WHY THE GYMNASTICS BETWEEN ZERO RATEING AND NET NEUTRALITY?

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 3 décembre 2015

WHY THE GYMNASTICS BETWEEN ZERO RATEING AND NET NEUTRALITY?

SUMMARY

*INTRODUCTION
*WHAT IS NET NEUTRALITY
*ZERO RATING
*WHAT TO REMEMBER?

INTRODUCTION

Since soon two years, the debate over net neutrality has emerged and continues to occupy the front of the sessions in the different platforms at national level, for some countries, regional and international meetings (IGF, conferences, symposiums etc .. .).
As a corollary to this debate, another aspect of the problem it is hung, including the zero rate.

To help us understand this issue, we will briefly husked these two concepts and finally make an assessment.

WHAT IS NET NEUTRALITY?

Net neutrality is the principle that Internet service providers (ISPs) should treat all online content, sites, and platforms equally. For example, they should not intentionally block or slow certain web sites or services.

Net neutrality allows freedom of expression and equal opportunities by giving people the opportunity to seek, to receive, to exchange information and to interact as equals. For that neutrality to be real, it is necessary that the Internet remain an open platform where ISPs treat content, applications and services equally, without discrimination. It is important for net neutrality that everyone can innovate without obtaining permission to do so.

A definition of network neutrality stipulates that it provides for all applications and all services be treated equally and without discrimination, especially in the more populated regions of the world, which will connect the next three billion Internet users.

The issue of specialized services

The European Union calls for an “open” Internet, and its draft regulation provides that specialty services, such as the establishment of different levels of priority given by their clients, be offered to end users, as well as companies willing to pay more to receive a priority service.

However, this project allows that services related to priority levels may not be available if the daily limit bandwidth or Internet surfing speed has been reached.

Specific cases will be given priority in traffic online: preventing terrorist attacks, sensitive data relating to health, remote surgery or driverless cars.

Some suggestions were to assess various data and information on the practices and effects of networking and existing policies on net neutrality; to work on the basic principles – namely, the significant transparency of data management practices by suppliers, no blocking and no unreasonable discrimination traffic information; to further examine upstream impacts of new aspects such as zero rated or specialized services on the economy, user experience, and human rights.

Net neutrality is the principle that all online traffic should be treated equally. Would we have this neutrality in zero rating, with some free Internet access services, especially from certain mobile operators?

ZERO RATING

Zero rating is a business practice of some ISPs, particularly some mobile operators, which means not measuring the amount of data of certain applications or services in the calculation of the use of their customers. In other words, these websites or services are provided free to clients.
The European Parliament intends to allow national regulators, who will be responsible for overseeing the implementation of the draft regulation, to decide whether zero rating can be applied in their country or not.

However Internet.org develops another option:

Internet.org was launched on August 20, 2013 by the founder of Facebook, Mark Zuckerberg. In a ten-page press release, he explained how this project addresses a major challenge for humanity by stating in particular that « Connectivity is a human right. »

Zero rating by ISPs provides customers a clear set services or applications for free, without a data plan or without considering some services or applications in the calculation of the data used.

This practice is discriminatory, and that is why it has been banned or restricted in some countries like Canada, the Netherlands, Slovenia, and Chile.
This practice is currently the basis of the Internet.org model. Facebook has established partnerships with ISPs around the world to offer free access to certain Internet applications to users. These agreements and partnerships undermine freedom of expression and equal opportunities, giving ISPs the power to favor certain Internet services compared others, to hinder the free flow of information, and to restrict the rights of people when dealing with networks.

It should be stressed that the position of « Internet.org » also raises the following concerns:

• Internet.org sells the idea that their zero rated Internet account offers full Internet access, when in reality, users receive only very limited Internet access.

• Internet.org presents additional risks for freedom of expression. The ability to censor Internet gateways is well established. Some governments require ISPs to block access to certain sites
or services. Zero rating seems to open Facebook to allowing governments to put pressure on it to block some content or similarly, when users need to connect to access a site, to block access to certain users. In countries which practice this kind of restrictions, Facebook would play the role of arbiter in decisions about surveillance and censorship against politically active users.

• Our concern is also about the consequences Internet.org may cause to the protection of privacy. Facebook’s policy in this respect does not give sufficient protection for new users of the Internet, who may not have a clear idea of ​​the use that may be given to their data, or who are not able to adequately provide their consent to certain practices. In the absence of statements affirming otherwise, we can assume Internet.org collects data on users through its applications and services. The use that Internet.org and its partners in telecommunications will make of this data is not clearly explained. It would be much easier for governments and actors to monitor users on the Internet.

• The current modalities of implementation of Internet.org threaten the safety of users. The version of May 4 prohibits the use of the protocol TLS, secure exchange of SSL or HTTPS encryption services by participants. This increases the risk to users by making them more vulnerable to malicious attacks and government surveillance.

If net neutrality is the principle that all online traffic should be treated in the same way, would we be able to maintain net neutrality if we have zero rating, where there are some free Internet access services, especially from certain mobile operators?

Panoramic presentation of Internet.org

Internet.org is a global partnership among several companies, including: Facebook, Samsung, Ericsson, MediaTek, Nokia, and Qualcomm Opera Software. The purpose of this partnership is to promote Internet access for all, especially for victims of the digital divide in developing countries.
This strategy in parallel, allows an increase in the number of Facebook users:

-Ghana, Kenya and Zambia through the operator Airtel
-Colombia, Tanzania, Guatemala and the Democratic of Republic of Congo with Tigo
-India with Reliance Communications
-Philippines with Smart Communications

Ambition
Internet.org began a partnership with Reliance Communications, an Indian operator, on 10 February 2015. This partnership allows provision of Internet access to those who do not have the financial resources, in six Indian states.

Constraints
Connecting the world is a challenge that a company or organization cannot meet alone. Various technologies exist in the field of communication, and they are not applicable in the same way depending on the geographic location involved.

The Internet.org project aims to develop different platforms for different population groups: in the most densely populated areas (typically areas of high urban density), a mesh network is a solution to multiply Internet access points for a large number of people gathered, at a reasonable cost; in medium population density areas, Internet access could be provided by the connected UAV, powered by solar energy. In the less densely populated areas, satellite connections may be considered, but for now they remain expensive.

To overcome these limitations, an Innovation Lab was designed under the leadership of a collaboration between Ericsson and Facebook. This laboratory, located at the headquarters of Facebook, allows developers to build applications that can work across the world, by testing under different network conditions.

Mobile Application Internet.org
This application facilitates access to the Internet by providing free basic services. These services provide information in the areas of health, employment and other local information. Some features of the application: AccuWeather, Airtel, Facebook, Google Search, Go Zambia Jobs, eZeLibrary, MaMa (Mobile Alliance for Maternal Action Alliance), Messenger, Wikipedia.

The application is operational today in Ghana, Kenya, Zambia, India, the Philippines, Colombia, Tanzania and DR Congo. Since 26 March 2015, the application is used in Guatemala.

What about the situation in Africa?
Some experts say that net neutrality is not a problem in Africa despite the fact that for the first time local telecom players offering « free » access to the web services. Services offered free access to certain web page in hearing of paid access to the other.

In Africa, it is still difficult to understand that free does not exist. The word « free » is a marketing tool like any other network used to develop usage patterns that are then billed « hard » in the near future.
With well-studied plan mercantile Facebook and others offer internet access services « free » at all … This is the case of Zambia, Zimbabwe, Rwanda and Kenya.

For Facebook is expanding its Facebook Zero program, through which the company deals with telcos from emerging markets to offer the social network for free. Twitter and Google do the same thing, Wikipedia, and even if it is purely altruistic in.
By providing free access to some popular site (Google, Facebook …) has customers through telecommunications companies, Internet service provider show while he was in control of the sites and access So could have all the time to charge their users access a competing web services, websites deem it appropriate or inappropriate for their business, stifle access to competing advertising, « block » access to content criticize about them … etc.

These dress initiatives « Free » and « charities » informative in Africa in complicity with telecommunication groups might be trying to install the web control of bases on the continent.

The African Television Internet
If the issue related to the ‘net neutrality’ is not discussed, the 240 million African users may be surprised by channeling their access to information, which can even lead to unbearable costs for schools and African universities have to « pay » for their student’s access to information freely available on the web.

There as a desire to « make money » by operating a force passage on an African land or oppositions are easy to corrupt and users not well informed of the issues of internet access « fee ». This forced passage is often decked out as « free » and « magnanimous » insolent.

What experts say
For many experts, is the problem serious enough to impede the free access to web services in Africa?
For certain, the problem arises only if the cost has access remains high and that with regard to access to optical fiber (high speed internet) and access to Wireless Spectrum.

The Association of Internet Service Providers (ISPA) in South Africa estimates that net neutrality is not a « problem » for their country; when the Independent Communications Authority of South Africa (ICASA) said that South Africa must avoid legislating on the issue of net neutrality.

For ISPA / South Africa, this is a problem unique to the US, because the « cable operators » who converted their cables with broadband links dominate the market for access to the Internet as a whole and have a monopoly at best duopoly. This debate is useless in Africa faces from fair competition that must be resolved.

ISPA believes that more effort should be made to prevent Internet service providers to prioritize their own network over other operators.

According to David Meyer, a journalist for the site Gigaom, based in Europe, net neutrality is a complex African problem. The principle of « net neutrality » is composed of serious advantages, but also long-term risks that should not be minimized.

David Meyer, in an article highlighting the « advantages » and « disadvantages » of the initiative « Internet.org » offered by Facebook App Zambia highlights:
1.The advantages: He explains that these initiatives can help to provide internet access to those who had none; give the opportunity to the Internet and Internet provider to present these opportunities; sell web services and applications
2.The drawbacks: Users must pay fees to get out of the free access service, which does not encourage competition because no one wants to have to « pay » for this removed a service to discover competitive offerings. The powerful telecommunications monopolies can be strengthened and potentially slow down innovation.
If your web experience is slandered by a monolithic gate, this can undermine privacy because any « navigation » is channeled through a door that profiling can provide your personal information to advertisers but also to all of espionage or other services and this is a dangerous drawback.
This disadvantage can be risky for freedom of expression in countries where state censorship would be happy at the thought of all internet traffic and pass a single portal.

Chili and Europe do not want
Chile has banned these practices, and the new net neutrality law passed soon in Europe will do the same. This tells us that we must remain vigilant because the issue of net neutrality is not only a problem for emerging markets
Despite the positive aspects of free web initiative, net neutrality in Africa is a problem that needs to be analyzed, the deeper reasons of group investments like Facebook, Google and other should be studied and « stripped » of their disguise and charitable allowed to bring their service if and only if the intellectual development of Africa also benefits.

Free access to selected web services on the continent is here to stay, but our « knowledge industry » must be protected from infantilization in exchange for economic income that do us « buy » and « import » « knowledge »

What challenges for the growth of the digital economy in Africa?

The exponential development of new technologies in Africa has led to the emergence of a strong digital economy, supported by a multitude of startups and web companies. The industry media and entertainment sector is probably the fastest growth, and underpin this development in Africa must create local content; it is more necessary than ever with the transition to Digital Terrestrial Television (DTT).

The revolutionary principle of freedom of the internet just allows any user to become an actor of creation / distribution of content and enrich the web. Prioritization of Internet traffic based on trade agreements would be simply to exclude the visibility of Africa, most content providers do not measure up to American and European giants of the Web we know today.
Apart from South Africa, Africa has until now virtually given no opinion in this battle on net neutrality; African telecom operators probably consider it a « rich problem » …

Indeed the problem raised by this subject is that of the quality of the Internet and therefore presupposes access to the Internet; gold in the light of the situation right now in most African countries (especially those of francophone Africa), it is obvious that the debate would quickly refocused: The Internet today can be akin to a royal banquet hosted by the United States as guest of honor with Europe, while Africa is investing huge sums in submarine cables to be able see the progress of the party since the trees that surround the palace .

Suffice to say that for Africans the Internet has never really been neutral, and this is not likely to happen as the democratization of the fiber optic will not be effective. While it is true that over the last ten years the number of submarine cable carrying Internet to Africa has increased significantly, they are in most African countries controlled by an incumbent that charges a heavy price to ISPs for access to these international hoses.

Obviously these ISPs are in turn pay a high price to end consumers with Internet access rates as high as each other, so it is in this that lies the main concern now regarding Africa Internet.
Clearly, before you can participate in a debate such as that of net neutrality, Africa has other challenges it will face first, for example increasing the number of Internet Exchange Points across the continent, promote national and regional peering, developing infrastructure networks, establishing clear rules on the status of ISPs and content providers, liberalize the market for the provision of Internet access, etc …

Africa is today the least connected continent Internet users with a rate estimated at 9.8% according to the latest statistics (June 2014) of the internet world stats. In the race to reduce this digital divide, we are seeing more and more trade agreements between local operators and web American giants to provide free internet services to some African, hence their qualification Zero -rated services.

A strict application of net neutrality would mean the complete disappearance of this kind of services, designed for people with very low incomes and unable to enjoy the global Internet. It is also necessary that the real reasons behind these initiatives are really those advanced by their promoters: if one assumes that innovation often arises from a lack or need, nationals of emerging countries most likely to be tomorrow’s major players of innovation; but if for them the access to information has resulted in a sponsored Internet where they see only what the promoter wants to show them behind, preventing them from thinking freely and depriving them of any spirit of creativity, we easily arrive at the conclusion that the next Facebook or Google will definitely not African! But of course it is no where assumptions that could cause a whole different debate …

Africa would she have to gain or lose if the Internet were to be regulated?

It would be difficult to stand on one side or the other of the fence, so to answer this question. The advantages to keep a neutral Internet are certainly more to show, but do not forget that in Africa almost all telecom operators are also content providers, and thus are often tempted to favor their own content to the detriment of their competitors; strict enforcement of net neutrality would therefore be utopian in this context.
Furthermore, given the stage where Africa is currently at level infrastructure, technology and legislation, telecom operators gain can be shaped to multiply the internet offers, or offers tailored Internet (Streaming, instant messaging, peer-traffic to-peer, etc ..) to improve the quality of service, although ironically this type of offers is a breach of the fundamental principle of net neutrality.

WHAT TO REMEMBER?
Net neutrality involves a debate on the treatment of preferred online content (zero rating), a practice used by some Internet companies to promote content, applications or services by not charging consumers for their use.

The notion of network neutrality takes into consideration the extent to which Internet traffic management practices (TMP) may be admissible, without being considered as discriminatory or putting in jeopardy end-users’ full enjoyment of human rights and fundamental freedoms.

Network neutrality is grounded on openness, universal access and transparency, and stems from the end-to-end argument whereby the Internet is a general-purpose network whose intelligence resides at the edges. According to such reasoning, “certain required end-to-end functions can only be performed correctly by the end-systems themselves” and the best way to cope with failures of transmission is to “give responsibility for the integrity of communication to the end systems”.

Accordingly, end-users should not be victims of opaque TMP, but rather enjoy an open and neutral network which allows them to control the applications they use; to benefit from the maximum access to online content, application and services; and to easily circulate their innovations.
The majority of network operators frequently put in place TMP consisting of blocking, filtering and throttling specific data flows, in order to prioritise or impede access to certain applications, services or content.

The widespread adoption of such TMP leads to the conclusion that the mere self-regulation may be insufficient to maintain the open and neutral character of the Internet.

Although no evidence of market failure has been associated with non-neutral TMP, it is right and proper to query to what extent such management techniques may interfere with the end-users’ freedom of expression and communication. Indeed, non-neutral traffic management may lead to the establishment of so-called “walled gardens”, thus fostering network balkanisation and limiting end-users’ possibility to circulate innovations, as well as their fundamental right to freely impart and receive information and ideas through the Internet.

Furthermore, concerns have been growing around network operators’ utilisation of intrusive techniques, such as Deep Packet Inspection (DPI), in order to identify the content and applications which they intend to block and prioritise. Indeed, the exploitation of these techniques hold promise to provoke nefarious consequences on end-users’ privacy.

Recurring issues include the fear that the zero rating could restrict competition or market access for new operators. Others argue that zero rating can generate investments in networks, as well as economic and social benefits.

With zero rating, companies providing Internet access, particularly mobile operators, may enable consumers to access certain parts of Internet content, services or applications without charging them for that specific data use.

Zero rating can be applied by not charging for data traffic arising from specific applications or by offering situations where users can access the service, even if they do not have a data plan.

 

Publié dans ACTUALITES, ANALYSE, INTERNET, PROPRIETE INTELLECTUELLE, SOCIETE DE L'INFORMATION, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

Faut-il craquer pour l’iPhone 4 ?

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 24 juin 2010

 

lepatrondapplestevejobspresentele.jpg

Le patron d’Apple, Steve Jobs, a présente le nouvel iPhone 4, à San Francisco le 7 juin 2010.

L’iPhone 4, le nouvel opus du téléphone intelligent d’Apple à écran tactile, est commercialisé à partir de jeudi 24 juin. Il est vendu à partir de 199 euros pour les nouveaux clients et à partir de 149 euros pour ceux qui renouvellent leur abonnement.

En fait, l’appareil risque de coûter jusqu’à 600 euros pour ceux qui souhaitent rester chez leur opérateur, ce qui en fait un téléphone un des plus chers du marché. La nouvelle version de l’iPhone mérite-t-elle un tel investissement ?

Le Monde a pu tester pendant une semaine ce nouveau terminal pour en apprécier ses points forts et ses faiblesses.

L’iPhone 4 se distingue par un look ultra fin, une meilleure prise en main. Des tranches en métal coincées sont entre deux plaques de verre ultrarésistantes (nous avons fait tomber le téléphone à maintes reprises et conservé l’appareil avec des clés dans une poche sans la moindre égratignure). Une fois allumé, l’écran est lumineux, d’une meilleure définition, rendant la lecture des mails plus aisée et un meilleur rendu des clichés.

L’interface du nouvel iPhone a changé. On peut regrouper à sa guise les applications dans des dossiers. Les mails provenant de plusieurs comptes sont rangés dans une seule boîte. Ce n’est pas forcément pratique lorsqu’on reçoit de nombreux messages. En revanche, plusieurs programmes peuvent être lancés simultanément très simplement et très rapidement grâce à un nouveau microprocesseur.

RÉALISATION DE PETITS FILMS

Une caméra a été installée sur le devant du téléphone. Elle permet de réaliser des visioconférences avec ses correspondants. Une nouveauté à la portée limitée : pour en profiter, il faut être connecté à un réseau sans fil Wifi et… appeler un autre iPhone4 !

L’appareil photo, point faible des versions précédentes, a été amélioré. Le capteur a été porté à 5 méga pixels, un flash a été ajouté ainsi qu’un zoom. Pour prendre de bons clichés, il faut bien tenir l’appareil, ce qui n’est pas toujours facile lorsqu’on veut saisir une scène rapidement ! Un bouton pour déclencher l’objectif serait le bienvenu. Autre nouveauté, la réalisation de petits films en haute définition que l’on peut monter directement sur le téléphone.

Les nouvelles fonctions ne nuisent pas à l’autonomie de l’appareil : la batterie permet de profiter de l’iPhone pendant une journée au minimum. La version de base est proposée avec 16 Go de mémoire, c’est un peu juste lorsqu’on stocke beaucoup de photos, de vidéos, de morceaux de musique ou des livres sur appareil. L’application ibooks permet en effet de se constituer une bibliothèque. La version à 32 Go est plus confortable (et plus cher), mais il est impossible d’ajouter une carte mémoire. On attend un iPhone embarquant 64 Go de mémoire disponible, un format qui existe déjà sur l’iPod Touch.

Au final, l’iPhone 4 est un bel appareil qui n’est pas aussi révolutionnaire qu’au moment de sa première sortie. Il devrait néanmoins rencontrer un grand succès. Il est déjà indisponible chez certains opérateurs et les stocks installés dans les boutiques semblent limités. Orange va ouvrir trois points de vente dès jeudi à minuit pour satisfaire ceux qui veulent se procurer le précieux téléphone.

Joel Morio

 

Publié dans GEOPOLITIQUE, GOUVERNANCE, INFORMATION, INTERNET, PROPRIETE INTELLECTUELLE, SCIENCE, SOCIETE DE L'INFORMATION, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

Ubuntu 10.10 sera l’occasion de changements en profondeur 

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 31 mai 2010

La prochaine mouture de l’OS libre s’annonce riche en nouveautés, notamment pour l’édition Netbook. Le point avec Didier Roche, développeur Ubuntu chez Canonical.

ubuntu.png

01net. : Vous revenez de l’Ubuntu Developer Summit (UDS) qui s’est tenu à Bruxelles du 10 au 14 mai. Quelles sont les principales décisions prises pour Ubuntu 10.10 ?
Didier Roche (1) : Tout d’abord, nous nous sommes fixé un objectif concernant la date de sortie. Ubuntu 10.10 devra être publié en version finale le 10 octobre 2010. Un petit défi qui raccourcit tout de même de trois semaines le développement du système.
Ensuite, nous avons discuté d’Ubuntu Light, version de l’OS qui charge le minimum d’applications Web, comme le navigateur ou la messagerie, en moins de dix secondes. Le point intéressant est que l’interface d’Ubuntu Light, baptisée Unity, sera la base de travail de celle d’Ubuntu Netbook Edition 10.10. Nous allons partir de cet environnement de bureau simplifié en y ajoutant de quoi lancer des applications et naviguer dans les fichiers.
Il a été également décidé de travailler sur une meilleure prise en charge des écrans tactiles, afin de répondre à la multiplication de ce type de machines. Enfin, Canonical entend favoriser le travail des opportunistic programmers, ces développeurs indépendants qui réalisent de petites applications pour Ubuntu. Ces programmes ne feront pas officiellement partie de la plate-forme, mais trouveront désormais leur place au sein de la logithèque. Nous allons donc créer une communauté dédiée aux tests de ces applications. Elle validera si oui ou non, un programme peut rejoindre la logithèque.
Mark Shuttleworth, patron de Canonical, a indiqué qu’Ubuntu 10.10 disposera d’une barre de menus unique pour toutes les applications, un peu comme celle de Mac OS. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?
Cette nouvelle barre de menus est destinée à la version Netbook d’Ubuntu 10.10, pas à la version Desktop. Son objectif est de libérer sur le bureau de l’espace d’affichage, qui est une ressource rare sur les écrans de petite taille. Son principe est simple : les menus des applications ne sont plus affichés dans leurs fenêtres spécifiques mais déportés dans cette fameuse barre de menus, désormais commune à tous les programmes. Elle s’adapte à l’application qui se trouve au premier plan et est toujours située au même endroit, c’est-à-dire en haut du bureau. Les applications étaient déjà en plein écran par défaut (maximisées), l’utilisateur n’aura qu’un minimum de déplacement de souris à effectuer.
Quelles sont les autres nouveautés prévues pour Ubuntu 10.10 ?
Ubuntu 10.04 était une version LTS [Long Term Support – version dans laquelle l’accent est mis sur la stabilité et le support technique, NDLR]. Ce n’est pas le cas de la 10.10 qui représente donc l’occasion d’effectuer des changements en profondeur.
L’édition Netbook bénéficiera du plus grand nombre de nouveautés visibles par l’utilisateur. Outre la barre de menus précédemment évoquée et l’intégration de Unity, nous avons pris la décision de remplacer Firefox par Chromium. La version libre de Google Chrome sera désormais le navigateur par défaut. Il s’avère plus rapide et convient mieux aux petits écrans.
Le lecteur audio Rhythmbox devrait également laisser sa place à Banshee, qui bénéficie d’une interface adaptée aux Netbook. Nous travaillons aussi sur une interface simplifiée pour l’outil de messagerie Évolution.
Concernant Ubuntu 10.10 Desktop Edition, le gestionnaire de photos F-Spot sera remplacé par Shotwell. Cette édition pour PC de bureau sera également pourvue de la nouvelle version de l’environnement graphique Gnome (la 2.32/3.0), mais sans intégrer le nouveau gestionnaire graphique Gnome Shell, qui ne nous a pas paru assez mature.
Y aura-t-il des évolutions communes aux deux éditions ?
Oui. Le cœur du système sera ainsi désormais le noyau Linux 2.6.35. Un nouveau système de fichiers fait également son arrivée : le BTRFS, enfin stable et très performant.
Côté interface, l’icône « son » du bureau va désormais donner accès à un menu beaucoup plus évolué, qui dépendra de l’application audio ouverte. Par exemple : si vous avez lancé le lecteur audio, l’icône « son » permettra d’accéder rapidement à un petit menu intégrant les principales fonctions de lecture, comme le passage au morceau suivant ou la pause.
L’icône « gestionnaire d’énergie » va désormais afficher l’état de recharge de l’ensemble des périphériques connectés disposant d’une batterie, comme la souris ou un appareil photo.
Et comme à chaque nouvelle version, le démarrage est censé être encore plus rapide. L’outil Upstart permettra notamment de choisir dans le détail les processus à lancer au démarrage.
<(1) Didier Roche est l’auteur du livre libre : Simple comme Ubuntu, disponible dans la collection Framabook, édité par In Libro Veritas

Publié dans INFORMATIQUE, INTERNET, PROPRIETE INTELLECTUELLE, SCIENCE, SOCIETE DE L'INFORMATION, TECHNOLOGIE, TIC | Pas de Commentaire »

Google teste un moteur de recherche via SMS en Afrique

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 17 septembre 2009

0th juin 2009, 07:21

Un service qui va plus loin que l’accès à l’information agricole/de développement par le mobile qu’on connaissait… Ces services deviendront-ils “solvables” un jour ? Où quand pourront-ils être réellement déployés par les services publics dans nos pays?

KL
—-

Google teste un moteur de recherche via SMS en Afrique

Google vient de mettre au point un moteur de recherche spécialisé accessible par SMS. Son nom est AppLab. En lien avec l’association de micro-crédit Grameen, Google souhaite toucher des populations qui ne sont pas connectées à l’Internet, mais qui disposent tout de même de réseaux de téléphones portables. Des informations agricoles, météorologiques, ou encore d’actualité générale et sportive seront mises à disposition des utilisateurs. Une place de marché virtuelle sera également disponible. L’Ouganda est le premier pays où ce service a été est mis en route, à titre expérimental.

Source : journaldunet.com

Plus d’information : http://www.ugandaonline.net/news/view/8097/google_launches_sms_service_in_uganda

Publié dans GOUVERNANCE, INTERNET, PROPRIETE INTELLECTUELLE, RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT, SOCIETE DE L'INFORMATION, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

Mise à jour des Conditions d’utilisation du service et de la Politique de confidentialité

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 4 septembre 2009

 

 
 
Plaxo procèdera à la mise à jour de sa Politique de confidentialité et des Conditions d’utilisation du service le 6 octobre 2009. Bien que nous ayons fourni des informations détaillées à ce propos sur le site Web Plaxo.com, nous envoyons ce courrier électronique afin de nous assurer que tous les utilisateurs du site sont dûment informés des modifications à venir. La finalité du service Plaxo a toujours été de vous permettre de rester en contact avec les personnes que vous connaissez et qui vous sont chères, par le biais des divers outils et services que vous utilisez. Bien avant que l’on parle de « portabilité des données » et d’interopérabilité des réseaux sociaux, nous proposions déjà à nos membres de synchroniser leurs données personnelles réparties sur divers ordinateurs, à travers divers sites Web et applications, tout en gardant un contrôle précis du contenu qu’ils souhaitaient partager et des personnes avec lesquelles ils le partageaient. Nous sommes toujours restés attachés à la conviction que les données ainsi partagées sont votre propriété (et non la nôtre) et que vous devez rester libre d’en disposer comme bon vous semble.

Comme vous le savez probablement, Plaxo a été reprise l’année dernière par la société Comcast et constitue donc à présent une unité commerciale de Comcast Interactive Media (CIM). Conformément aux intérêts énoncés plus haut, nous avons travaillé au développement d’une certaine interopérabilité entre Plaxo et les autres sites Web de CIM. Avant que ce système d’identité commune ne soit appliqué, nous avons mis au point des Conditions d’utilisation du service et une Politique de confidentialité communes, applicables à Plaxo et à l’ensemble des sites Web Comcast participants, visant à fournir un niveau de protection cohérent et à éliminer toute source de complexité ou de confusion potentielle pouvant résulter de conditions d’utilisation et de politiques différentes d’un site à l’autre.

Les nouvelles Conditions d’utilisation du service et la Politique de confidentialité qui les accompagne entreront en vigueur le 6 octobre 2009. Nous vous encourageons à en prendre connaissance. Bien qu’il s’agisse de documents à teneur juridique, nous avons essayé de conserver un style simple et direct, comparable à celui des versions qu’ils remplacent. Ces nouveaux documents nous permettront de fournir des services plus faciles d’accès, au contenu personnalisé, intuitif et adapté. Les principaux points sont résumés ci-après :

  1. Nous pourrons partager des informations démographiques tirées de vos données personnelles (telles que votre code postal, votre sexe ou le secteur dans lequel vous travaillez) ainsi que des schémas de navigation types avec nos partenaires publicitaires de confiance travaillant en notre nom. Conformément à la politique actuellement en vigueur, les informations personnelles permettant de vous identifier (telles que votre nom, votre adresse, votre numéro de téléphone ou votre adresse électronique) ne pourront pas être communiquées à des tiers dans un but publicitaire sans votre accord.
  2. Les annonceurs des réseaux publicitaires alimentant Plaxo peuvent utiliser leurs propres cookies afin de collecter des informations sur les activités d’un utilisateur à travers le réseau étendu de sites Web qu’ils exploitent.

La nouvelle Politique de confidentialité conservera le sceau TRUSTe et reposera sur les mêmes principes de base que la politique actuelle :

  1. Les utilisateurs restent propriétaires de leurs données personnelles ;
  2. Les utilisateurs ont la possibilité d’effacer leurs données et/ou de modifier leurs préférences de communication ;
  3. Les données d’identification personnelles ne sont jamais vendues à des tiers sans le consentement informé de l’utilisateur ;
  4. Les utilisateurs sont proactivement informés des questions affectant leurs données.

Nous espérons que vous apprécierez ces améliorations, ainsi que les possibilités d’accès unique que nous proposons à notre estimable clientèle. Bien entendu, nous vous encourageons à prendre connaissance des conditions et politiques régissant l’utilisation du service, à revoir vos préférences de communication et à nous contacter pour toute question relative à ces modifications ou toute demande de suppression de votre compte Plaxo en rapport avec ces dernières.

L’équipe Plaxo

Publié dans DROITS DE L'HOMME, GOUVERNANCE, INFORMATION, INFORMATIQUE, INTERNET, JUSTICE, PROPRIETE INTELLECTUELLE, RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT, SCIENCE, SECURITE, SOCIETE, SOCIETE DE L'INFORMATION, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

L’interface entre la propriété intellectuelle et les politiques générales au centre d’une conférence internationale

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 23 juin 2009

Genève, 23 juin 2009
MA/2009/48

La propriété intellectuelle et ses liens avec les questions de politique générale telles que la santé, l’environnement et la sécurité alimentaire seront au centre des discussions d’une conférence internationale organisée par l’OMPI qui se tiendra les 13 et 14 juillet 2009 à Genève. 

La Conférence sur la propriété intellectuelle et les questions de politique générale analysera la contribution particulière que la propriété intellectuelle peut apporter aux mesures prises pour relever ces défis mondiaux et atteindre certains objectifs de politique générale. Elle sera précédée d’un débat de haut niveau sur le rôle de la propriété intellectuelle pour répondre aux besoins des personnes souffrant de déficience visuelle, qui se tiendra le 13 juillet 2009 à 9 heures. 

M. David Lammy, ministre d’État chargé de la propriété intellectuelle au Département du commerce, de l’innovation et de la formation professionnelle du Royaume‑Uni, fait partie des conférenciers d’honneur de la conférence. Plusieurs autres hauts fonctionnaires devraient se joindre aux chefs de secrétariat de grandes organisations internationales, dont Mme Margaret Chan (Organisation mondiale de la santé), M. Michel Jarraud (Organisation météorologique mondiale), M. Pascal Lamy (Organisation mondiale du commerce) et M. Kanayo F. Nwanze (Fonds international de développement agricole), pour débattre ces questions. 

La nature interdisciplinaire de la conférence rend compte de la complexité des défis communs auxquels la communauté internationale est confrontée, tels que le changement climatique, les épidémies, l’accès aux soins de santé, la sécurité alimentaire et la préservation de la biodiversité. L’accès aux technologies applicables est un élément essentiel d’une réponse globale efficace à nombre de ces défis. Les politiques visant à stimuler la création et la diffusion de la technologie ont donc une incidence directe sur la manière dont la communauté mondiale fait face à ces problèmes. 

Le système de la propriété intellectuelle offre non seulement des moyens éprouvés d’encourager l’investissement dans les technologies propres nécessaires pour faire face aux menaces liées au changement climatique, mais également une série d’options pour recenser, transférer et diffuser ces technologies. La conférence servira de plate‑forme aux participants pour échanger des vues sur ces questions afin d’aider toutes les parties prenantes à mieux appréhender la manière dont la propriété intellectuelle peut contribuer au développement et au transfert de technologie. 

Cette conférence s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par l’OMPI pour travailler avec toutes les parties intéressées afin de faire en sorte que le système de la propriété intellectuelle – facteur qui occupe une place de plus en plus importante dans les débats sur les questions de politique générale – continue de concilier de manière appropriée les intérêts des innovateurs et des créateurs et ceux du grand public.

La réunion précédant la conférence portera sur les besoins des personnes souffrant de déficience visuelle en ce qu’ils ont trait à la propriété intellectuelle, notamment en ce qui concerne les moyens d’améliorer l’accès au contenu protégé par le droit d’auteur.  À une époque où les voyants bénéficient d’une facilité d’accès sans précédent au contenu protégé, des facteurs sociaux, économiques, techniques et juridiques, y compris le fonctionnement des systèmes de protection par le droit d’auteur, se conjuguent pour empêcher l’accès des aveugles et autres personnes souffrant d’un handicap de lecture aux livres, journaux, magazines et autres oeuvres publiées.  

L’auteur compositeur nigérian aveugle de naissance Cobhams Emmanuel Asuquo donnera un concert le 13 juillet en soirée dans le hall du bâtiment principal de l’OMPI. 

La réunion est ouverte au public. Toutes les personnes souhaitant y participer sont invitées à remplir le formulaire d’inscription en ligne. 

Les journalistes qui souhaitent assister à cette conférence sont priés de suivre la procédure d’accréditation en ligne.  Pour plus de renseignements, on peut s’adresser à la Section des relations avec les médias et avec le public (OMPI) : 

  • Tél.  :                (+ 41 22) 338 81 61        , 338 95 47
  • Tlcp. :                (+41 …       
  • Mél. : publicinf@wipo.int

http://www.wipo.int/pressroom/fr/articles/2009/article_0017.html

Publié dans INTERNET, PROPRIETE INTELLECTUELLE, TECHNOLOGIE, TIC | Pas de Commentaire »

La Commission européenne plaide à nouveau pour un brevet unique européen

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 18 mars 2009

 

Réglementation – La Commission européenne a réitéré son engagement en faveur d’un brevet européen pour remplacer le système actuel de brevets nationaux considéré comme un frein.

La Commission européenne a dévoilé sa stratégie pour les années 2010 à 2020 dans le domaine des TIC (technologies de l’information et des communications). Un domaine que Viviane Reding, commissaire européenne chargée de la Société de l’information et des médias, juge « d’une importance capitale pour la reprise économique ».

L’objectif affiché est donc d’amener l’Europe à la première place mondiale. Pour y parvenir, Viviane Reding considère qu’il faudra doubler les investissements publics et privés en recherche et développement dans les TIC d’ici à 2020.

Augmentation du budget européen de la recherche

Plus près de nous, à l’horizon 2013, la Commission souhaite faire passer son budget propre pour la recherche à 1,7 milliard d’euros par an, contre 1,1 milliard en 2010. Bruxelles incite aussi les Etats membres à augmenter leur budget de recherche dans les mêmes proportions, au besoin en réaffectant certains crédits et en recourant à d’autres formes de financement, comme les partenariats public-privés.

L’exécutif européen a aussi rappelé son attachement à la création d’un brevet unique européen, jugeant que « le cadre pour la régulation, la standardisation et le régime des droits de protection intellectuelle doit être adapté à de nouvelles réalités ». Plus précisément, elle ajoute que « le système de droits sur la propriété intellectuelle doit être amélioré par la création d’un brevet communautaire pour les société innovantes dans les TIC, afin de protéger leurs inventions au sein du marché unique ».

Cette stratégie, dont le contenu intégral est consultable ici (en anglais), doit servir de base à l’élaboration de directives pour améliorer la compétitivité des Etats membres de l’Union européenne.

Par Vincent Birebent, ZDNet France

Publié dans DEVELOPPEMENT, PROPRIETE INTELLECTUELLE, RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT, REGLEMENTATION, SOCIETE DE L'INFORMATION | Pas de Commentaire »

 

LE CMV |
LES ANCIENS DU CHAMPS DE CL... |
Bienvenue chez moi ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | consensus
| presseecrite
| lesjournalistes