Etats-Unis : Obama reprend en main la sécurité de l’infrastructure Internet

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 10 juillet 2009

Thierry Noisette, publié le 10 février 2009

 

Sécurité – Le président américain met en place une mission de contrôle de 60 jours qui marque le renforcement du pouvoir direct par la Maison Blanche sur les questions de sécurité informatique, dispersées jusque-là entre plusieurs structures.

Barack Obama a annoncé hier une mission d’inspection des activités et programmes gouvernementaux liés à la cybersécurité, d’une durée de 60 jours.

« La sécurité nationale et la santé économique des Etats-Unis dépendent de la sécurité, de la stabilité et de l’intégrité du cyberespace de notre nation, dans les secteurs public et privé », affirme le communiqué de la Maison Blanche. « Le président est confiant dans notre capacité à protéger la cyber-infrastructure critique de notre nation tout en respectant la loi et en sauvegardant le droit à la vie privée et les libertés publiques », déclare le conseiller du président pour le contre-terrorisme et la sécurité intérieure, John Brennan.

Reprise du pouvoir par le Conseil de sécurité

Melissa Hathaway, qui a notamment été coordinatrice des questions technologiques (« cyber ») auprès du directeur du renseignement national, dirige l’inspection. L’annonce de cette mission pourrait signifier une reprise de pouvoir par le Conseil de sécurité, rattaché à la Maison Blanche, au détriment du Département de la sécurité intérieure, vivement critiqué l’an dernier.

Le président américain compte renforcer son Conseil de sécurité et centraliser davantage de décisions dans son équipe, qui est dirigée par un ancien commandant des Marine, James L. Jones, et qui aura plus de pouvoir qu’à l’époque de George Bush.

En décembre, un cercle de réflexion, le CSIS (Center for Strategic and International Studies), a publié un rapport (Securing Cyberspace for the 44th Presidency), dressant un tableau assez sombre de la situation des Etats-Unis et invitant la Maison Blanche à s’y consacrer directement sans délégation à des agences.

Par Thierry Noisette, ZDNet France

 

 

Publié dans ACTUALITES | Pas de Commentaire »

MAMAN

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 26 juin 2009

 

Nous sommes réunis pour « Fêter » une fin

La fin inéluctable qui attend tout humain.

 

Cette fin me concerne, il s’agit de ma mère

Je veux dire devant vous tout ce qui m’exaspère

Car sur cette mort là je ne peux pas me taire

Je ne peux oublier maman très en colère

Face à la maladie ne pouvant plus lutter

Je ne sais plus prier mais sais encore parler.

 

Merci à ses amis venus l’accompagner

J’en suis bien désolé mais il faut m’écouter

Car le temps est venu de reconstruire l’histoire

Car aucun crucifix, baudrier, goupillon,

Béni ou sanctifié ne m’empêchera de voir

Que sa mort fut horrible et cela sans raison

 

Je garde sa douleur elle me prive de croire

Et le feu va détruire mes lueurs d’espoir

Des cendres de Maman je veux faire un poème

Ultime citation pour lui dire que je l’aime.

 

Sur ton corps torturé ne te ressemblant plus

Je n’ai su retrouver tes passions tes ardeurs

J’ai compris ta révolte je veux qu’elle soit connue

Je veux communiquer sans haine et sans rancœur

 

Et je suis incapable d’ouïr sans réaction

Les discours habituels servis en l’occasion

Dieu rappelant à lui dans toute sa clémence

Sa bonté, son amour et toute l’espérance

De la savoir enfin sereine et reposée

Au royaume des justes elle s’en serait allée.

 

Pourquoi cette souffrance,  pourquoi ces douleurs.

Une mort plus conforme à ton enseignement

Eut trouvé à mes yeux une raison meilleure

De nos derniers échanges, de nos derniers instants

J’ai bien compris tes doutes, ton incompréhension

Je veux que soit connue ton ultime leçon.

 

Car  plus aucun Gloria, plus aucune prière

Et plus aucun cantique plus aucune oraison

Ne pourrait à ses yeux avoir de raison

Notre père éternel n’est donc qu’une chimère

Palliatif pratique des mystères de la vie

Pour offrir aux malheurs le meilleur alibi

 

 

Je respecte vos rites c’est ce qu’elle m’a appris

Mais je veux garder d’elle sa lutte et son esprit

Car tant que je vivrais elle sera éternelle

Et le jour de ma mort je ne veux pas du ciel

 

 

Ce qu’a dit Mutti fut sans ambiguïté

De m’être pas trompé, je suis bien assuré

Je suis bien désolé si je gâche vos fêtes

Si face aux conventions je dois tenir tête

Je me sens incapable de ne pas respecter

Sa dernière leçon, dernière volonté

 

Ainsi priez sans moi … car je ne puis rester.

 

LENOIR RENE 

 

Publié dans ACTUALITES | Pas de Commentaire »

Mahmoud Ahmadinejad and the Globally Protected Marks List (GPML)

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 23 juin 2009

http://www.circleid.com/posts/20090621_mahmoud_ahmadinejad_globally_protected_marks_list_gpml/

Mahmoud Ahmadinejad and the Globally Protected Marks List (GPML)

Jun 21, 2009 11:21 PM PDT

By Graham Chynoweth

At first blush, Mahmoud Ahmadinejad and the Globally Protected Marks
List (GPML) do not seem to have anything in common. The first is a
politician of debated repute that is seeking to quell disputes over
the legitimacy of his election. The second is a recommendation that
seeks to protect trademark owners and consumers from an explosion of
infringement and source confusion that could be wrought by the
introduction of new Top-Level Domains (TLDs). However, upon a closer
analysis, they do share one common flaw: both have arguably failed to
appropriately prioritize the right to free speech.

In Iran, Ahmadinejad, according to major new organizations, leads a
government that has placed restrictions on what the press can cover
and publish and what people may say in public. Clearly, some, and
certainly Ahmadinejad, would argue that these restrictions on speech
are necessary to protect the orderly occurrence of commercial and
social intercourse in Iran. However, equally clearly, many would argue
that these dictates violate at least one traditional, admittedly
American, norm regarding speech—the prohibition on its ‘prior
restraint.’ In order words, it isn’t ‘fair’ or ‘right’ that the
Ahmadinejad government has stopped people from reporting or speaking
before it is known whether what they intend to say or publish will
actually cause unrest.

In the IRT Final Draft Report, a recommended new mechanism, the GPML,
is proposed, which will:

I. prevent individuals from applying to create a new TLD that is
identical or confusingly similar to certain ‘globally protected marks’
until the party interested in running the TLD has gone through a not
insignificant administrative process and proven « that the applied-for
TLD is not sufficiently similar (visually, aurally, and in commercial
impression) as to be likely, as a matter of probability and not mere
possibility, to deceive or cause confusion or that it otherwise has
legitimate rights to use the applied-for TLD », IRT Final Draft Report,
p 19., and

II. prevent individuals from registering domain names in a new TLD
that are identical to certain ‘globally protected marks’ until they
prove that the « registration would be consistent with generally
accepted trademark laws; namely, that its use of the domain name would
not infringe the legal rights of the GPM owner. » IRT Final Draft
Report, p 19. Or more explicitly stated, in such cases, « [t]o overcome
the block, the applicant must show that it has a right or legitimate
interest in the initially blocked name. » Id.

Just as in the Ahmadinejad case, some would argue that these
restrictions are necessary to protect the orderly occurrence of
commercial and social intercourse on the Internet. However, also as in
the case above, many would argue that these rules violate the
traditional American and Internet norm that prohibits ‘prior
restraints.’ In other words, it isn’t ‘fair’ or ‘right’ for ICANN to
stop people from creating TLDs or registering domain names before it
is known whether the use of a word in the TLD or domain name, in fact,
infringe upon the rights of a trademark holder.

Given the centrality of the idea of ‘prior restraint’ to this post, it
seems important to outline the concept more definitively. Thus, more
specifically, ‘prior restraint’ is the creation of any mechanism that
effectively prevents or retards an individual from speaking or
publishing material until they can prove the truthfulness or
legitimacy of words they intend to speak or the material they intend
to publish. See Near v. Minnesota, 283 U.S. 697 (1931). In the
Ahmadinejad case we see a ‘prior restraint’ on speech until the
speaker or publisher can show the Iranian government that the speech
(broadly construed) will not to cause unrest in the population. In the
GPML case, we see a proposed ‘prior restraint’ on the publishing of a
TLD or domain name into the DNS until the publisher can prove that
they have a ‘legitimate’ interest in the word or words at issue.

The concept of ‘prior restraint,’ and rationale supporting the
argument that it is prohibited by the US Constitution, was established
in Near v. Minnesota. In Near, the Court justified its opposition to
‘prior restraints’ in this way: « The fact that the liberty of the
press may be abused by miscreant purveyors of scandal does not make
any the less necessary the immunity of the press from previous
restraint in dealing with official misconduct. Subsequent punishment
for such abuses as may exist is the appropriate remedy, consistent
with constitutional privilege. » 283 U.S. 697, 720. Paraphrasing in
common parlance the essence of the argument, the Court found that just
because some (even many) people behave badly (even very badly),
doesn’t mean that their bad behavior justifies prohibitions on
innocent actors. Or, in the current context – don’t punish the grower
that wants to register ‘apple.food’ just because some miscreant wants
to sell knock off computers on ‘apple.deals.’

However, notwithstanding the potentially undesirable comparison
between Ahmadinejad and the GPML recommendation in IRT Final Draft
Report, one might legitimately ask—who cares, why does this matter?
GPML proponents may say ‘so what if the GPML clamps down a little on
free speech, trademark violators are out there hurting businesses and
individuals every day, it is justified and, come to think of it, who
said we couldn’t!?!’.

With regard to the relevance of this issue in the ICANN context (other
spaces are more appropriate to debate the appropriateness of
Ahmadinejad’s actions), this burgeoning system of ‘prior restraints’
on TLDs and domain name registrations arguably: (I) contradicts one of
the IRT’s own « framework and considerations », see IRT Final Draft
Report, P. 11., for the development of a trademark protection scheme
and (II) potentially opens up ICANN and the new gTLD process to a
legal attack from free speech advocates and organizations.

More specifically with regard to the former issue, the IRT Final Draft
Report states that its « recommendation[s] should protect the existing
rights of trademark owners, but neither expand those rights nor create
additional legal rights[.] » Id. Given the importance of the importance
of the concept of ‘prior restraint’ in the context of the American
legal tradition, not to mention in the context of the Internet’s
cultural tradition, it is difficult to imagine how the bestowing the
right of ‘prior restraint’ on the owners of ‘globally protected marks’
meets this test. More specifically with regard to the latter issue,
given the centrality and strength of the prohibition on ‘prior
restraints’ in United States constitutional jurisprudence and that
ICANN is inextricably linked and/or given authority by a federal
agency of the United States government, it seems apparent that any
opponent to the proposed scheme would have, at least at first blush, a
credible argument to make before US courts, should they desire to
prevent the implementation of the IP Clearing House recommendation
into the new TLD space.

In closing, it is worth noting that nothing in this post should be
construed as a disrespectful to the members of the IRT, all of whom
have good intentions and who worked very hard on the Final Draft
Report, or of the ability of its recommendation to prevent trademark
infringement, clearly they would. Rather, it is my hope that this post
will, at the least, spur debate about the importance of free speech as
an equally important element in the discussion of the appropriate
protections to be afforded to trademark holders in the context of new
gTLDs.

Written by Graham Chynoweth, General Counsel, Dynamic Network Services, Inc.

Publié dans ACTUALITES | Pas de Commentaire »

DRAFT Joint Statement on the IRT Report between NCUC and ALAC

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 23 juin 2009

DRAFT
Joint Statement on the DIRT Report
From ALAC and NCUC
 
 
The At-Large Community, ALAC and the Non-Commercial Users Constituency of ICANN strongly support the creation of new gTLDs. Having said that, the process to move forward with changes to the DAG Guidebook requires the legitimacy of full community participation and full transparency.
In the case of the IRT Report, we had neither transparency nor openness. The IRT Report and its recommendations harm the interests of domain name Registrants and Internet end users, and consequently we must object to the vast bulk of its recommendations.
 
To be more specific:
1. The Globally Protected Marks List – the GPML database- is a matter well beyond ICANN’s scope and its core competence. It presumes to be able to resolve an issue that even WIPO wrestles with. Clearly the creation of the GPML, if even possible, would cause enormous complexity. Instead of speeding up the process of creating new gTLDs, it would introduce delays that would last for years. But the creation of this list must take place outside of ICANN.
2. The GPML takes no consideration of the actual limits of rights and protections allowed to trademarks. In the real world, trademark owners apply for a trademark in a specific class of goods and services, and their use is bound to that class or classes. By protecting a string of letters in all new gTLDs, the GPML would extend trademarks into new gTLDs far beyond the bounds of their class of goods and services, far beyond existing national laws and internationatreaties. 
 
3. We have enormous problems with the Uniform Suspension Service (URS). The URS mechanism subverts conventional UDRP practice as it gives entirely insufficient time for notice to the registrant of the pending dispute. Thus, the registrant is unfairly limited in his/her right of response and the process is missing the fundamental principle of due process.
 
[ Kathy Note: This paragraph below seems to be somewhat controversial within ALAC. I think we will be dropping it. Don't worry, we'll include the statement in our comments -- if you all agree]
4. ALAC and NCUC strongly object to the Thick Whois Registry. In mandating such, the IRT Committee did not address any of the privacy issues that arise from moving personal data from many countries with data protection laws, perhaps, to a single country without data protection. Does ICANN really want to be in a position in which it may be violating national laws?
Overall, we wish the result were different. We wish the IRT had delivered a reasonable proposal for the protection of trademarks. But the product delivered is far outside the scope and core competence of ICANN, and outside the bounds of trademark law.
We can do better; we must do better before we move forward.
Consequently, NCUC and ALAC stand before this forum together in fundamental opposition to many of the IRT Results.
 
 
Signed [for sharing a written cop y of a floor statement with the Board]
 
ALAC                                                                                                                     NCUC

Publié dans ACTUALITES | Pas de Commentaire »

Afrique, Le prix de l’Internet

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 18 mars 2009

Plus cher qu’en Asie. Plus cher même qu’aux Etats-Unis ou en Europe, le prix de l’Internet en Afrique est l’un des plus élevés du monde. Il bat même tous les records quand on le rapporte au niveau de vie des populations. Initiée par une discussion sur le forum de l’Atelier des médias, cette enquête « participative » s’attache à savoir pourquoi ce sont les populations les plus pauvres qui paient le plus pour se connecter, en Afrique subsaharienne notamment. Outre les internautes de RFI, remercions les membres du Réseau International des correspondants francophones, et tous ceux qui ont bien voulu répondre à nos questions…ou en poser sur le sujet.

Publié dans ACTUALITES | Pas de Commentaire »

ATELIER D’ECHANGE SUR LA PERENNITE DES TELECENTRES EN RD CONGO

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 16 décembre 2008

Du 23 au 25 octobre 2008, le Centre Africain d’Echange Culturel a organise au Centre Pastoral de Lindonge en collaboration avec Media Action, un atelier sur la perennite des telecentres en RD Congo sous le parrainage du Ministere des PTT.
A cet atelier ont participe, en plus du Ministere des PTT, qui a apporte une expertise constructive aux activites de l’atelier, le Ministere de la Sante, le Ministere du Plan, le Ministere de l’Agriculture et du Developpement Rural.
Les etudiants de la faculte de Communication de l’Unikin ont ete tres fortement representes et actifs lors des echanges. La presentation des meilleures pratiques de la technologie numerique a ete un des points fort de l’atelier.

Publié dans ACTUALITES | Pas de Commentaire »

La partition de la RD Congo est-elle acceptable ?

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 31 octobre 2008

La partition de la RD Congo est-elle acceptable ? dans ACTUALITES refugies_08_05Le temps des crises internationales généralisées est généralement le temps des grandes manœuvres des régimes impopulaires qui en profitent pour se livrer à tous les coups bas. Une analyse du timing de certains actes répréhensibles qui ont marqué les deux dernières décennies dans de nombreux pays de gouvernance totalitaire, permet de confirmer cette assertion de façon incontestable. Profitant de la crise financière internationale et de la fièvre de l’élection présidentielle américaine, le Rwanda, qui est devenu un véritable cancer au cœur de l’Afrique Centrale, a relancé son vieux projet d’annexion d’une partie du Congo démocratique.

La situation du Congo est en effet de plus en plus inquiétante au regard de l’avancée des troupes rwandaises sur le terrain sous le couvert d’une rébellion officiellement emmenée par le général Laurent Kunda dont personne n’ignore plus qu’il n’est que le petit pion aux mains du très ambitieux et insatiable Paul Kagamé. Le simple fait de parvenir à occuper des villages, des villes, et des installations militaires congolaises, laisse entrevoir dorénavant, une planification politico militaire dont le but ultime ne peut être que la partition du pays.

Il importe de faire un peu d’histoire pour se souvenir que la partition du Congo n’est pas un projet nouveau. Fruit de l’imagination des puissances coloniales qui n’hésitèrent pas à assassiner Patrice Lumumba après avoir vainement tenté de créer une République du Katanga avec à sa tête un certain Moïse Tsombé de triste mémoire, l’émiettement du Congo, pays vaste et riche en ressources minérales risque d’entrer dans les faits à très brève échéance.


Comprendre la stratégie de Kagamé

De prime abord, il est important de souligner, n’en déplaise à quelques chancelleries puissantes, que monsieur Paul Kagamé qui dirige le Rwanda de fait depuis 1995, est l’un des plus redoutables et le plus dangereux dictateur en Afrique Centrale. Apôtre de l’épuration ethnique sous le couvert d’une unité nationale qui privilégie le pouvoir et la dictature Tutsi, l’auto proclamé général a trouvé un véritable fond de commerce intarissable dans le regrettable génocide de 1994 qui fit près d’un million de morts. Le Général-Président tient carrément aujourd’hui le monde entier sous une forme de chantage éhontée et aime bien se présenter en héritier des rescapés du génocide. La moindre l’on, enquête le mettant en cause ou le moindre article de journaliste discutant certaines idées reçues sur l’affaire, provoque à Kigali, une montée d’adrénaline et des procès. Par ailleurs, le régime a soigneusement bâti un réseau de lobby qui assure ses relations publiques à travers le monde et veille au maintien dans toute sa logique de même que dans toutes ses implications, les vérités inaltérables de ses historiens devenus des Dieux de la raison scientifique.
Il est pourtant clair, quoi que en dise, que Kagamé et le FPR, son front de libération devenu parti politique, sont responsable du déclenchement du génocide pour avoir préparé et mis en exécution, la destruction de l’avion du président Juvénal Habiryamana et la mort subséquente de ce dernier. Mais simplement parce que Kagamé s’est voulu ou s’est muer en tête de pont d’importants intérêts géostratégiques dans la Sous-région, il a du coup acquis une immunité de fait, devenant intouchable. Depuis son avènement au pouvoir, le pays est installé dans une dictature sans pareil, un régime policier qui a occasionné d’autres génocides dont les médias aseptisés ou trop corrompus, n’en parlent pas. Le Rwanda d’aujourd’hui n’est pas différent du Chili sous Pinochet et ce qui tient lieu d’élection, n’est que farce. Officiellement, le pays est sensé avoir dépassé les clivages ethniques et toute allusion à la discrimination, est jugée attentatoire à l’ordre public et à la morale publique. En réalité, c’est de la chasse de l’opposition qu’il s’agit. Il est strictement interdit de contredire le régime, de le critiquer, ou de se singulariser par rapport à ses mots d’ordre. En fait, toute opposition est proscrite, et tous les opposants sont contraints à l’exil.
Le jeu ambigu des grandes puissances et des institutions internationales

Le parallèle avec le Chili de Pinochet est saisissant lorsque l’on analyse l’attitude des grandes puissances et des institutions internationales. Dans le contexte que nous venons de dépeindre, le Rwanda est présenté dans la plupart des brochures et autres documents des organismes internationaux, comme un pays stable, un modèle de croissance et de réussite économique. Les auteurs de ces tracts propagandistes dont il n faut pas oublier de chercher les connections compromettantes, ferment les yeux sur les graves violations des droits de l’Homme et les truquages électoraux qui forment l’idéologie du régime.

Mais ce qui choque le plus tout en avalisant la thèse d’une planification diabolique, c’est le silence voire l’absence de toute réaction énergique de la part des grands pays si prompts à dénoncer ce genre de travers ailleurs. Il est absolument impossible que même en se servant de l’opportunité du contexte international de crise, l’on en soit dans les chancelleries occidentales particulièrement, à observer sans mot dire l’avancée des troupes rwandaises en territoire congolais. Le paradoxe voudrais justement que l’on en soi aussi, en juste retour de dialectique du diable, à se demander pour quelles raisons les mêmes puissances s’étaient-elles tant investies dans les efforts de stabilisation du pays après la mort de Kabila père. Il y a comme une volonté machiavélique soit de maintenir ce grand pays dans une instabilité relative et contrôlée, soit de le préparer pour une partition à long terme pour satisfaire alors des calculs anciens de maîtrise géopolitique et géostratégique.


L’éternelle équation ethnique et personnalisée

L’on serait tenté de comparer le Rwanda à Israël, par allusion au petit pays guerrier, battant, intelligent et bien gouverné qui se met débout contre plus grand, plus riche, et plus disant. Hélas, comparaison n’est pas raison et les éléments d’un contentieux réel et profond qui existent dans le cas d’Israël au proche Orient n’existent pas dans le cas du Rwanda dans les Grands Lacs. Rien à priori, ni dans l’histoire, ni dans la géographie, ni dans les articulations diplomatiques des Etats de la Sous-région, ne prédisposent le régime de Kigali, à se comporter avec autant d’arrogance et à se livrer à autant d’aventures et de provocations.

Par ailleurs, il est essentiel de souligner qu’en étudiant minutieusement les rapports des forces, il est impossible qu’un Congo (RDC) bien gouverné, soit à la merci de la volonté des dirigeants Rwandais. Ce qui est en cause effectivement, c’est la tradition des puissances coloniales qui consiste à maintenir des pays sous domination en usant soit des combines ethniques où l’on marginalise des ethnies trop entreprenantes et trop nationalistes, soit à tenir éloignée du pouvoir ou à éliminer physiquement toute personnalité charismatique et populaire.

L’histoire du Congo offre une photographie nette de la mise en œuvre à outrance de cette machination impérialiste qui a conduit à l’assassinat de Patrice Lumumba en 1960, et à la mise en accusation de Jean Pierre Bemba en 2007 sous le fallacieux prétexte de crime de guerre, de crime contre l’humanité, et de violation grave du droit international. En éliminant Patrice Lumumba, les colonialistes mettait hors jeu le principal obstacle qui se dressait à l’exploitation massive et sauvage des vastes ressources minières du pays et ouvrait la voie à l’installation d’un pantin à leur entière solde, de même qu’il délivrait un message retentissant à tous les nationalistes africains tentés de rêver d’une véritable indépendance nationale. En mettant Bemba en prison, ceux qui hier ont comploté contre le peuple congolais, ont réussi un coup encore plus lourd de conséquences….

Kagamé quant à lui, sait jouer avec le temps et compte sur une décrépitude progressive du régime de Kabila qui conduira à une espèce de cessez-le-feu à partir des positions conquises par son armée sur le terrain. Si la première conférence de réconciliation entre toutes les parties avait abouti à des accords préservant l’intégrité territoriale du pays, il est presque impensable que la seconde, qu’il faut bien envisager, reprenne les mêmes termes de référence. La résurgence des mouvements armés dans le nord et ailleurs dans le pays, devrait être perçue comme le signal que les assaillants entendent occuper suffisamment d’espace pour aller imposer leur autonomie dans les négociations. Une fois de plus, il n’apparaît pas sérieux d’un point de vue objectif, de croire que l’ONU et les grandes puissances ont fait tout ce qui relève de leur pouvoir et surtout de leur autorité, pour décourager ces séditions en cascade qui portent atteinte à l’intégrité territoriale du pays.


L’impuissance embarrassante de l’Union Africaine

La dégradation de la situation au Congo et la menace réelle de partition du pays, placent l’Union Africaine dans l’un de ses plus grands dilemmes depuis qu’elle a succédé à l’Organisation de l’Unité Africaine. Il s’agit d’un dilemme aussi important que celui qu’avait représenté en son temps pour l’OUA, la rébellion du Biafra dans le Nigéria des années 1970 alors dirigé par le général Yakubu Gowon. La République Démocratique du Congo il convient de le dire, est un cocktail explosif constitué de tous les maux qui minent les pays africains et freinent leur développement.

Nous ne sommes certes ni dans les schémas du Darfour, ni dans celui de la RCA et encore moins du Tchad, mais nous sommes en même temps dans tout cela à la fois. Or si l’on peut contempler les bras croisés le Tchad vivre une rébellion à répétition qui n’en finit pas de faire tourner à la tête du pays de petit aventuriers improvisés soldats d’une ethnie ou d’une autre, il est insensé de faire la sourde oreille et de jouer les aveugles dans le cas du Congo. C’est à terme toute l’Afrique qui pourrait s’embraser à partir des rives du fleuve Congo, et c’en sera terminé pour quelques dogmes qui ont jusqu’ici permit aux régimes les plus pourris de vanter une stabilité autant pompeuse que trompeuse.
Une projection réaliste à partir des donnes fiables de la situation, n’offre plus que trois hypothèses raisonnables : la première hypothèse et la plus gentille, aboutirait à ramener effectivement la paix en annihilant les ambitions de partition du pays. Cela suppose que les mouvements de rébellion et leurs soutiens soient mis au banc de touche et payés en concessions diverses dans l’équation politique concrète. Evidemment, la clé dans cette figure passe par la maîtrise du Rwanda sur lequel seul les Etats Unis sont en mesure de faire pression avec succès. C’est le montant et la valeur de la monnaie d’échange qu’il faudrait déterminer. La deuxième hypothèse consisterait à avaliser une partition de fait, dans un Congo démocratique devenu république fédérale ou à défaut pays constitué de régions jouissant d’une large autonomie. Nous sommes dans ce cas de figure, sur une planète politique réaliste que beaucoup d’analystes ont par le passé encouragé en théorie. Il ne resterait plus qu’à rédiger une constitution taillée sur mesure pour plaire à tout le monde. Bien évidemment, l’option fédéraliste ou de large autonomie implique l’existence à l’Est du pays, d’un Etat indépendant de fait à la solde du Rwanda. La troisième hypothèse enfin, est celle d’une option brutale qui imposerait au pouvoir actuel à Kinshasa, une partition du pays et le règne d’un relatif désordre. Il est indiscutable que nous serions exposés très vite dans ce cas, à un coup d’Etat militaire dont il faut encore réfléchir sur les commanditaires et les exécutants.
Il n’y a, projeté à long terme, aucune situation pouvant mieux mobiliser les congolais, qu’une partition de fait de leur pays orchestrée par Paul Kagamé. Contrairement à ce que l’on serait tenté de penser au regard de la nonchalance de la population, il existe un véritable nationalisme congolais puissant et attentif incarné par la nouvelle génération de 25-35 ans. Cette génération est en mesure de réinventer une vigueur patriotique égale à celle des années 1960. C’est par ailleurs, une génération qui sort peu à peu du complexe d’esclave et de citoyen vaincu dans lequel l’avait installé la dictature trentenaire, obscurantiste et sanguinaire de Mobutu.

Le dilemme pour l’Union Africaine se trouve exactement dans une alternative qui mettrait en jeu soit un coup d’Etat nationaliste, soit une partition de fait sous le patronage sournois des grandes puissances. Non seulement aucune des deux hypothèses ne rentre dans ce qui est acceptable pour l’organisation, mais plus grave, l’option fédéraliste, tirée d’une négociation à partir des positions sur le terrain ou imposée par la force des armes sous la houlette de Kagamé, sonne comme une mise à mort de certains Etats pressés par des revendications autonomistes. Au-delà des cas connus et récurrents du Sénégal, du Mali ou du Cameroun, aucun Etat n’est réellement épargné.
L’Hypothèque Hutu

Que l’on le reconnaisse ou non, le problème hutu existe aujourd’hui dans la Sous-région et encore mieux que celui des Tutsis qui est devenu le fond de commerce des dirigeants de Kigali. Il s’agit de comprendre à la fois le phénomène de confrontation ethnique permanent et ancien sur place, et d’évaluer le degré d’emprise sur les crises à répétition internes à tous les pays riverains. Sont concernés non seulement le Rwanda et le Congo que l’on retrouve aux avant postes du contentieux actuel, mais aussi le Burundi et l’Ouganda. Dans tous les quatre pays se retrouvent les deux ethnies dominantes que sont Tutsis et Hutus. Mais à la vérité, les Hutus sont largement majoritaires dans ces populations et c’est sans doute le nœud de toutes les crises. Lorsque l’on examine les dossiers des différents drames à l’instar de l’assassinat du premier Président Hutu rwandais Nelchior Ndadaye, l’on se rend compte que quelque part, une main obscure a travaillé de façon astucieuse pour parvenir au résultat qui existe aujourd’hui sur le terrain, c’est-à-dire une direction Hutu au Burundi d’une part, et une direction Tutsi au Rwanda d’autre part. Vu sous cet angle, le pauvre Ndadaye n’aurait été que la victime expiatoire d’une planification impérialo-machiavélique selon les termes de référence mis en exergue plus haut. Conviendrait-on alors que Kagamé serait un pur diable en mission pour ce plan ?

Nous ne l’avons que trop dit et répété, à savoir que tant que les dirigeants rwandais pourront tranquillement et impunément surfer sur les musiques du génocide, ils se permettront toutes les exactions. Il est par conséquent devenu urgent d’examiner ce problème en profondeur. Etre rescapé du génocide ou descendant de victime de génocide, ne confère point le droit à quiconque de se livrer lui-même à des actes de discrimination, de guerre, et de haine assimilables au crime contre l’humanité. Les milliers de congolais qui sont aujourd’hui jetés dans la rue et qui fuient dans tous les sens sans alimentation ni soin, sont les victimes de Kagamé au même titre que les victimes du génocide de 1994. Quand le Tribunal spécial pour le Rwanda aura clôturé ses comptes, il faudra bien mettre sur pied le Tribunal spécial pour le Congo pour juger les auteurs des crimes en cours. Comment pourra-t-il en être autrement, lorsque Charles Taylor est jugé pour son rôle supposé dans les crimes en Sierra Léone et que Bemba est embastillé à la Haye pour semble-t-il les crimes encore à prouver, commis en Centrafrique.

Ce qui est certain, c’est que le monde change et de nouvelles exigences plus rigoureuses, résultent de nouveaux rapports des forces. Kagamé a su invoquer toutes sortes d’arguties politiques et diplomatiques pour esquiver et même ridiculiser les conclusions des juges français qui l’ont mis nommément en cause. FPR devront répondre devant les tribunaux nationaux ou internationaux. L’Union Africaine devrait dès à présent utiliser cet argument pour tempérer les ardeurs conquérantes et revanchardes d’un Chef d’ Etat qui est devenu un cancer non plus seulement dans la région des Grands Lacs, mais pratiquement pour toute l’Afrique.
Enfin, il faudrait rappeler à tous ceux qui seraient dans le genre de planification géopolitique dont Kagamé est le vil instrument et dont la finalité est de tenir à l’écart du pouvoir les ethnies majoritaires, que les enseignements historiques prouvent à suffire, qu’ils sont voués à la défaite, la perdition et la honte.

 
SHANDA TONME
Yaoundé – Cameroun
L’article au complet est disponible à l’adresse : http://www.icicemac.com/news/index.php?nid=11776&pid=38

Publié dans ACTUALITES, DROITS DE L'HOMME, GOUVERNANCE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Contribution d’ACSIS au Forum sur la Gouvernance de l’Internet

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 17 septembre 2008

ACSIS
African Civil Society for the Information Society
Cadre Légal: Arrêté N° 03917/MINT/DAGAT/DEL/A
DAKAR-SENEGAL
Site Web: www.acsis-africa.org

Pour un réel impact du FGI dans les paysles moins avancés

Contribution du réseau de la société civile africaine pour la société de l’information ACSIS aux travaux préparatoires du FGI 2008 en Inde

Le réseau de la société civile africaine pour la société de l’information (ACSIS) suit avec attention les travaux préparatoires à la réunion annuelle du Forum sur la Gouvernance de l’Internet qui se tiendra en Inde en décembre prochain. Elle voudrait par ce biais contribuer au document de programme provisoire de la rencontre, dans le cadre des consultations publiques devant avoir lieu le 15 septembre 2008 en Suisse, et en profiter pour faire quelques commentaires généraux à l’étape actuelle de mise en œuvre du FGI.

1. Sur le programme d’Hyderabad en cours d’élaboration, le réseau ACSIS :

a) apprécie les efforts déployés pour que le programme de la rencontre d’Hyderabad ne soit mécaniquement articulé autour des quatre ou cinq
thématiques principales discutées à Athènes et à Rio ;
b) propose une reformulation du thème 2 : ainsi, au lieu de retenir « Promoting cybersecurity, and Trust », il est plus adéquat d’adopter une
formulation comme celle-ci : «Promoting cybersecurity, and Freedom of expression in the information society » ;
en effet, il est crucial de donner plus de visibilité aux droits de l’homme afin de réaliser un équilibre avec la forte évocation des
considérations sécuritaires, toute chose susceptible de conduire à une vision ultra-sécuritaire de la gouvernance de l’internet ;
c) recommande qu’il soit discuté des normes et standards ouverts sous le thème traitant de l’ « Openness » ;
d) recommande qu’il soit également discuté des contraintes auxquelles fait face l’éducation numérique, du fait du renforcement
exagéré du régime de la propriété intellectuelle ;
e) recommande aux organisateurs du FGI de renforcer les dispositifs de participation à distance prévus et de donner plus de visibilité
aux initiatives alternatives des acteurs, en particulier sur le site web du FGI ;
f) recommande de donner une bonne visibilité aux « Best practice forums » et de les consolider, car ils sont susceptibles de favoriser
le renforcement de capacités des participants et pays du Sud ;
g) recommande, à ce state de mi-parcours du processus, qu’un réel début d’évaluation du FGI soit réalisé dans le cadre de la session
« Stock-taking and Way forward » prévue en Inde, notamment afin que l’impact rôle du Forum pour les pays en développement soit examiné;

2. De façon plus générale, sur la mise en œuvre du FGI, ACSIS voudrait relever
les points suivants :

Le réseau reste toujours préoccupé par l’impact réel que le Forum sur la Gouvernance de l’Internet devrait avoir sur la consolidation de la gouvernance de l’internet pour le développement en Afrique. En effet, il a du mal à percevoir les impacts concrets à ce jour du Forum pour les pays les moins avancés dont la majorité se trouvent en Afrique. Bien que le paragraphe 72 de l’Agenda de Tunis, attribue une fonction d’espace d’échanges sur les enjeux de politiques publiques au Forum, et bien que de nombreux échanges aient eu lieu, notamment au cours des deux dernières rencontres annuelles du Forum, l’impact de ces débats en Afrique n’est pas encore fortement perçu. Cet impact, il est vrai, reste tributaire de l’action de tous les acteurs concernés par la gouvernance de l’internet en Afrique, toutefois, afin que l’empreinte du FGI soit réellement perceptible, il importe que des
mécanismes concrets soient suscités ou mis en place par pour rendre visible la contribution du FGI et pour susciter ou soutenir des actions de consolidation de la gouvernance de l’internet dans les régions sus-nommées. Il est entendu que ces actions devraient impliquer tous les acteurs interpellés par ces questions, y compris donc la société civile. Il est indispensable pour la pleine réalisation de cet objectif,
qu’une lecture plus dynamique et plus volontariste du mandat du FGI soit effectuée (en particulier celle des alinéas d), e) f), h) et i) du paragraphe 72) qui appellent en réalité à davantage d’actions concrètes;

Ainsi, dans le même ordre d’idées que ce qui précède, ACSIS recommande
vivement :

a) que des publications (sous forme électronique et/ou imprimé, sous forme de manuel et/ou de recueil d’expériences, etc.) soient réalisées à mi-parcours et d’ici la fin des cinq années définies par l’Agenda de Tunis pour le Forum, en vue de capitaliser les résultats et expériences acquis, en particulier ceux pouvant servir à la promotion de la gouvernance de l’internet dans les pays les moins avancés ;

b) que des groupes de travail thématiques ciblés soient mis en place autour
de questions clés de la gouvernance de l’internet et que leurs travaux soient
soutenus et capitalisés ;

c) qu’il y ait davantage de transparence, d’ouverture à tous les acteurs concernés et de facilitation de la participation de la société civile, dans les
discussions et processus de mise en place des normes et standards liés à l’internet ;

d) que des ressources adéquates soient mises à disposition pour la mise en œuvre des activités du Forum sur la Gouvernance de l’Internet et que les Nations Unies endossent davantage le processus et ses résultats ;

e) que davantage de ressources informationnelles majeures et fondamentales du site du FGI soient transcrites dans les différentes langues des Nations Unies ; ceci contribuera à une certaine démocratisation du FGI qui s’avère nécessaire pour faciliter la participation effective de tous les acteurs ;

f) que le FGI sensibilise davantage les autres acteurs de la gouvernance de l’internet au niveau international, pour la mise que des actions concrètes envers les pays les moins avancés ;

g) que les différents acteurs africains de la gouvernance de l’internet, y compris l’ensemble de la société civile africaine, puissent activement jouer leur rôle dans ce domaine, notamment en prévision de la réunion du FGI qui se tiendra en Afrique en 2009 ;

h) qu’un appel pressant soit lancé, dans les documents finaux devant sanctionner la rencontre Hyderabad, envers les gouvernements des pays les moins avancés, afin qu’ils initient ou soutiennent de façon de plus décisive, des activités nationales structurées pour renforcer la gouvernance de l’internet ; en effet, jusqu’à présent, peu de gouvernements ont mis en place des stratégies cohérentes et holistiques sur ces questions en Afrique par exemple ;

i) que dans cet appel, il soit rappelé aux gouvernements africains, que les stratégies nationales doivent être mises en oeuvre sur la base des principes du SMSI, en particulier avec l’inclusion et la prise en compte des acteurs de la société civile ; à ce jour en Afrique, ces principes sont peu suivis ;

j) les processus d’évaluation du FGI doivent se réaliser dans un cadre multilingue, afin de permettre la prise en compte de toutes les préoccupations des acteurs au niveau mondial.

En outre, le réseau ACSIS

4) lance également un appel à toute la société civile internationale, au Secrétariat du FGI et aux organisations internationales, afin qu’un forum de la société civile sur la gouvernance de l’internet soit organisé avant la tenue de la réunion annuelle du FGI en Egypte en 2009 ;

5) demande enfin expressément au Secrétariat du FGI, de sensibiliser les autorités indiennes sur la nécessité de faciliter les formalités de visa pour la participation à la rencontre d’Hyderabad ;

6) demande au Secrétariat du FGI secrétariat de FGI de renforcer la mobilisation des ressources afin de mettre de mettre à la disposition des membres de la société civile des pays Sud et en particulier ceux d’Afrique, un nombre suffisant de bourses de participation à la rencontre d’Hyderabad.

7) félicite le Secrétariat du FGI pour tous les efforts qu’il entreprend pour la réussite du Forum sur la Gouvernance de l’Internet.

12 septembre 2008.

Publié dans ACTUALITES, COOPERATION INTERNATIONALE, GOUVERNANCE, INFORMATIQUE, INTERNET, POLITIQUE, SCIENCE, SECURITE, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

L’Icann à Paris : quatre jours de débats sur le futur d’internet

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 21 juin 2008

Estelle Dumout, publié le 20 juin 2008

Technologie – À partir du 22 juin, l’Icann et les acteurs internationaux de la gestion technique d’internet seront à Paris pour traiter de dossiers sensibles : la gourvernance de l’internet, la création de nouvelles extensions et la migration vers l’IPv6.

Tous les acteurs qui comptent dans le nommage internet et la gestion technique du réseau se retrouveront la semaine prochaine à Paris. L’Icann, l’organisme intenational en charge de la gestion des noms de domaine, y tiendra une réunion publique du 22 au 26 juin.

« La venue de l’Icann à Paris alors même que la France prend la présidence de l’Union européenne est un événement important pour la communauté du numérique. Les questions de nommage sont essentielles pour un bon fonctionnement d’internet qui est devenu une source de compétitivité », souligne Sébastien Bachollet, délégué général de l’Agifem, l’association qui organise l’événement.

Les débats tourneront autour de trois thèmes essentiels. Tout d’abord, la gouvernance de l’internet : la question est de savoir s’il faut ou non reconduire le JPA (Joint Project Agreement), grâce auquel le gouvernement américain dispose d’un droit de veto sur les décisions de l’Icann. « C’est l’une des dernières occasions de prendre une décision à ce sujet avant quelque temps, car ensuite il y aura les élections américaines qui risquent de bloquer pas mal de choses », explique à ZDNet.fr Loic Damilaville, directeur général adjoint de l’Afnic (Association française pour le nommage internet en coopération), qui gère le .fr.

De nouvelles extensions essentiellement pour le business ?

Mais même si le gouvernement américain acceptait de reculer, sa décision ne pourrait être qu’un écran de fumée, car la gestion technique des serveurs racines de l’internet est toujours régie par un contrat rédigé entre le ministère du Commerce US et l’Icann, rappelle-t-il.

Deuxième point de débat : la création de nouvelles extensions. L’Icann pourrait décider de valider la création de centaines de nouveaux noms de domaines, au-delà des classiques .com, .net, .org et des noms nationaux (.fr, .de, .co.uk…). Il y cinq ans, l’organisme avait déjà donné son feu vert à toute une liste de nouvelles extensions, comme les .biz, les .pro, les .aero ou encore les .museum. Sans grand succès : leur arrivée a surtout créé un casse-tête juridique pour les entreprises, obligées de protéger leurs marques sur ces noms de domaines.

« Il y a de gros enjeux économiques et juridiques », reconnaît Loic Damilaville. « L’Icann a longtemps restreint le marché, et ses dirigeants estiment que cela n’est plus nécessaire. » Cette évolution pourrait ravir les partisans des extensions pour les villes, comme les .paris ou .berlin, ou des extensions régionales (certains militent déjà pour la création du .bzh, pour la Bretagne).

Vers une crise des ressources

Reste que le processus pour créer un nouveau nom de domaine sera lourd, et qu’il ne sera donc pas ouvert à tous. L’Icann planche actuellement sur la création des futurs dossiers de candidature, qui fixeront les conditions économiques et techniques pour l’obtention de la gestion d’une nouvelle extension. Selon le directeur général adjoint de l’Afnic, les premiers appels à candidature pourraient voir le jour au début 2009, avec une validation des futures extensions à l’automne de la même année. « Peut-être verra-t-on apparaître le futur .com, mais des dizaines d’extensions n’auront aucun succès », prédit-il. Malgré tout, « cela pourrait introduire une modification en profondeur du paysage du nommage internet ».

Dernier point : le développement de l’IPv6, la version 6 du protocole IP. Elle va permettre d’élargir le champ d’adresses IP disponibles aux internautes et aux entreprises du monde entier. Elle remplacera l’IPv4, utilisé depuis 1984 et qui fournit 4,3 milliards d’adresses, en créant un stock quasi illimité d’adresses IP. Cela permettra de connecter un grand nombre de nouveaux appareils à internet, avec de nouvelles applications, notamment en matière de domotique ou de puces intelligentes

« L’objectif de l’Icann est avant tout de lancer un appel à la communauté pour accélérer la transition vers l’IPv6 », explique Loic Damilaville. « Car selon les prévisions, les ressources de l’IPv4 arriveront à épuisement en 2011. Et il va être très difficile d’assurer la transition en trois ans, sans risquer une crise des ressources. »

Parmi les autres questions qui feront l’objet de débat tout au long de la semaine : la mise en place des noms de domaine en caractères non latins, ou bien encore la problématique du domaine tasting, la spéculation sur les noms de domaine.

Publié dans ACTUALITES, TIC | Pas de Commentaire »

Europe: l’Irlande rejette le Traité de Lisbonne

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 16 juin 2008

La victoire du non dans le seul pays à avoir organisé un référendum replonge l’Union européenne dans la crise.

Au centre de dépouillement de Dublin, ce vendredi (Andrew Winning/Reuters)

Les électeurs irlandais, les seuls à avoir eu la possibilité de s’exprimer par référendum sur le traité de Lisbonne, semblent sur le point d’infliger un non à cette réforme insitutionnelle de l’Europe, et de plonger les 27 dans une nouvelle crise morale. Le dépouillement qui a débuté vendredi matin donne en effet une tendance majoritaire pour le non, à l’issue d’une campagne très disputée.

Tous les autres pays de l’Union européenne ont choisi la ratification par la voie parlementaire, mais l’Irlande était obligée par sa Constitution de faire approuver ce traité par référendum, ce qui donnait aux voix des Irlandais un poids particulier. La participation n’était toutefois pas très élevée: environ 50% selon le quotidien Irish Times. Une participation faible faisait le jeu du non, selon les analystes locaux.

Le rejet du traité de Lisbonne rendrait ce texte caduque, car la ratificaton de tous est nécessaire pour son entrée en vigueur. Le traité de Lisbonne avait lui-même pris la place du Traité constitutionnel rejeté en 2005 par les électeurs français et néerlandais. Il avait fallu deux ans pour relancer la machine diplomatique pour aboutir au traité de Lisbonne.

Anticipant d’ores et déjà un non, Jean-Pierre Jouyet a estimé qu’en cas de rejet du traité, les membre de l’UE devront voir « quel arrangement juridique nous pouvons trouver ». « Si c’était l’hypothèse du non qui l’emportait, il n’y aurait plus juridiquement de traité », a rappelé sur LCI le secrétaire d’Etat français aux Affaires européennes.

Si l’échec du référendum irlandais se confirme avec la fin du dépouillement dans l’après-midi, ce sera un revers personnel pour Nicolas Sarkozy, qui a été l’initiateur du texte soumis au vote, et cela transformera totalement la tonalité de sa présidence tournante de l’Union européenne, qui démarre le 1er juillet. Celle-ci se transformera en effet en opération de sauvetage d’une Union qui ne parvient pas à obtenir l’adhésion populaire à chaque fois que les électeurs sont sollicités: un examen de conscience s’impose pour les dirigeants européens.

Publié dans ACTUALITES, COOPERATION INTERNATIONALE, GOUVERNANCE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

12345...9
 

LE CMV |
LES ANCIENS DU CHAMPS DE CL... |
Bienvenue chez moi ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | consensus
| presseecrite
| lesjournalistes