• Accueil
  • > Archives pour septembre 2010

RESSOURCES CRITIQUES DE L’INTERNET ET DIVERSITE CULTURELLE

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 23 septembre 2010

Internet peut contribuer à améliorer notre qualité de vie , en particulier dans sa dimension économique, culturelle et sociale; ainsi que l’exercice de notre citoyenneté démocratique. L’ouverture et l’accessibilité d’internet sont aujourd’hui des préalables à l’exercice de certains droits fondamentaux. Cependant, cette capacité à améliorer notre qualité de vie repose en grande partie sur l’existence d’un internet durable, solide, sûr et stable.

VUE D’ENSEMBLE

la stabilité, la sécurité et le fonctionnement durable d’internet dépendent en effet de la gestion de certaines ressources critiques telles que les serveurs racines, les infrastructures centrales du système de noms de domaine (DNS) et des protocoles internet. Or ces ressources critiques sont actuellement gérées par diverses entités sans commune démarche de gouvernance.

Pour préserver la liberté d’expression, il convient de s’attaquer aux divers problèmes que posent les ressources critiques d’internet dont les effets s’exercent fréquemment au-delà des frontières.

Parmi ces ressources, je cite :

-le haut débit pour tous;

-la transition vers l’IPv6

-les noms de domaines institutionnalisés afin de garantir le multilinguisme dans le cybersespace;

-des points d’échange internet à repartir équitablement du fait du coût d’échange élevé et de la latence dans les liaisons internationales.

 

QUESTIONS CLES

 

-Énergie;

-le DNS primaire et secondaire

-le serveur racine

-le management des ressources humaines

-la participation des acteurs multipartites…….

Ces questions citées ci-haut ne sont pas exhaustives.

SITUATIONS EN AFRIQUE:taux d’utilisation d’Internet en Afrique – Quelques chiffres

Les chiffres en 2010 montrent un progression importante de l’utilisation d’Internet en Afrique mais dans nombre des pays de ce continent, le nombre d’utilisateurs Internet est encore extrêmement bas ! Il y a donc beaucoup à faire pour réduire la fracture numérique et atteindre l’objectif d’un Internet accessible à tous en Afrique !

Où en est-on dans les pays couverts par TICAFRICA (www.ticafrica.net) ? Quel pourcentage de la population surfe régulièrement sur Internet ?Au Burkina : 1,1% Au Cameroun :  3,9%
Au Congo : 5,9 %
En RDC : 0,5%
En Côte d’Ivoire : 4,6%
Et la grande majorité de ces utilisateurs vivent dans les grandes villes !

Selon le rapport de l’Union Internationale de Télécommunications « L’Afrique a été l’une des régions les plus dynamiques en matière de développement des TIC ces dernières années ».
l’Afrique des TIC est en train de se dessiner à des rythmes différents selon les régions. Parmi les huit pays africains qui figurent dans le top, 100 des pays présentant le meilleur indice de développement des TIC en 2008, cinq sont situés en Afrique du Nord (Maroc, Tunisie, Algérie, Egypte, Libye). »

Quels sont les principaux obstacles rencontrés par les africains qui voudraient accéder à Internet ?
*Les experts de l’UIT estiment que l’obstacle majeur à un développement plus rapide de l’accès au TIC dans les pays en développement, et en particulier en Afrique, demeure le panier des prix très élevé de ces technologies par rapport aux revenus des populations.
En moyenne, une connexion Internet à large bande fixe représente 500% du RNB moyen par habitant en Afrique, contre 2% du RNB moyen en Europe. D’où un taux de pénétration de moins de 1% de cette technologie en Afrique, contre 23% en Europe.
(source :
http://www.lesafriques.com/technologies)

« la mauvaise gouvernance » et les « guerres fratricides » sont parmi les obstacles principaux qui représentent une barrière aux africains d’avoir accès à l’internet et participer à leur développement.

En plus de ces obstacles, une autre inquiétude s’imprime au niveau des cultures, des langues.
En fait, entre les pays développés et les pays en développement , sommes-nous dans la même dialectique? avons-nous la même lecture de la problématique?

D’autres éléments tels que l’importante proportion de ruraux, les différences de niveaux d’éducation entre citadins et ruraux, le taux d’analphabétisme, la non-connaissance des langues utilisées sur le web doivent aussi être considérés.

Quelques liens sur ce sujet :
http://www.zdnet.fr/blogs/infra-net/ou-en-est-internet-en-afrique-39752329.htm
http://reseau.developpez.com/actu/20603/L-acces-a-Internet-coute-40-fois-le-salaire-moyen-en-Afrique-comment-reduire-une-telle-inegalite-des-possibilites-de-connexion
http://fr.wikipedia.org/wiki/Internet_en_Afrique

 

 

Publié dans GOUVERNANCE, INTERNET, SOCIETE DE L'INFORMATION, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

CRITICAL INTERNET RESOURCES AND CULTURAL DIVERSITY

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 23 septembre 2010

Internet can help improve our quality of life, especially in its economic, cultural and social as well as the exercise of our democratic citizenship. The openness and accessibility of the Internet are now prerequisites for the exercise of certain fundamental rights. However, this ability to improve our quality of life depends largely on the existence of an Internet sustanaible, solid, safe and stable course.

OVERVIEW

stability, security and sustainable functioning of the Internet depend on the effect of management of some critical resources such as root servers, the central infrastructure of domain name system (DNS) and Internet protocols. Now these critical resources are currently managed by various entities without common approach to governance.
To preserve the freedom of expression, it should address the various problems of the critical resources of the Internet whose effects often carried beyond the borders.
Among these resources, I quote:
-Broadband for all;
-The transition to IPv6
-Domain names-institutionalized to ensure multilingualism in cyberspaces;
-Internet exchange points to leave fairly because of high cost sharing and latency in international routes.

KEY ISSUES

-Energy;
-The primary and secondary DNS
-root server
-The management of human resources
-Multi-stakeholder participation …
These issues listed above are not exhaustive.

SITUATIONS IN AFRICA: rate of Internet use in Africa – Facts & Figures

The figures for 2010 show a significant rise in Internet use in Africa but in many countries of this continent, the number of Internet users is still very low! There is much to be done to reduce the digital divide and achieve the goal of an Internet accessible to all in Africa!

Where are we in the countries covered by TICAFRICA(www.ticafrica.net)? What percentage of the population regularly surfing the Internet?
Burkina: 1.1%
Cameroon: 3.9%
In Congo: 5.9%
In DRC: 0.5%
In Côte d’Ivoire: 4.6%
And the vast majority of these users live in large cities!

According to the report of the International Telecommunication Union « Africa has been one of the most dynamic regions in terms of ICT development in recent years. »
but …. » ICT Africa is taking shape at different speeds in different regions. Among the eight African countries that are in the top 100 countries with the best indicator of ICT development in 2008, five are located in North Africa (Morocco, Tunisia, Algeria, Egypt, Libya). « 

What are the main obstacles encountered by the Africans who want to access the Internet?

* Experts believe that the ITU major obstacle to more rapid development of ICT access in developing countries, particularly in Africa, remains the selection of high price of these technologies compared to income populations.
On average, an Internet connection to fixed broadband represents 500% of average GNI per capita in Africa, against 2% of average GNI in Europe. Where a penetration rate of less than 1% of this technology in Africa, against 23% in Europe.
(Source: http://www.lesafriques.com/technologies)

Other elements such as the large proportion of rural differences in education levels between urban and rural areas, illiteracy, lack of knowledge of languages used on the web must also be considered.

«  » Bad governance « and » fratricidal war « are among the main obstacles that constitute a barrier for African to have Internet access and not allowing them to participate in their development. Additionnally to these obstacles, another concern is on cultural and language level. In fact, between developed and developing countries, is that we are in the same dialectic? is that we have the same understanding of the problem?

Some links on this topic:

http://www.zdnet.fr/blogs/infra-net/ou-en-est-internet-en-afrique-39752329.htm

http://reseau.developpez.com/actu/20603/L-acces-a-Internet-coute-40-fois-le-salaire-moyen-en-Afrique-comment-reduire-une-telle-inegalite-des- possibilities-of-connection
http://fr.wikipedia.org/wiki/Internet_en_Afrique

Publié dans GOUVERNANCE, INTERNET, SOCIETE DE L'INFORMATION, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

 

LE CMV |
LES ANCIENS DU CHAMPS DE CL... |
Bienvenue chez moi ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | consensus
| presseecrite
| lesjournalistes