LANCEMENT DU FORUM NATIONAL SUR LA GOUVERNANCE DE L’INTERNET EN RD CONGO

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 7 septembre 2016

Le Secrétariat Exécutif du Forum National sur la Gouvernance de l’Internet a organisé la réunion inaugurale pour la présentation des acteurs membres du Groupe Consultatif Multiacteur, en sigle MAG.

Cette cérémonie s’est déroulée sous le patronage du Vice Premier Ministre des Postes, Télécommunications et NTIC le mardi 30 Août 2016 à l’Hôtel des Postes sis sur le Boulervard du 30 juin selon le programme joint à la présente invitation.

Cette séance avait pour but de sensibiliser et de mobiliser les acteurs identfiés de la République Démocratique du Congo sur la nécessité et l’importance de la plate forme nationale sur la gouvernance de l’Internet. Comme objectif principal, il s’agissait de mettre en place le Groupe Consultatif Multiacteur connu sous l’acronyme anglophone Multistakeholder Advisory Group, en sigle le MAG.
Sur 53 invités comme membres du MAG, cette séance a connu la participation de 43 personnes dont 23 membres du MAG qui ont répondu à cette invitation.

La cérémonie, présidée par le Directeur Général de la Société Congolaise des Postes et Télécommunications (SCPT), commencée à 10.20, a été clôturée par le Directeur de Cabinet du Vice Premier Ministre à 12.25.

les points forts de la journée ont été axés sur :

* La definition de la gouvernance de l’internet
* L’approche multiacteur
* Les critères de selection des membres du MAG
*  Les principes du fonctionnement du MAG
*  Les mandats du MAG
* La viabilite financière du MAG

 

IMG_0088IMG_0106

La  1ère réunion du MAG se tiendra dans une semaine.

Publié dans ACTUALITES, DEMOCRATIE ET ETAT DE DROIT, DEVELOPPEMENT, ECONOMIE, EDUCATION, FORMATION, GOUVERNANCE, INFORMATION, INTERNET, RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

WHY THE GYMNASTICS BETWEEN ZERO RATEING AND NET NEUTRALITY?

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 3 décembre 2015

WHY THE GYMNASTICS BETWEEN ZERO RATEING AND NET NEUTRALITY?

SUMMARY

*INTRODUCTION
*WHAT IS NET NEUTRALITY
*ZERO RATING
*WHAT TO REMEMBER?

INTRODUCTION

Since soon two years, the debate over net neutrality has emerged and continues to occupy the front of the sessions in the different platforms at national level, for some countries, regional and international meetings (IGF, conferences, symposiums etc .. .).
As a corollary to this debate, another aspect of the problem it is hung, including the zero rate.

To help us understand this issue, we will briefly husked these two concepts and finally make an assessment.

WHAT IS NET NEUTRALITY?

Net neutrality is the principle that Internet service providers (ISPs) should treat all online content, sites, and platforms equally. For example, they should not intentionally block or slow certain web sites or services.

Net neutrality allows freedom of expression and equal opportunities by giving people the opportunity to seek, to receive, to exchange information and to interact as equals. For that neutrality to be real, it is necessary that the Internet remain an open platform where ISPs treat content, applications and services equally, without discrimination. It is important for net neutrality that everyone can innovate without obtaining permission to do so.

A definition of network neutrality stipulates that it provides for all applications and all services be treated equally and without discrimination, especially in the more populated regions of the world, which will connect the next three billion Internet users.

The issue of specialized services

The European Union calls for an “open” Internet, and its draft regulation provides that specialty services, such as the establishment of different levels of priority given by their clients, be offered to end users, as well as companies willing to pay more to receive a priority service.

However, this project allows that services related to priority levels may not be available if the daily limit bandwidth or Internet surfing speed has been reached.

Specific cases will be given priority in traffic online: preventing terrorist attacks, sensitive data relating to health, remote surgery or driverless cars.

Some suggestions were to assess various data and information on the practices and effects of networking and existing policies on net neutrality; to work on the basic principles – namely, the significant transparency of data management practices by suppliers, no blocking and no unreasonable discrimination traffic information; to further examine upstream impacts of new aspects such as zero rated or specialized services on the economy, user experience, and human rights.

Net neutrality is the principle that all online traffic should be treated equally. Would we have this neutrality in zero rating, with some free Internet access services, especially from certain mobile operators?

ZERO RATING

Zero rating is a business practice of some ISPs, particularly some mobile operators, which means not measuring the amount of data of certain applications or services in the calculation of the use of their customers. In other words, these websites or services are provided free to clients.
The European Parliament intends to allow national regulators, who will be responsible for overseeing the implementation of the draft regulation, to decide whether zero rating can be applied in their country or not.

However Internet.org develops another option:

Internet.org was launched on August 20, 2013 by the founder of Facebook, Mark Zuckerberg. In a ten-page press release, he explained how this project addresses a major challenge for humanity by stating in particular that « Connectivity is a human right. »

Zero rating by ISPs provides customers a clear set services or applications for free, without a data plan or without considering some services or applications in the calculation of the data used.

This practice is discriminatory, and that is why it has been banned or restricted in some countries like Canada, the Netherlands, Slovenia, and Chile.
This practice is currently the basis of the Internet.org model. Facebook has established partnerships with ISPs around the world to offer free access to certain Internet applications to users. These agreements and partnerships undermine freedom of expression and equal opportunities, giving ISPs the power to favor certain Internet services compared others, to hinder the free flow of information, and to restrict the rights of people when dealing with networks.

It should be stressed that the position of « Internet.org » also raises the following concerns:

• Internet.org sells the idea that their zero rated Internet account offers full Internet access, when in reality, users receive only very limited Internet access.

• Internet.org presents additional risks for freedom of expression. The ability to censor Internet gateways is well established. Some governments require ISPs to block access to certain sites
or services. Zero rating seems to open Facebook to allowing governments to put pressure on it to block some content or similarly, when users need to connect to access a site, to block access to certain users. In countries which practice this kind of restrictions, Facebook would play the role of arbiter in decisions about surveillance and censorship against politically active users.

• Our concern is also about the consequences Internet.org may cause to the protection of privacy. Facebook’s policy in this respect does not give sufficient protection for new users of the Internet, who may not have a clear idea of ​​the use that may be given to their data, or who are not able to adequately provide their consent to certain practices. In the absence of statements affirming otherwise, we can assume Internet.org collects data on users through its applications and services. The use that Internet.org and its partners in telecommunications will make of this data is not clearly explained. It would be much easier for governments and actors to monitor users on the Internet.

• The current modalities of implementation of Internet.org threaten the safety of users. The version of May 4 prohibits the use of the protocol TLS, secure exchange of SSL or HTTPS encryption services by participants. This increases the risk to users by making them more vulnerable to malicious attacks and government surveillance.

If net neutrality is the principle that all online traffic should be treated in the same way, would we be able to maintain net neutrality if we have zero rating, where there are some free Internet access services, especially from certain mobile operators?

Panoramic presentation of Internet.org

Internet.org is a global partnership among several companies, including: Facebook, Samsung, Ericsson, MediaTek, Nokia, and Qualcomm Opera Software. The purpose of this partnership is to promote Internet access for all, especially for victims of the digital divide in developing countries.
This strategy in parallel, allows an increase in the number of Facebook users:

-Ghana, Kenya and Zambia through the operator Airtel
-Colombia, Tanzania, Guatemala and the Democratic of Republic of Congo with Tigo
-India with Reliance Communications
-Philippines with Smart Communications

Ambition
Internet.org began a partnership with Reliance Communications, an Indian operator, on 10 February 2015. This partnership allows provision of Internet access to those who do not have the financial resources, in six Indian states.

Constraints
Connecting the world is a challenge that a company or organization cannot meet alone. Various technologies exist in the field of communication, and they are not applicable in the same way depending on the geographic location involved.

The Internet.org project aims to develop different platforms for different population groups: in the most densely populated areas (typically areas of high urban density), a mesh network is a solution to multiply Internet access points for a large number of people gathered, at a reasonable cost; in medium population density areas, Internet access could be provided by the connected UAV, powered by solar energy. In the less densely populated areas, satellite connections may be considered, but for now they remain expensive.

To overcome these limitations, an Innovation Lab was designed under the leadership of a collaboration between Ericsson and Facebook. This laboratory, located at the headquarters of Facebook, allows developers to build applications that can work across the world, by testing under different network conditions.

Mobile Application Internet.org
This application facilitates access to the Internet by providing free basic services. These services provide information in the areas of health, employment and other local information. Some features of the application: AccuWeather, Airtel, Facebook, Google Search, Go Zambia Jobs, eZeLibrary, MaMa (Mobile Alliance for Maternal Action Alliance), Messenger, Wikipedia.

The application is operational today in Ghana, Kenya, Zambia, India, the Philippines, Colombia, Tanzania and DR Congo. Since 26 March 2015, the application is used in Guatemala.

What about the situation in Africa?
Some experts say that net neutrality is not a problem in Africa despite the fact that for the first time local telecom players offering « free » access to the web services. Services offered free access to certain web page in hearing of paid access to the other.

In Africa, it is still difficult to understand that free does not exist. The word « free » is a marketing tool like any other network used to develop usage patterns that are then billed « hard » in the near future.
With well-studied plan mercantile Facebook and others offer internet access services « free » at all … This is the case of Zambia, Zimbabwe, Rwanda and Kenya.

For Facebook is expanding its Facebook Zero program, through which the company deals with telcos from emerging markets to offer the social network for free. Twitter and Google do the same thing, Wikipedia, and even if it is purely altruistic in.
By providing free access to some popular site (Google, Facebook …) has customers through telecommunications companies, Internet service provider show while he was in control of the sites and access So could have all the time to charge their users access a competing web services, websites deem it appropriate or inappropriate for their business, stifle access to competing advertising, « block » access to content criticize about them … etc.

These dress initiatives « Free » and « charities » informative in Africa in complicity with telecommunication groups might be trying to install the web control of bases on the continent.

The African Television Internet
If the issue related to the ‘net neutrality’ is not discussed, the 240 million African users may be surprised by channeling their access to information, which can even lead to unbearable costs for schools and African universities have to « pay » for their student’s access to information freely available on the web.

There as a desire to « make money » by operating a force passage on an African land or oppositions are easy to corrupt and users not well informed of the issues of internet access « fee ». This forced passage is often decked out as « free » and « magnanimous » insolent.

What experts say
For many experts, is the problem serious enough to impede the free access to web services in Africa?
For certain, the problem arises only if the cost has access remains high and that with regard to access to optical fiber (high speed internet) and access to Wireless Spectrum.

The Association of Internet Service Providers (ISPA) in South Africa estimates that net neutrality is not a « problem » for their country; when the Independent Communications Authority of South Africa (ICASA) said that South Africa must avoid legislating on the issue of net neutrality.

For ISPA / South Africa, this is a problem unique to the US, because the « cable operators » who converted their cables with broadband links dominate the market for access to the Internet as a whole and have a monopoly at best duopoly. This debate is useless in Africa faces from fair competition that must be resolved.

ISPA believes that more effort should be made to prevent Internet service providers to prioritize their own network over other operators.

According to David Meyer, a journalist for the site Gigaom, based in Europe, net neutrality is a complex African problem. The principle of « net neutrality » is composed of serious advantages, but also long-term risks that should not be minimized.

David Meyer, in an article highlighting the « advantages » and « disadvantages » of the initiative « Internet.org » offered by Facebook App Zambia highlights:
1.The advantages: He explains that these initiatives can help to provide internet access to those who had none; give the opportunity to the Internet and Internet provider to present these opportunities; sell web services and applications
2.The drawbacks: Users must pay fees to get out of the free access service, which does not encourage competition because no one wants to have to « pay » for this removed a service to discover competitive offerings. The powerful telecommunications monopolies can be strengthened and potentially slow down innovation.
If your web experience is slandered by a monolithic gate, this can undermine privacy because any « navigation » is channeled through a door that profiling can provide your personal information to advertisers but also to all of espionage or other services and this is a dangerous drawback.
This disadvantage can be risky for freedom of expression in countries where state censorship would be happy at the thought of all internet traffic and pass a single portal.

Chili and Europe do not want
Chile has banned these practices, and the new net neutrality law passed soon in Europe will do the same. This tells us that we must remain vigilant because the issue of net neutrality is not only a problem for emerging markets
Despite the positive aspects of free web initiative, net neutrality in Africa is a problem that needs to be analyzed, the deeper reasons of group investments like Facebook, Google and other should be studied and « stripped » of their disguise and charitable allowed to bring their service if and only if the intellectual development of Africa also benefits.

Free access to selected web services on the continent is here to stay, but our « knowledge industry » must be protected from infantilization in exchange for economic income that do us « buy » and « import » « knowledge »

What challenges for the growth of the digital economy in Africa?

The exponential development of new technologies in Africa has led to the emergence of a strong digital economy, supported by a multitude of startups and web companies. The industry media and entertainment sector is probably the fastest growth, and underpin this development in Africa must create local content; it is more necessary than ever with the transition to Digital Terrestrial Television (DTT).

The revolutionary principle of freedom of the internet just allows any user to become an actor of creation / distribution of content and enrich the web. Prioritization of Internet traffic based on trade agreements would be simply to exclude the visibility of Africa, most content providers do not measure up to American and European giants of the Web we know today.
Apart from South Africa, Africa has until now virtually given no opinion in this battle on net neutrality; African telecom operators probably consider it a « rich problem » …

Indeed the problem raised by this subject is that of the quality of the Internet and therefore presupposes access to the Internet; gold in the light of the situation right now in most African countries (especially those of francophone Africa), it is obvious that the debate would quickly refocused: The Internet today can be akin to a royal banquet hosted by the United States as guest of honor with Europe, while Africa is investing huge sums in submarine cables to be able see the progress of the party since the trees that surround the palace .

Suffice to say that for Africans the Internet has never really been neutral, and this is not likely to happen as the democratization of the fiber optic will not be effective. While it is true that over the last ten years the number of submarine cable carrying Internet to Africa has increased significantly, they are in most African countries controlled by an incumbent that charges a heavy price to ISPs for access to these international hoses.

Obviously these ISPs are in turn pay a high price to end consumers with Internet access rates as high as each other, so it is in this that lies the main concern now regarding Africa Internet.
Clearly, before you can participate in a debate such as that of net neutrality, Africa has other challenges it will face first, for example increasing the number of Internet Exchange Points across the continent, promote national and regional peering, developing infrastructure networks, establishing clear rules on the status of ISPs and content providers, liberalize the market for the provision of Internet access, etc …

Africa is today the least connected continent Internet users with a rate estimated at 9.8% according to the latest statistics (June 2014) of the internet world stats. In the race to reduce this digital divide, we are seeing more and more trade agreements between local operators and web American giants to provide free internet services to some African, hence their qualification Zero -rated services.

A strict application of net neutrality would mean the complete disappearance of this kind of services, designed for people with very low incomes and unable to enjoy the global Internet. It is also necessary that the real reasons behind these initiatives are really those advanced by their promoters: if one assumes that innovation often arises from a lack or need, nationals of emerging countries most likely to be tomorrow’s major players of innovation; but if for them the access to information has resulted in a sponsored Internet where they see only what the promoter wants to show them behind, preventing them from thinking freely and depriving them of any spirit of creativity, we easily arrive at the conclusion that the next Facebook or Google will definitely not African! But of course it is no where assumptions that could cause a whole different debate …

Africa would she have to gain or lose if the Internet were to be regulated?

It would be difficult to stand on one side or the other of the fence, so to answer this question. The advantages to keep a neutral Internet are certainly more to show, but do not forget that in Africa almost all telecom operators are also content providers, and thus are often tempted to favor their own content to the detriment of their competitors; strict enforcement of net neutrality would therefore be utopian in this context.
Furthermore, given the stage where Africa is currently at level infrastructure, technology and legislation, telecom operators gain can be shaped to multiply the internet offers, or offers tailored Internet (Streaming, instant messaging, peer-traffic to-peer, etc ..) to improve the quality of service, although ironically this type of offers is a breach of the fundamental principle of net neutrality.

WHAT TO REMEMBER?
Net neutrality involves a debate on the treatment of preferred online content (zero rating), a practice used by some Internet companies to promote content, applications or services by not charging consumers for their use.

The notion of network neutrality takes into consideration the extent to which Internet traffic management practices (TMP) may be admissible, without being considered as discriminatory or putting in jeopardy end-users’ full enjoyment of human rights and fundamental freedoms.

Network neutrality is grounded on openness, universal access and transparency, and stems from the end-to-end argument whereby the Internet is a general-purpose network whose intelligence resides at the edges. According to such reasoning, “certain required end-to-end functions can only be performed correctly by the end-systems themselves” and the best way to cope with failures of transmission is to “give responsibility for the integrity of communication to the end systems”.

Accordingly, end-users should not be victims of opaque TMP, but rather enjoy an open and neutral network which allows them to control the applications they use; to benefit from the maximum access to online content, application and services; and to easily circulate their innovations.
The majority of network operators frequently put in place TMP consisting of blocking, filtering and throttling specific data flows, in order to prioritise or impede access to certain applications, services or content.

The widespread adoption of such TMP leads to the conclusion that the mere self-regulation may be insufficient to maintain the open and neutral character of the Internet.

Although no evidence of market failure has been associated with non-neutral TMP, it is right and proper to query to what extent such management techniques may interfere with the end-users’ freedom of expression and communication. Indeed, non-neutral traffic management may lead to the establishment of so-called “walled gardens”, thus fostering network balkanisation and limiting end-users’ possibility to circulate innovations, as well as their fundamental right to freely impart and receive information and ideas through the Internet.

Furthermore, concerns have been growing around network operators’ utilisation of intrusive techniques, such as Deep Packet Inspection (DPI), in order to identify the content and applications which they intend to block and prioritise. Indeed, the exploitation of these techniques hold promise to provoke nefarious consequences on end-users’ privacy.

Recurring issues include the fear that the zero rating could restrict competition or market access for new operators. Others argue that zero rating can generate investments in networks, as well as economic and social benefits.

With zero rating, companies providing Internet access, particularly mobile operators, may enable consumers to access certain parts of Internet content, services or applications without charging them for that specific data use.

Zero rating can be applied by not charging for data traffic arising from specific applications or by offering situations where users can access the service, even if they do not have a data plan.

 

Publié dans ACTUALITES, ANALYSE, INTERNET, PROPRIETE INTELLECTUELLE, SOCIETE DE L'INFORMATION, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

4e ÉDITION DU FORUM AFRIQUE SUR LA GOUVERNANCE DE L’INTERNET,2015

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 12 septembre 2015

Du 06 au 08 septembre 2015, Addis Abéba, capitale de l’Ethiopie et siège de l’UNION AFRICAINE , a abrité la 4e édition du forumAfrique sur la gouvernance de l’Internet. Cette édition 2015 a connue la participation de 115 acteurs multipartites de venant des différents pays d’afrique et du monde.

Le rapport provisoire ci-dessous en donne la quintessence.

FORUM AFRIQUE SUR LA GOUVERNANCE DE L’INTERNET – AFIGF 2015
06 -08SEPTEMBER 2015
COMMISSION DE L’UNION AFRICAINE
ADDIS-ABEBA, ETHIOPIE – PROJET DE DOCUMENT FINAL

CONTEXTE DE l’AFIGF

Le forum sur la gouvernance de l’internet en Afrique est le forum multipartite de l’Afrique des acteurs d’Internet. Avec d’autres AF *  (AfriNIC, AfTLD, AFNOG, Afren, sommet Afrique Internet, Afrique du CERT et du Sommet Afrique Internet), AfIGF porte les voix et les efforts du continent africain à l’ordre du jour mondial, tout en assurant que les avantages d’un société de l’information viable échoit à chaque Africain. Il a été officiellement lancé à Nairobi, au cours de la gouvernance de l’Internet mondial Forumi en 2011.
Le Secrétariat de l’AfIGF est hébergé conjointement par la  Commission de l’Union Africaine et de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) à Addis Abéba, Ethiopie.
Le site Web du Forum est www.afigf.org. Il dirige actuellement la sortie de médias sociaux sur Twitter et Facebook.

OBJECTIF DE AFIGF 2015

AfIGF vise à être une plate-forme pour une approche multilatérale, multipartite, inclusive et de discussion multilingue sur les questions pertinentes à l’Internet dans les questions africaines de gouvernance en général et Internet en particulier.

Les  objectifs spécifiques comprennent:

· accroître la sensibilisation et le renforcement des capacités sur la gouvernance de l’Internet pour les utilisateurs africains, à veiller à ce que toutes les parties prenantes soient bien préparés pour la contribution et de l’interaction.
· veiller à ce que les préoccupations de l’Afrique soient prises en compte dans le processus de l’IGF.
· Mettre en place un processus africaine coordonnée pour traiter les questions de gouvernance de l’Internet sur le continent.
· renforcer le modèle de dialogue multipartite sur la gouvernance de l’Internet en Afrique à travers des forums régionaux et nationaux.
· assurer une représentation multi-parties prenantes de toutes les régions du continent
·veiller à ce que tous les pays fassent partie des processus régionaux et lancent / renforcent le processus national.
· faciliter les échanges et les interactions nationales et régionales entre pays et régions dans le continent.
· faciliter la participation des parties prenantes africaines dans AfIGF et autres forums de gouvernance de l’Internet régionales et nationales appropriées.
· promouvoir l’utilisation des langues africaines dans le cyberespace.

PARTICIPATION

115 participants issus du gouvernement, du secteur privé, des universités, des instituts de recherche, communauté technique, les organisations de la société civile, les médias et les autres parties prenantes de plus de 41 pays ont participé à la 4e édition du forum Afrique sur la gouvernance de l’internet qui s’est déroulée du 06 au 08 Septembre 2015 à Addis-Abeba, Ethiopie co-organisée par la Commission de l’Union africaine et la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA).
L’AfIGF 2015 a été officiellement ouvert par l’honorable  Prof. HlengiweMkhize, la vice-ministre du ministère des Télécommunications et des services postaux de la République d’Afrique du Sud précédée par les mots de bienvenue du Dr Jimmy Ocitti Directeur, Information publique  de la Commission économique des Nations Unies pour la gestion des connaissances pour l’Afrique (CEA)

Participation à distance

AFIGF 2,015 couru deux canaux à distance simultanées de participation:
1. plateforme Livestream, avec le soutien du Bureau africain Internet Society
2. plateforme Twitter avec le soutien de bénévoles AFIGF.
3. Trois pôles distants, à l’Université de Jos, la Gambie et l’Ouganda ISOC sponsorisés par l’Agence du NEPAD.
Il y avait 30 participants distants.

PARTENAIRES

Le quatrième édition Afrique IGF était organisé  par la Commission de l’Union africaine et la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique avec les soutiens de :
· AfriNIC
· L’Agence du NEPAD
· Registre ZACentral
· Association for Progressive Communications
· Internet Society – ISOC
· ICANN
· Fédération internationale des associations de bibliothécaires – IFLA
· Google
· Open Society Initiative pour l’Afrique australe

ATELIERS PRÉ-CONFÉRENCE

Cinq ateliers de pré-conférence ont été organisés

1. SMSI + 10: APC en collaboration avec le Ministère des TIC de l’Egypte, l’ASC et KICTANet
2. Accès à l’information et de la connaissance – La Bibliothèque Virtuelle Africaine et Réseau d’information (AVLIN): CEA
3. L’Internet et les droits de l’homme: l’accès à l’Internet en Afrique comme un droit humain fondamental
4. Les besoins de  renforcement des capacités  pour la gouvernance de l’Internet et Internet dialogues sur les politiques publiques – Agence du NEPAD
5. Etude Internet de l’UNESCO – Pertinence de droits de l’homme en ligne

Il est également intéressant de noter que l’École africaine sur la gouvernance de l’Internet a été organisée avant l’IGF Afrique. Il y avait un programme Genre et gouvernance de l’Internet Exchange qui était parallèle à l’école.

PROCESSUS DES IGF MONDIAUX, RÉGIONAUX ET NATIONAUX

Le Forum a reçu des rapports et des évaluations liées aux processus en cours de la gouvernance de l’Internet à partir de
· L’IGF Afrique centrale
· Est AfricanIGF
· IGF Afrique de l’Ouest
· Afrique australe IGF

RÉSUMÉ DES SÉANCES

Le AfIGF a reçu des présentations d’experts sur:

· L’avenir de l’IGF et de la Déclaration de l’Union africaine sur les IG
· Raccorder le prochain milliard (s)
· Aborder les questions de cybersécurité, y compris SPAM
· L’accès du public à l’information et des connaissances dans le contexte de l’ODD
· Droits de l’homme sur l’Internet
· SMSI + 10
· Transition Stewardship IANA
· Neutralité du Net et ses implications
· Améliorer la coopération multipartite
· Développement durable et de l’économie Internet
· L’IGF africaine: La voie à suivre

DISCUSSIONS

Ce suivi après les présentations ont permis aux participants d’arriver à un certain nombre de recommandations clés.

RECOMMANDATIONS

Connecter les prochains milliards

1. Connecter ceux qui ne sont pas encore connectée nécessite la coopération entre toutes les parties prenantes, à la fois au niveau national et au niveau des institutions régionales telles que l’UA.
2. Il faut des politiques et des plans mis en œuvre existantes, en intégrant des pratiques et des méthodologies qui ont été couronnées de succès dans le passé.
3. La continuité est essentielle, et ne doit pas être interrompu quand il y a un changement de gouvernement.
4. Les données relatives à l’accès et à l’utilisation de l’Internet devraient être recueillies au niveau des pays afin de permettre aux décideurs et les exécutants à prendre des décisions éclairées.
5. La fracture numérique de genre doit être prise au sérieux par les gouvernements et les autres parties prenantes et les efforts pour réduire l’inclure dans les politiques et les actions visant à élargir l’accès.
6. Sous la direction de l’Union et les communautés économiques régionales africaines, élaborer une définition de normes minimales pour (haut débit) à Internet, y compris les questions d’abordabilité et de travailler vers un modèle commercial pour l’Internet qui est approprié pour l’Afrique

Aborder les questions de cybersécurité, y compris SPAM

1. Les gouvernements, le secteur privé et les organisations non gouvernementales doivent travailler ensemble pour sensibiliser le public sur les risques de spam et de la cybercriminalité et de ce qui peut être fait pour lutter contre ce phénomène.
2. Améliorer le renforcement des capacités dans la cyber-sécurité, des responsables de l’application de la loi, des procureurs, des magistrats et des juges.
3. Encourager les gouvernements africains à ratifier la Convention de l’Union africaine sur la cybersécurité et la protection des données à caractère personnel et de transposer leurs lois en matière de cybersécurité dans le cadre de la Convention de manière à faciliter la coopération internationale dans la prévention et la lutte contre ces activités illicites;
4. Encourager tous les gouvernements africains à mettre à jour leurs lois pénales dès que possible, afin de répondre à la nature particulière de la cybercriminalité .. Pour déterminer la force de nouveaux États de la législation devraient être encouragés à être inspiré par les dispositions de la Convention de l’Union africaine sur Cyber ​​sécurité et la protection des données personnelles.
5. Construire la coopération internationale en matière de cybersécurité pour améliorer la protection du public et de promouvoir le partage d’informations plus efficace pour aborder les questions des cybercrimes  (adoption effective de la réglementation, le développement de la technologie anti-spam, et l’éducation des utilisateurs et prestataires de services).
6. Reconnaître et élaborer des réponses qui autonomisent les femmes, en collaboration avec toutes les autres parties prenantes, pour aborder la question émergente de la violence contre les femmes en ligne.

Accès public à l’information et des connaissances dans le contexte de l’ODD

1. les forums nationaux, régionaux et continentaux de la gouvernance de l’Internet devrait inclure les  bibliothécaires comme des intervenants clés dans le processus.
2. Les GOUVERNEMENTS devraient collaborer avec les régulateurs, les opérateurs de réseau (fixe et mobile) et d’autres parties prenantes pour s’assurer que les communautés rurales sont connectés et pour faire baisser le coût d’accès  partout.
3. Il devrait y avoir des investissements importants dans les bibliothèques publiques, de les doter d’outils de TIC pertinents pour veiller à ce qu’ils jouent un rôle clé dans la promotion de l’accès du public à l’information. Soutenir le développement des bibliothèques en tant que moteurs de l’accès aux connaissances.
4. Promouvoir la création de contenu local en ligne, la traduction dans les langues locales, et, afin de promouvoir l’accès pour tous et, ce faisant, prendre en compte les niveaux de l’analphabétisme en Afrique, l’utilisation des TIC pour traduire le contenu dans des formats orales.
5. Faire pression pour la mise en œuvre des lois d’accès à l’information et de développer et mettre en œuvre des politiques nationales de données ouvertes.
6. Il devrait y avoir intégration de l’Internet dans les TIC, formation des compétences dans diverses institutions.
7. Le gouvernement devrait nommer des personnes techniquement compétents que les ministres ou sous-ministres de la technologie de communication.
8. Il devrait y avoir renforcement des capacités sur les droits liés à l’accès à l’information pour les citoyens afin qu’ils peuvent également plaider en leur faveur.
9. Inclure des compétences en TIC dans le cursus scolaire à un stade très précoce et de fournir l’éducation des citoyens sur l’alphabétisation des TIC, en particulier dans les zones rurales.
10. Organiser des centres de TIC pour la formation et la prestation de services dans les zones rurales.
11. Soutenir les efforts pour promouvoir une culture de la lecture en Afrique.
12. Former des journalistes afin d’améliorer l’information sur l’accès à l’information.
13. Développer la capacité des bibliothécaires pour être en mesure de réagir et de bénéficier de nouvelles tendances en matière de technologie.
14. Suivre les progrès dans l’accès à l’information.
15. comprendre et  formuler clairement la position sur les écarts entre les sexes dans l’accès à l’information et entreprendre des actions spécifiques pour y remédier.

Droits de l’homme sur l’Internet

1. Tous les pays doivent faire face à l’accès à l’information en tant que droit de l’homme, en termes de Déclaration des Nations Unies Universelle des Droits Humains (UNUDHR) à l’article 19 et la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples à l’article 9.
2. Reconnaître que l’accès significatif aux TIC, y compris le contrôle sur les TIC comme une ressource clé, jouant un rôle important dans l’agent du changement à faire progresser la situation des femmes et filles, et de leurs droits humains.

SMSI + 10

Les participants ont élaboré une réponse africaine au SMSI + 10 non-papier du 2 Septembre et qui sera transmis  aux facilitateurs.

NEUTRALITÉ DU NET ET SES IMPLICATIONS

L’Union africaine, en collaboration avec la CEA et d’autres partenaires devrait convoquer un Forum africain sur la neutralité du Net
1. Recherche et analyse devraient être entreprises au niveau national et régional sur la politique, les implications juridiques et réglementaires de la neutralité du Net
2. Les organismes de réglementation devraient prendre des mesures pour répondre aux préoccupations soulevées au sujet de Fournisseurs de services Internet (FSI) qui se livrent à des pratiques telles que Network Address Translation (NAT) qui limitent le type et le niveau de service que les utilisateurs finaux ne profitent pas.
3. La société civile en collaboration avec d’autres parties prenantes devrait entreprendre des initiatives de sensibilisation des consommateurs sur l’accès à Internet et l’utilisation.

RENFORCEMENT DE LA COOPÉRATION MULTIPARTITE

1. Construire la confiance mutuelle et la volonté de s’engager entre les différents intervenants.

DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L’ÉCONOMIE DE L’INTERNET

1. Investir dans la recherche et le développement pour trouver des solutions et des services novateurs qui stimuleront le continent africain .
2. Accroître la sensibilisation sur les déchets électroniques et les capacités sur les stratégies visant à encourager l’utilisation des ressources renouvelables dans les TIC.

RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES

1. École africaine sur la gouvernance de l’Internet (AfriSIG)

À partir de 2016, AfriSIG devrait être inclus dans chaque édition du forum africain sur la gouvernance de l’Internet.

GRATITUDE

Les participants à la quatrième Afrique IGF expriment leur gratitude au gouvernement et au peuple de l’Ethiopie, la Commission l’Union Africaine et de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, nos sponsors et les bénévoles qui, chacune, dans leurs divers rôles, ont contribué au succès du Forum Afrique sur la gouvernance de l’internet

Addis-Abeba, le mardi, 8ème Septembre 2015.

Le Forum Afrique sur la gouvernance de l’Internet

L’équipe des Rapporteurs

Towela Nyirenda Jere
Emilar Vushe
Amessinou Kossi
Antonin Benoit Diouf
Mamadou Ndiaye
Mohamed Timoulali
Barrack Otieno – Coordinateur

Publié dans ACTUALITES, DEMOCRATIE ET ETAT DE DROIT, DEVELOPPEMENT, DROITS DE L'HOMME, e-busness, ECONOMIE, EDUCATION, ENVIRONNEMENT et DEVELOPPEMENT DURABLE, GEOPOLITIQUE, GOUVERNANCE, INFORMATION, INTERNET, JUSTICE, POLITIQUE, SOCIETE, SOCIETE DE L'INFORMATION, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

4th EDITION OF AFRICA FORUM ON INTERNET GOVERNANCE, 2015

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 12 septembre 2015

From 6 to 8 September 2015, Addis Ababa, the Ethiopian capital and headquarters of the African Union, hosted the 4th edition of forumAfrique on Internet governance. This 2015 edition has the participation of 115 known multi actors from the different countries of Africa and the world.

The draft report below gives the quintessence.

Background of AfIGF

The Africa Internet Governance Forum is Africa’s multistakeholder forum of Internet actors. With other Af* (AFRINIC, AFTLD, AFNOG, AFREN, Africa Internet Summit, Africa CERT and Africa Internet Summit), AfIGF carries the voices and efforts of the African continent to the global agenda, while ensuring that the benefits of a viable information society accrue to every African. It was formally launched in Nairobi, during the global Internet Governance Forum in2011.

The Secretariat of the AfIGF is jointly hosted by theAfrica Union Commission and the United Nations Economic Commission for Africa (UNECA) in AddisAbaba, Ethiopia.

The Forum’s web site is www.afigf.org. It currently runs social media outlet on Twitter and Facebook.

Objectives of AFIGF 2015

AfIGF aims to be a platform for an inclusive multilateral,multi-stakeholder and multilingual discussion on issues pertinent to the Internet in Africain general and Internet Governance issues in particular.

Specific objectives include:

· To increase awareness and build capacity on Internet Governance for African users to ensure that all stakeholders are well prepared for contribution and interaction.

· To ensure that the concerns of Africa are take into account in the IGF process.

· To put in place a coordinated African process for dealing with Internet governance issues on the continent.

· To strengthen the multi-stakeholder dialogue model for Internet Governance in Africa through regional and national forums.

· To ensure a multi-stakeholder representation of all parts of the continent

· To ensure that all the countries are part of the regional processes and launch/strengthen thei rnational processes.

· To facilitate national and regional exchanges and interactions between countries and regions in continent.

· To facilitate the participation of African stakeholders in AfIGF and other appropriate regional and national Internet Governance Forums.

· To promote use of African languages in the cyberspace.

Participation

115 participants drawn from the government, private sector, academia, research institutions, technical community , civil society organizations, media, and other stakeholders from over 41 countries attended the 4rd African Internet Governance Forum (AfIGF) held between6th and 8thSeptember 2015 in Addis Ababa, Ethiopia co-organized by the Africa Union Commission and the United Nations Economic Commission for Africa (UNECA).

The AfIGF 2015 was officially opened by Hon. Prof. HlengiweMkhize, the Deputy Minister Ministry of Telecommunications and Postal Services in the Republic of South Africa preceded by awelcome statement by Dr. Jimmy Ocitti Director, Public Information and Knowledge Management United Nations Economic Commission for Africa (ECA)

Remote Participation

AFIGF 2015 ran two concurrent remote participation channels:

1. Livestream platform, with the support of Internet Society African Bureau

2. Twitter platform with support from AFIGF volunteers.

3. Three remote hubs, at the University of Jos, The Gambia and ISOC Uganda Sponsored by the NEPAD Agency.

There were 30 remote participants.

Partners

The fourth Africa IGFwasorganized by the Africa Union Commission and the United Nations Economic Commission for Africa with supportfrom:

· AfriNIC

· The Nepad Agency

· ZACentral Registry

· Association forProgressiveCommunications

· Internet Society – ISOC

· ICANN

· International Federation of Library Associations – IFLA

· Google

· Open Society Initiative for Southern Africa

Pre-Conference Workshops

Five pre-conference workshops were organized

1. WSIS + 10: APC in cooperation with the Ministry of ICT of Egypt, AUC and KICTANET

2. Access to Information and Knowledge – The African Virtual Library & Information Network (AVLIN): ECA

3. The Internet and Human Rights: Access to the Internet in Africa as a fundamental human right

4. Capacity building needs for IG and Internet public policy dialogues – NEPAD Agency

5. UNESCO’s Internet Study – Relevance to Human Rights online

It is also worth noting that the African School on Internet Governance was organized prior to the Africa IGF. There was a Gender and Internet Governance Exchange programme which ran parallel to the school)

Global Processes, Regional and National IGFs

The Forum received reports and feedback related to on-going Internet Governance processes from

· The Central African IGF

· East AfricanIGF

· West African IGF

· Southern Africa IGF

Summary of Sessions

The AfIGF received expert presentations on:

· The Future of the IGF and the African Union Declaration on IG

· Connecting the next billion(s)

· Addressing cyber security issues, including SPAM

· Public Access to Information & Knowledge in the context of the SDGs

· Human Rights on the Internet

· WSIS+10 Review

· IANA Stewardship Transition

· Net Neutrality and its implications

· Enhancing Multi-stakeholder Cooperation

· Sustainable Development and the Internet Economy

· The African IGF: The Way forward

Discussions

That followed after the presentations allowed participants to arrive at a number of key recommendations.

 

RECOMMENDATIONS

Connecting the next billion

1. Connecting those who are not yet connected requires cooperation among all stakeholders, both at the national level, and at the level of regional institutions such as the AU.

2. It requires existing policies and plans being implemented, integrating practices and methodologies which have been successful in the past.

3. Continuity is essential, and should not be interrupted when there is a change in government.

4. Data on access and on the use of the internet should be gathered at country level to enable policy-makers and implementers to make informed decisions.

5. The gender digital divide should be taken seriously by governments and other stakeholders and efforts to bridge it included in policies and actions to extend access.

6. Under guidance of the African Union and Regional Economic Communities, develop a definition of minimum standards for (broadband) Internet access, including issues of affordability and working towards a commercial model for the Internet that is suitable for Africa

Addressing cyber security issues, including SPAM

1. Governments, the private sector and non-governmental organizations should work together to raise public awareness about the risks of spam and of cybercrime and of what can be done to combat it.

2. Enhance capacity building in cyber security of , law enforcement personnel, prosecutors, magistrates and judges.

3. Encourage African government to ratify the African Union Convention on Cyber Security and Personal Data Protection and to transpose their cyber security laws in the framework of the Convention in such a way as to facilitate international cooperation in preventing and combating these illicit activities;

4. Encourage all African government to update their criminal laws as soon as possible, in order to address the particular nature of cybercrime.. In determining the strength of new legislation States should be encouraged to be inspired by the provisions of the African Union Convention on Cyber Security and Personal Data Protection.

5. Build international cooperation in cyber security to enhance public protection and to promote more effective information sharing to address cyber crimes issues (effective regulation adoption, anti-spam technology development, and education of service users and providers).

6. Recognise and develop responses that empower women, working with all other stakeholders, to address the emerging issue of online violence against women.

Public Access to Information & Knowledge in the context of the SDGs

1. National, regional and continental Internet Governance Forums should include Librarians as key stakeholders in the process.

2. overnments should work together with regulators, network operators (fixed and mobile) and other stakeholders to ensure rural communities are connected and to bring down the cost of access for everywhere.

3. There should be significant investment in public libraries to equip them with relevant ICT tools to ensure that they play a key role in promoting public access to information. Support the development of libraries as drivers of access to knowledge.

4. Promote the creation of local content online, translation into local languages, and, in order to promote inclusive access and in doing so, take into account levels of illiteracy in Africa, using ICTs to translate contents into oral formats.

5. Lobby for the implementation of access to information laws and develop and implement national open data policies.

6. There should be inclusion of the internet in ICT skills training in various institutions.

7. Government should appoint technically competent persons as Ministers or Deputy Ministers of Communication Technology.

8. There should be capacity building on rights related to access to information for citizens so that they can also advocate for them.

9. Include ICT skills in the school curriculum at a very early stage and provide citizen education on ICT literacy, especially in rural areas.

10. Organize ICT centres for training and delivering services in rural areas.

11. Support efforts to promote a reading culture in Africa.

12. Train journalists in order to improve reporting on access to information.

13. Develop capacity of librarians to be able to respond to and benefit from new trends in technology.

14. Monitor progress in access to information.

15. Understand and articulate clear stance on the gender gaps in access to information and undertake specific actions to address it.

Human Rights on the Internet

1. All countries should deal with access to information as a human right, in terms of: UN Universal Declaration of Human Rights (UNUDHR) Article 19 and the Charter of African and Peoples Rights Article 9.

2. Recognise that meaningful access to ICTs including control over ICTs as a key resource, play and important part in catalysing change towards advancing the status of women and girs, and their human rights.

WSIS+10 Review

Participants developed an African response to the WSIS+10 non-paper of 2 September and which will be forwarded these to the do facilitators.

Net Neutrality and its implications

The African Union in collaboration with UNECA and other partners should convene an African Forum on Net Neutrality

1. Research and analysis should be undertaken at national and regional level on the policy, legal and regulatory implications of Net Neutrality

2. Regulatory agencies should take steps to address concerns raised about Internet Service Providers (ISPs) who engage in practices such as Network Address Translation (NAT) which restrict the type and level of service that end users are availed.

3. Civil society in collaboration with other stakeholders should undertake consumer awareness initiatives on Internet access and usage .

Enhancing Multi-stakeholder Cooperation

1. Build mutual trust and willingness to engage amongst different stakeholders.

Sustainable Development and the Internet Economy

1. Invest in research and development to come up with innovative solutions and services that will drive the African continent forward.

2. Build awareness on e-waste and capacity on strategies to encourage use of renewable resources in ICTs.

General Recommendations

1. African School on Internet Governance (AfriSIG):

From 2016, AfriSIG should be held back-to-back with the African Internet Governance Forum

Gratitude

Participants at the fourth Africa IGF express their gratitude to the government and the people of Ethiopia, the Africa Union Commission and the United Nations Economic Commission for Africa, our sponsors and the volunteers who, each, in their various roles, contributed to a successful Africa Internet Governance Forum

Addis Ababa, Tuesday ,September 8th , 2015.

The Africa Internet Governance Forum

The Rapporteuring Team

Towela Nyirenda Jere

Emilar Vushe

Amessinou Kossi

Antonin Benoit Diouf

Mamadou Ndiaye

Mohamed Timoulali

Barrack Otieno – Coordinator

 

 

Publié dans ACTUALITES, DEMOCRATIE ET ETAT DE DROIT, DEVELOPPEMENT, DROITS DE L'HOMME, EDUCATION, GOUVERNANCE, INFORMATION, INTERNET, SEMINAIRE, SOCIETE, SOCIETE DE L'INFORMATION, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

LA PARTICIPATION DE LA RDC À L’ICANN 51

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 22 octobre 2014

La 51e réunion internationale de l’ICANN s’est déroulée à Los Angeles aux USA du 12 au 18 octobre 2014. Avec un calendrier bien nourri, plus de 2500 participants venu du monde entier ont eu à échanger sur quatre axes principaux, notamment : l’internationalisation de l’ICANN ; la transition de l’IANA ; la surveillance sur le Net après l’affaire Snowden ; le futur de l’Internet.

ICANN a offert à plusieurs pays à travers le monde la possibilité de participer à distance. La République Démocratique du Congo a qualitativement contribué à la plénière de cette 51e réunion internationale en formulant certaines suggestions sur le processus de la mutation de l’ICANN et la transition de l’IANA. Ces suggestions se sont appesanties sur le cas de l’Afrique dans ce processus. La première question concernait deux préoccupations notamment quelle serait la priorité entre la mutation de l’ICANN vers son internalisation après le désengagement du gouvernement américain et la transition de l’IANA. La communauté technique de la RDC a , dans cet ordre d’idées, proposée que des consultations régionales soient envisagées en impliquant davantage les organisations régionales telles que la CEDEAO, la CEEAC, le COMESA et la SADC sous la supervision de l’UNION AFRICAINE.

Cette option peut optimiser la participation de tous les acteurs sans exclusion suivant l’approche des multiples parties prenantes, communément connu sous le vocable « MULTISTAKEHOLDER ». Cette approche fait déjà son expérience au sein de l’ICANN et du Forum sur la gouvernance de l’Internet. Elle a connu un grand succès lors du NetMundial en Avril 2014 à Sao Paulo au Brésil.

Monsieur Fadi Chehade, Président de l’ICANN, a soutenu la proposition de la communauté technique de la RDC en demandant à Mr Pierre Dandjinou, Vice Président chargé de la stratégie africaine pour l’ICANN, d’explorer les voies et moyens pour définir le cadre de collaboration avec les organisations régionales telles que formulées par la communauté technique de la RDC.

Cette participation à distance s’est déroulée dans la salle de formation du Campus Numérique Francophone de Kinshasa, une représentation locale de l’Agence Universitaire Francophone, en collaboration avec le CEDESURK, pôle technique et documentaire en appui aux universités, et l’UNIVERSITIC, une initiative que mènent conjointement l’ARES-CCD et le VLIR-UOS.

Chaque année, ICANN organise 3 réunions internationale de façon rotative dans les 5 continents

L’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN) est une organisation de droit privé à but non lucratif. Son personnel et ses participants viennent du monde entier.

La participation aux travaux de l’ ICANN est ouverte à tous ceux qui s’intéressent à la politique mondiale Internet eu égard à la mission de coordination technique de l’ICANN. Ce dernier offre de nombreux forums en ligne qui sont accessibles via son site web.

 

Publié dans ACTUALITES, CONFERENCE, GOUVERNANCE, INTERNET, SCIENCE, SECURITE, SOCIETE DE L'INFORMATION, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

La révolution mobile sur le continent

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 18 août 2011

Avec près d’un africain sur deux équipé d’un téléphone mobile, le continent est en train de vivre une mutation technologique sans précédent. Le mobile ne sert plus seulement à communiquer de manière orale. Le réseau a donné naissance à une plateforme d’innovation pour le développement économique de l’Afrique et la lutte contre la pauvreté.

Autrefois, le téléphone portable était réservé aux classes aisées tant son coût était exorbitant au regard du revenu moyen. En 1998, il y avait un peu moins de 4 millions de mobiles sur le continent.

C’était il y a plus de dix ans. Puis, entre 2002 et 2007, le nombre d’abonnement a augmenté de 49 % par an en Afrique contre une moyenne de 17 % en Europe. Le président du Rwanda Paul Kagamé, passionné de nouvelles technologies, ne s’est pas trompé lorsqu’il déclarait en 2007 lors du sommet Connect Africa à Kigali : « en dix ans, le téléphone mobile qui était un objet de luxe est devenu un produit de base nécessaire en Afrique ».

Aujourd’hui, on compte plus de 500 millions de téléphones mobiles en usage en Afrique. Une révolution sociétale et économique en Afrique sub-saharienne où moins de 30 % de la population a accès à l’électricité alors que 11,5 % a accès à internet. En même temps que le téléphone mobile s’est imposé sur le continent, l’appareil a évolué d’une façon considérable

Taux de souscription à des abonnements de téléphonie mobile (pré-payés inclus) pour devenir l’ordinateur de poche africain. L’innovation technologique irrigue désormais l’Afrique via ces téléphones mobiles grâce à des services sms et, pour les smartphones, par le web.

Aujourd’hui, le mobile permet d’apporter des services bancaires, administratifs, médicaux, scolaires, entrepreneuriales…aux Africains, dont 60 % vivent dans des zones rurales.

Quand le mobile sert de banque

C’est en Afrique et en Asie que le paiement mobile a fait ses débuts dès 2006. A ce moment là, l’opérateur téléphonique kenyan Safaricom met au point le service M-Pesa avec le soutien du gouvernement britannique.

Pour Michael Joseph, directeur général de Safaricom, l’idée était alors de transformer le téléphone mobile en une carte bancaire sans contraindre l’utilisateur à ouvrir un compte en banque.

M-Pesa permet aux kenyans de déposer jusque 380 euros sur son compte mobile, d’effectuer des transferts d’argent vers ses contacts mais aussi des retraits dans certaines banques ou des achats. Une taxe est prélevée sur chaque transaction.

Quatre ans plus tard, M-Pesa compte 9,5 millions d’utilisateurs contre 8 millions de comptes bancaires traditionnels. En 2011, les 13,8 millions d’inscrits au service ont réalisé 30 % des échanges d’argent au Kenya. Et un peu comme sur un réseau social, la communauté d’utilisateurs se mobilise, s’organise et agit.

Dernier exemple en date, jeudi 28 juillet 2011, les utilisateurs de M-Pesa ont rassemblé en 12 heures seulement plus de 140 000 euros, en donation de centimes, pour venir en aide aux victimes de la sécheresse qui frappe l’Afrique de l’Est.

Usage bancaire du téléphone mobile en Afrique

Désormais, grâce au mobile, les africains non bancarisés des villes et des campagnes peuvent donc accéder à des services autrefois coûteux en argent et en temps. Il n’est pas rare de devoir consacrer une journée par mois pour payer de simples factures.

Et dans une logique de services et de business, les offres se développent alors que moins de 20 % des foyers africains ont un compte en banque, selon la Banque Africaine de Développement.

Pour le responsable kenyan de Google en Afrique de l’Est, Joe Mucheru, la carte de crédit est aujourd’hui un service « préhistorique ». Partout en Afrique, le paiement par mobile révolutionne les pratiques.

L’an passé, les sénégalais dénués de comptes en banques ont pu regarder la coupe du monde de football en payant par mobile leur frais de retransmission par satellite sur télévision.

Un service autrefois réservé aux titulaires d’un compte en banque. Le système, Yoban’Tel a été lancé par l’entreprise spécialisé en paiement mobile Obopay en partenariat avec la Société Générale.

Au Nigéria, l’opérateur MTN vient de lancer un service de paiement en ligne après avoir irrigué l’Ouganda dés 2009. Le marché et les opportunités sont colossales : moins de 30 millions des nigérians disposent d’un compte en banque alors que 90 millions d’entre eux ont un mobile. Au Sénégal, au Mali, à Madagascar, l’opérateur français Orange a lui aussi lancé son propre système de paiement en ligne.

Innovations

Mais le mobile ne sert pas uniquement pour le paiement. Un véritable écosystème d’innovation et de création technologique sur la plateforme mobile contribue à améliorer la vie des africains. Et il n’est plus surprenant pour un agriculteur de consulter le cours du marché depuis son mobile ou encore d’acheter des graines, des outils…

Plus innovant encore, l’entrepreneur ghanéen, Ashifi Gogo, 29 ans, utilise le téléphone portable pour lutter contre le gigantesque marché de la contrefaçon de médicaments en Afrique qui représente un marché de près de 500 milliards de dollars.

Il a créé son entreprise, Sproxil, en 2009 et a conçu une solution simple : vendre aux entreprises pharmaceutiques locales et internationales des « labels » qui sont en fait des tickets à gratter, collés sur les emballages des médicaments.

Le consommateur gratte cette étiquette pour lire le code qu’il doit ensuite envoyer par sms à Sproxil qui identifie, grâce à son logiciel, l’authenticité du médicament. Plus de 5 millions de « labels » sont en circulation au Nigéria.

Et la start-up vient de recevoir 1,8 million de dollars de la part de Acumen, un fonds d’investissement à but non lucratif. Une nouvelle génération de développeurs africains enrichit cet écosystème mobile en développant des nouveaux services et applications.

Les réseaux sociaux sur mobile

Dans le contexte africain où le téléphone mobile domine très largement le marché, les réseaux sociaux s’adaptent. Conscient de l’impact des téléphones, Facebook a développé en Afrique une stratégie propre aux particularités « mobiles » des consommateurs.

Sur le continent, plus de 28,5 millions d’utilisateurs sont inscrits sur Facebook, soit près de deux fois plus que l’an passé. C’est en Afrique du nord et en Afrique anglophone qu’il y a le plus d’utilisateurs avec notamment 6,8 millions d’égyptiens et 3,8 millions de sud-africains présents sur le réseau.

Mais en Afrique du Sud, le réseau social local MXit, conçu dés ses débuts en 2003 pour mobile, devance très largement Facebook avec 10 millions d’utilisateurs inscrits. Et ce réseau rivalise directement avec le géant californien sur le continent, avec près de 24 millions d’utilisateurs.

Les jeunes sud-africains en raffolent pour communiquer en temps réel, tout en évitant les frais des sms traditionnels. C’est d’ailleurs sur ce créneau que l’opérateur français Orange et Google ont signé un partenariat stratégique fin juillet.

Les deux entreprises allient les services innovants de Google à l’infrastructure de téléphonie mobile d’Orange qui déclare avoir 60 millions de clients en Afrique. Ainsi les clients d’Orange basés au Sénégal, en Ouganda et au Kenya peuvent discuter en direct avec Google SMS sans avoir besoin d’un smartphone.

Le service va être étendu dans les mois à venir en Côte d’Ivoire, au Cameroun, au Niger et en Guinée Conakry. Et la tendance en Afrique transfère toujours plus de services initialement conçus pour le web vers la plateforme mobile.

Ce jeudi 4 août, les Nations unies ont annoncé un partenariat avec l’entreprise britannique Movirtu pour fournir des numéros de portable à trois millions de personnes, principalement des femmes, qui vivent en situation d’extrême-pauvreté en Amérique du sud et en Afrique.

La technologie mise au point par Movirtu permet de se connecter depuis n’importe quel mobile sur son propre numéro de téléphone. Ainsi, au lieu de partager un téléphone et un numéro unique d’appel, les membres d’une famille pourront chacun avoir leur propre numéro même s’ils n’ont pas de mobile.

Cette innovation s’inspire de la technologie « cloud » qui permet aux internautes de stocker leurs données dans le « nuage », des serveurs externes accessibles de n’importe où et donc de se passer de disques durs personnels.

« L’accès au téléphone mobile est un moyen d’améliorer le niveau de vie et d’augmenter le potentiel économique pour un milliard de personnes vivant avec un ou deux dollars par jour », veut croire Amanda Gardiner en charge de ce programme public-privé.

par Joan Tilouine 15 Août 2011

Publié dans SOCIETE DE L'INFORMATION, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

Dakar abrite la 42e réunion de l’ICANN, une occasion pour l’Afrique de peser dans l’évolution du Web

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 14 août 2011

La capitale sénégalaise abritera, du 19 au 28 octobre prochain, la 42e réunion de l’ICANN « Internet Corporation for Assigned Names and Numbers » (organisme chargé de la gestion de l’Internet sur le plan mondial), une occasion pour les pays africains de peser sur les grandes décisions concernant l’évolution du Web.

La rencontre va réunir plus de 1200 participants venant des cinq continents et va se dérouler sur deux phases: une réunion des experts et une table ronde ministérielle.

Selon le comité d’organisation, cet évènement offre l’occasion pour le continent africain de figurer dans les sphères de décision de l’Internet et surtout de ne plus subir les mesures et directives décidées par les opérateurs et régulateurs de haut niveau.

La présidente du comité national d’organisation de cet évènement, Maïmouna Diagne, précise qu’à travers la table ronde ministérielle, les pays africains, sous la bannière de l’Union Africaine vont, pour la première fois lors de cette 42e réunion, « faire de l’Afrique une partie prenante de ce qui se fait sur Internet dans le monde et son évolution ».

Les décisions que prend l’ICANN, à chacune de ses assemblées générales, influent sur le devenir de l’Internet et peuvent changer nos vies en très peu de temps. Même si le processus est transparent, démocratique et public, il y’a grande nécessité pour l’Afrique d’être présente et surtout de participer », a-t-elle affirmé, précisant que l’Afrique demeure jusqu’à présent absente des discussions sur la gouvernance de l’internet.

A l’occasion de cette rencontre à Dakar, les opérateurs d’Internet vont se pencher sur des mesures de grande importance. Il s’agit notamment de multiplier la capacité de connexion ou d’accès à Internet par deux ou même de la tripler.

Pour ce faire, les opérateurs vont envisager l’introduction du protocole « IPv6″ qui va remplacer l’ »IPv4″. Le nouveau protocole « IPv6″ dispose d’un espace d’adressage beaucoup plus important qu’IPv4. Cette capacité d’adressage considérable permettra une plus grande flexibilité dans l’attribution des adresses et une meilleure agrégation des routes dans la table de routage d’Internet.

Lors de ces assises de Dakar, des responsables des secteurs des télécommunications d’Afrique de l’Ouest vont plaider pour « avoir une copie de server pour faciliter les échanges au niveau de la zone économique de l’UEMOA », à l’instar de l’Afrique du Sud et de la région du Maghreb.

source:http://www.aufaitmaroc.com/monde/afrique/2011/8/12/dakar-abrite-la-42e-reunion-de-licann-une-occasion-pour-lafrique-de-peser-dans-levolution-du-web

 

Publié dans GEOPOLITIQUE, GOUVERNANCE, INFORMATIQUE, INTERNET, MEDIAS, POLITIQUE, SCIENCE, SOCIETE DE L'INFORMATION, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

La Chine lance un satellite de télécommunication pour le Pakistan

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 14 août 2011

2011-08-12 10:02:12  xinhua

La Chine a lancé un satellite de télécommunication PAKSAT-1R pour le Pakistan vendredi à 00h15 depuis le Centre de lancement des satellites de Xichang, dans la province du Sichuan (sud-ouest).Le satellite PAKSAT-1R a été lancé dans l’espace par la fusée porteuse Longue Marche-3B. Il s’agit de la première mise en orbite de satellite pour un client asiatique et de la première livraison d’un satellite commercial aux clients internationaux en cette année.

Selon des statistiques du centre de contrôle, le satellite s’est séparé avec succès de la fusée porteuse et est entrée en orbite géostationnaire comme prévu, 26 minutes après le lancement.

Le PAKSAT-1R offrira des services tels que Internet à haut débit, télécommunication et radiodiffusion pour certaines régions de l’Europe, de l’Asie du Sud, du Moyen-Orient et de l’Afrique de l’Est.

Le contrat du PAKSAT-1R a été signé en 2008 entre la China Great Wall Industry Corporation et la Commission de Recherche sur l’Espace et la Haute atmosphère du Pakistan.

La Chine et le Pakistan partagent une longue histoire de coopération sur la technologie spatiale. Le premier satellite pakistanais mise en orbite basse, BADR-A, a été lancé en 1990 par une fusée porteuse chinoise Longue Marche 2E.

source: http://french.cri.cn/781/2011/08/12/302s250892.htm

 

Publié dans TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

Panorama de la cybercriminalité – Malveillance sur mobile : une promesse déjà ancienne

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 17 janvier 2011

par Christophe Auffray, ZDNet France

Analyse – Depuis l’apparition de Cabir, premier virus pour mobiles, les éditeurs de sécurité annoncent l’émergence de la malveillance dirigée contre ces terminaux. Mais la menace peine à se concrétiser, malgré des facteurs de risque et une faisabilité technique démontrée. Les vols et l’indiscrétion des applications sont des menaces plus tangibles.

La malveillance dirigée contre les terminaux mobiles, les éditeurs de produits de sécurité laissent planer la menace depuis maintenant plusieurs années . Si des virus ont été développés, leur diffusion est demeurée relativement discrète.

Des scénarios d’attaque et des fraudes sont également évoqués. Mais globalement, la menace reste avant tout théorique et le risque potentiel. Un changement de tendance est-il à prévoir en 2011 ? Pour un certain nombre d’éditeurs d’antivirus,c’est oui . Il faut dire qu’ils ont investi pour développer des logiciels pour les principaux OS mobiles.

Le marché des mobiles très différent de celui du PC

Toutefois, ces mêmes éditeurs promettaient déjà des attaques aux alentours de 2005/2006 (et le cyber-terrorisme dès 2001 ) sans que la menace ne se confirme. A force, cette invocation deviendra sans doute réalité…

Néanmoins, si la menace ne s’est pas vérifiée en 2010, cela ne signifie pas pour autant qu’il n’existe pas de facteurs de risque et que la faisabilité technique d’attaques n’est pas établie.

« Il y a un vrai potentiel du côté du mobile puisqu’il est très connecté, beaucoup plus puissant, voit transiter de plus en plus de données personnelles » juge Eric Freyssinet, chef de la division de lutte contre la cybercriminalité à la gendarmerie nationale, qui rapportait les travaux du Clusif dans ce secteur de la sécurité.

Pour illustrer l’amplification du risque, le club français de la sécurité cite l’émergence de botnets sur mobile . « Ils n’étaient pas possibles ou n’avaient pas véritablement de sens avant que les terminaux ne deviennent assez puissants et soient connectés à Internet. En outre, on a des plates-formes ouvertes sur lesquelles il est facile de développer des applications » avance Eric Freyssinet.

Des botnets détectés sur les OS mobiles, mais peu répandus encore

Pour étayer cet argumentaire, le Clusif évoque les travaux d’un chercheur présentés en juin 2010 aux Etats-Unis et démontrant la faisabilité d’un déploiement de bots sur Android. Fin 2009, un ver permettant de transformer un iPhone en zombie était détecté. En juillet 2010, l’éditeur NetQin mettait au jour un botnet composé de smartphones sous Symbian.

Pour autant, le risque doit être relativisé, et ce pour diverses raisons. Le ver iKEE pour l’iPhone ne ciblait que les terminaux jaibreakés et dont le SSH avait été activé. De plus, par défaut, un iPhone ne permet d’installer que des applications validées par Apple sur l’App Store.

De même sur Android, le paramétrage par défaut d’un terminal bloque l’installation de logiciels ne provenant pas de l’Android Market. Par ailleurs, le PC sous Windows reste, en raison de la taille du parc, une cible privilégiée par les cybercriminels. Il est plus rentable de développer un programme malveillant compatible avec le plus grand nombre de machines.

Vols et pertes de données, des risques plus tangibles pour les entreprises

Comparativement, le marché du mobile est très fragmenté avec Android (25,5% de part de marché), iOS (16,7%), Symbian (36,6%), Bada, RIM OS (14,8%) et Windows Mobile (2,8%). Si, par exemple, l’iPhone est populaire (Apple en avait vendu plus de 50 millions en avril 2010), le parc reste faible par rapport à celui existant des PC.

Sur le seul 4e trimestre de l’année dernière,93 millions d’ordinateurs ont été vendus. Il est vrai en revanche que les ventes de terminaux mobiles explosent (plus de 1 milliard de mobiles vendus par an). Mais seuls 20% sont des smartphones, c’est-à-dire des téléphones évolués et connectés.

Le nombre de mobiles susceptibles d’intéresser des cybercriminels augmente, certes, mais n’est vraisemblablement pas encore suffisant (bien que des chercheurs aient démontré lors du CCC de Berlin la possibilité de réaliser des scénarios d’attaques par SMS , et donc de viser les téléphones classiques, c’est-à-dire hors smartphones).

Donc un risque sur les mobiles, oui, mais qu’il convient de tempérer. Les vols , et les risques en termes de pertesde données en découlant, sont des menaces en comparaison plus tangibles, en particulier pour les entreprises. Mais la réponse à ce risque n’est pas nécessairement, ou exclusivement, technologique.

Des applications pour mobile, légales, mais indiscrètes

Mais le Clusif relève une autre menace, plus concrète celle-ci, concernant les atteintes à la vie privée des utilisateurs de mobiles. Des études duWall Street Journal et de l’éditeur Lookout soulignent ainsi l’indiscrétion d’un certain nombre d’applications pour Android et iOS, qui partagent des données personnelles avec des tiers (dont des régies publicitaires) sans que les utilisateurs en soient nécessairement conscients.

Eric Freyssinet regrette par ailleurs la banalisation des outils d’espionnage et de surveillance du mobile. « Il m’est arrivé souvent cette année de m’énerver devant certains reportages sur des services commercialisés par des sociétés et permettant par exemple d’espionner sa femme, son patron, un collègue… sans avertir que l’interception de SMS ou de conversation était totalement illégale . »

Le Clusif pointe également la vulnérabilité des protocoles exploités par les opérateurs dans la téléphonie, par exemple afin d’obtenir la localisation d’un terminal ou de suivre une communication.

La complexe mise à jour des OS, un facteur de risque

« Ceux qui définissent les normes et les opérateurs vont devoir sécuriser un peu mieux nos communications » estime le chef de la division de lutte contre la cybercriminalité. Une problématique qui devra aussi être prise en compte au niveau des terminaux eux-mêmes (systèmes d’exploitation).

La correction, via des mises à jour, des vulnérabilités des OS mobiles est en effet une tâche complexe compte tenu des spécificités de ce marché – étendant potentiellement la fenêtre d’exposition.

« Il est difficile de mettre à jour un téléphone à la toute dernière version sans la coopération des opérateurs et des fabricants. Les mises à jour sont donc décalées dans le temps. Un certain de terminaux sous Android restent par exemple sur la version 1.6 ou 2.1 , et donc vulnérable à l’exploitation démontrée par la société Lookout lors de la BlackHat. Or, ces terminaux ne seront probablement jamais mis à jour car le constructeur ne fera pas l’investissement » souligne Eric Freyssinet.

« Cela pose des vrais problèmes. Je pense qu’il est nécessaire que les industriels réfléchissent, quel que soit l’OS, à la façon de gérer les mises à jour, qui n’est pas suffisamment dynamique et pas adaptée aux risques de sécurité » conclut-il.

Source:http://www.zdnet.fr/actualites/panorama-de-la-cybercriminalite-malveillance-sur-mobile-une-promesse-deja-ancienne-39757496.htm#xtor=EREC-103
 

Publié dans INTERNET, RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT, SCIENCE, SECURITE, SOCIETE DE L'INFORMATION, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

Les Africains restent les moins connectés à Internet

Posté par BAUDOUIN SCHOMBE le 31 décembre 2010

Le taux de pénétration sur le continent est le tiers de la moyenne mondiale en 2010

La révolution Internet n’aura pas lieu en 2010 sur le continent africain. Le taux de pénétration y est de 9,6% contre 30% en moyenne pour la planète. Les Africains n’ont pas encore saisi les opportunités du haut débit qui aggrave la fracture numérique.

Les derniers chiffres publiés par l’Union internationale des télécommunications (UIT) démontrent encore une fois que le continent africain reste à la traîne en matière de connectivité. Le taux de pénétration d’Internet en Afrique est de 9,6% soit la moitié du taux de pénétration moyen dans les pays en voie de développement (21%) et le tiers du taux de pénétration moyen dans le monde (30%). Dans les pays développés, ce chiffre est de 71%. Le haut débit devrait aggraver la fracture numérique. Le taux de pénétration est inférieur à 1% alors qu’il est de 24,6% dans les pays développés.

77 millions d’internautes

Le Forum économique mondial a conçu un outil baptisé NRI (Networked Readiness Index) qui indique dans quelle mesure un pays est préparé à tirer profit d’Internet. En mars 2010, il classait la Tunisie en tête des pays africains (39e), suivi par Maurice, la cyber-île (53e) et l’Afrique du Sud (62e) dans son rapport 2009-2010. Sur le continent africain, les pays du Nord, exception faite de l’Algérie, sont mieux lotis que leurs voisins de l’Afrique sub-saharienne. Notamment en matière de coût, un véritable frein à la démocratisation des nouvelles technologies en Afrique.
Le nombre d’utilisateurs d’Internet dans le monde a doublé entre 2005 et 2010 pour atteindre les 2 milliards, dont la moitié se trouvera dans les pays en voie de développement. Le continent africain en comptera seulement 77 millions (estimation au 21 octobre 2010). Cependant, il y en a cinq fois plus qu’en 2005. La Chine, avec plus de 420 millions d’utilisateurs d’Internet, est le marché le plus important de la planète.

Source:http://www.afrik.com/article21594.html

Publié dans GOUVERNANCE, INFORMATION, INTERNET, RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT, SCIENCE, SOCIETE DE L'INFORMATION, TECHNOLOGIE, TELECOMMUNICATIONS, TIC | Pas de Commentaire »

12345...11
 

LE CMV |
LES ANCIENS DU CHAMPS DE CL... |
Bienvenue chez moi ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | consensus
| presseecrite
| lesjournalistes