre d’un séminaire de 4 jours sur le thème : « Gouvernance et Développement des technologies de l’Internet ». A cette occasion, ils ont notamment plaidé pour un développement de noms de domaines en Afrique.

La responsable pour la zone Afrique de l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) [2], Anne Rachel Inne, également présente à cette rencontre, est revenue sur la complexité des modalités d’accréditation et de délégation pour la gestion des noms de domaines. Elle a déploré que « certains pays continuent de gérer leurs noms de domaines à partir d’autres pays que le leur ». Il s’agit là d’un véritable « manque à gagner » qui peut s’expliquer par le nombre réduit de registrar. L’Afrique en compte 3 sur 942 installés dans le monde.

Ndèye Maïmouna Diop Diagne, directrice des Technologies de l’Information et de la communication du Sénégal citée par Osiris considère quant à elle, qu’en Afrique subsaharienne, « le déploiement limité et lent des télécommunications, de même que sa pénétration inégale dans les villes et les zones rurales sont les plus grands obstacles à la création d’un service accru ».

Beaucoup reste donc à faire en Afrique. Mais une mesure annoncée par l’ICANN, en juin dernier, pourrait contribuer, si elle est mise en oeuvre, à accélerer le developpement d’Internet sur le continent. Il s’agit de la libéralisation des extensions génériques de noms de domaines [3]. Cette décision permettrait une plus grande implication dans le processus d’Internet de différentes communautés linguistiques présentes dans le monde. Une chance pour l’Afrique qui compte à elle seule plus de 30 % des langues parlées dans le monde.

Lire aussi :

- Internet bon marché en Afrique : c’est pour bientôt !
- L’Afrique a besoin d’infrastructures Internet

[1] Un revendeur de noms de domaine

[2] L’organisme chargé de la gouvernance d’Internet dans le monde

[3] C’est-à-dire la prise en considération des caractères autres que ceux qui viennent du latin

 

Publié dans INTERNET | Pas de Commentaire »

Internet : 20 ans après, l’Afrique observe toujours la Toile de loin

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 31 mars 2009

Comment expliquer la persistance de la fracture numérique ?

L’Afrique a-t-elle profité de la révolution Internet, un médium qui fête en 2009 ses 20 années d’existence ? Le continent serait resté un simple observateur en ne l’intégrant pas comme un facteur de développement. Y résoudre le problème de la connectivité à Internet passe par une solution économique.

L’Internet, le World Wide Web (www), célèbre cette année ses vingt ans. Beaucoup ont vu en ce nouveau médium une « chance » pour l’Afrique. L’a-t-elle saisie au vol ? Oui, parce qu’il est impossible de résister à une telle vague de fond, mais pas assez, semble-t-il, pour en faire un levier de développement économique. Le bien-être qu’il a produit, en termes de liberté d’expression et d’accès à l’information, ne suffit pas à bénéficier de la multitude d’opportunités qu’offre Internet. Les enjeux liés à la connectivité et au coût de celle-ci restent des problématiques, encore insolubles, pour les Etats africains. Selon plusieurs experts, ils peinent a faire d’Internet un paramètre de leur stratégie globale de développement et par conséquent, à trouver des solutions pour en tirer profit.

window.google_render_ad();En guise de cadeau d’anniversaire, l’Afrique récolte un verdict sans appel prononcé par Adiel Akplogan, le directeur exécutif d’Afrinic, le registre régional africain. « Pendant 20 ans, nous nous sommes émerveillés devant cet outil et on a oublié les fondamentaux, notamment sa fonction économique ». Les Africains sont restés « passifs » dans leur usage du Net. « Internet a changé notre perception du monde, la façon dont le monde nous voit mais pas la façon dont nous le voyons. Ce que les Asiatiques ont réussi à faire. » L’Afrique comptait plus de 52 millions d’internautes en 2007, soit un taux de pénétration de 5,46% selon l’Union internationale des télécommunications (UIT), contre 573 millions pour l’Asie. Sur ce continent, avec un taux de pénétration de 15%, l’usage d’Internet est trois fois plus répandu que dans les pays africains.

Internet dans le monde en 2007

Continent Nombre d’utilisateurs d’Internet (milliers) Taux de pénétration

Source : UIT

« Passifs » dans la production de contenus

S’exprimer sur la toile passe par la production de contenus. Sur près de 180 millions de noms de domaine recensés dans le monde, 3% seulement sont africains. Entre 2005 et 2008, 20 000 nouvelles adresses IP ont été enregistrées, soit près du double de ce qui avait été fait sur la période 1994-2004. « Les Africains ont besoin d’informations qui leur sont utiles dans leur quotidien sur le plan économique, social et culturel », explique Adiel Akplogan. Une réalité parfaitement illustrée par Mike Jensen, consultant et pionnier dans l’observation du développement d’Internet en Afrique. « Soixante dix pour cent des Africains vivent en milieu rural. Ils n’ont pas besoin d’aller sur CNN ou Facebook, ils ont besoin d’avoir des informations qui leur permettront de mener à bien leur récolte, de connaître les prix auxquels ils pourront la vendre… » Mais faire arriver le réseau aussi loin dans les campagnes est un véritable défi sur le continent africain. Une étude de l’ITU, publiée en mai 2008, estime qu’en Afrique-subsaharienne, moins d’1% des villages ont un accès public à Internet, moins de 3% à une ligne fixe et seulement 10% des foyers ont l’électricité. Autant dire que rien ne facilite l’accès à la Toile.

Les plus importants utilisateurs du Net en Afrique (2007)

Pays Nombre d’utilisateurs d’Internet (milliers) Taux de pénétration

Source : UIT

Le manque d’infrastructures ou l’absence de fiabilité conduisent à un sous-développement numérique. Il n’est pas rare que les connections s’interrompent à Douala ou à Cotonou à cause d’un délestage impromptu en plein envoi d’un document attendu de toute urgence par un correspondant situé à l’autre bout de la planète. Conséquence de toutes ces défaillances, pour Mike Jensen : « Les gens ne font pas confiance au réseau disponible, il ne peut donc y avoir d’e-gouvernement, d’e-commerce puisque les transactions bancaires ne peuvent être sécurisées. Le développement des infrastructures, note Adiel Aklogan, n’est possible que « si les Etats africains définissent clairement la place des nouvelles technologies, d’Internet dans leur stratégie de développement ». Ce qui permettrait d’instaurer un cadre institutionnel et légal favorable au développement des infrastructures. « Aujourd’hui, dans la plupart des pays africains, il est difficile pour un opérateur privé d’investir pour connecter son pays à la fibre optique ». En cause, les monopoles dont bénéficient les opérateurs de télécommunications. La solution se résume pour Mike Jensen en ces termes : « casser les monopoles et ouvrir les marchés. L’Etat doit être moins présent dans le secteur ». Ces situations ont une incidence sur les coûts d’accès au Net. « Au Sénégal, un accès haut-débit coûte environ 20 000 F CFA par mois (30 euros environ). Dans le même temps, dans d’autres pays qui sont connectés à la même fibre optique que le Sénégal, les tarifs sont jusqu’à cinq fois plus élevés. Ce qui pénalise le consommateur final. Comment voulez-vous alors qu’il utilise Internet ? »

Privilégier le développement de réseaux locaux

Autre élément qui ne fait pas d’Internet un medium abordable en Afrique : « la plupart des opérateurs africains ne distinguent pas les connections internationales, les plus chères, des connections locales. » Le phénomène est clairement expliqué par un document de l’UIT, intitulé Les pays pauvres subventionnent-ils les pays riches. « L’une des raisons de ce coût élevé tient au fait que la plupart des pays en développement utilisent la largeur de bande internationale pour échanger des données au niveau local. Lorsqu’un utilisateur africain de l’Internet envoie un message à un ami qui vit dans la même ville ou dans un pays voisin, les données du message vont jusqu’à Londres ou à New York avant de revenir vers cette ville ou le pays voisin en question. » Coût estimé : près de « 400 millions USD par an ». Dans un document [1], publié en 2005, Russel Southwood, le patron de Balancing Act, une entreprise de conseil et d’édition spécialisée dans les nouvelles technologies en Afrique, indique que « plus de 90% de la connectivité IP internationale transite par l’Amérique du Nord ».« Sur l’Internet, poursuit-il, les flux monétaires vont des pays en développement situés au sud vers les pays développés du nord. »

Mais il est possible de renverser la tendance. Adiel Aklogan donne l’exemple kenyan, un pays qui a crée sa propre infrastructure Internet. « Le Kenya n’a pas un accès direct à la fibre optique, donc aux plates-formes internationales. En 2004, ils ont fini par mettre en place un point d’échange pour gérer le trafic local. En six mois, tous les opérateurs présents sont arrivés à saturation de leur connection locale parce qu’ils ne s’attendaient pas à un tel volume de trafic. Ils ont alors commencer à acheter moins de trafic international, ce qui a réduit le coût de la connexion. Les opérateurs ont pu ainsi développer des applications locales puisqu’ils pouvaient bénéficier de tarifs plus abordables. » L’exemple de la Chine illustre l’indépendance que procure une telle démarche. Les grands moteurs de recherche, comme Google ou Yahoo, font toutes les concessions pour accéder à ce réseau chinois. D’ailleurs, le portail chinois Baidu supplante Google dans son pays : il représente plus de 50% des recherches.

Ne pas céder aux sirènes de la téléphonie mobile

L’Afrique peut mieux faire mais elle peut aussi apprécier le chemin parcouru en 20 ans. « Extraversion et recentrage » : deux mots qu’Annie Cheneau-Loquay, responsable du Réseau Africa’nti (l’Observatoire des nouvelles technologies d’information et de communication sur le continent), utilise pour décrire le développement de l’Internet en Afrique. Extraversion pour illustrer le fait qu’Internet a permis de satisfaire « un besoin de l’extérieur », notamment chez les jeunes. « On cherche à savoir ce qui se passe ailleurs », explique la chercheuse. Du côté de la diaspora, le phénomène est inverse. « Internet est un moyen pour elle de trouver des informations sur le pays d’origine ». A l’intérieur de leurs pays, les internautes africains consomment de plus des informations locales, produites notamment par les journaux en ligne. L’un des grands acquis d’Internet en Afrique est d’avoir promu la liberté de la presse, plus largement la liberté d’expression. L’avènement du web 2.0 amplifie cette libération de la parole. Les blogueurs égyptiens, souvent arrêtés, paient un lourd tribut dans les geôles de leur pays qui rassemble le cinquième des internautes africains.

Pour comparer en 2007

Pays Nombre d’utilisateurs d’Internet (milliers) Taux de pénétration

Source : UIT

De ces deux décennies d’Internet, Adiel Aklogan retient un autre mot : « désenclavement ». « Grâce à Internet, nous avons pu accéder à des informations qui n’étaient pas à notre portée auparavant, nous former. La participation à un média global permet de s’inscrire dans la globalisation économique . » Un raccourci qu’assume le directeur d’Afrinic, à condition qu’Internet devienne une priorité, comme à Maurice surnommée la cyber-île, pour les politiques africains. Des décideurs qui ne sont pas toujours capables de d’offrir une vitrine sur la toile à leurs citoyens, ne serait-ce qu’un portail gouvernemental fonctionnel. Ils se laissent aussi séduire par le pis-aller de la téléphonie mobile dont le taux de pénétration en Afrique avoisinait les 29% en 2007. Ce succès fait dire à certains des collègues d’Annie Cheneau-Loquay, que « le mobile sera l’Internet de l’Afrique ». Un avis qu’elle ne partage pas. Mike Jensen explique, entre autres, pourquoi : « Les solutions que proposent les opérateurs de téléphone mobile sont plus onéreuses que si l’on développait des technologies comme le Wifi [2], le Wimax [3] ou le mesh Wifi [4] pour permettre aux Africains installés dans les endroits les plus reculés d’accéder au Net ». Car, paradoxalement, les Africains « manquent encore d’information » alors qu’elles sont, pour la majorité des Terriens, à portée de clic. La fracture numérique a encore de beaux jours devant elle.

[1] Source IUT – Via l’Afrique : Création de points d’échange Internet (IXP) locaux et régionaux en vue de réaliser des économies en termes financiers et de largeur de bande, document de travail élaboré pour le compte de l’UIT et du CRDI à l’occasion de l’édition 2004 du Colloque mondial des régulateurs organisé par l’UIT. Source : UIT.

[2] Réseau local de type Ethernet à accès sans fil qui permet d’obtenir des débits pouvant atteindre 2 mégabits par seconde (Mbit/s) dans une bande de fréquences de 2,4 gigahertz (GHz). Source : Le Journal du Net .

[3] Le Wimax est un standard de transmission sans fil à haut débit. Fonctionnant à 70 Mbit/s, il est prévu pour connecter les points d’accès Wi-Fi à un réseau de fibres optiques, ou pour relayer une connexion partagée à haut-débit vers de multiples utilisateurs. Source : Le Journal du Net.

[4] C’est une technique de maillage et de routage dynamique de réseau sans fil basée sur un protocole de détection de voisinage OLSR. […]. Les réseaux mesh s’installent et se configurent automatiquement, ils co-existent avec les réseaux existants, sont d’autant plus fiables qu’il sont denses et sont par définition multiservices voix, données et vidéo. Connectés à l’Internet, ils distribuent le haut débit Ethernet 100Mb/s sur une zone locale déterminée et les cellules étant dotées d’une capacité de roaming, ils autorisent la réception en mobilité ( voiture, train bus). « Any time, any where, any device », telle est la caractéristique des réseaux ’mesh’. Source : Mesh, Wi-Fi, WiMax…le futur des hauts-débits sans fil ?

 

Publié dans INTERNET | Pas de Commentaire »

Au-delà des apparences, Mohamed Bourouissa

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 28 mars 2009

Interview de Mohamed Bourouissa

Écrit par Baptiste et Jeanne Afrique in visu
 

La fenêtre © Mohamed Bourouissa

La fenêtre © Mohamed Bourouissa

Vous connaissez bien cette image au ton acidulé, ce fond vert où se détachent ces deux beaux boxeurs en pleine explication, le temps y semble suspendu…Retenez bien ce nom : Mohamed Bourouissa !

Ce jeune photographe fraîchement diplômé a explosé depuis l’été 2007 avec le prix Voies Off d’Arles . On ne peut rester insensible ou indemne devant ces images à la frontière du documentaire, de la mise en scène ou parfois même du romantisme…

Hors d’un cliché, hors d’une école dans laquelle on voudrait l’enfermer, Mohamed Bourouissa s’impose, jongle avec les styles, pour créer le sien…

Par la fenêtre, ce n’est pas un spectacle qu’il nous propose mais une image bien réfléchie où chacun joue son propre rôle…

Peux-tu nous expliquer brièvement ton parcours ?
Après la 3ème, j’ai fait BT dessinateur maquettiste à maximilien vox à Paris. J’ai appris la peinture, le dessin, la maquette.
Après je suis passé à la faculté où j’ai terminé une maîtrise et un DEA en arts  plastiques J’étais plutot dans une pratique de plasticien à cette époque. J’ai alors découvert le livre « back in the day » de Jamel Shabazz ,un photographe américain et ce travail m’a tout  de suite parlé, c’était mon identité que je retrouvais… Pour retranscrire cela, l’outil le plus adéquat était la photographie… Je me suis donc mis dans la photo.
Ensuite, j’ai fait l’ Ecole des Arts Décoratifs où je me suis tout de suite spécialisé en photo. J’ai beaucoup appris aux arts déco, ce qu’était une image, quels en étaient les codes ? Surtout j’ai été moins crédule sur l’image et donc petit à petit, j’en suis arrivé à la mise en scène.

Tu es aujourd’hui bien représenté dans le milieu artistique, à quel moment a lieu cette reconnaissance ?
Le Point de départ a été Lianzhou en Chine où j’exposais dans le festival de photo avec le  premier article écrit par Magalie Jauffret dans l’Humanité en 2006. Cela a été le premier pas mais ce qui a fait surtout exploser cela a été le prix Voies Off à Arles en 2007 qui a permis une reconnaissance du milieu de la photographie. Puis ParisPhoto qui a très  bien marché, mes photos ont alors voyagé.  J’ai aussi commencé à en vendre et surtout ce qui m’a énormément touché, auprès de collectionneurs privés et non publics. Avec le public, on pourrait penser que le sujet a joué mais avec ces collectionneurs privés, au-delà même du sujet, il y a une reconnaissance plastique et artistique.

Tu es représenté par la galerie des Filles du Calvaire. Comment s’est fait cette rencontre ?
Cela fait maintenant un an déjà. Suite à Lianzhou, 6 mois après, nous avons échangé avec  les Filles du Calvaire , puis nous avons collaboré lors d’une exposition collective  à Bruxelles. Elles ont alors proposé de me prendre dans la galerie.
Pendant Parisphoto en 2007, la galerie a présenté deux de mes photos : « la République » et « la main ».
Et là en ce moment j’expose au Château d’Eau à Toulouse. Cette exposition  va partir à Sheffield, à Luxembourg,  et au Festival photo en Hollande à Breda puis en Pologne cet été….

 

Image

La république © Mohamed Bourouissa

Les différents articles sur ton travail le renvoient dans la lignée de Jeff Wall . Ce n’est pas une petite comparaison,vu la reconnaissance de ce photographe. As-tu eu l’occasion de le rencontrer et sais-tu si il connaît ton travail ?

Je crois qu’il ne connaît pas mon travail, je suis même sûr et je n’ai pas eu l’occasion de le rencontrer. Mais c’est vrai que c’est quelqu’un que j’aime beaucoup, dont je m’inspire. J’essaie aussi de me séparer un peu de cette référence car c’est quelqu’un qui pèse beaucoup sur la photographie.  Avant d’essayer d’être le Jeff Wall français ou le Jeff Wall de la banlieue, j’essaie d’avoir ma propre écriture et ma propre histoire.
Jeff Wall un côté documentaire et il le dit très bien à propos de son travail aussi…
On retrouve ce caractère documentaire, social et à la fois artistique dans mon travail, la comparaison se joue là-dessus.

Pour revenir juste quelques secondes à Jeff Wall, on sait que sa première image célèbre « La Chambre détruite » s’inspire de « La mort de Sardanapal » de Delacroix. En ce moment tu es exposé à la galerie « le Château d’Eau » à Toulouse,  où tu présentes  ta série « périphérique » et de nouvelles images que tu as réalisées fin 2007 lors de ta résidence dans ce lieu. Dans cette résidence, tu as réalisé des tableaux photographiques dans le quartier du Mirail dont les  sujets sont inspirés de tableaux de peintres très connus des 17e et 18e  siècles comme Delacroix, Géricault…Est-ce un travail  de commande ? Et pourquoi t’es-tu inspiré de peintres néoclassiques ou romantiques dans ton travail pourtant si contemporain ?
Je ne m’inspire pas exclusivement des peintres romantiques ou classiques. A vrai dire c’est plein de références, des expériences  que l’on peut retrouver dans mes photographies, des choses que j’ai vues …. Au travers des références que j’ai intégrées avec mes études comme je l’expliquai tout à l’heure, j’ai appris à ne pas être crédule par rapport à l’image. Il y a une histoire de la représentation et je m’inspire de cette histoire dans mes images car un geste est égal à une idée ou indique une sorte de narration. Par exemple, un geste ou un regard dans une image peuvent amener à se poser une question. Il y a donc cet aspect là  qui nourrit mon travail, mon côté plasticien où là je m’intègre dans une histoire de l’art et il y aussi des éléments de mon identité. Une image, c’est une  rencontre de deux univers différents.
Toulouse n’a pas été du tout un boulot de commande. Au contraire, j’ai été l’instigateur de ce projet.  Je devais exposer à la galerie du Château d’Eau. J’ai toujours photographié les habitants des quartiers que je traverse et pour moi, le but principal est d’amener ces gens à visiter l’exposition.
J’ai profité de cette résidence pour faire des images pendant mes deux mois de séjour à Toulouse. J’ai réussi à ramener 8 personnes du quartier du Mirail pour voir l’exposition.  J’avais envie qu’ils voient que la représentation ne se fait pas que dans les médias  mais que cela s’intègre aussi dans le champ de l’art. Leur montrer que ce n’est pas un milieu cloisonné et que les choses sont ouvertes. Mon travail c’est avant tout un travail d’ouverture. Cela questionne plus que cela ne donne de réponses.

Le dos © Mohamed Bourouissa

Le dos © Mohamed Bourouissa

Sur le site de la galerie du Château d’Eau, on voit quelques unes des images que tu as réalisées durant ta résidence entre autre ton image intitulée « la butte » inspirée de Delacroix…
C’est une aquarelle de Delacroix qui s’appelle « le lion déchirant le corps d’un arabe », je trouve cela magnifique.  C’est très symbolique, c’est le début de la colonisation en Afrique. Delacroix a mis en scène l’arrivée des troupes venues d’Europe pour envahir ses terres. Mon idée n’est pas du tout de montrer ce chien sur le corps d’un arabe mais c’est l’idée de nier l’individu d’une manière plus onirique, plus poétique.  Elle n’en est pas moins violente dans ce qu’elle montre.
Avec les images de Toulouse «la butte » ou « le reflet », j’essaie d’être beaucoup plus ouvert et plus juste. Cela peut paraître paradoxal mais le fait d’ouvrir ses images à une idée plus poétique permet d’ouvrir cette image à un sentiment…  Je travaille à la fois sur la composition mais aussi sur le ressenti, sur l’émotion…
Par exemple, « le reflet » s’inspire de nombreuses choses, j’interprète plusieurs références. Ici, c’est entre autres le radeau de la Méduse . Le but n’est pas de faire exactement la même chose. Là j’essaie de réinterpréter une composition, de comprendre comment le tableau s’articule et de le réarticuler autrement, en intégrant ma propre identité visuelle.  A la base le tableau de Géricault présente de nombreux corps, mais j’ai choisi de garder l’image d’une seule personne de dos. Ma photo est aussi symbolique avec son amoncellement de postes de télévision, il n’y avait pas besoin d’ajouter des corps….
J’ai réalisé 3 images sur  Toulouse et pour une résidence de deux mois, c’est beaucoup. (Rire)
Il faut dire que cet ensemble d’images Périphériques  cela fait 3 ans que je l’alimente.
Ce n’est pas une série, chaque image est indépendante, elle n’a pas besoin de l’autre pour exister.
Périphériques, pour moi le terme n’est pas très juste, car cela devrait être  «périphérie ». J’essaie de créer des moments de tension, une sorte d’interstice qui se passe et qui permet d’ouvrir le champ de l’image à la narration. Périphériques, c’est le point culminant entre deux espaces différents et bien sur en référence avec cet autre Paris….

Tu travailles d’une manière très spécifique, très loin de l’instant décisif de Cartier-Bresson. De quelle manière diriges-tu les personnes que tu photographies ?
Je travaille d’après croquis, je place ainsi les modèles et les éléments dans ma composition.
Ensuite je laisse le modèle s’incarner dans l’image. J’indique les positionnements dans l’espace mais je le laisse aussi exister. Souvent  le modèle propose des choses plus intéressantes que les miennes alors je les accepte. C’est là d’où naît l’ambiguïté : on ne sait plus si on est dans la mise en scène.  Je pense qu’on a alors une image plus juste.
La prise de vue doit être parfois très courte car les gens sont très impatients. Je dois être clair dans ma tête…
Je réalise mes croquis, je photographie ensuite les lieux seuls. Puis je place les gens dans l’espace et ensuite je réalise ma photo avec les gens du quartier.

Le poing © Mohamed Bourouissa

Le poing © Mohamed Bourouissa

Et ces modèles sont-ils des amis ? Des connaissances ? Et que pensent-ils de tes photos ?
Pour les modèles, maintenant cela fonctionne réellement en réseau, les gens connaissent mon travail et me sollicitent.
Avant de faire une photo, je discute avec  les gens parfois pendant deux ou trois mois. Cela peut être des connaissances qui deviennent des amis.
Je crois que les photos leur plaisent. Je n’ai jamais eu de mauvais retour. Exposes tu tes photos dans les endroits photographiés ?
Non, c’est très important pour moi que les images soient présentées dans de vrais espaces d’exposition.  Je ne veux pas faire de la photo de quartier. Ce que  je veux c’est intégrer une certaine identité dans des lieux soi-disant pas faits pour…
Je fais le chemin inverse, je prends une identité et je l’intègre dans l’art. C’est là où se joue mon engagement artistique.
Je ne me révolte pas contre le système, mais contre une non intégration des banlieues.
J’ai vraiment envie que les habitants des cités fassent le chemin inverse. Je veux qu’ils viennent  voir mes images dans les espaces d’exposition.
Mais comme je donne mes images aux modèles, je ne les présente pas dans leurs banlieues mais ils les exposent chez eux. Ils créent ainsi leurs propres espaces d’exposition sur leurs murs.

Tu viens de Courbevoie. Y as-tu déjà réalisé des clichés ?
Non pas encore… Ces images ont été réalisées dans plein de lieux différents, Grigny, La Courneuve,  Pantin … Je n’en ai pas encore fait chez moi. On part pour mieux revenir….

Comment procèdes-tu techniquement ?
Je bosse la plupart du temps en moyen format, un RB 67 Mamiya.
Je travaille avec un flash, j’expose la scène de devant au bon diaph puis je sous-expose le fond. Cela permet ainsi de faire ressortir les personnages. Mais aussi je fais de longs temps de pause ainsi la lumière se diffuse mieux…
Au départ, j’estimais que le flou était une lacune mais finalement cela me permet de faire des champs et contre champs et de mettre des choses en avant.
Ce flou que je réfutais, qui était un défaut, est  devenu désormais une chose constitutive de mon écriture visuelle.

Tes textes sont écrits depuis fin 2006  par Magalie Jauffret qui est journaliste pour l’Humanité et critique. Travaille-t-elle en amont des photos avec toi ou après ? Pourquoi ce choix ?
Je n’écris pas mes textes, mon langage est visuel. C’est là où je suis à l’aise. Je ne suis pas théoricien de l’art.
Je travaille avec Magalie depuis notre rencontre. Elle suit l’évolution de mon travail…
Nous nous voyons régulièrement pour faire un point sur mes nouvelles images.
Ainsi après avoir vu mes images, elle me pose des questions pour voir comment j’en suis arrivé  là… On échange, on en discute…
Cependant je laisse une grande part à l’interprétation. Je ne veux pas enfermer mes photos, l’interprétation tient à chaque personne.
Je cherche le juste équilibre…
Mes images sont des images ouvertes. Je ne veux pas plaquer des idées.
Je pose des questions au spectateur. Il tombe sur un stéréotype mais le fait que ce  soit une mise en scène pose des questions…

La main © Mohamed Bourouissa

La main © Mohamed Bourouissa

Mais tes modèles, souhaites-tu qu’ils viennent  du même environnement ?
Je veux prendre des gens qui vivent dans les espaces que je photographie. Je pense que cela permet d’être plus juste.  Je préfère prendre des gens qui jouent leur propre rôle.
Je ne veux pas forcément toujours travailler sur la banlieue mais  j’ai commencé par y  travailler car je viens d’une cité. J’en connaissais les codes…
L’univers sur lequel je veux travailler, ce sont les rapports de force, sur les mécaniques de pouvoir, la séduction dans une société. Comment ces mécanismes existent dans la vie ?
Mais cela pourrait être retransposé n’ importe où, dans différents lieux… Je ne veux pas être seulement affilié à la banlieue.

Quels sont tes projets à venir ?
Je pars début avril en résidence 3 mois à Rio au Brésil…

Toutes les photos sont © Mohamed Bourouissa, Courtesy galerie Les Filles du Calvaire  

 

Publié dans GEOPOLITIQUE, INFORMATION, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Le Maroc de Pierrot Men

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 28 mars 2009

Interview de Pierrot Men

Écrit par Baptiste et Jeanne Afrique in visu
 

Maroc, 2007 © Pierrot Men

Maroc, 2007 © Pierrot Men

Zoom sur l’une des figures de la photographie à Madagascar, Pierrot Men.
Ce nom vous dit peut être quelque chose, c’est celui d’un maître du noir et blanc…
A travers son appareil, tout devient graphique. Nous ne sommes pas loin de la peinture, son premier amour. Les ombres, les personnes, l’architecture ou la nature deviennent les touches de tableau de vie…
Très remarqué dès les Premières Rencontres de Bamako en 1994, il nous emmène aujourd’hui en plein ramadan au Maroc. Une série d’images réalisées durant sa résidence en septembre 2007.
Quand le Maroc et le noir et blanc de Pierrot Men se rencontrent : Magnéto…Peux tu nous raconter brièvement ton parcours ?
En fait, c’est par la peinture que je suis venu à la photographie… Je n’utilisai alors la photographie que dans le cadre de mon activité de peintre, activité que j’ai exercée pendant 17 ans. Et puis un jour une amie m’a déclaré que mes photos étaient bien meilleures que ma peinture : c’est ainsi que j’en suis venu à quitter le chevalet pour me consacrer uniquement à la photographie. Il y a ensuite une première date importante pour moi : en 1994, je participe au concours  Mother Jones  de San Francisco et remporte le prix  Leica dont la récompense est un Leica, un appareil qui ne m’a plus jamais quitté depuis lors. Vient ensuite la médaille d’or des Jeux de la francophonie, à Madagascar en 1997, puis enfin le prix UNEP/Canon en 2000… Que mon travail ait été salué lors de ces trois événements m’a permis de prendre confiance dans ma photographie

Tu diriges aujourd’hui le plus grand laboratoire  du pays à Fianarantsoa, le Laboratoire Men. Quand l’as-tu monté ? 
En 1974, j’ai créé un petit studio photo dans un quartier populaire de Fianarantsoa. Je ne m’occupais alors que de photos d’identité, de portraits, de mariages… Et puis, en 1992, mon laboratoire a été transféré dans le complexe Sofia, où je suis toujours installé. Mon labo s’est effectivement agrandi ; il s’agit toujours d’un laboratoire standard, qui est équipé d’un minilab numérique et où nous traitons notamment les films des clients. Mais j’ai maintenant un local où je m’occupe de mes travaux personnels, avec des imprimantes, une chambre noire… C’est aussi un endroit où j’expose mes tirages et où j’aime recevoir tous les amoureux de la photo, que ce soit des amis ou des passionnés de passage.

Peux tu nous en dire un peu plus sur le contexte photographique  à Madagascar et entre autre depuis la création du Festival  « PhotoAna » ?
J’aimerais revenir sur les Jeux de la francophonie à Madagascar et la médaille d’or que ma participation m’a value. À l’époque, le fait qu’un Malgache obtienne cette récompense a donné confiance à beaucoup de jeunes photographes de la Grande Île, qui se sont dits : « Et pourquoi pas moi ? » Depuis, et dans cette optique de développer la création photographique à Madagascar, nous avons organisé tous les mois d’avril le Mois de la Photo, auxquels peuvent participer tous les photographes résident à Madagascar… Cela a eu beaucoup de succès, et face à l’ampleur des participants, nous avons lancé la Biennale PhotoAna, qui s’est étendue à tout l’océan Indien, ainsi qu’aux pays proches du canal du Mozambique. Je crois que depuis les Jeux de la francophonie, l’idée et le résultat sont les mêmes : donner confiance aux jeunes et moins jeunes photographes malgaches, leur permettre de participer à des manifestations de plus en plus importantes où ils peuvent s’exprimer, se rencontrer et échanger, ce qui avant cela était difficilement réalisable pour eux… Et puis bien sûr, il y a l’opportunité, avec PhotoAna, de dégager de jeunes talents et de les faire découvrir dans un espace international : je pense notamment aux photographes Aina Rajaona, Mamy Rabetanety, Abe, Fidisoa , Russel  etc…

Maroc, 2007 © Pierrot Men

Maroc, 2007 © Pierrot Men

Tu as exposé plusieurs fois à la Biennale de Bamako, de sa première édition en 1994 où tu avais été remarqué jusqu’à la dernière édition en 2007. Quelle est l’importance de cet évènement par rapport à ta carrière ?
Eh bien, je crois que ce mot « carrière » me gêne un peu dans cette question… J’ai toujours fait de la photographie par passion, je n’ai jamais considéré mes prises de vue comme un travail et une ambition autres que de me faire plaisir et de faire plaisir autour de moi… C’est peut-être là ce que m’a apporté la Biennale de Bamako : de nouvelles rencontres, élargir ma famille photographique avec des gens issus d’horizons que je ne connaissais pas forcément… et puis me rendre compte que justement, malgré nos différence, nous sommes de la même famille : celle de la photographie…
Ce type de rencontres est de toute façon toujours encourageant : c’est cette passion qui nous fait nous rencontrer et nous faire sentir moins seul face aux difficultés de nos activités artistiques… Et cet encouragement vaut aussi pour les jeunes photographes de Madagascar ou du Mali, qui là encore se disent : « Si lui y arrive, pourquoi pas moi ? »

Le 21 septembre 2007, tu pars en résidence pour la première fois au Maroc en plein ramadan durant 2 semaines.  Pourquoi avoir voulu photographier ce pays ?  Quel trajet as-tu réalisé ?
J’ai réalisé ce reportage dans le cadre d’un projet soutenu par France Culture, le festival Timitar, l’Institut français d’Agadir et le Centre culturel Albert Camus d’Antananarivo… Cette résidence, baptisée « Visa pour la création », avait pour but d’établir un dialogue entre deux photographes, en l’occurrence Rachid Benaoud, du Maroc, et moi-même. Rachid Benaoud viendra à son tour à Madagascar à la fin de cette année, d’où il en reviendra avec une expo montrant son regard sur mon pays… Pour moi, il s’agissait d’un vrai défi : je ne photographie jamais mieux qu’à Madagascar, et l’idée de partir en reportage dans un lieu totalement étranger (je ne connaissais du Maroc que les boîtes de sardines de mon enfance !) m’a plu… Il y avait donc cette envie de me confronter à une culture totalement nouvelle pour moi, et de voir le travail photographique que je pourrais ramener de cette expérience. Je suis donc parti là-bas pour deux semaines, et je suis passé par les villes d’Agadir, Essaouïra, Taghazoul, Marrakech et Tarroudant, en essayant d’éviter au maximum dans ces endroits les lieux trop touristiques.

Peux tu nous en dire plus sur comment s’est passée cette résidence ? Et sur le contact avec les gens ?
Je dois avouer que le contact avec les gens a été assez difficile et mes rencontres peu nombreuses… Je suis arrivé effectivement en pleine période de Ramadan, et j’ai peut-être trop l’habitude de photographier à Madagascar, qui est un endroit où il est extrêmement simple de prendre des photos, les gens sont très ouverts face à quelqu’un qui se promène avec son appareil en bandoulière, on n’a pas à se cacher lors de la prise de vue… Au Maroc, il m’a fallu apprendre à photographier tout à fait autrement, comme un fantôme, en déclanchant avec l’appareil sur le côté, sans avoir l’opportunité de viser et de travailler mon cadrage… Cela a été pour moi très instructif, une occasion en or d’apprendre davantage « à voler » mes images… Pour le reste, j’ai bien sûr été frappé par la beauté de ce pays, des gens et des couleurs… Et je crois que les images que j’en ai ramenées me correspondent – même si les conditions de prises de vue étaient très nouvelles pour moi –, qu’elles captent une quiétude spontanée à laquelle je suis très attachée.

Maroc, 2007 © Pierrot Men

Maroc, 2007 © Pierrot Men

On voit dans tes images qu’il y a une vraie recherche graphique avec ces jeux d’ombres, de contrastes. Quelles sont tes influences ?
Autre question difficile… puisque j’aime tous les photographes, j’ai du respect pour le travail de chacun d’entre eux. Mais s’il faut être vraiment honnête, je dois avouer que j’ai un peu de mal avec la photographie dite « conceptuelle », peut-être parce que je ne vois pas toujours très bien ce qu’elle recouvre ni le but qu’elle poursuit et le public qu’elle vise à atteindre. Je suis donc plutôt « traditionnel », j’aime le reportage et l’humanité : mes premières émotions photographiques m’ont été données par les images de Cartier-Bresson et de son instant décisif ; et les dernières émotions fortes, c’est James Nachtway qui me les a procurées il y a à peine quelques jours, en redécouvrant ses cadrages qui m’ont vraiment fasciné. Je pourrais citer beaucoup d’autres noms entre ces deux-là, sans faire de hiérarchie, mais la liste serait vraiment trop longue… En outre, c’est peut-être davantage la peinture qui m’a influencé.

Quels sont tes projets à venir ? (Résidences, expositions)…
Continuer à faire des photos, jusqu’à mes vieux jours, où je me remettrai à la peinture : cette idée ne m’a jamais quitté.
Mais dans l’immédiat, je pars dans quelques jours pour un work-shop de deux semaines au Mozambique, en compagnie d’autres artistes et photographes [Ingrid Masondo, René Paul savignan, Berry Bickle, Andrew Tshabangu, Sammy Baloji, Albino Mahumana, Gilles Coulon]. J’ai aussi un projet avec le Parc de la Villette, à Paris, qui m’amène à faire un reportage sur les îles de la Réunion et de Maurice le mois prochain : ce reportage sera présenté lors des Rencontres de la Villette en avril 2009. Enfin, j’ai aussi une exposition à Limoges dans le cadre du festival international de théâtres francophones en Limousin (septembre 2008) et une exposition en octobre à Tours avec le festival Plumes d’Afrique.
Enfin, parmi tous mes projets en cours, j’ai à cœur de terminer un gros livre sur Madagascar… Inch’Allah.

Rendez vous dans la galerie de Pierrot Men pour en voir plus !

Publié dans GEOPOLITIQUE, INFORMATION, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Rendez-vous sénégalais !

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 28 mars 2009

Interview de Matar Ndour

Écrit par Baptiste et Jeanne Afrique in visu

© Matar Ndour

© Matar Ndour

En écho à la Biennale de Dakar, focus sur un photographe sénégalais, Matar Ndour, et son monde en couleur…
Dans cette interview, ce photographe nous retrace son parcours et les thématiques qu’il explore.
Pour découvrir son travail, rendez-vous dans le Off de Dak’art du 9 mai au 9 juin 2008!

Pouvez-vous nous expliquer votre parcours ? Comment êtes-vous devenu photographe ?
Je suis devenu photographe par la force de la nature.
Au Sénégal à l’époque, il n’y avait pas d’école de photographie. C’est seulement en 1997 que le groupe SUD communication a ouvert un département qui dispense des cours de photos : L’ISSIC.
Calme et très patient, j’ai d’abord commencé à pratiquer  les arts plastiques : la peinture, la sculpture, et les installations.Je suis comptable de profession et en 1985, j’ai débuté un travail dans une société. Alors  mes horaires ne me permettaient plus de pratiquer les arts plastiques mis a part durant mes congés annuels où j’arrivais à créer quelques pièces.
C’est en 1987 que j’ai hérité d’un appareil photo avec deux objectifs, un 35-70mm et un 80-200mm, qui appartenait à l’un de mes neveux malheureusement décédé à la suite d’un accident. La photo était sa passion.
J’ai dès lors pris grand soin de ce matériel.  J’ai commencé par prendre en photo les gens de mon entourage, mes collègues de bureau, ma famille et à réaliser beaucoup de natures mortes. Peu à peu, ma passion est née jusqu’à virer à une obsession pour l’image.
Ensuite, j’ai suivi les cérémonies familiales : baptêmes et mariages, car à l’occasion des fêtes les gens étaient parés de leurs plus beaux boubous.
Avec le temps, cela m’a lassé de toujours faire la même chose. J’ai alors quitté ce milieu pour m’intéresser au  monde industriel,  aux sports mécaniques et à la mode.
Cette activité m’a permis de gagner beaucoup d’argent  mais cela ne nourrissait pas ma passion. C’était trop commercial à mon goût.
En 1991, je suis mis au chômage du fait de la fermeture de la société où je travaillais. J’ai alors  décidé de ne faire plus que de la photo : d’être comptable de la lumière.
Je me suis énormément documenté sur la photo. Cartier- Bresson est l’un des photographes qui m’a le plus influencé de par son engagement, la composition de ses images et la sensibilité que dégage ses photos.

© Matar Ndour

© Matar Ndour

Vous travaillez à la fois de façon très personnelle mais aussi comme photojournaliste et comme photographe de plateau, comment alliez-vous ces différentes facettes du métier de photographe ?
J’aime travailler sur diverses thématiques. La photographie est une écriture. Pour moi, une exposition se doit de raconter une histoire.
Je travaille de manière différente, par exemple, je dispose d’un studio mobile  pour travailler mes portraits. A l’inverse pour  la mode, j’estime que  l’environnement est déterminant. Je réalise dons mes photos dans la rue  parce que la mode se passe dans la rue.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le métier souvent méconnu de photographe de plateau ?
Comment s’est passée l’expérience sur le film « Madame Brouette » ?

La photographie de plateau est une expérience de plus pour moi, très enrichissante. J’ai réalisé la photo de l’affiche du film et toutes les images qui accompagnent le film.
Cette pratique est juste technique. Il faut surtout rester très discret et avoir un boîtier silencieux.
Il est essentiel de  travailler avec le scripte et le directeur de la  photo du film  pour savoir quel objectif utiliser et avoir le même cadrage que le directeur de photo. Malheureusement avec le numérique, ce métier tend à disparaître alors qu’auparavant aucun film ne se faisait sans photographe de plateau. Il était d’ailleurs  en même temps en charge de mesurer la lumière et de faire les cadrages.

Pour vos travaux personnels , vous avez énormément travaillé sur votre pays, vous retracez le portrait du Sénégal, Rufisque, ou encore la culture sérère ou le train menant de Dakar à Bamako, rien ne vous a échappé. Que souhaitez-vous montrer dans ces photographies ?
Le Sénégal est sur le plan architectural très plastique. Nous avons  un héritage colonial important ; Gorée, St Louis, Rufisque , Dakar qui s’appelaient les quatre communes. Je veux être la mémoire de mon temps et la retranscrire par mes images. C’est pour cela que je m’intéresse à mon environnement, il est important de le présenter à l’étranger.  Par exemple, j’ai exposé mon travail sur  St Louis à Douarnenez en Bretagne dans le festival les « arts dînent à l’huile», « Rufisque »  à Bamako et au brésil ou encore « Gorée »  dans le cadre d’un mois de la photo organisé par le CCF de Dakar.

© Matar Ndour

© Matar Ndour

Vous semblez très attaché à la mémoire du Sénégal, je crois que vous souhaitez réaliser un  grand travail intitulé « le tour du Sénégal en images ». Ce travail vous permettrait de sauvegarder visuellement les traditions, la diversité culturelle au Sénégal…
Comment comptez-vous procéder ? Et êtes-vous pour ce projet par des fondations ou des musées ?

Je suis très attaché aux valeurs noires et africaines. Ces valeurs et cette tradition constituent la base et le fondement de nos sociétés.
Le président SENGHOR disait  » s’enraciner dans nos valeurs les plus profondes avant de s’ouvrir aux autres « . Malheureusement dans ce contexte de mondialisation, ces valeurs s’effritent. Avec l’exode rural, les anciens ont du mal à perpétuer cette tradition.
En tant que photographe, je souhaite faire  un travail ethnographique sur les peuples dits minoritaires, les diolas et les sérères, et à l’issue de ce travail une grosse exposition. Ce projet est en cours,  je ne veux pas rentrer dans les détails mais je vais tout faire pour qu’il aboutisse.
Actuellement,  je n’ai eu que le soutien de la fondation SONATEL qui m’a doté de matériel informatique (ordinateur, imprimante et carte compact flash).

En conclusion, quels sont vos projets actuels et ceux à venir ?
J’ai une exposition dans le cadre du OFF de la biennale de Dakar du 9 mai au 9 juin 2008 à L’Institut Culturel Français Léopold Sedar Senghor. Cette même expo ira au Centre Culturel Blaise Senghor à Dakar où j’animerai  des ateliers photos pour les jeunes photographes fin juin.

Publié dans GEOPOLITIQUE, INFORMATION, SOCIETE | Pas de Commentaire »

« Outre-mer, des Mémoires Coloniales »

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 28 mars 2009

Inteview de Yoyo Gonthier

Écrit par Baptiste et Jeanne Afrique in visu

Les masques, 2008 © Yo-Yo Gonthier

Les masques, 2008 © Yo-Yo Gonthier

Nous vous parlons depuis quelques semaines de l’un de nos coups de coeur de l’année 2008: le projet « Outre-mer, des  Mémoires Coloniales » de Marie Guéret et Yo-Yo Gonthier. Une exposition dont on ne sort pas  indemne et qui soulève mille questionnements autour de la thématique lourde de passé :  » la Mémoire coloniale et ses traces »… Si vous ne vous y êtes pas encore allez, rendez-vous à l’espace Khiasma pour voir cette exposition ou pour découvrir les soirées de projections ou de rencontres… Maintenant, focus sur l’interview du photographe réunionnais, Yo-Yo Gonthier, à lui la parole.Peux tu te présenter et nous expliquer brièvement ton parcours avant ton dernier projet « Outre Mer, mémoires  coloniales » ?
Je suis né à Niamey, au Niger, en 1974. Mes parents coopérants français réunionnais, nous ont habitué très tôt, ma soeur et moi, aux voyages, aux déplacements et par conséquent aux déracinements. A dix ans je pars vivre à la Réunion, avant de venir faire des études d’arts plastiques “en métropole“, en banlieue parisienne. Depuis une Maîtrise de Sciences et Techniques en Photographie, à Paris 8, en1997, je travaille comme photographe plasticien indépendant. Ma démarche plastique s’articule généralement autour de l‘hypothèse d’un surgissement du merveilleux à travers une recherche particulière sur la lumière et sur le clair-obscur. Les sujets que  j‘aborde questionnent l’exploration, la curiosité et notre faculté de projection dans le temps et dans l’imagination. J’essaie d’interroger l‘effacement de la mémoire dans une societé occidentale où la vitesse, le progrès et la technologie semblent être les valeurs essentielles. Des investigations nocturnes ont déjà  fait l’objet de plusieurs parutions et notamment dans l’ouvrage intitulé Les lanternes sourdes en 2004. Aujourd’hui, et c’est une première, pour moi qui suis plutôt solitaire, d’avoir mener à deux ce projet sur la colonisation, avec Marie Guéret, la coordinatrice essentielle de ce projet complexe et ambitieux. Ce travail n’aurait certainement jamais existé sans elle. Je ne la remercierai jamai assez pour cette belle colaboration…

Le projet “Outre Mer” commence en 2003. Comment est né ce projet et quel en a été le déclencheur ?
En fait le déclencheur a été l’effacement  et le délabrement des architectures coloniales dans le Jardin d’agronomie tropicale à Nogent-sur-Marne, où s’est tenue l’exposition coloniale de 1907.  J’avais envie de développer un regard quasi archéologique sur cette histoire qui était aussi la mienne. Mon grand-père paternel était militaire dans l’armée coloniale en Indochine où il rencontra ma grand-mère… Je n’ai pas de souvenirs et il y a peu de traces et d’objets sur lesquels je pourrais m’appuyer  pour que cette histoire me parvienne. J’avais envie de trouver le moyen de déclencher les mémoires et les imaginaires autour de ce passé colonial….

Assez vite l’idée des monuments, des bâtiments délabrés, et des plaques commémoratives me semblaient un bon support pour questionner ces pans plus ou moins effacés de l’Histoire française. C’était pour moi une évidence, en tant que photographe, de faire remonter les choses.
Au départ c’était très sensible, on avançait à tâtons, et au fur et à mesure on a construit les grands axes du projet. Plus on creusait, plus on observait que l’arbre cachait une forêt. Le projet a souvent été arrêté, car il était trop  lourd à mettre en forme. Trop d’énergie à déployer. Il fallait que le projet mûrisse.
A force de discussions, nous avons posé de nouvelles hypothèses et nous avons cherché des partenaires pour accompagner le boulot. L’espace Khiasma est devenu rapidement une évidence car il y a peu de lieux qui travaillent sur ce type des sujets et avec un réel engagement. Le projet leur a été présenté il y a deux ans, ils y ont tout de suite adhéré.
Dès lors, on s’est rendu sur les grands lieux de batailles et de passages des troupes coloniales. C’est sur ces lieux que sont les monuments commémoratifs.
Nous avions envie de confronter les mémoires mais aussi de repenser l’idée que les écrits gravés sur la pierre nous racontent une vérité absolue alors qu’ils nous révèlent la difficulté à concevoir une mémoire et une histoire commune.

0Scènes, Petit colon, Verdun, 2006 © Yo-Yo Gonthier

0Scènes, Petit colon, Verdun, 2006 © Yo-Yo Gonthier

Comment s’est déroulée la collaboration avec les historiens et écrivains ? Et quel a été leur part dans l’histoire de cette exposition et dans sa réalisation ?
On s’est d’abord appuyé sur des travaux historiques, et puis on a contacté des gens conjointement avec Khiasma. Il y avait l’idée de confronter les points de vue et d’avoir des intervenants et des artistes qui ne posaient pas tous le même regard sur l’histoire coloniale.
Nous avons fait des recherches iconographiques et sur l’impact de la colonisation à travers l’image. Autour du travail d’Eric Deroo, Pascal Blanchard, Sandrine Lemaire, Françoise Vergès, Benjamin Stora, et d’autres. Puis évidement on a souhaité les inviter à intervenir pendant les soirées programmées pendant l’exposition.
Bien sûr, il y a une collaboration très particulière, dont nous sommes très fiers, avec l’écrivaine Sophie Maurer, qui est venue nous rejoindre en cours de route, en travaillant sur une commande de textes autour du travail photographique, qui à ce moment là, partait vraiment dans tous les sens !

Marie Guéret et toi semblez vouloir faire plus qu’un état des lieux par exemple en associant les 13 récits de l’écrivaine Sophie Maurer inspirés de tes photographies et ainsi lier l’histoire à l’imaginaire. Vous semblez vouloir à la fois intriguer le public et l’amener à se questionner ?
Effectivement ce n’est pas uniquement une démarche de synthèse scientifique et historique, le contexte documentaire devait être assez large pour qu’une forme artistique puisse apparaître. Nous voulions développer à la fois un regard critique et esthétique sur cette histoire.
Le moteur de ce projet a été le déclenchement de la mémoire liée à l’imaginaire. Dès lors, l’idée de travailler sur des récits littéraires, incarnant ainsi des personnages, était de créer des passerelles et des discussions entre différentes démarches artistiques et appuyer l’idée que nous sommes toujours dans une interprétation de la réalité et que nous proposons ici des pistes à emprunter et si des regards s’affinent et des questionnements ou des discussions apparaissent sur la question coloniale, ce sera déjà beaucoup.

Cette exposition a été conçue à partir de textes, bandes sonores, photographie, projections et documents d’archives. Finalement ce travail relève plus de l’installation que de la photographie, est ce vers cela que ton travail d’auteur s’oriente aujourd’hui ?
Mon attitude dépend des projets et des lieux. Il y a vraiment l’idée que chaque projet doit être conçu selon son contexte. Je suis au départ plasticien, j’ai l’image d’Épinal de l’artiste japonais du 19e siècle, travaillant plusieurs pratiques : poésie, calligraphie, peinture, danse, art martiaux, contemplation, etc… Je prends vraiment du plaisir à explorer d’autres univers artistiques, d’autres pratiques, en les faisant se croiser, quand cela apporte quelque chose au travail, un nouvel angle… Le dessin et la musique font partie de mon univers, ils reviendront sûrement tôt ou tard dans mes travaux, quand cela sera nécessaire.

Tes photographies de plaques commémoratives, n’auraient elles pas pu être présentées seules ? N’étaient elles pas suffisamment parlantes ?
Elles sont autonomes et constituent une installation à part entière, mais il y avait l’envie de mêler différents regards, qui ne soit pas uniquement le mien… Un projet avec d’autres artistes est souvent passionnant. Cela se fera certainement à nouveau à l’avenir.

Triptyque Soldats coloniaux, Jardin colonial, Nogent-Marne, 2003 © Yo-Yo Gonthier

Triptyque Soldats coloniaux, Jardin colonial, Nogent-Marne, 2003 © Yo-Yo Gonthier

Ton travail photographique s’est articulé autour de monuments et de plaques commémoratives, pourquoi avoir choisi cet axe-là plutôt que par exemple de réaliser les portraits d’anciens combattants (images récurrentes de la colonisation) ?
C’est un peu récurrent pour moi de travailler sur l’architecture et sur les objets. C’est la valeur symbolique des choses qui m’intéresse et non le témoignage. Cela m’intéresse moins de travailler sur des récits que sur des traces. Je fais très peu de portraits pour l’instant car je n’arrive à vivre une vraie relation durable avec ce type de photographie, à part peut être avec les photos d’identité. J’ai l’impression que les objets, les architectures et les paysages m’aident mieux à me projeter et me transportent plus tout en en me nourrissant intellectuellement. C’est ce que je recherche en ce moment je crois.

Comment s’est fait le choix des lieux ? Et où sont-ils situés ?
Toutes les photos ont été prises sur le territoire français car il y avait l’idée de questionner le point de vue français. Outre une image prise à Bamako, représentant un monument qui est une copie de celui de Reims, dédié à l’armée noire, et qui fut détruit par les nazis pendant la deuxième guerre mondiale, la plupart des images ont été prises sur le ou plutôt les territoires français actuels.

Que signifie ce titre «  Outre Mer, des mémoires coloniales »?
« Outre-Mer » est un terme qu’on utilisait autrefois pour nommer l’empire colonial. Aujourd’hui encore on parle des départements d’Outre-Mer, qui sont en sont issus. Ce terme montre donc que c’est une histoire à la fois très ancienne mais aussi très actuelle.
Ce titre laisse deviner certains questionnements mais ne donne pas de réponses ni de vérité absolue. Pour le sous-titre, « des mémoires coloniales », il y avait l’idée que l’on questionne ici la colonisation et non pas les départements d’Outre-Mer.

Pour cette exposition tu as travaillé avec l’espace Khiasma, lieu associatif plutôt indépendant. Tu a pensé à présenter et à élargir ce projet dans des institutions publiques telles que Le mémorial de la France d’outre-mer à Marseille ou encore la cité nationale de l’histoire de l’immigration à Paris ?
Oui, on envisage des suites, Khiasma a permis de rendre concrète cette première forme. On souhaite évidemment pouvoir le représenter et le faire évoluer ailleurs.
Un film et un projet mêlant d’autres artistes sont en projet… C‘est toujours la même idée  : créer la possibilité du dialogue, des discussions et des échanges. C’est exactement ce que fait à l’espace Khiasma sur des problématiques communes avec les soirées et les rencontres organisées avec des musiciens, des comédiens, des plasticiens, des photographes, des chercheurs en tout genre, afin de participer à la réflexion et à l’action…L’histoire continue.

Publié dans GEOPOLITIQUE, INFORMATION, SOCIETE | Pas de Commentaire »

En route pour l’Ile de la Réunion, interview de Charles Delcourt

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 28 mars 2009

Zoom sur le projet « RN »

Écrit par Baptiste et Jeanne Afrique in visu

Madama BABA, parution GEO n°345 © Charles Delcourt

Madama BABA, parution GEO n°345 © Charles Delcourt

Zoom sur l’île de la Réunion, avec une interview du photographe Charles Delcourt. A travers son parcours, nous nous immiscons dans l’antre de cette île et découvrons par la même occasion les évènements photos de l’Océan Indien.Afrique in visu a souhaité questionner ce photographe sur son projet « RN » réalisé en binôme avec le photographe David L, où l’esthétisme léché haut en couleur de l’un contraste avec le rendu dense en noir et blanc du regard de l’autre. En route pour le tour de l’île…

Peux-tu nous présenter ton parcours à la Réunion?
Je suis parti de Métropole pour réaliser un stage à la Réunion en 2001. Je suis au départ architecte paysagiste et je venais réaliser un stage de deux mois qui s’est transformé en 7 ans sur place.
J’ai rencontré très rapidement Roland Benard, un grand monsieur de la photo de la Réunion, un grand technicien. Il m’a formé aux différents maillons de la chaine de la photographie: de la prise de vue aux tirages.
En 2004, j’ai rencontré Pierrot Men qui m’a  proposé de lui envoyé dossier pour la première édition de la Biennale PhotoAna. J’ai monté un dossier avec  4 photographes de la Réunion entre autre Edgar Marsy et Roland Bénard. Chacun traitait d’un sujet propre sur la Réunion et Madagascar… et  nous avons été exposés en 2005 à Tananarive.
Suite à cette expérience, nous avons invité les photographes malgaches à exposer chez nous. Les photographes Maksim Seth et Abe sont venus pendant cette exposition.

Peu à peu, j’ai arrêté mon travail de paysagiste pour me lancer comme photographe. Depuis deux ans je me consacre exclusivement à cela. Par exemple, j’ai commencé à réaliser des reportages pour le magazine « Kwelafé » un magazine local de la Réunion.
Progressivement, j’ai appris à jouer avec la couleur et je me détourne du noir et blanc. Par ma formation avec des puristes comme Pierrot Men et Benard, je prête très attention au cadrage et à une image minimale.
Le monde de la photographie sur la zone pacifique est très restreint. Les photographes comme Pierrot Men qui arrive à se faire reconnaître en dehors de cette zone sont très rares.
J’ai pu acquérir une certaine visibilité avec le magazine Géo. Ils ont réalisé un numéro spécial sur la Réunion, et m’ont passé 6 commandes de reportages. J’ai eu la chance d’en avoir 3 ! Le premier reportage présentait une vision fantastique de l’île afin de  sortir de l’image idyllique de la Réunion. Le deuxième sujet traitait de la religion Tamoul mise à la sauce réunionnaise et le troisième présentait une série sur la fête de la transe en l’honneur des ancêtres.

 

Mamoudzou, Mayotte © Charles Delcourt

Mamoudzou, Mayotte © Charles Delcourt

Je crois que tu as exposé au Festival photo de la Réunion, St Denis expos photos, peux-tu nous présenter cet évènement ?
C’est un festival qui a lieu tous les ans dans la « capitale » de l’île. Il dure un mois et la deuxième édition vient de se dérouler en mars. Il est à l’initiative des chargés de la culture de la mairie de St Denis.C’est un évènement qui présente différente facette de la photo et se déroule dans plusieurs endroits stratégiques de la ville à travers des expos et projections. Il y a aussi des workshops avec les photographes venus de l’extérieur…
La première édition, Nabil Boutros, Tendance Floue et la Biennale de Bamako y étaient présentés avec des photographes de l’Océan indien. Cette année, Jean-Christian Bourcart et Tendance Floue étaient invités.
J’ai exposé aux deux éditions. Pour la première  édition, j’avais présenté mon travail intitulé « la grande traversée » qui se constitue d’une série d’images réalisées au Holga lors d’une traversée de l’ile à pied. Une balade qui prend l’ile en coupe du nord au sud sur 7 jours…
Pour la deuxième, j’ai présenté ma série les « New Yorkers », une galerie de portraits de new yorkais qui a été réalisée en septembre 2007.

Zoom sur le projet « RN » réalisé avec David L.

Comment as-tu rencontré David L ?  Comment est né le projet ?
Nous avions des amis en commun à Lille, ville dont je suis originaire. Je connaissais son travail photographique quand David est arrivé à la Réunion, il y a 6 mois. Je pensais que notre travail était complémentaire et comme je savais que j’allais quitter l’ile pendant un moment, je voulais montrer un portrait un peu global de la Réunion.C’était amusant car c’est son premier regard et l’un de mes derniers sur cette île. Nous nous sommes mis des contraintes pour travailler à deux. Nous avons travaillé tous deux en argentique, moi en moyen format couleur et lui en 24×36 en noir et blanc.
Je travaillais ma composition perpendiculaire à la route, épuré, quasi minimaliste et lui proposait une vision plus dynamique dans le sens de la route. Nous avons réalisé les prises de vues ensembles. Nous partions en cession de deux ou trois jours en dormant sur la route. Le projet a mis a peu près 3 mois à se concrétiser .
Nous avons souhaité fixer un territoire de manière exhaustive mélangeant zones urbaines, zones de paysages, zones industrielles. Des thèmes de tout ordre… L’idée était de photographier un territoire délimité, un territoire clos définis physiquement. Par exemple, les frontières sont des limites arbitraires et non définis physiquement. Sur l’île, il y a un relief incroyable mais quoi que tu fasses pour te déplacer tu es obligé de rejoindre le cercle de la RN, route nationale qui est la seule qui fait le tour et qui la délimite. L’ile de la Réunion est ronde et cette route en fais le tour, elle est ainsi en boucle. Lorsque tu en fais le tour, tu peux voir les différents paysages ou sites de la réunion. Tu as un panel de paysages très variés.
Il y a un projet d’exposition et de publication sur la Réunion. A suivre très vite…

 

Série RN, La Réunion, 2008 © Charles Delcourt et David L

Série RN, La Réunion, 2008 © Charles Delcourt et David L

Ce projet va-t-il avoir une suite ?
Notre envie est de continuer le projet sur des territoires entourés bien délimités.
Dans le futur, nous espérons pouvoir appliquer ce projet dans le cadre d’une résidence à Paris et couvrir la Petite Couronne…

Cliquez ici:pour découvrir le PORTFOLIO sur la RN de Charles Delcourt et David L. 

Pour voir la suite du travail de Charles Delcourt, rendez-vous sur le blog imaz (image en créole) ! A découvrir la dernière série « Paris Chromatique » sur l’adaptation d’un réunionnais sur Paris. A suivre…

Publié dans GEOPOLITIQUE, INFORMATION, SOCIETE | Pas de Commentaire »

« Mauvais air », fenêtre sur l’état des lieux d’une pandémie

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 28 mars 2009

Interview de William Daniels

Écrit par Baptiste et Jeanne Afrique in visu
Aujourd’hui nous vous parlons d’un travail qui nous est cher, à la fois par son esthétisme indéniable mais aussi par son sujet… La Malaria, une pandémie souvent méconnue ou mal connue sous nos horizons. Pourtant en Afrique, en Asie, chacun le connait.

Les photographies de « Mauvais air » du photographe français William Daniels nous ont saisis, nous ont touchés. Au-delà d’une maladie qui tue un enfant toute les 30 secondes, ce travail documentaire entre dans le vif du sujet sans larmes et transparait par sa beauté. Attendons impatiemment les nouveaux reportages de ce photographe qui sans aucun doute seront tout aussi puissants.

Malaria, India © William Daniels

Malaria, India © William Daniels

Peux-tu te présenter et expliquer comment tu en es venu à la photographie documentaire ?
J’ai 31 ans. Comment j’en suis venu à la photographie documentaire…
A mes 18 ans, j’ai fait des études scientifiques et techniques pas vraiment par choix mais je me suis vite rendu compte que cela manquait d’humanisme et de sensibilité. En parallèle, j’ai commencé la photographie, sûrement pour palier ce manque.
A la fin de mon IUT, j’ai réussi à partir loin pour faire un stage en Guadeloupe. Après ce stage, je suis resté en Guadeloupe qui est un endroit stratégique pour voyager et j’ai trouvé un travail dans un magasin photo pour vivre.
Dès que j’ai eu assez de sous, je suis parti voyager en Amérique latine pendant lequel la photo s’est imposée d’elle-même… Ensuite, je suis rentré en France où j’ai vivoté entre la photo et des petits boulots.
J’ai ensuite eu une chance énorme : on m’a proposé de partir pour une ONG aux Philippines, où il fallait mener un atelier « labo photo » pendant quelques mois avec des petites filles issues de milieux très défavorisés. Cet atelier a donné lieu à une exposition.
Le sujet des enfants des rues aux Philippines m’intéressait énormément, en rentrant en France, j’avais envie de repartir réaliser un vrai reportage.

Finalement, en rentrant, j’ai commencé une formation photo au Centre Iris.
En 2004, à la sortie du centre, j’ai gagné la Bourse défi jeune qui m’a permis de réaliser mon premier travail professionnel en repartant pour faire ce reportage aux Philippines intitulé « Les petits fantômes de Manille ».
Ce sujet sur les enfants des rues aux Philippines a remporté le prix de la photo sociale et documentaire et m’a ouvert des portes.
Suite à cette expérience, en rentrant en France, j’ai commencé à travailler pour plusieurs journaux comme l’Express. Puis je me suis très vite rendu compte que ce que je voulais photographier, c’était des sujets liés aux crises humanitaires et au développement.
Alors je suis parti pour l’ONG française Solidarités au Darfour puis en Asie sur l’après Tsunami….
Le travail que j’avais fait au Darfour a été publié et exposé avec Bayard Presse et n’a cessé de tourner depuis 2004…  En parallèle, j’ai fait parti du collectif Dolce Vita. On a monté pas mal de projet ensemble…
Entre autre, on a exposé un travail en Syrie à Tartous avec une grande expo en extérieur.

 

Malaria, India © William Daniels

Malaria, India © William Daniels

Depuis 2006 tu mènes un travail documentaire en Asie et en Afrique sur le Paludisme, comment est né ce projet et comment choisis-tu les pays dans lesquels tu travailles ?
Le projet est né de la rencontre avec Michèle Barzach, ancienne ministre de la santé, très engagée dans lutte contre les pandémies.
Comme j’avais un travail très axé sur les thématiques de développement, de nos discussions, est né l’idée qu’il y avait un grand manque de communications et de connaissances sur le paludisme.
Michèle Barzach est présidente des Amis du Fonds Mondial Europe qui a pour but d’alerter le public et les autorités et de rappeler qu’il faut lutter contre les pandémies.
Entre autres, la pandémie du paludisme, qui on l’oublie souvent cause 12 milliards de dollars de pertes dans les pays en développement mais aussi tue entre 1 et 3 millions de personnes par an.
Je lui ai donc proposé un projet sur deux continents, Asie et Afrique, faire une sorte d’ état des lieux de cette maladie…
J’ai commencé ce projet de mon côté en participant à des voyages de presse ou en profitant de commande sur d’autres sujets pour réaliser les premières images qui nous ont aidé à trouver des financements.
J’ai débuté alors ce travail documentaire. J’avais repéré des pays où je souhaitais travailler. Je voulais aussi aborder l’aspect mortel de cette maladie, j’ai donc travaillé avec MSF qui m’a accueilli au Sierra Leone.
Ce n’est pas la maladie en tant que telle qui m’intéresse mais ses différentes facettes.
J’ai donc abordé chaque pays avec un angle différent, par exemple pour le Burkina Faso, j’ai suivi une troupe de théâtre qui sensibilise au danger du paludisme par le théâtre avec l’ONG Plan.
En Thaïlande où le parasite présent est l’un des plus puissants, j’ai travaillé sur les problèmes de frontière et la circulation entre la Thaïlande et  la Birmanie.
En Ouganda, j’ai travaillé autour de la distribution de moustiquaire avec l’ONG Malaria Consortium.
En Tanzanie, j’ai été dans une usine de fabrication de moustiquaire.
Puis à Calcutta, j’ai travaillé avec une journaliste qui m’a aidé à trouver des malades acceptant de se faire photographier chez eux…
Ce travail sur le paludisme est terminé et se concrétise par l’exposition sur le Ponts des arts, la publication du livre (Mauvais air, William Daniels, Images En Manœuvres Editions, 2008).
Désormais, il faut le faire vivre et présenter l’exposition un peu partout.

Tu as été lauréat du 3ème prix du Word Press Photo cette année pour ton travail sur la Malaria et aussi le premier prix du Picture of the year. Cela t’a-t-il permis de nouvelles choses ?
Cela a donné un peu de garantie et de poids au travail. J’ai eu ces prix en janvier et cela m’a permis de me faire publier et de monter l’exposition peut être plus facilement.

 

Malaria, Sierra Leone © William Daniels

Malaria, Sierra Leone © William Daniels

Tu as travaillé au Mali, où le sida est un sujet tabou, tu as réussi à réaliser un grand nombre de portraits. Peux-tu nous en parler ?
J’ai réalisé un travail en collaboration avec le CESAC, la plus grande association qui lutte contre le sida au Mali en 2006. Je voulais réaliser un reportage sur les malades et les personnes qui travaillent avec les malades.
Cela a été très délicat car la stigmatisation est très dure.
C’est donc moins un travail de reportage, plus de portraits car je n’ai photographié que des gens qui ont accepté de se revendiquer comme séropositif ou le personnel du CESAC.
J’ai suivi un médecin et un infirmier qui vont chez les gens pour les soigner, où j’ai photographié ces personnes en train de travailler ou les malades chez eux. Cela m’a beaucoup intéressé et j’ai beaucoup aimé car il y avait une ambiance d’intimité. Pour découvrir la série cliquez ici.

As-tu déjà exposé ton travail en Asie ou Afrique ?
Pas vraiment.
Au Mali, tous les portraits des gens du CESAC ont été envoyés au personnel et ont été exposés au CESAC.
Le travail sur la Malaria quant à lui, est censé être exposé à Londres, Berlin et peut être aux Etats Unis.

Pour finir, quels sont tes projets dans le futur ?
J’ai gagné la Bourse de la fondation Lagardère pour un projet sur le Kirghizstan, sur une démocratie naissante… Je m’y suis déjà rendu en Décembre dernier et je vais bientôt y retourner, cet automne.
J’ai aussi envie de continuer à travailler sur des sujets liés au développement. Je voudrais poursuivre mon travail sur les pandémies mais sans le restreindre à l’univers médical qui ne me fascine pas…

 

Malaria, Uganda © William Daniels

Malaria, Uganda © William Daniels

 

Malaria, Uganda © William Daniels

Malaria, Uganda © William Daniels

Publié dans GEOPOLITIQUE, INFORMATION, SANTE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

12345
 

LE CMV |
LES ANCIENS DU CHAMPS DE CL... |
Bienvenue chez moi ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | consensus
| presseecrite
| lesjournalistes