• Accueil
  • > Archives pour septembre 2009

US ‘to loosen’ grip on internet

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 29 septembre 2009

The US government is expected to relax control over how the internet is run when it signs an accord with net regulator Icann on Wednesday.

The « affirmation of commitments » will reportedly give Icann autonomy to run its own affairs for the first time.

Previous agreements gave the US close oversight of Icann – drawing criticism from other countries.

Earlier this year, the EU called on the US to relinquish its control and Icann to become « universally accountable ».

« The US government is the only body to have had formal oversight of Icann’s policies and activities since its inception in 1998, » it said.

« The Commission believes that Icann should become universally accountable, not just to one government but to the global internet community.

« This is particularly relevant given that the next billion of internet users will mainly come from the developing world. »

The current agreement between the Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (Icann) and the US Commerce Department’s National Telecommunications and Information Administration is due to expire on Thursday.

‘Formal relationship’

Icann is a not-for-profit private sector corporation – set up by the US government – which oversees critical parts of the internet, such as the top-level domain (TLD) name system. Top level domains include .com and .uk.

The body recently voted to relax the strict rules on TLDs, meaning companies could turn brands into web addresses, while individuals could use their names. Icann also agreed to introduce domain names written in Asian, Arabic or other scripts.

The regulator has not yet released details of the new agreement with the US.

However, a report – described as « accurate » by people familiar with Icann – in the Economist magazine says the new deal does not have a fixed term.

It identifies a number of groups, including representatives of foreign governments, which will conduct regular reviews of Icann’s work.

The panels would specifically focus on competition among generic domain names, how domain-name registrants’ data are handled, network security and transparency, and accountability and the public interest – the only panel on which the US will reportedly retain a permanent seat.

A formal announcement about the deal is expected on Wednesday.

However, it is unlikely that the new agreement will sever the links between the US government and Icann entirely.

Rod Beckstrom, president and chief of the organisation, said in a letter to Congress last week that it would seek to maintain a « long term, formal relationship with the United States Government ».

The body also has a separate agreement with the US – to run the Internet Assigned Numbers Authority (IANA) – that expires in 2011.

The IANA oversees the net’s addressing system.

Story from BBC NEWS:

http://news.bbc.co.uk/go/pr/fr/-/2/hi/technology/8275679.stm

Publié dans INTERNET, SCIENCE, SOCIETE DE L'INFORMATION, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

ICANN be independent

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 29 septembre 2009

Sep 24th 2009
From The Economist print edition

America is poised to loosen its control over cyberspace

FORTY years ago this month American academics sent the first message over the ARPANET, a military network that was the precursor of today’s internet. A legacy of those efforts is that the American government continues to control the internet’s underlying technology—notably the system of allocating addresses. This is about to change, albeit slightly.

For the past decade America has delegated some of its authority over the internet to a non-profit organisation called the Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN)—an arrangement other countries have complained about, both because they have little say in it and because ICANN’s management has occasionally proved erratic. ICANN’s latest mandate is due to expire on September 30th. The day before, a new accord is planned to come into effect, whereby America will pass some of its authority over ICANN to the “internet community” of businesses, individual users and other governments.

document.write( »);

Previous agreements had maintained close American oversight over ICANN and imposed detailed reforms, but the latest document, called an “affirmation of commitments”, is only four pages long. It gives ICANN the autonomy to manage its own affairs. Whereas prior agreements had to be renewed every few years, the new one has no fixed term.

The agreement sets up oversight panels that include representatives of foreign governments to conduct regular reviews of ICANN’s work in four areas: competition among generic domains (such as .com and .net), the handling of data on registrants, the security of the network and transparency, accountability and the public interest—the only panel on which America will retain a permanent seat. But there are no penalties if ICANN fails to heed its new overseers short of a termination of the accord.

The changes at ICANN come at a time when the number of addresses is set to expand dramatically. Next year ICANN plans to allow the creation of many more domains. There are currently 21 generic ones in addition to the 280 country suffixes (such as .uk for Britain). ICANN also intends to authorise domain names in other scripts, which will allow entire web addresses to be written in languages such as Chinese and Arabic.

All this is controversial. Firms that have already spent a fortune to protect their brands online fear that the expansion will create a huge legal quagmire. Some American politicians are backing calls from trademark holders to call it off. Yet the firms that register new addresses support new domains. There are nearly 200m internet addresses in use (see chart), which are thought to generate more than $2.5 billion a year in renewal fees. New domains will add to that.

The new set-up at ICANN will not placate countries such as China, Russia and Iran that want America to relinquish control entirely. However ICANN runs itself, it cannot alter the basic piping of the internet without America’s approval under another agreement that lasts until 2011. Even then, that is unlikely to change.

Publié dans GOUVERNANCE, INTERNET, SOCIETE DE L'INFORMATION, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

Hadopi 2 : les députés adoptent définitivement la loi

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 23 septembre 2009

Législation – Les députés ont adopté le texte Hadopi 2 par 258 voix pour et 131 contre. Mais le PS a déjà annoncé son intention de saisir le Conseil constitutionnel pour faire invalider le dispositif de recours à un juge unique et à la procédure de l’ordonnance pénale. Les députés ont adopté le texte Hadopi 2 par 258 voix contre 131. Hier ce sont les sénateurs qui avaient voté le texte validé par la Commission mixte paritaire et défendu par Frédéric Mitterrand, le ministre de la culture.

Les 307 députés UMP n’ont pas voté le texte à l’unanimité : 55 n’ont pas pris part au vote, 6 ont voté contre et 5 se sont abstenus. Du côté du Nouveau Centre, seuls 11 députés sur 24 ont voté pour et 3 contre tandis que 7 n’ont pas pris part au vote.

Parmi les 204 députés PS, ils étaient 113 à voter contre avec 5 députés du groupe GDR ( comprenant 25 élus Verts et  PCF). Enfin les 3 députés MoDem ont voté contre.
Ce texte complète le projet de loi Hadopi 1 dont les mesures destinées à réprimer les internautes convaincus de téléchargement illégal avaient été censuré par le Conseil constitutionnel en juin dernier.

Nouveau recours du  PS
Le texte de loi baptisé Création et Internet, rapidement appelé Hadopi, avait entamé son parcours législatif en octobre 2008 par une adoption au Sénat. Une date qui devait marquée le début d’un marathon législatif  qui vient de prendre fin aujourd’hui.

Il n’est cependant pas exclu que le sujet revienne rapidement sur le devant de la scène puisque le PS a déjà averti qu’il saisirait de nouveau le Conseil constitutionnel pour faire invalider le dispositif de recours à un juge unique et la procédure de l’ordonnance pénale.

Rappel des principales mesures prévues par la loi :

- La riposte graduée

Après avoir repéré une connexion qui télécharge illégalement, les ayants droit préviennent la Hadopi -Haute autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des droits sur Internet- qui est chargée d’identifier le titulaire de l’abonnement grâce aux FAI. Elle envoie deux avertissements : d’abord un email puis une lettre recommandée.

- Sanctions : la procédure simplifiée, un juge unique

Les sanctions sont prononcées par un juge dans le cadre de procédures accélérées (ordonnances pénales sans débat contradictoire) : il s’agit d’amendes ou de la coupure de l’accès Internet de l’utilisateur reconnu coupable de téléchargement illégal.
Les juges se basent sur le délit de contrefaçon puni jusqu’à 300 000 euros d’amende et 3 ans de prison.

- La sanction pour négligence

L’article 3bis est celui qui a le plus fait débat. Le titulaire de l’abonnement, s’il n’est pas l’auteur du téléchargement, peut néanmoins encourir une amende éventuellement assortie d’une coupure de son accès à Internet pour une durée maximale d’un mois.

Cette sanction « pour négligence » est appliquée si l’internaute n’a pas protégé suffisamment sa connexion après avoir été averti par lettre recommandée par l’Hadopi.

Le titulaire de l’abonnement peut être sanctionné par une contravention (jusqu’à 3.750 euros) et une suspension de son abonnement pendant un mois. S’il n’a pas sécurisé sa connexion  et qu’un téléchargement illégal est commis sur cette ligne, il se rend coupable de « négligence caractérisée », voire de « complicité » avec le pirate, selon la ministre de la Justice, Michèle Alliot-Marie.

-Double peine

Un internaute condamné dont l’abonnement a été coupé ne peut pas se réabonner chez un autre FAI sous peine d’une amende de 3.750 euros.

« Le fait pour la personne condamnée (…) de ne pas respecter l’interdiction de souscrire un autre contrat d’abonnement à un service de communication au public en ligne et de communications électroniques pendant la durée de la suspension est puni d’une amende de 3.750 euros », prévoit le projet de loi contre le piratage sur internet.

En outre l’abonné sanctionné doit tout de même continuer à payer son abonnement.  Et où ira l’argent ? Dans les poches des FAI. Les députés PS réclamaient que ces sommes financent la création. En vain.

- Les recours

Les messageries électroniques des internautes ne pourront finalement pas faire l’objet d’un contrôle afin de vérifier si les pièces jointes ne contiennent pas de fichiers piratés.

L’Assemblée nationale a également adopté une disposition prévoyant que les internautes convoqués devant la Haute autorité (Hadopi) pourraient se faire représenter par un « conseil » et non par un « avocat » comme le prévoyait le texte de la commission.

Enfin, les locataires du Palais Bourbon ont adopté l’article 3 ter qui stipule que le « juge doit prendre en compte les circonstances et la gravité de l’infraction ainsi que la personnalité de son auteur (notamment son activité professionnelle ou sociale) ». De quoi éviter les sanctions disproportionnées ?

-Une mission pour accompagner l’application d’Hadopi

En signe d’ouverture, le gouvernement a lancé une mission « Création et Internet » . Son objectif : réfléchir aux moyens pour améliorer l’offre légale et aux mesures d’accompagnement de la loi, contestée aussi par certains députés de la majorité.

Dirigée par le producteur Patrick Zelnik, elle est composée de Guillaume Cerutti, président de Sotheby’s France et de l’ancien ministre de la Culture Jacques Toubon.

La mission va proposer des « mesures concrètes », a dit Patrick Zelnik. « Il y aura d’abord des mesures de régulation », a-t-il dit, ajoutant que la Commission européenne jouera un « rôle important » notamment pour aider à créer un environnement favorable aux PME culturelles.

« Il y aura aussi des mesures réglementaires, il y aura aussi probablement des lois et il y aura des solutions qui seront apportées à chaque type de consommation et de diffusion. Ce sera assez sophistiqué et en même temps ces mesures pourront tenir sur deux pages », a-t-il assuré.
Ces propositions seront formulées au plus tard au début du mois de novembre.

Un arsenal déconnecté de la réalité

Reste que cet arsenal législatif, et son lot de mesures répressives, risque bien de se transformer en échec patent pour le gouvernement et pour ses soutiens.

Un échec d’image d’abord avec une loi considérée par beaucoup comme liberticide et contraire au droit à la Culture, comme l’ont à plusieurs reprises souligné les eurodéputés. Internet est un droit fondamental dans nos sociétés modernes, le gouvernement ne semble pas l’avoir compris.

Un échec fonctionnel ensuite. Si la peur du gendarme effraiera les petits téléchargeurs, les autres, ceux qui pratiquent ce sport de façon intensive ont déjà les moyens de contourner la loi : proxy, réseaux privés… Les outils sont déjà nombreux. Dans les pays où ce type de loi a été mise en place, le trafic illégal n’a pas baissé. C’est un fait.
Un échec sur la vision du problème enfin. Cette loi, si discutée, si controversée se base sur un constat biaisé : celui qui fait porter aux internautes la responsabilité de la crise du marché de la musique.
Certes, les échanges illégaux ont leur part de responsabilité, mais pour beaucoup de spécialistes, elle est mineure. D’ailleurs, selon des études, les adeptes du P2P ne sont-ils pas les plus gros acheteurs de disques ?

D’ailleurs, contrairement aux déclarations ‘officielles’, les Français ne sont pas les plus grands ‘pirates’ de la planète. Loin de là.
Les raisons de la crise sont à chercher ailleurs : prix du disque, support CD complètement dépassée, offre légale encore mal organisée, politique éditoriale des Majors désastreuse… Les maisons de disques ont vécu sur leurs rentes depuis des années, est-ce à l’internaute de payer pour leur immobilisme ?

A lire aussi : Hadopi votée: qu’est ce qui se passe maintenant ?
Revivez la saga de Hadopi 1 et 2 sur la page spéciale de ZDNet.fr.

Publié dans INTERNET, POLITIQUE, SCIENCE, TECHNOLOGIE, TIC | Pas de Commentaire »

Climat : ‘L’ONU n’a pas les moyens d’imposer quoi que ce soit’

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 23 septembre 2009

LEMONDE.FR | 22.09.09 | 09h09 • Mis à jour le 22.09.09 | 10h47

A l’occasion de la semaine du climat, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, réunit une centaine de chefs d’Etats, mardi 22 septembre à New York, sur le thème du réchauffement climatique. Son but : faire avancer les négociations qui s’enlisent, alors que se tient, début décembre, la Convention-cadre de l’ONU à Copenhague (Danemark). Ce sommet vise à finaliser un accord sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre pour la période post-2012, après l’expiration du protocole de Kyoto. Amy Dahan, historienne des sciences et directrice de recherches au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), revient sur le rôle qu’ont joué les Nations unies dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Quel rôle a joué l’ONU dans l’émergence des négociations sur le climat ?

Amy Dahan : Il a été déterminant. La question climatique est très lourde : elle porte en elle tous les problèmes du développement mondial. C’est sous l’impulsion de l’ONU qu’a été mis en place le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Créé en 1988, cet organisme est devenu le fer de lance de tout le processus climatique : c’est notamment lui qui a réussi à imposer des données consensuelles dans les négociations sur le climat. C’est aussi sous l’égide des Nations unies, en 1992, qu’a été créée la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, qui a marqué de façon très importante l’agenda international : la quinzième se tiendra à Copenhague en décembre.

Au fil des ans, l’ONU a relativement bien manœuvré, notamment vis-à-vis des pays en voie de développement qui contestaient dans les années 1990 le cadrage de la question climatique. Mais les Nations unies ont réussi à gagner leur confiance, en modifiant les structures de gouvernance de la Convention, et grâce au GIEC qui a su entendre les préoccupations des pays du Sud. Alors que dans les années 1990, la négociation se déroulait uniquement entre les pays industrialisés, aujourd’hui, puissances émergentes et pays en développement sont parties prenantes des discussions. Cela rend le processus de négociations très lourd. L’ONU est extrêmement bureaucratique et procédurale. Par exemple, sur la question des forêts, il y a au moins trois organismes compétents au sein des Nations unies. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres.

Est-ce que les négociations climatiques auraient pu se dérouler en dehors du cadre de l’ONU ?

Jusqu’à l’élection de Barack Obama, il n’était pas clair que les Etats-Unis le fassent au sein de l’ONU, où leur voix compte formellement autant que celle du Népal. Les Américains ont donc imaginé des regroupements de grandes puissances, au sein du G8 ou du G20 ou encore au sein de la coalition Asie-Pacifique. Mais sans l’ONU, considérée comme inadéquate. Mais à son arrivée, le nouveau président américain a indiqué que les négociations se dérouleraient au sein de l’ONU. M. Obama ne souhaitait pas engager une bataille pour créer un autre cadre, sachant que les pays en voie de développement sont particulièrement attachés à celui de l’ONU. En même temps, cela n’empêchera pas les Etats-Unis de lancer des accords bilatéraux ou multilatéraux avec certains grands pays qui les intéressent, notamment en Asie…

« Nous avons le pied collé sur l’accélérateur et nous fonçons vers l’abîme », a lancé le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, le 3 septembre à Genève. A-t-il les moyens de pousser à un accord ambitieux à Copenhague ?

Ban Ki-moon s’est beaucoup engagé sur cette question. Ayant de nombreuses agences qui peuvent travailler de façon unifiée sur cette question, l’ONU se présente volontiers comme le service public international de la question climatique. Mais je ne crois pas que l’ONU ait, en tant que tel, les moyens d’imposer quoi que ce soit. A Copenhague, Ban Ki-moon fera en sorte qu’il n’y ait pas d’échec. Un échec serait en effet dramatique et très démoralisateur. Par contre, s’il y a un semblant de succès à Copenhague, rien ne sera acquis.

Ce ne sera que le début d’un long processus pour faire respecter les engagements, accroître les ambitions des politiques climatiques et essayer de construire un horizon désirable différent de la civilisation américaine. La planète n’a pas les moyens de supporter pour 9 milliards le mode de vie américain. Or c’est celui auquel aspirent tous les pays qui sortent du développement. Ces derniers ne feront rien si les Etats-Unis ne montrent pas l’exemple. Or les contraintes dans lesquelles se débat aujourd’hui Obama sont un frein. Sur la question climatique, il est coincé par sa classe politique et j’ai l’impression que l’American way of life n’est pas négociable.

Ban Ki-moon réunit une centaine de chefs d’Etat, le 22 septembre à New York, sur le thème de la lutte contre le réchauffement climatique. Que peut-on attendre d’une telle réunion ?

Comme résultat concret et précis pour Copenhague, je ne sais pas. Mais cette réunion peut jouer le rôle d’alerte médiatique internationale. On sait que la question climatique a aussi progressé de cette façon. Si les conventions de l’ONU sont très lourdes, elles constituent cependant un moment particulier. Des milliers de personnes s’y rendent. A Bali, en 2007, 20 000 personnes étaient présentes. A Poznan, l’année suivante, elles étaient plus de 10 000. A Copenhague également, on attend beaucoup de monde. Tout cela favorise une montée de la conscience du risque climatique et participe d’une pression générale sur les dirigeants politiques pour leur parler de leur responsabilité historique.

Propos recueillis par Raphaëlle Besse Desmoulières

 

Source: http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/09/22/climat-l-onu-n-a-pas-les-moyens-d-imposer-quoi-que-ce-soit_1241466_3244.html#xtor=AL-32280184

Publié dans DEMOCRATIE ET ETAT DE DROIT, DEVELOPPEMENT, DROITS DE L'HOMME, EDUCATION, ENVIRONNEMENT et DEVELOPPEMENT DURABLE, GEOPOLITIQUE, GOUVERNANCE, INFORMATION, RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Fibre optique : le principe de fibres surnuméraires en zones denses validé

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 23 septembre 2009

Législation – L’Autorité de la concurrence vient de valider le cadre réglementaire proposé par le régulateur. Une nouvelle défaite pour Orange opposé à ce dispositif.

Les déploiements verticaux (vers les foyers) de fibre optique en zones denses vont enfin s’accélérer. L’Autorité de la concurrence vient en effet de valider le cadre réglementaire proposé par l’Arcep pour couvrir en FTTH les immeubles des grandes villes.

« L’Autorité de la concurrence est favorable à la mise en place d’une architecture multi-fibres, qui garantit l’indépendance des acteurs et la fluidité du marché au bénéfice du consommateur », peut-on lire dans un communiqué.

« L’Autorité de la concurrence est d’avis que le recours à l’architecture multi-fibres constitue une opportunité unique de ne pas reconstituer de goulot d’étranglement sur la partie terminale des réseaux FTTH, notamment au niveau des immeubles. Cette architecture offre les meilleures garanties en termes d’indépendance des acteurs, de neutralité technologique et de fluidité du marché au bénéfice du consommateur », poursuit-elle.

Meilleures garanties
Concrètement, lorsqu’un opérateur sera choisi pour déployer verticalement un immeuble, il devra déployer une fibre supplémentaire dédiée à un éventuel concurrent dans chaque appartement. Dans les zones denses (le cadre ne s’applique qu’à ces zones), la mutualisation se fera donc à l’intérieur des immeubles.

Un opérateur alternatif, souhaitant être présent dans un immeuble déjà fibré, disposera donc d’une fibre supplémentaire par foyer afin de proposer simplement ses services, moyennant un préfinancement de son installation et un co-financement de l’investissement initial, soit un surcoût estimé à 5% des investissements par l’Arcep.

« Cette solution de bons sens permettra d’autoriser la présence de plusieurs opérateurs par immeuble et de plusieurs technologies par immeuble. Nous allons enclencher une dynamique dont le rythme de croisière devrait s’observer en 2010″, souligne Jean Ludovic Silicani, président de l’Autorité de régulation des télécoms.

Ce cadre réglementaire constitue une victoire pour Free. France Télécom souhaitait en effet que l’opérateur d’immeuble choisi par le syndic ne tire qu’une seule fibre par foyer (mono-fibre). Les alternatifs devaient ensuite, s’ils le souhaitaient, fibrer à leurs frais pour connecter leurs propres clients, depuis le point de mutualisation situé au bas des immeubles.

« Cette solution permet en effet d’optimiser le coût économique global de l’infrastructure ». Mais « investir plusieurs fibres par foyer au lieu d’une priverait de la fibre plus de 5 millions de foyers », écrivait, dans une tribune publiée par Le Figaro, son président Didier Lombard.

« Installer plusieurs fibres par logement remet en cause totalement notre «business plan» », expliquait par ailleurs un responsable de l’opérateur historique au quotidien économique Les Echos. « Nous sommes donc contraints de suspendre nos investissements dans les nouveaux immeubles ».

Une position contestée par l’Autorité de la concurrence. Elle « estime qu’une telle solution présente un grand nombre d’avantages. L’installation de fibres supplémentaires représente surcoût relativement faible par rapport à une architecture mono-fibre et est neutre d’un point de vue technologique, que les opérateurs aient opté pour un déploiement de leur réseau de type point-à-point (une fibre par abonné de bout en bout) ou points-à-multipoints (réseau arborescent) ».

« Ils ne pourront pas geler leurs investissements à long terme, stratégiquement c’est intenable mais en plus ils ont des objectifs de couverture liés au plan de l’Etat. C’est un coup médiatique, un coup de pression pour négocier. Si le cadre réglementaire est validé, ils devront céder. Mais s’il semble clair qu’Orange ne stoppera pas ses investissements, il pourra déployer a minima, ce qui impactera tout le marché », expliquait de son côté à ZDNet.fr, Philippe Torres, Responsable Etudes et Conseils au sein de l’Atelier BNP Paribas.

France Télécom va-t-il donc céder après cette validation par l’Autorité de la concurrence ? La Commission européenne doit encore donner son feu vert. Affaire à suivre.

Par Olivier Chicheportiche, ZDNet France

 

Publié dans INTERNET, SCIENCE, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

184 millions de noms enregistrés dans le monde

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 23 septembre 2009

9 millions de noms ont été enregistrés ce second semestre 2009. Le marché affiche une progression de 1% par rapport au trimestre précédent, et de 9% sur 1 an. Les ccTLDs progressent plus vite que les gTLDs.
184 millions de noms enregistrés dans le monde dans INTERNET p
p dans SOCIETE DE L'INFORMATION   p dans TECHNOLOGIE Le rapport du second trimestre 2009 du marché des noms de domaine vient d’être publié par la société Verisign.

Les ccTLDs devant les gTLDs en terme de progression annuelle

Les extensions géographiques ont progressé de 14% sur 1 an et compte désormais 74 ,4 millions de noms de domaine. Les extensions génériques ont elles progressé de 7% sur 1 an et de 1% par rapport au 1er trimestre 2009.

Au final, les extensions géographiques tirent leur épingle du jeu en progressant 2 fois plus vite que les extensions génériques depuis 1 an. En terme de proportion, les ccTLDs représentent 40% du marché, contre 50% pour les gTLDs.

La Chine fait reculer le nombre de nouveaux enregistrements

Ce second trimestre 2009 est surtout caractérisé par un recul de 14% des nouveaux enregistrements par rapport au trimestre précédent. Ce phénomène s’explique notamment par la baisse des enregistrements en .CN, qui compte 12,5 millions de noms enregistrés (contre 14 millions en février 2009).

Source :  Rapport Verisign du second trimestre du marché des noms de domaine

Publié dans INTERNET, SOCIETE DE L'INFORMATION, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

tv, .eh…: les extensions sur internet, enjeux majeurs pour certains Etats

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 22 septembre 2009

lesextensionssurinternet.jpeg

A l’image du .eh, revendiqué à la fois par le Sahara occidental et le Maroc, ou du .tv, très lucratif pour les îles Tuvalu, les extensions sur internet représentent de vrais enjeux pour certains Etats.

Aux côtés des extensions « génériques » comme le .net ou le .com, qui domine le marché avec 82 millions de noms de domaine (afp.com, etc.), quelque 250 extensions géographiques existent aujourd’hui.

Avec le .de, l’Allemagne mène la danse (13 millions), suivi du .cn chinois (12,5 millions) et du .uk du Royaume-Uni (7,8 millions). Le .fr vient, lui, d’atteindre les 1,5 million.

« L’extension internet est devenue au fur et à mesure de l’évolution de l’internet une vraie extension de l’identité nationale », note Stéphane Van Gelder, directeur général d’Indom, une société spécialisée dans l’enregistrement des noms de domaine.

Avec la naissance de nouveaux Etats, de nouvelles extensions voient ainsi le jour, comme le .rs lancé en mars 2008 par la Serbie, et qui a pris la suite du .yu de la Yougoslavie.

« Pour les pays, les extensions sont souvent perçues comme stratégiques, comme un enjeu d’intérêt national », affirme Loïc Damilaville, adjoint au directeur général de l’Afnic, l’association qui gère le .fr.

De fait, certains Etats, privés des leurs, tentent de les récupérer, à l’image des Philippines avec le .ph, détenu par un particulier.

« A la fin des années 80 et au début des années 90, l’internet était encore très peu développé, il n’y avait guère que les universités et les centres de recherche qui s’y intéressaient », explique M. Damilaville.

Aucune véritable organisation n’était alors en place et les extensions étaient attribuées par un scientifique américain, Jon Postel.

« Beaucoup de pays en développement n’ont pas fait de demande avant la fin des années 90: ils se sont alors rendu compte qu’elles avaient été prises » par des entrepreneurs locaux qui avaient commencé à les exploiter, ajoute-t-il.

L’enjeu pour les Etats peut aussi être davantage politique: le .eh est ainsi revendiqué depuis 2007 à la fois par le Front Polisario, qui réclame l’indépendance du Sahara occidental, et le Maroc, qui veut continuer à administrer le territoire.

Le gestionnaire mondial de l’internet, l’Icann, « n’a toujours pas pris position. Elle ne peut pas trancher un conflit, qui n’est pas un conflit internet, mais un conflit politique », estime M. Van Gelder.

L’extension peut également être une source de revenus non négligeables pour certains pays, qui entendent exploiter sa signification.

Les îles du Tuvalu ont ainsi chargé une société américaine – avec qui elles partagent les profits – de faire fructifier leur .tv, utilisé comme diminutif de télévision.

Publié dans INTERNET, SOCIETE DE L'INFORMATION, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

Google teste un moteur de recherche via SMS en Afrique

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 17 septembre 2009

0th juin 2009, 07:21

Un service qui va plus loin que l’accès à l’information agricole/de développement par le mobile qu’on connaissait… Ces services deviendront-ils “solvables” un jour ? Où quand pourront-ils être réellement déployés par les services publics dans nos pays?

KL
—-

Google teste un moteur de recherche via SMS en Afrique

Google vient de mettre au point un moteur de recherche spécialisé accessible par SMS. Son nom est AppLab. En lien avec l’association de micro-crédit Grameen, Google souhaite toucher des populations qui ne sont pas connectées à l’Internet, mais qui disposent tout de même de réseaux de téléphones portables. Des informations agricoles, météorologiques, ou encore d’actualité générale et sportive seront mises à disposition des utilisateurs. Une place de marché virtuelle sera également disponible. L’Ouganda est le premier pays où ce service a été est mis en route, à titre expérimental.

Source : journaldunet.com

Plus d’information : http://www.ugandaonline.net/news/view/8097/google_launches_sms_service_in_uganda

Publié dans GOUVERNANCE, INTERNET, PROPRIETE INTELLECTUELLE, RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT, SOCIETE DE L'INFORMATION, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

Ces Etats qui accaparent les terres agricoles en Afrique

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 17 septembre 2009

 
Arabie Saoudite, Chine, Corée du Sud, Egypte… externalisent leur production nationaleL’insécurité alimentaire créée par la hausse des prix des denrées alimentaires provoque l’essor d’un phénomène en Afrique : l’acquisition d’exploitations agricoles par des étrangers. Gouvernements et firmes de certains pays achètent ou louent de vastes territoires agricoles pour assurer leurs propres besoins alimentaires.

La nouvelle a provoqué un tollé fin août à Kampala. L’Egypte, selon la presse du pays des pharaons, s’apprêtait à cultiver du blé pour sa propre consommation sur des terres ougandaises. L’Ouganda avait accepté de mettre à sa disposition, près de 850 000 hectares de terres, soit 2,2 % de la superficie totale du pays. L’information, d’abord démentie par le ministre ougandais des Terres, a été confirmée. Début novembre, le ministre égyptien de l’agriculture, Amin Abaza, a fait état de discussions « fructueuses » avec l’Ouganda, écrit La Dépêche. Il a affirmé que les autorités ougandaises ont accepté de louer des terres à l’Egypte et que sept grands groupes privés égyptiens étudient déjà les variétés de blé et de maïs appropriées au sol ougandais.

M. Abaza a également indiqué que son pays « étudie sérieusement » le projet de plusieurs groupes arabes de cultiver au Soudan des céréales, notamment du blé. Selon l’ONG Grain, en mars 2008, le Premier ministre jordanien a annoncé que son pays allait produire des aliments pour ses concitoyens sur des terres que lui avait attribuées Khartoum. Quelques mois plus tard, son ministre de l’Agriculture a mandaté une société privée pour gérer les investissements agricoles du gouvernement à l’étranger. Il s’agit pour la Jordanie de lutter contre l’insécurité alimentaire du pays.

Des cas de plus en plus nombreux

Plus récemment, en novembre, selon Financial Times, Daewoo Logistics, un groupe sud-coréen, a conclu avec le gouvernement malgache un accord portant sur la location de 1,3 million d’hectares de terres, ce qui représente la moitié des terres arables de la grande île. L’objectif ici est le même que dans les deux cas précédents : assurer l’alimentation de la Corée du Sud, quatrième importateurs de maïs au monde. Dès l’année prochaine, en échange de créations d’emplois dans l’île et de la construction d’infrastructures, le groupe sud-coréen va exploiter pendant 99 ans cette immense étendue de terres pour la culture du maïs et la production d’huile de palme.

Les exemples se multiplient ces derniers mois sur le continent. Dans son dernier rapport, Grain explique le phénomène par la conjugaison des graves crises alimentaires et financières qui frappent le monde et par l’inflation qui en découle. Pour garantir à leurs populations leur nourriture, certains pays riches dépendant des importations, veulent externaliser leur production alimentaire nationale en prenant le contrôle d’exploitations agricoles à l’étranger. Parmi ces « accapareurs » de terres, l’ONG cite, entre autres : l’Arabie Saoudite, le Japon, la Chine, l’Inde, la Corée, la Libye et l’Égypte.

Protéger les producteurs locaux

Ce phénomène se développe à un moment où la question des investissements pour relancer l’agriculture en Afrique se pose avec insistance. Elle a été longuement débattue les 8 et 9 décembre à Paris, lors d’une conférence intitulée « Investir dans l’agriculture en Afrique Sub-saharienne ». A cette occasion, le secrétaire d’Etat français à la coopération et à la francophonie, Alain Joyandet, a mis en garde contre ces investissements provenant de pays étrangers. D’après lui, ils ne devraient pas se faire « sans une protection des populations locales contre d’éventuelles crises alimentaires ».

Autre problème posé par l’exploitation des terres agricoles en Afrique par d’autres pays et par les multinationales étrangères : le droit à la propriété foncière. Dans plusieurs pays du continent, les législations autour de ce droit sont floues. Début décembre, à l’initiative de la Banque africaine de développement (BAfD) et de la Commission de l’Union africaine, des experts africains ont lancé une série de réunions consultatives régionales pour harmoniser un document de politique foncière pour le continent. Ils avaient alors insisté pendant leurs premières réunions sur le fait, que toute réforme agraire devait reconnaître le droit souverain d’un Etat à posséder les terres au nom des citoyens.

Un point de vue que Tidiane Ngaido, chercheur à l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires, ne partage pas. Interrogé par RFI, il affirme que « ce n’est pas normal que l’Etat s’arroge le droit de propriété et distribue des terres à des sociétés qui viennent de l’Etranger. Il faut nécessairement une sécurisation foncière pour les populations. »

Selon de nombreux experts, la crise alimentaire de ces deux dernières années a durement frappé les pays pauvres en Afrique et en Asie, parce que les efforts de ces dernières années ont été déployés pour produire des denrées alimentaires destinées aux marchés extérieurs plutôt qu’aux marchés intérieurs. De ce fait, les acquisitions de terres pour produire des denrées alimentaires destinées à l’exportation ne feront qu’aggraver le problème.

Consulter :

- Le rapport de l’ONG Grain

Auteur/Source : par Stéphane Ballong, Afrik.com

Date : Vendredi 12 décembre 2008

 

Ces Etats qui accaparent les terres agricoles en Afrique dans AGRICULTURE doc rapportmainbassesurlesterresagricolesenpleinecrisealimentaireetfinancire.doc

Publié dans AGRICULTURE, COMMERCE ET DEVELOPPEMENT, COOPERATION INTERNATIONALE, DEMOCRATIE ET ETAT DE DROIT, DEVELOPPEMENT, DROITS DE L'HOMME, ENVIRONNEMENT et DEVELOPPEMENT DURABLE, GEOPOLITIQUE | Pas de Commentaire »

Accès à l’internet par le mobile de plus en plus facile au Sénégal

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 17 septembre 2009

Il est de plus en plus facile d’accéder au net par le téléphone mobile au Sénégal, notamment avec les nouvelles dispositions que vient de prendre la Sonatel/Orange, avec un grand nombre de types de portables. Tigo et surtout Sudatel aussi (autres opérateurs) doivent avoir des offres. Ce n’est plus seulement via les IPhones et autres.

Avec divers types courants de portable (par exemple le Nokia 6300 utilisé par beaucoup), on peut accéder aujourd’hui à l’internet. Pour le faire avec Orange, il suffit d’appeler la Sonatel (service client 1441), ils vérifient si votre téléphone est compatible, ensuite vous devez faire certaines manipulations qu’ils vous indiquent (faciles, en 2-3 minutes) et c’est tout. Le coût n’est pas excessif (on paie selon la taille en kilooctet des informations/pages qu’on consulte). Juste pour donner une image sur le coût, j’ai pu consulter le web pendant une heure avec moins de mille francs sur un crédit prépayé. Quand on est dans l’urgence, ce n’est pas mal. J’ai eu des problèmes pour envoyer des mails depuis certains serveurs, mais j’utilise mon compte email yahoo.com sans problème. Certains sites web sont bien lisibles et compatibles avec le mobile mais beaucoup de sites institutionnels ont un affichage problématique (problèmes de paramétrage à régler idéalement).

Au-delà de l’utilité éventuelle pour chacun pour les divers besoins éventuels, on voit ainsi que l’accès aux infos/médias par le mobile se démocratise au Sénégal et en Afrique et peut donner lieu à des actions de militantisme citoyen et d’implication du citoyen dans la gouvernance publique.

Des témoignages sur la démocratisation des usages de ce type?

KL

Publié dans INTERNET, SOCIETE DE L'INFORMATION, TECHNOLOGIE, TIC | Pas de Commentaire »

123
 

LE CMV |
LES ANCIENS DU CHAMPS DE CL... |
Bienvenue chez moi ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | consensus
| presseecrite
| lesjournalistes