UN APPOINTS NEW MEMBERS TO THE GLOBAL ALLIANCE FOR ICT AND DEVELOPMENT

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 27 juin 2009

26 June 2009, Special Issue
United Nations, 15 June — The United Nations announced a new chairmanship and new members of the Global Alliance for Information and Communications Technologies for Development of the Department of Economic and Social Affairs (UNDESA GAID), in a partial renewal of both its Steering Committee and Strategy Council.
Mr. Talal Abu-Ghazaleh, CEO of Talal Abu-Ghazaleh Organization, has been appointed as the new Chairman. He will take over from Dr. Craig Barrett, Chairman of the Board of Intel Corporation. The new Chairman will be assisted by Mr. Ramón Garza (CEO, Índigo Media) and Mr. Kamran Elahian (CEO, Global Catalyst Partners) as Co-Chairs in an arrangement aimed at ensuring a powerful leadership team to solidify UNDESA GAID successful functioning in the coming year and beyond.
Replacing one-third of the membership of both the Committee and the Council, the new members are expected to follow up on the strategic work towards achieving the Millennium Development Goals (MDGs) through ICT, initiated in the past years.
This will constitute a “Powerful, innovative team that will open strategic opportunities to meet key global challenges such as poverty eradication, the economic recession and climate change”, says Sarbuland Khan, the Executive Coordinator of UNDESA GAID while announcing new membership of the Alliance. Mr. Khan added that UNDESA GAID will focus on these global issues, as well as on governance and gender, and mainstream them in the context of the broader United Nations Development Agenda, in the coming year.
Members of UNDESA GAID are representatives from Governments, private sector, civil society and international organizations selected through worldwide consultations with all stakeholder groups to ensure gender, geographical and institutional balances.
The new members were appointed from a list of more than 90 nominations received from all stakeholders. The more than 90 applications for memberships, which is about three times the number of positions to be renewed, is a sign of the growing awareness of the contribution information and communication technologies (ICT) can make towards eradicating poverty and advancing development. It also symbolizes the recognition of UNDESA GAID’s ability to bring together and partner with many competent and committed organizations, a diverse and innovative group of stakeholders representing all regions and issues.
As a result of this progress and success, UNDESA GAID decided to expand membership of both the Steering Committee from 15 to 20, and the Strategy Council from 65 to 76.
The Steering Committee is tasked to provide overall guidance for UNDESA GAID and help define the medium- and long-term priorities of the organization in conjunction with the Strategy Council. The Steering Committee also serves the Under-Secretary-General in an advisory capacity while, for its parts, the Strategy Council plays an advisory role in defining priorities and policy directions, and promoting further partnerships under the umbrella of the Global Alliance.
For more information on the UNDESA GAID membership, please visit http://www.un-gaid.org or contact Enrica Murmura of UNDESA-GAID, Tel: +1 212 963 5913, e-mail: murmura@un.orgMr. Talal Abu-Ghazaleh, Chairman
 
Mr. Kamran Elahian, Co-chair
 
Mr. Ramón A. Garza, Co-chair
Steering Committee

New members of the Steering Committee are: 
Mr. Talal Abu-Ghazaleh, Talal Abu-Ghazaleh Organization, Egypt
Dr. Hessa Al-Jaber, Supreme Council of Information and Communication Technology, Qatar
Mrs. Gloria Bonder, UNESCO Regional Chair on Women, Science and Technology in Latin America, Argentina
Mr. Kamran Elahian, Global Catalyst Partners, USA
Mr. Rodolfo Torres Espejo, Electronic Government and IT Policy Unit, Ministry of Public Function, Mexico
Mr. Ramón A. Garza, Índigo BrainMedia, Mexico
Mr. Aliyu Ikra Bilbis, Ministry of State for Information and Communication, Nigeria
Mr. Ivo Ivanovski, Ministry for Information Society, Macedonia
Mr. Markku Kauppinen, Ministry for Foreign Affairs, Finland
Mr. Abdul W. Khan, UNESCO
Mr. Maximus Ongkili, Ministry of Science, Technology & Innovation, Malaysia
Mr. Armen Orujyan, ATHGO International, USA
Mr. S.R. Rao, Department of Information Technology, Government of India, India
Mr. Bruce Sewell, Intel Corporation, USA
Mr. Pietro Sicuro, Organisation internationale de la Francophonie
Ms. Ingrid Srinath, CIVICUS, South Africa
Mr. Carl-Henric Svanberg, Telefonaktiebolaget LM Ericsson, Sweden
Mr. Thierno Ousmane Sy, Senegal
Dr. Hamadoun Touré, International Telecommunications Union (ITU)
Mr. Sha Zukang / Mr. Sarbuland Khan (ex officio)
Strategy Council

About The Global Alliance for ICT and Development (GAID)
The GAID, an initiative approved by the United Nations Secretary-General in 2006, was launched after comprehensive worldwide consultations with governments, the private sector, civil society, the technical and Internet communities and academia to promote policy dialogue and multistakeholder partnerships for action for the use of ICT for advancing the MDGs.
While the WSIS and the 2005 United Nations World Summits emphasized the importance of ICT in achieving the internationally agreed development goals, including the Millennium Development Goals (MDGs), there was a need for a truly global forum that would comprehensively address cross-cutting issues related to ICT in development.
Recognizing that no single actor is capable of achieving the MDGs in isolation, the creation of an open and inclusive platform that can broaden the dialogue on innovative ways of harnessing ICT for advancing development is crucial.
The Global Alliance is a direct response to this need. With its multi-stakeholder approach, the Alliance reaffirms the belief that a people-centered and knowledge-based information society is essential for achieving better life for all. Help us empower the world’s most disadvantaged people by getting them connected to the world economy and take advantage of the new opportunities create by ICTs.
TOPGAID Publications
 
Foundations of the Global Alliance for ICT and DevelopmentCommon Humanity Humanity in the Information AgeiGUIDE – ICTD Resources in Silicon Valley and the San Francisco Bay AreaRiOS Working Paper: Building Common Ground – United Nations Connecting With Silicon Valley
 
 Contact Information
This Newsletter was created by
Global Alliance for ICT and Development
Department of Economic and Social Affairs
Two United Nations Plaza, Room DC2-1442
New York, NY 10017Tel: +1 212 963 5796
Fax: +1 917 367 4340
Email: gaid@un-gaid.org
Website: www.un-gaid.org

Publié dans DEVELOPPEMENT, GOUVERNANCE, RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT, SCIENCE, SOCIETE DE L'INFORMATION, TECHNOLOGIE, TIC | Pas de Commentaire »

MAMAN

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 26 juin 2009

 

Nous sommes réunis pour « Fêter » une fin

La fin inéluctable qui attend tout humain.

 

Cette fin me concerne, il s’agit de ma mère

Je veux dire devant vous tout ce qui m’exaspère

Car sur cette mort là je ne peux pas me taire

Je ne peux oublier maman très en colère

Face à la maladie ne pouvant plus lutter

Je ne sais plus prier mais sais encore parler.

 

Merci à ses amis venus l’accompagner

J’en suis bien désolé mais il faut m’écouter

Car le temps est venu de reconstruire l’histoire

Car aucun crucifix, baudrier, goupillon,

Béni ou sanctifié ne m’empêchera de voir

Que sa mort fut horrible et cela sans raison

 

Je garde sa douleur elle me prive de croire

Et le feu va détruire mes lueurs d’espoir

Des cendres de Maman je veux faire un poème

Ultime citation pour lui dire que je l’aime.

 

Sur ton corps torturé ne te ressemblant plus

Je n’ai su retrouver tes passions tes ardeurs

J’ai compris ta révolte je veux qu’elle soit connue

Je veux communiquer sans haine et sans rancœur

 

Et je suis incapable d’ouïr sans réaction

Les discours habituels servis en l’occasion

Dieu rappelant à lui dans toute sa clémence

Sa bonté, son amour et toute l’espérance

De la savoir enfin sereine et reposée

Au royaume des justes elle s’en serait allée.

 

Pourquoi cette souffrance,  pourquoi ces douleurs.

Une mort plus conforme à ton enseignement

Eut trouvé à mes yeux une raison meilleure

De nos derniers échanges, de nos derniers instants

J’ai bien compris tes doutes, ton incompréhension

Je veux que soit connue ton ultime leçon.

 

Car  plus aucun Gloria, plus aucune prière

Et plus aucun cantique plus aucune oraison

Ne pourrait à ses yeux avoir de raison

Notre père éternel n’est donc qu’une chimère

Palliatif pratique des mystères de la vie

Pour offrir aux malheurs le meilleur alibi

 

 

Je respecte vos rites c’est ce qu’elle m’a appris

Mais je veux garder d’elle sa lutte et son esprit

Car tant que je vivrais elle sera éternelle

Et le jour de ma mort je ne veux pas du ciel

 

 

Ce qu’a dit Mutti fut sans ambiguïté

De m’être pas trompé, je suis bien assuré

Je suis bien désolé si je gâche vos fêtes

Si face aux conventions je dois tenir tête

Je me sens incapable de ne pas respecter

Sa dernière leçon, dernière volonté

 

Ainsi priez sans moi … car je ne puis rester.

 

LENOIR RENE 

 

Publié dans ACTUALITES | Pas de Commentaire »

Avec la 4e licence 3G, Free va-t-il casser les prix ?

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 26 juin 2009

Alors que se précise l’appel à candidature pour l’attribution de la 4e licence de téléphonie mobile, Free, seul candidat officiel à ce jour, ne cesse de réaffirmer ses ambitions sur ce marché.

Car l’opérateur entend dupliquer sa stratégie d’agitateur éprouvée avec succès sur le haut débit fixe afin de faire baisser les prix en proposant enfin des offres différenciantes. « Si on prend comme référence les prix d’aujourd’hui, l’idée de diviser pratiquement par deux le montant moyen est quelque chose de raisonnable », a estimé Maxime Lombardini, directeur général de l’opérateur.

« Nous ne sommes pas dupes »
Un argumentaire repris récemment par Xavier Niel, patron de l’opérateur, lors d’un chat sur le Journal du Freenaute : « La France est la pays le plus cher de l’Europe pour le mobile. En Autriche, pour 19,5 euros par mois, vous avez un iPhone, 1000 minutes de téléphone, 1000 SMS et 3 Go de data. De qui se moque-t-on ? de nous, de vous ! », tonne-t-il selon des propos recueillis par nos confrères de Mobinaute.fr.

Mais dans un marché du mobile difficile, où la clientèle est très captive, Free a-t-il les moyens de ses ambitions, ne s’agit-il pas d’un effet d’annonce ? Pour Jean-Ludovic Silicani, le nouveau président de l’Arcep, le régulateur des télécoms, le doute existe : « je ne crois pas à une guerre des prix, qui est toujours une guerre-éclair visant à faire tomber les acteurs en place. En France, le marché est mature et les acteurs sont solides », a-t-il déclaré aux Echos.

Un constat partagé par Frédérique Pfrunber, chargée de mission pour la CLCV, l’association nationale des consommateurs et usagers que ZDNet.fr a interrogé. « Il faut un quatrième opérateur, c’est évident car le marché est trop fermé. Free a une bonne image pour agiter le marché mais il faudra plus pour se faire une place ».

Et de poursuivre, sceptique : « Nous ne sommes pas dupes, Free fait des annonces, ils occupent le terrain mais dans la durée, pourra-t-il faire face aux géants que sont Bouygues Telecom, Orange et SFR. On a donc du mal à croire à la promesse du prix divisé par deux ».

Pour la chargé de mission, Free devra également blinder sa qualité de service, son point faible. « Elle s’est améliorée mais s’ils veulent gagner et conserver des clients, il faudra vraiment être au niveau sur ce terrain. C’est un point important même si les Français semblent aujourd’hui en avoir assez des pratiques des trois opérateurs en place ».

Une capacité à innover qui fera la différence
Du côté de l’UFC Que Choisir, on semble bien plus optimiste sur la capacité de Free à secouer la fourmilière. « Leurs annonces se sont presque toujours vérifiées, alors on y croit », explique à ZDNet.fr, Edouard Barreiro, chargé de mission sur les technologies de l’information au sein de l’association.

Mais pour le spécialiste, le succès de Free ne se fera pas grâce aux prix mais à travers de nouvelles offres, de nouveaux modèles économiques. « Il ne faut pas sous estimer l’imagination de Free, n’ont-il pas inventé le triple play ? Ils sont très créatifs et surtout très réactifs. Ils ne feront pas la même chose que les opérateurs en place, sinon c’est l’échec assuré. Ils ont compris que c’est l’ensemble des offres qu’il faut revoir ».

Que pourrait imaginer Free ? Edouard Barreiro a sa petite idée : « On n’exclut pas qu’ils proposent de la VoIP sur mobile en illimité à travers le réseau 3G. Certains opérateurs 3G ont d’ailleurs choisi cette option comme ’3′ avec l’intégration de Skype dans ses offres. L’offre aurait de quoi démarquer Free au moment où les autres opérateurs interdisent toujours l’utilisation de la VoIP sur leurs réseaux 3G. »

Free pourrait également se lancer, comme Ideo de Bouygues Telecom dans des offres quadruplay incluant le triple-play et des forfaits mobiles. Une convergence qui mécaniquement fait baisser les prix. « A condition que ce soit bien fait », souligne Edouard Barreiro.
« C’est un autre modèle qui intéressera les consommateurs, l’innovation paye contrairement aux prix bas. Les MVNO ont tenté de jouer cette carte, mais ils n’arrivent pas à prendre des parts de marché. Comme les clients des opérateurs sont très captifs avec les engagements de deux ans, seule l’innovation par les offres permettra à Free de recruter, notamment des nouveaux clients », poursuit le chargé de mission.

Reste que la stratégie de Free sera longue à mettre en place même si l’opérateur dispose d’une image forte. « S’ils atteignent 4 à 5% de parts de marché en cinq ans, ça sera déjà bien, 5% c’est la part globale de tous les MVNO en France ! », conclut le responsable de l’UFC.

Par ailleurs, les ambitions de Free pourraient être freinées par la procédure en justice qu’Orange pourrait enclencher pour contester le dispositif d’attribution. « Il n’y aura pas de report car cette procédure n’est pas suspensive mais le risque est politique. Le gouvernement pourrait freiner le processus par crainte de voir le modèle remis en cause », explique Edouard Barreiro.

« La position d’Orange n’est pas légitime, la situation de marché n’est pas la même mais évidemment ce n’est pas dans leur intérêt de voir débarquer un acteur comme Free. Par contre, tout nouveau délai serait très préjudiciable pour les consommateurs », ajoute Frédérique Pfrunber.

A suivre : l’avis des analystes.

Par Olivier Chicheportiche, ZDNet France

Publié dans TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

L’Afrique, nouvelle pépite agricole

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 26 juin 2009

Sujet polémique du moment : la ruée sur les terres arables africaines. Officiels et experts dénoncent une forme de néo-colonialisme de la part des pays asiatiques et des Emirats notamment. Des cris outragés pour cacher notre incapacité à investir dans ce continent ?

 

Mais à quoi se dope-t-il ? La question mérite d’être posée quand on voit que l’agribusiness transforme actuellement l’Afrique en véritable paradis agricole mondial. Devant des observateurs abasourdis, il est en train de réussir à faire de ce continent, rythmé depuis des décennies par les famines et les images d’enfants mal nourris, une zone d’abondance de céréales, d’huile de palme ou encore de riz. Selon les estimations, ces terres produiront en moyenne 30 à 40 millions de tonnes de céréales sur une production mondiale de 220 millions de tonnes. Son arme ? Des millions de dollars investis dans des millions d’hectares de terres. Un récent rapport de la FAO, l’organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation, a fait le décompte : depuis trois ans, il s’est emparé de 15 à 20 millions d’hectares, essentiellement en Afrique.
Des pays – Chine, Corée du sud, Arabie saoudite… – ou des boîtes – Huyndai, Morgan Stanley… – achètent ou louent donc en masse. Ces transactions ont été résumées par le terme « land grabbing » ou « accaparement de terres ». Leurs motivations sont diverses : recherche de la sécurité alimentaire face à la pression démographique ou des prix mondiaux en dents de scie, opportunités d’investissements plus stables que les marchés financiers, ruée vers les agrocarburants… Le magazine The Economist qualifie ce phénomène inédit de « 3ème vague de délocalisation mondiale » : « Dans les années 1980, on a délocalisé la production industrielle ; dans les années 1990, les services informatiques ; et maintenant, ce sont les terres. »
A deux vitesses
Les Nations unies, les ONG et les experts internationaux s’alertent tous azimuts depuis quelques mois. Ils prédisent des expulsions de cultivateurs locaux – un million de fermiers chinois travaillent aujourd’hui en Afrique – ; la fin des productions vivrières au profit des cultures d’exportations ; et un néo-colonialisme déguisé – au Soudan, les investissements pourraient atteindre 7,5 milliards de dollars en 2010, soit la moitié de tout ce qui est investi dans le pays. Au-delà de ses risques réels, c’est une agriculture à deux vitesses qui se met en place à l’intérieur même de ces pays.
L’exemple le plus flagrant est celui de l’Éthiopie : d’une main, ce pays vient de recevoir 100 millions de dollars de l’Arabie saoudite et de son fonds « King Abdullah initiative for Saudi agricultural investment abroad » ; de l’autre main, il a « reçu » 116 millions de dollars du Programme alimentaire mondial afin d’assurer l’aide alimentaire, entre 2007 et 2011, de 4,6 millions d’Éthiopiens menacés par la famine et la malnutrition (sur une population totale de 81 millions). Depuis fin 2008, l’Éthiopie subit en effet sa plus grave famine depuis vingt-cinq ans. Ironie du capitalisme mondial, l’agribusiness est en train de prouver au monde entier que les difficultés agricoles de l’Afrique ne sont pas une fatalité. Qu’elle souffre depuis des années de sous-investissement. Que, finalement, personne n’a voulu croire à ce continent.
A lire aussi dans Terra eco :
  Les terres cultivables objet de convoitise
 Tchad : « les paysans sont dépossédés de leurs terres »

 

 Karen Bastien
32 ans, journaliste multimédia .

Publié dans AGRICULTURE, DEVELOPPEMENT, ENVIRONNEMENT et DEVELOPPEMENT DURABLE | Pas de Commentaire »

Discours de President de l’Assemblee Generale de l’ONU a l’Audition Populaire sur la Crise

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 25 juin 2009

Discours de Miguel d´Escoto Brockmann, Président de l’Assemblée Générale
des Nations Unies, à l´événement de la société civile: « Audition
Populaire sur la Crise »

Church of the Holy Trinity, 316 East, 88th. Street
New York City, 20 Juin 2009

Chers amis,
Représentants d’organisations non gouvernementales et  réseaux de la
société civile, Frères et Sœurs,
1. Il est véritablement un plaisir être avec vous ici dans l’église de la
Très Sainte Trinité àla veille de la Conférence des Nations Unies sur la
crise financière et économique mondiale et ses incidences sur le
développement. Je sais que je suis entre amis et famille ici, et mon cœur
se chauffe avec l´énergie et la formidable solidarité qui ont apporté avec
vous de toutes les parties du monde.
2. Je vous remercie tous pour leur dur travail au nom de la Conférence, et
ce qui est plus important, au nom des milliers de millions de personnes
dont la voix n’ont pas encore entendu déjà que nous cherchons à construire
un monde plus juste et équitable. Je tiens à remercier, en particulier à
Roberto Bissio de Social Watch et à ELISA Peter de NGLS et à ses équipes
pour travailler très dur pour organiser cet événement et l’invitation qui
m’ont fait à y participer.
Ils ont travaillé patiemment avec mon bureau au nom de la société civile
et nous ont aidés dans les arrangements pour que  beaucoup de vous aient
accès au siège de l’ONU la semaine prochaine pendant la réunion de trois
jours.

3. Je pense que beaucoup de vous sont impatients d’entendre nouvelles sur
les perspectives de la Conférence. Comme vous le savez, la Conférence a
été entourée de polémique depuis le début, dans le passé mois de décembre
à la Conférence de révision sur le financement du développement à Doha.
Là, les États membres m’ont demandé d’organiser une réunion au plus haut
niveau en réponse à la catastrophe économique mondiale déployés autour de
nous.

4. À Doha, j’étais reconnaissant par la présence et l’appui de tant
d’organisations non gouvernementales et j´ai bienvenue sa Déclaration
parallèle, qui est un appel à l’action lucide et de longue portée sur les
questions que les États membres continuent de s’efforcer. Vous êtes très
devant de nous. J’ai partagé la vision décrite dans la Déclaration et j’ai
demandé à publier dans notre site web comme un utile point de référence
dans les négociations intergouvernementales sur le document final de la
Conférence, les qui restent en ces moments.

5. Pendant des mois de difficiles négociations pour définir les objectifs
de la Conférence, les États membres ont décidé qu´ils devraient aborder
les répercussions de la crise surtout dans les plus vulnérables, les
économies des pays en développement, mais que cela ne serait suffisante.
Il a été décidé également, non sans forte résistance, qu’il était
également important que la Conférence explore les réformes et les
changements dans l’architecture financière internationale qui pourraient
apporter une nouvelle stabilité et de bonne gouvernance de l’économie
mondiale.

6. Malheureusement, de nombreux pays ne veulent pas que ces objectifs
ambitieux triomphent à cette Conférence. Mais je voudrais partager avec
vous quelques attentes que beaucoup, sinon la majorité des États membres,
ont à cette réunion et son suivi.

7. Cette conférence est pour ramener le débat sur les réformes économiques
à l’Organisation des Nations Unies. Nous devons veiller à ce que les pays
les plus touchés par la crise disposent d’une voix réel dans la solution
de cette crise mondiale. Nous avons eu sommets du G8 et le G20 et d´autres
groupes ad hoc. Nous allons maintenant donner au G192 la possibilité
d’exprimer leurs préoccupations, besoins et recommandations concrètes. La
participation du G192 est nécessaire si nous voulons tout le monde
derrière une reprise durable et, plus important encore, que tous les pays
bénéficient de la récupération.

8. C’est une Conférence sur le changement. Les autres groupes ont
contribué à propositions utiles de mesures d’urgence pour contrer la crise
et protéger leurs propres intérêts, comme si elles étaient les de tous.
Mais ont évité dans une large mesure propositions de réforme qui empêchent
ces troubles se reproduisent. Cette Conférence doit être vu comme une
occasion pour entamer une discussion sur la gouvernance économique globale
et les moyens de faire que nos institutions internationales soient les
plus représentatives et ouvertes, à l’heure actuelle et dans les décennies
à venir.

9. Dans les six derniers mois, la situation financière et économique s’est
dégradée condamnant par égal à des dizaines de millions de personnes à
l’extrême pauvreté dans les pays industrialisés et les pays en
développement. Et en dépit de la nécessité croissante de grands
changements de nombreux États membres, en particulier dans le Nord, ils
répugnent de plus en plus aux réformes du FMI et la Banque mondiale, avec
l’espoir que les choses vont à revenir à des affaires comme toujours. Et
ils ont également cessé très clair qui ne veulent une sérieuse
conversation mondiale ayant lieu dans l’Organisation des Nations Unies.

10. Alors j’espère, comme nous tous, que l’actuel effondrement ne dégénère
en une longue dépression mondiale, je partage l’opinion répandue que nous
ne pouvons et nous ne devons revenir aux affaires comme toujours.

11. Profondément et maintenant non complètement couverts, les changements
systémiques sont en cours. Les économistes et les décideurs continuent
sans être sûrs  quand nos économies sortiront de ce chaos, mais nous
savons que seront radicalement ordonnées. En dépit de cette incertitude,
nous devons saisir cette occasion pour identifier les changements qui ne
stabilisent seulement nos économies dans le court terme, mais également,
faire méthodiquement les changements et créer des instruments qui
garantissent la stabilité et l’équité pour toutes les nations et tous les
peuples.

12. Cette conférence est le résultat d’un processus difficile. Imaginez :
la réforme du Conseil de Sécurité a conduit jusqu’à présent 15 ans. Avec
l’aide d’éminents économistes comme Joseph Stiglitz, la Commission
d’experts présidentiels a présenté en quelques mois une remarquable série
de recommandations à tenir compte. En dépit des moments de désillusion
parfois j’ai, je ne être surpris par les allées et venues qui ont
caractérisé les négociations vers un document final qui reflète les
résultats de la Conférence.

13. Dans ces moments, les États membres continuent de négocier le document
final. Je pense que le document qui sera finalement adopté est très
différent des versions que vous pouvez avoir vu tout au long du chemin.

14. Pendant la préparation du processus, le soutien au développement de la
Conférence a été érodé. Certains gouvernements sont résolus à résister un
possible défi à son contrôle sur les principales institutions financières
et monétaires. Autres sentent qu’un processus de sérieuse révision
renforcerait politiques et institutions qui compromettent leur
développement économique et ses droits souverains.

15. Toutefois, cette conférence devrait être considérée comme le début
d’un dialogue que nous devons continuer d’urgence dans les prochains mois
et ans. Nous devons reconstruire la confiance, qui est essentiel pour les
relations internationales, la vie économique et la confiance dans nos
institutions mondiales.

16. Et cela, bien sûr, comprend la revitalisation de l’Organisation des
Nations Unies, que dans son état actuel est incapable de remplir les
mandats consacrés dans sa Charte. Pour moi est clair que l’ONU doit être
le lieu où diriger la crise économique et financière mondiale.

17. Cette conférence est sur les citoyens du monde pauvres et vulnérables.
Tandis que les personnes dans presque tous les pays sont touchées par la
récession et la peur de l’avenir, les pays en développement sont les plus
touchés en dépit de qui ont contribué moins aux calamités économiques que
maintenant existent sur eux. Ne peuvent imprimer argent pour amortir
l’impact sur leurs économies nationales. De même que le nord industrielle
ont besoin immédiatement accès aux marchés de crédit, garanties de
commerce équitable et plus allégement de la dette. Etc .. etc

18. Cette conférence est de faire face au fait que nous sommes tous sur
cela. Ceci n’est pas une conférence de donateurs. Les pays en
développement ne recherchent aumônes. L’encouragement des paquetages du
Nord aura un plus grand impact et rétablira la nécessaire demande globale
seulement si s’étend aux pays petits et moyens. S’ils ne sont pas partie
du stimulus, la reprise mondiale se met en danger.

19. C’est une conférence qui doit promouvoir de nouvelles idées sur
comment nous allons reconstruire l’économie. Il s’agit de créer de
nouveaux paradigmes qui remplaceraient l’hyper-consumérisme, avec une
nouvelle prise de conscience de notre administration de la Mère Terre,
comportant des incitations puissants et durables pour développer de
nouvelles sources d’énergie, qui ont besoin des canaux de financement et
technologie pour des millions de petits agriculteurs et les pêcheurs pour
assurer la sécurité alimentaire pour tous. La liste des défis et
possibilités est interminable. Vous le savez mieux que moi.

20. En conclusion, permettez-moi-à-dire quelques mots sur le rôle des
organisations de la société civile. Cette conférence est sur l’émergence
d’une nouvelle conscience sur des milliers de millions de personnes qui
leur ont été refusé les possibilités de la mondialisation, qui étaient
aussi normales pour nous. Vous êtes à la pointe de ce travail. Nous devons
aider les gens à reconnaître l’injustice inhérente du modèle néolibéral et
l’échec du marché tout-puissant.

21. Les entreprises et de nombreux gouvernements ont perdu le sens
d’engagement avec le bien-être des gens. L’activité des affaires sont les
affaires, on nous dit. Mais la crise actuelle nous offre l’occasion
d’injecter un nouvel esprit de responsabilité et de solidarité avec nos
frères et sœurs moins fortunés. C’est une occasion pour insérer les codes
de moralité et éthique qui atténuent l’égoïsme et la témérité qui ont
caractérisé les excès des dernières décennies.

22. Vous comme représentants de la société civile, ont été conscients des
complexités de cette baisse et de leurs interconnexions avec d’autres
crises mondiales, depuis les changements climatiques, à la pandémie du
sida, de l’alimentation, de l’énergie et d’autres problèmes. Vous avez
aidé l’Organisation des Nations Unies à reconnaître qu’une approche
holistique est nécessaire pour faire face à ces défis.
23. Ma vision des réformes et les changements nécessaires coïncident
beaucoup plus étroitement avec les présentées par la société civile -par
leurs réseaux- qu’avec les faites par de nombreux États membres. J’ai été
critiquée par exprimer mes vues comme Président de l’Assemblée Générale.
Cette critique reflète l’érosion de l’autorité de la présidence pendant
des décennies, quelque chose que j’ai essayé de changer durant mon bref
mandat.
24. Mon objectif – je le vois comme mon obligation comme président malgré
que certains l’ont décrite comme coûte- a été de rétablir l’autorité et la
crédibilité de l’Assemblée Générale et, par extension, de tout le système
des Nations Unies aux yeux du monde. Il s’agit clairement d’une tâche
ardue bataille, mais je demeure convaincu que l’ONU est le seul forum
représentatif où peuvent être discutées en forme productive des questions
de la gouvernance globale.

25. Travailler à ce niveau, avec de nombreux concurrents, souvent par
petits intérêts nationaux, est difficile. Mais je demeure convaincu que
cette organisation mérite votre appui. Vous doivent pousser agressive dans
le processus de restauration de la fonction centrale de l’Organisation des
Nations Unies comme un véritable arbitre de « Nous, peuples ». C’est un
processus qui doit surveiller et influencer de toutes les formes possibles
comme représentants de la société civile.

26. J’ai souhaité terminer ici, en ce qu’on pourrait appeler une note
optimiste. Mais je suis un homme d’espoir, non pas un optimiste.
L’optimisme est seulement espoir bon marché. Comme personne d’espoir oui
je crois, de fait, qu’un autre monde est possible et engageons nos vies à
leur réalisation. Pleinement en sachant que le chemin sera accidenté et
embarras et que le moment de la récolte les fruits de nos travaux peuvent
appartenir à d’autres personnes.

Ainsi que mes chers frères et sœurs continuons poursuivant. Avec la grâce
de Dieu sera gagné. ! Oui nous pouvons!
Je vous remercie.

Publié dans COMMERCE ET DEVELOPPEMENT, DEVELOPPEMENT, DROITS DE L'HOMME, ECONOMIE, ENVIRONNEMENT et DEVELOPPEMENT DURABLE, GEOPOLITIQUE, GOUVERNANCE | Pas de Commentaire »

Social Watch a l’ONU

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 24 juin 2009

CONFÉRENCE DE PRESSE D’ORGANISATIONS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE SUR LA CONFÉRENCE DE L’ONU SUR LA CRISE FINANCIÈRE MONDIALE ET SON INCIDENCE SUR LE DÉVELOPPEMENT
 
Les représentants de la société civile ont, cet après-midi, appelé à la création d’un conseil de sécurité économique des Nations Unies et à un accroissement du rôle de l’ONU dans le règlement à long terme de la crise financière et économique actuelle.
 
À la veille de l’ouverture de la Conférence sur la crise financière et économique mondiale et son incidence sur le développement, des responsables d’organisations non gouvernementales (ONG) ont ainsi partagé avec les correspondants des médias leurs points de vue sur cette question au cours d’une conférence de presse organisée au Siège de l’ONU, à New York.
 
Le représentant de « Social Watch », une plate-forme d’ONG impliquées dans les processus de suivi de l’application des résolutions des Nations Unies dans le domaine du développement, a noté que, chaque mois qui s’écoulait, les statistiques disponibles décrivaient une crise beaucoup plus grave que prévue, « dont, de surcroît, les répercussions frappent plus durement les pays qui, en fait, sont les moins responsables de cette situation, à savoir les pays en développement ».
 
M. Roberto Bissio a souligné que les conséquences immédiates de la crise dans les pays pauvres –baisse drastique des investissements, effondrement du crédit et baisse du volume des envois de fonds des travailleurs migrants– s’étaient aggravées avec les mesures d’urgence prises par les pays les plus industrialisés pour protéger leur économie.  « Ce faisant, les pays riches ont porté un coup très dur à la compétitivité des pays en développement, rendant encore plus vitale la nécessité de repenser la place qu’occupent ces derniers au sein de l’économie mondiale », a-t-il souligné.
 
Selon M. Bissio, la Conférence qui débute demain doit être l’occasion d’insister sur l’exigence non seulement morale, « mais aussi économique », d’aider efficacement les économies en développement à redémarrer.  « Injecter des capitaux pour permettre aux pays pauvres de réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) est un investissement sûr pour la simple raison que ces liquidités seront dépensées; ces pays n’ayant rien à épargner, ils sont en un sens condamnés au dynamisme économique », a insisté l’intervenant.
 
M. Kristian Weise, de l’Union mondiale/OT-Danemark, a souhaité, après avoir indiqué que la crise actuelle pourrait, fin 2009, avoir mis au chômage plus de 50 millions de personnes dans le monde, « dont un grand nombre de jeunes », que la Conférence de l’ONU sur la crise financière permette d’avancer sur le projet de création d’un conseil de sécurité économique des Nations Unies.
 
« Cette idée, lancée par la Chancelière allemande Angela Merkel et appuyée par le Président français Nicholas Sarkozy était soutenue depuis près d’une décennie par la société civile », a-t-il affirmé.  Pour M. Weise, une telle institution permettrait de changer de cap en termes de gouvernance, et ce en passant du cadre de décision « opaque et non représentatif » du G-20 à celui « plus démocratique de l’ONU, où chaque pays a le droit de vote ».
 
M. Weise a ensuite noté que la refonte du système financier international était devenue inévitable: « La situation actuelle est absurde.  Les défaillances de ce système, comme c’est aujourd’hui le cas, sont corrigées par les principales victimes de la crise -les contribuables des pays occidentaux- et affectent directement les populations des pays en développement qui, elles aussi, ne sont nullement responsables de la situation actuelle », a-t-il relevé.
 
Kristian Weise a souhaité que les débats de la Conférence mettent l’accent sur le besoin de procéder à une redistribution des richesses et de mettre un terme à l’« impunité dont jouissent les grandes compagnies multinationales motivées uniquement par le profit ».  « La durabilité de l’économie mondiale passe par l’égalité d’accès des pays aux échanges commerciaux, qui sont le moyen par lequel sont générées les richesses », a-t-il estimé.
 
De son côté, Mme Paulin Vande Pallen, du Réseau pour le droit des femmes au Ghana, a souhaité que la Conférence se penche sur le sort particulier des femmes, « à l’heure où sévit une crise qui les touche plus violemment encore que les autres groupes humains ».  Plaidant pour une participation renforcée des femmes aux plans de relance économique, Mme Vande Pallen a exhorté les États Membres à faire en sorte que la Conférence décide de la mise en place de mécanismes de suivi efficaces, « afin que l’ONU devienne l’enceinte légitime et inclusive au sein de laquelle les pays trouvent ensemble une solution à la crise ».
 
Mme Bhumika Muchalla, du « Réseau Tiers monde », a, quant à elle, fait sienne la recommandation faite par l’économiste Joseph Stiglitz, Président de la Commission d’experts du Président de l’Assemblée générale sur la réforme du système monétaire et financier international, de mettre rapidement en place un nouveau système mondial de réserve monétaire.  « Un tel système ne pourra plus être basé sur le dollar comme monnaie de réserve », a-t-elle dit, en accusant le dollar américain d’être devenu « une monnaie dont l’instabilité explique, en partie, l’éclatement et la gravité de la crise actuelle ».
 

Publié dans COMMERCE ET DEVELOPPEMENT, DEMOCRATIE ET ETAT DE DROIT, DEVELOPPEMENT, DROITS DE L'HOMME, ECONOMIE, GEOPOLITIQUE, GOUVERNANCE | Pas de Commentaire »

L’interface entre la propriété intellectuelle et les politiques générales au centre d’une conférence internationale

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 23 juin 2009

Genève, 23 juin 2009
MA/2009/48

La propriété intellectuelle et ses liens avec les questions de politique générale telles que la santé, l’environnement et la sécurité alimentaire seront au centre des discussions d’une conférence internationale organisée par l’OMPI qui se tiendra les 13 et 14 juillet 2009 à Genève. 

La Conférence sur la propriété intellectuelle et les questions de politique générale analysera la contribution particulière que la propriété intellectuelle peut apporter aux mesures prises pour relever ces défis mondiaux et atteindre certains objectifs de politique générale. Elle sera précédée d’un débat de haut niveau sur le rôle de la propriété intellectuelle pour répondre aux besoins des personnes souffrant de déficience visuelle, qui se tiendra le 13 juillet 2009 à 9 heures. 

M. David Lammy, ministre d’État chargé de la propriété intellectuelle au Département du commerce, de l’innovation et de la formation professionnelle du Royaume‑Uni, fait partie des conférenciers d’honneur de la conférence. Plusieurs autres hauts fonctionnaires devraient se joindre aux chefs de secrétariat de grandes organisations internationales, dont Mme Margaret Chan (Organisation mondiale de la santé), M. Michel Jarraud (Organisation météorologique mondiale), M. Pascal Lamy (Organisation mondiale du commerce) et M. Kanayo F. Nwanze (Fonds international de développement agricole), pour débattre ces questions. 

La nature interdisciplinaire de la conférence rend compte de la complexité des défis communs auxquels la communauté internationale est confrontée, tels que le changement climatique, les épidémies, l’accès aux soins de santé, la sécurité alimentaire et la préservation de la biodiversité. L’accès aux technologies applicables est un élément essentiel d’une réponse globale efficace à nombre de ces défis. Les politiques visant à stimuler la création et la diffusion de la technologie ont donc une incidence directe sur la manière dont la communauté mondiale fait face à ces problèmes. 

Le système de la propriété intellectuelle offre non seulement des moyens éprouvés d’encourager l’investissement dans les technologies propres nécessaires pour faire face aux menaces liées au changement climatique, mais également une série d’options pour recenser, transférer et diffuser ces technologies. La conférence servira de plate‑forme aux participants pour échanger des vues sur ces questions afin d’aider toutes les parties prenantes à mieux appréhender la manière dont la propriété intellectuelle peut contribuer au développement et au transfert de technologie. 

Cette conférence s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par l’OMPI pour travailler avec toutes les parties intéressées afin de faire en sorte que le système de la propriété intellectuelle – facteur qui occupe une place de plus en plus importante dans les débats sur les questions de politique générale – continue de concilier de manière appropriée les intérêts des innovateurs et des créateurs et ceux du grand public.

La réunion précédant la conférence portera sur les besoins des personnes souffrant de déficience visuelle en ce qu’ils ont trait à la propriété intellectuelle, notamment en ce qui concerne les moyens d’améliorer l’accès au contenu protégé par le droit d’auteur.  À une époque où les voyants bénéficient d’une facilité d’accès sans précédent au contenu protégé, des facteurs sociaux, économiques, techniques et juridiques, y compris le fonctionnement des systèmes de protection par le droit d’auteur, se conjuguent pour empêcher l’accès des aveugles et autres personnes souffrant d’un handicap de lecture aux livres, journaux, magazines et autres oeuvres publiées.  

L’auteur compositeur nigérian aveugle de naissance Cobhams Emmanuel Asuquo donnera un concert le 13 juillet en soirée dans le hall du bâtiment principal de l’OMPI. 

La réunion est ouverte au public. Toutes les personnes souhaitant y participer sont invitées à remplir le formulaire d’inscription en ligne. 

Les journalistes qui souhaitent assister à cette conférence sont priés de suivre la procédure d’accréditation en ligne.  Pour plus de renseignements, on peut s’adresser à la Section des relations avec les médias et avec le public (OMPI) : 

  • Tél.  :                (+ 41 22) 338 81 61        , 338 95 47
  • Tlcp. :                (+41 …       
  • Mél. : publicinf@wipo.int

http://www.wipo.int/pressroom/fr/articles/2009/article_0017.html

Publié dans INTERNET, PROPRIETE INTELLECTUELLE, TECHNOLOGIE, TIC | Pas de Commentaire »

L’ICANN Sydney 2009 : c’est parti !

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 23 juin 2009

 

Anne-Rachel INNE, 23 juin 2009
La 35ème réunion ICANN Sydney a officiellement démarré hier. Point d’orgue de l’évènement : un débat qui se tiendra mercredi autour de l’étude menée par le groupe de travail juridique de l’ICANN en vue de mieux protéger les marques face aux nouveaux gTLDs.

 L’ ICANN s’est réunis avec les acteurs internationaux du nommage pour 6 jours dans la capitale australienne. Au programme : réunions internes et débats publics pour évoquer entre autres les évolutions du nommage et l’avancée de l’ICANN dans la mise en place du programme de création des extensions personnalisées, les fameux nouveaux gTLDs.

Paul Towmey, PDG de l’ICANN qui cédera sa place cette année, a inauguré pour la dernière fois l’évènement lundi matin en présentant les enjeux de cette 35ème réunion ICANN.

Les nouveaux gTLDs au cœur du débat

Le responsable du programme de création des nouveaux gTLDs, Kurt Prunz, s’est exprimé pour évoquer les grandes évolutions de ce programme et les réunions clefs prévues dans les prochains jours. 5 sujets seront principalement abordés autour des nouveaux gTLDs :

La question des termes géographiques (réunion du GNSO samedi et dimanche) ;

La question de la limite à 3 caractères pour un nom, règle qui pourrait être modifiée du fait de l’intégration des idéogrammes chinois qui peuvent désigner un nom avec un seul caractère;

Les évolutions techniques de la racine du DNS, avec notamment le basculement vers la norme IPV6 et le DNSSEC.

La protection des marques: un débat aura lieu mercredi après midi à ce sujet;

La question du cybersquatting et des comportements malveillants que l’ICANN entend combattre tout au long du processus de création des extensions personnalisés. Une réunion sur ce sujet se tiendra mercredi après midi.
D’autres thèmes seront bien sûr abordés en marges de ces réunions (les IDNs, les réunions du comité ALAC, la sécurité et stabilité de l’Internet, etc…). En parallèle plusieurs organisations privées et villes ont déjà présenté à Sydney leur projet d’extension personnalisée comme le .FOOD, le .BASKETBALL, le .SFO ou le .SYDNEY.

Forum public jeudi 25 juin et synthèse du comité de direction de l’ICANN vendredi 26 juin

L’évènement se conclura jeudi 25 et vendredi 26 juin par deux rituels propres à toutes les réunions ICANN :

le forum public, prévue jeudi matin qui permettra à tous de s’exprimer face aux évolutions présentés par l’ICANN;

le rapport du comité de direction de l’ICANN prévue vendredi matin et qui fera la synthèse des points forts de cette 35ème édition avant la prochaine réunion ICANN prévue à Séoul en octobre 2009.

Publié dans INTERNET, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

Mahmoud Ahmadinejad and the Globally Protected Marks List (GPML)

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 23 juin 2009

http://www.circleid.com/posts/20090621_mahmoud_ahmadinejad_globally_protected_marks_list_gpml/

Mahmoud Ahmadinejad and the Globally Protected Marks List (GPML)

Jun 21, 2009 11:21 PM PDT

By Graham Chynoweth

At first blush, Mahmoud Ahmadinejad and the Globally Protected Marks
List (GPML) do not seem to have anything in common. The first is a
politician of debated repute that is seeking to quell disputes over
the legitimacy of his election. The second is a recommendation that
seeks to protect trademark owners and consumers from an explosion of
infringement and source confusion that could be wrought by the
introduction of new Top-Level Domains (TLDs). However, upon a closer
analysis, they do share one common flaw: both have arguably failed to
appropriately prioritize the right to free speech.

In Iran, Ahmadinejad, according to major new organizations, leads a
government that has placed restrictions on what the press can cover
and publish and what people may say in public. Clearly, some, and
certainly Ahmadinejad, would argue that these restrictions on speech
are necessary to protect the orderly occurrence of commercial and
social intercourse in Iran. However, equally clearly, many would argue
that these dictates violate at least one traditional, admittedly
American, norm regarding speech—the prohibition on its ‘prior
restraint.’ In order words, it isn’t ‘fair’ or ‘right’ that the
Ahmadinejad government has stopped people from reporting or speaking
before it is known whether what they intend to say or publish will
actually cause unrest.

In the IRT Final Draft Report, a recommended new mechanism, the GPML,
is proposed, which will:

I. prevent individuals from applying to create a new TLD that is
identical or confusingly similar to certain ‘globally protected marks’
until the party interested in running the TLD has gone through a not
insignificant administrative process and proven « that the applied-for
TLD is not sufficiently similar (visually, aurally, and in commercial
impression) as to be likely, as a matter of probability and not mere
possibility, to deceive or cause confusion or that it otherwise has
legitimate rights to use the applied-for TLD », IRT Final Draft Report,
p 19., and

II. prevent individuals from registering domain names in a new TLD
that are identical to certain ‘globally protected marks’ until they
prove that the « registration would be consistent with generally
accepted trademark laws; namely, that its use of the domain name would
not infringe the legal rights of the GPM owner. » IRT Final Draft
Report, p 19. Or more explicitly stated, in such cases, « [t]o overcome
the block, the applicant must show that it has a right or legitimate
interest in the initially blocked name. » Id.

Just as in the Ahmadinejad case, some would argue that these
restrictions are necessary to protect the orderly occurrence of
commercial and social intercourse on the Internet. However, also as in
the case above, many would argue that these rules violate the
traditional American and Internet norm that prohibits ‘prior
restraints.’ In other words, it isn’t ‘fair’ or ‘right’ for ICANN to
stop people from creating TLDs or registering domain names before it
is known whether the use of a word in the TLD or domain name, in fact,
infringe upon the rights of a trademark holder.

Given the centrality of the idea of ‘prior restraint’ to this post, it
seems important to outline the concept more definitively. Thus, more
specifically, ‘prior restraint’ is the creation of any mechanism that
effectively prevents or retards an individual from speaking or
publishing material until they can prove the truthfulness or
legitimacy of words they intend to speak or the material they intend
to publish. See Near v. Minnesota, 283 U.S. 697 (1931). In the
Ahmadinejad case we see a ‘prior restraint’ on speech until the
speaker or publisher can show the Iranian government that the speech
(broadly construed) will not to cause unrest in the population. In the
GPML case, we see a proposed ‘prior restraint’ on the publishing of a
TLD or domain name into the DNS until the publisher can prove that
they have a ‘legitimate’ interest in the word or words at issue.

The concept of ‘prior restraint,’ and rationale supporting the
argument that it is prohibited by the US Constitution, was established
in Near v. Minnesota. In Near, the Court justified its opposition to
‘prior restraints’ in this way: « The fact that the liberty of the
press may be abused by miscreant purveyors of scandal does not make
any the less necessary the immunity of the press from previous
restraint in dealing with official misconduct. Subsequent punishment
for such abuses as may exist is the appropriate remedy, consistent
with constitutional privilege. » 283 U.S. 697, 720. Paraphrasing in
common parlance the essence of the argument, the Court found that just
because some (even many) people behave badly (even very badly),
doesn’t mean that their bad behavior justifies prohibitions on
innocent actors. Or, in the current context – don’t punish the grower
that wants to register ‘apple.food’ just because some miscreant wants
to sell knock off computers on ‘apple.deals.’

However, notwithstanding the potentially undesirable comparison
between Ahmadinejad and the GPML recommendation in IRT Final Draft
Report, one might legitimately ask—who cares, why does this matter?
GPML proponents may say ‘so what if the GPML clamps down a little on
free speech, trademark violators are out there hurting businesses and
individuals every day, it is justified and, come to think of it, who
said we couldn’t!?!’.

With regard to the relevance of this issue in the ICANN context (other
spaces are more appropriate to debate the appropriateness of
Ahmadinejad’s actions), this burgeoning system of ‘prior restraints’
on TLDs and domain name registrations arguably: (I) contradicts one of
the IRT’s own « framework and considerations », see IRT Final Draft
Report, P. 11., for the development of a trademark protection scheme
and (II) potentially opens up ICANN and the new gTLD process to a
legal attack from free speech advocates and organizations.

More specifically with regard to the former issue, the IRT Final Draft
Report states that its « recommendation[s] should protect the existing
rights of trademark owners, but neither expand those rights nor create
additional legal rights[.] » Id. Given the importance of the importance
of the concept of ‘prior restraint’ in the context of the American
legal tradition, not to mention in the context of the Internet’s
cultural tradition, it is difficult to imagine how the bestowing the
right of ‘prior restraint’ on the owners of ‘globally protected marks’
meets this test. More specifically with regard to the latter issue,
given the centrality and strength of the prohibition on ‘prior
restraints’ in United States constitutional jurisprudence and that
ICANN is inextricably linked and/or given authority by a federal
agency of the United States government, it seems apparent that any
opponent to the proposed scheme would have, at least at first blush, a
credible argument to make before US courts, should they desire to
prevent the implementation of the IP Clearing House recommendation
into the new TLD space.

In closing, it is worth noting that nothing in this post should be
construed as a disrespectful to the members of the IRT, all of whom
have good intentions and who worked very hard on the Final Draft
Report, or of the ability of its recommendation to prevent trademark
infringement, clearly they would. Rather, it is my hope that this post
will, at the least, spur debate about the importance of free speech as
an equally important element in the discussion of the appropriate
protections to be afforded to trademark holders in the context of new
gTLDs.

Written by Graham Chynoweth, General Counsel, Dynamic Network Services, Inc.

Publié dans ACTUALITES | Pas de Commentaire »

DRAFT Joint Statement on the IRT Report between NCUC and ALAC

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 23 juin 2009

DRAFT
Joint Statement on the DIRT Report
From ALAC and NCUC
 
 
The At-Large Community, ALAC and the Non-Commercial Users Constituency of ICANN strongly support the creation of new gTLDs. Having said that, the process to move forward with changes to the DAG Guidebook requires the legitimacy of full community participation and full transparency.
In the case of the IRT Report, we had neither transparency nor openness. The IRT Report and its recommendations harm the interests of domain name Registrants and Internet end users, and consequently we must object to the vast bulk of its recommendations.
 
To be more specific:
1. The Globally Protected Marks List – the GPML database- is a matter well beyond ICANN’s scope and its core competence. It presumes to be able to resolve an issue that even WIPO wrestles with. Clearly the creation of the GPML, if even possible, would cause enormous complexity. Instead of speeding up the process of creating new gTLDs, it would introduce delays that would last for years. But the creation of this list must take place outside of ICANN.
2. The GPML takes no consideration of the actual limits of rights and protections allowed to trademarks. In the real world, trademark owners apply for a trademark in a specific class of goods and services, and their use is bound to that class or classes. By protecting a string of letters in all new gTLDs, the GPML would extend trademarks into new gTLDs far beyond the bounds of their class of goods and services, far beyond existing national laws and internationatreaties. 
 
3. We have enormous problems with the Uniform Suspension Service (URS). The URS mechanism subverts conventional UDRP practice as it gives entirely insufficient time for notice to the registrant of the pending dispute. Thus, the registrant is unfairly limited in his/her right of response and the process is missing the fundamental principle of due process.
 
[ Kathy Note: This paragraph below seems to be somewhat controversial within ALAC. I think we will be dropping it. Don't worry, we'll include the statement in our comments -- if you all agree]
4. ALAC and NCUC strongly object to the Thick Whois Registry. In mandating such, the IRT Committee did not address any of the privacy issues that arise from moving personal data from many countries with data protection laws, perhaps, to a single country without data protection. Does ICANN really want to be in a position in which it may be violating national laws?
Overall, we wish the result were different. We wish the IRT had delivered a reasonable proposal for the protection of trademarks. But the product delivered is far outside the scope and core competence of ICANN, and outside the bounds of trademark law.
We can do better; we must do better before we move forward.
Consequently, NCUC and ALAC stand before this forum together in fundamental opposition to many of the IRT Results.
 
 
Signed [for sharing a written cop y of a floor statement with the Board]
 
ALAC                                                                                                                     NCUC

Publié dans ACTUALITES | Pas de Commentaire »

12
 

LE CMV |
LES ANCIENS DU CHAMPS DE CL... |
Bienvenue chez moi ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | consensus
| presseecrite
| lesjournalistes