• Accueil
  • > INTERNET
  • > Contenus, accompagnement, certification : ce qu’on paye dans une formation en ligne

Contenus, accompagnement, certification : ce qu’on paye dans une formation en ligne

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 23 juillet 2009

Contenus, accompagnement, certification : ce qu'on paye dans une formation en ligne dans INTERNET moz-screenshot-3

Lorsque l’on souhaite entreprendre des études ou suivre une formation, la question des coûts apparaît avec plus ou moins d’acuité selon l’endroit où l’on habite. En effet, les Etats suivent des politiques fort diverses en matière de financement de l’éducation et de la formation. Si l’enseignement de base est généralement assuré par les pouvoirs publics, tout change dès qu’on parle des études supérieures; le tableau est encore plus contrasté si l’on s’intéresse à la formation professionnelle continue.

Dans ce dernier domaine en particulier, la FOAD possède une valeur économique énorme : elle permet à l’employé de rester à son poste, et donc de continuer à produire des richesses, tout en se formant, et donc en augmentant ses capacités à en produire de nouvelles. C’est sans doute la raison pour laquelle elle améliore sa position parmi les offres disponibles.
Serait-ce à dire que les pouvoirs publics ou privés doivent systématiquement financer toute demande de formation, partout, toujours, à tout le monde ? Ce n’est pas nécessaire. Car Internet a ouvert une baie vitrée panoramique sur d’immenses quantités de savoirs qui ne demandent qu’à être exploités gratuitement. Les institutions ne sont plus les seules aujourd’hui à distribuer une formation de qualité. Le problème n’est plus essentiellement celui de l’accès à la connaissance.

Le problème tient plutôt à la nécessité de l’accompagnement de l’apprenant d’une part, de la certification finale de sa formation d’autre part.
Apprendre est une activité sociale. Nous en avons longuement parlé le mois passé :  l’autonomie dans l’apprentissage tient précisément dans la capacité à savoir utiliser les ressources sociales, bien plus que les ressources thématiques ou disciplinaires, pour donner du sens à ses apprentissages et les transformer en compétences. On s’étonne alors que nombre d’organismes de formation continuent de conserver leurs contenus dans de véritables bunkers, qui ne s’ouvrent parcimonieusement qu’à l’aide d’une coûteuse clé d’or; d’autres néanmoins ont adopté une stratégie inverse.
C’est la politique désormais bien connue du MIT ou de l’Open University, de certaines universités francophones également, qui mettent leurs contenus de cours à disposition de tous mais font payer, plutôt cher, la dimension relationnelle… et la certification. Car bien entendu, affirmer à son employeur que l’on s’est formé tout seul le soir après le boulot aura bien moins de poids que le diplôme d’une Université réputée. La certification est en effet un gage de rigueur et de conformité, conformité à une certaine façon de penser, conformité à des pratiques de travail et d’apprentissage, qui garantissent le potentiel du lauréat en matière d’efficacité et de progression tout au long de sa vie.
Lorsqu’on a besoin d’une certification et que l’on souhaite y accéder par le biais de la FOAD, il faut distinguer ce que l’on doit réellement acheter de ce à quoi l’on peut accéder gratuitement. En agglomérant des ressources gratuites bien choisies, on parvient à se confectionner de très bons cours, ; la convivialité quant à elle se trouve au travers des communautés d’apprenants et des groupes de mutialisation de connaissances qui y fleurissent. L’apprenant doit également savoir évaluer ses capacités à travailler hors d’un cadre académique; en d’autres termes, s’il investit beaucoup d’énergie et de rigueur pour apprendre, il investira moins d’argent…

La certification reste payante, et ce n’est que justice pour les organismes de formation qui trouvent là leur raison d’être fondamentale. Tout apprenant devrait donc avoir la possibilité de passer les examens correspondant au diplôme visé et, au vu de ses résultats, de choisir ensuite de suivre les cours qui lui permettront d’atteindre le niveau exigé.

Il s’agit là d’une révolution dans la manière de considérer la formation initiale et continue. La révolution est d’ailleurs en marche, comme en témoigne par exemple la dispositif de Validation des Acquis de l’Expérience mis en place en France, qui souffre encore de nombreux maux mais atteste du moins de la reconnaissance du capital de savoirs acquis par les individus hors des institutions dédiées. Et l’on se prend à rêver à une généralisation de ce processus dynamique, abolissant les barrières entre temps professionnel, temps de formation et temps personnel…
C’est dans cet esprit que, sur Cursus, nous sélectionnons pour vous chaque semaine des cours et objets d’aprentissage, payants et gratuits, disponibles sur Internet; à vous d’effectuer vos choix en toute connaissance de cause, d’acheter ce que vous ne trouverez nulle part ailleurs et qui correspond à vos besoins, mais aussi de puiser largement dans les ressources gratuites de qualité.
Bonnes découvertes,
Christine Vaufrey,  Rédactrice en chef
redaction@cursus.edu

THOT CURSUS

Le Monde de la Formation A Distance

Laisser un commentaire

 

LE CMV |
LES ANCIENS DU CHAMPS DE CL... |
Bienvenue chez moi ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | consensus
| presseecrite
| lesjournalistes